Dialogue-Abraham
L'équipe de "Dialogue Abraham" vous souhaite la bienvenue !

Ce forum recherche avant tout une atmosphère cordiale et respectueuse, chacun s'efforçant d'écouter l'autre avec la même bienveillance qui doit accueillir son propre témoignage.

Nous travaillons à nous comprendre mutuellement en vérité, et non à entretenir des conflits.

Nous ne sommes pas parfaits, mais pensons qu'il est possible d'avoir des échanges de qualité sur les sujets religieux.

Puissiez-vous, vous qui venez ici, contribuer à cet effort

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Dialogue-Abraham
L'équipe de "Dialogue Abraham" vous souhaite la bienvenue !

Ce forum recherche avant tout une atmosphère cordiale et respectueuse, chacun s'efforçant d'écouter l'autre avec la même bienveillance qui doit accueillir son propre témoignage.

Nous travaillons à nous comprendre mutuellement en vérité, et non à entretenir des conflits.

Nous ne sommes pas parfaits, mais pensons qu'il est possible d'avoir des échanges de qualité sur les sujets religieux.

Puissiez-vous, vous qui venez ici, contribuer à cet effort
Dialogue-Abraham
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Cdiscount mobile : Forfait 100 Go sans engagement ...
Voir le deal
8.99 €

Pie XII, un pape décrié à tort ?

+4
tonio
mario-franc_lazur
rosedumatin
-Ren-
8 participants

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 3 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  Spin Mer 1 Sep - 23:10

Jans a écrit:Disons les choses plus clairement : Pie XI comme Pie XII étaient germanophiles et... discrètement antisémites, selon les canons catholiques, qui ne se résignaient pas à voir des gens aussi butés ne pas vouloir se convertir (Luther pensait de même) après avoir tué le Christ (LOL).
Si la position des papes successifs avaient été aussi dure pour les juifs que celle de Luther à la fin (expurgée de ses oeuvres complètes après 1945), le Judaïsme aurait totalement disparu de la zone d'influence catholique (comme ont disparu toutes les autres religions non-chrétiennes). Mais leur doctrine officielle, depuis 1199, disait que : "[Aucun chrétien] ne les saisira, emprisonnera, battra, blessera, torturera, mutilera, tuera, frappera à coup de bâton ou de pierres ni ne leur infligera de violences… (…) Comme Caïn, on ne doit jamais les exterminer : au milieu des autres nations ils doivent garder leur race et leur qualité de peuple. Ils confirment ainsi par la malédiction pesant sur eux la mort et la victoire de Jésus-Christ et sont le témoignage vivant de sa vérité." (constitution Licet Perfidia Judaorum d'Innocent III). Et donc les papes successifs ont toujours plus ou moins protégé ou secouru les juifs, quoique sans jamais en faire une priorité.

Bref, Pie XII a ni plus ni moins suivi cette ligne. Il aurait pu faire mieux, mais il aurait pu faire pire aussi.
Jans a écrit:Quand on connaît les deux pays les plus catholiques d'Europe, qui sont aussi les plus antisémites, à savoir l'Autriche et la Pologne, on a vraiment compris. Il y avait aussi en 40 l'Ukraine, dont Himmler disait : "ah, ils sont sympathiques, ils éliminent leurs Juifs eux-mêmes"... les auteurs allemands en témoignent aussi plus tard. Les Français ne lisant en grande majorité que le français, bien des choses sont ignorées... dont ils parlent quand même abondamment...
Sauf que l'Ukraine n'est pas majoritairement catholique.

Enfin, j'ai surtout réagi à ton indignation apparente sur le fait que Pie XI puis Pie XII avaient jugé le communisme plus dangereux que le nazisme.

Spin

Messages : 3203
Date d'inscription : 07/05/2013

http://pagesperso-orange.fr/daruc/

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 3 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  Jans Jeu 2 Sep - 0:00

L'attitude de Pie XI et Pie XII a été lourde de conséquences, et quand on lit l'allemand, cela devient évident.
Je n'ai pas d'indignation, je suis un universitaire qui doit à de longues études d'approcher la vérité et donc d'avoir le droit d'en témoigner, vu les contre-vérités lues ici où là. Comment approcher vraiment la réalité du nazisme sans savoir l'allemand ? comment approcher la vérité des évangile sans savoir le grec ? Déjà, la traduction française de "mit brennender Sorge" de Pie XI en 1937 : "avec une brûlante inquiétude", c'est de l'allemand mal traduit. En fait, Pie XI dit : "une inquiétude oppressante m'étreint..." ; bon, c'est ainsi, déjà, traduire le berit hébreu par "testamentum" par Jérôme puis "testament" en français est une imbécillité... puisque c'est une alliance !!
Les profanes ne savent pas qu'on traduit des idées, pas des mots d'un dictionnaire...
Jans
Jans

Messages : 2281
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 65
Localisation : IdF

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 3 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  DenisLouis Jeu 2 Sep - 10:35

Je lirai à l'occasion  "Le brave soldat Chveik", j'ai toujours le souvenir d'un pion qui rigolait en le lisant.
Sinon sur la montée du nazisme et les avertissements vains au gouvernement Roosevelt, il y a  'Dans le jardin de la bête" , très bien documenté, ce n'est pas un roman, l'ambassadeur (nommé en 33)  voit le danger, lucidement pour l'époque, mais l'Amérique est isolationniste, ignore les avertissements et préfère fermer les yeux.  La fille de l'ambassadeur devient la maitresse de plusieurs dignitaires nazis, la famille reçoit et est reçue par les personnalités du régime, puis la fille devient la maitresse d'un diplomate et espion russe et passe de l'autre coté.

"On comprend mieux comment les démocraties, Etats-Unis en tête ont pu être aveugles à ce point sur la nature du régime hitlérien. Surtout, cet ouvrage rend intelligible la passivité des Allemands, indifférents devant les exactions commises, notamment antisémites, leur empressement à accepter chaque nouveau décret liberticide ou répressif, ne protestant jamais et ne s'indignant de rien...Mais la seule chose qui inquiète vraiment les hauts fonctonnaires, c'est le remboursement de la dette ! Cependant, Dodd n'est pas aveugle et au fil du temps, se rend compte que la montée au pouvoir d'Hitler présage de jours sombres. Les termes qu'ils emploient dans ses écrits sont assez explicites. Un de ses discours lors d'un diner rassemblant des patrons d'entreprise libéraux restera d'ailleurs dans les annales. Mais toujours, il voudra croire en une rédemption possible, en une paix à préserver à tout prix."

https://www.babelio.com/livres/Larson-Dans-le-jardin-de-la-bete/391114

Je ne mets pas en question le fait qu'il y ait eu des apparitions à Fatima, mais des trois "modèles" qui n'ont tous les trois rien de chrétien, capitalisme, communisme et nazisme, seul le communisme est visé.
Pie XII dit avoir vu la Vierge au moment de la proclamation du dogme de l'Assomption (après la guerre), puis, lors d'une maladie grave il dit avoir vu le Christ,  après son état s'est amélioré.

DenisLouis

Messages : 564
Réputation : 10
Date d'inscription : 15/06/2013
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 3 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  Spin Jeu 2 Sep - 13:48

DenisLouis a écrit:Je ne mets pas en question le fait qu'il y ait eu des apparitions à Fatima, mais des trois "modèles" qui n'ont tous les trois rien de chrétien, capitalisme, communisme et nazisme, seul le communisme est visé.
De ces trois seul le communisme est ouvertement antichrétien. Je ne dis pas que ça justifie, je ne défends rien, j'essaie de comprendre.

Après, est-ce que vraiment une position plus ferme face au nazisme aurait changé le cours de choses ?
Spin
Spin

Messages : 3203
Réputation : 1
Date d'inscription : 07/05/2013
Age : 69
Localisation : sur le Rhône

http://pagesperso-orange.fr/daruc/

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 3 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  DenisLouis Jeu 2 Sep - 15:10

Spin a écrit:
DenisLouis a écrit:Je ne mets pas en question le fait qu'il y ait eu des apparitions à Fatima, mais des trois "modèles" qui n'ont tous les trois rien de chrétien, capitalisme, communisme et nazisme, seul le communisme est visé.
De ces trois seul le communisme est ouvertement antichrétien. Je ne dis pas que ça justifie, je ne défends rien, j'essaie de comprendre.

Après, est-ce que vraiment une position plus ferme face au nazisme aurait changé le cours de choses ?
C'est bien ce qu'il disait ou pensait, puisqu'une expérience de condamnation en Allemagne avait entrainé une répression supplémentaire.
En tout cas, le débat qu'il y a eu après la guerre et les accusations de ne rien faire existaient déjà au sein même du Vatican, puisque si des évêques ou des Juifs d'Allemagne ou de Pologne lui enjoignaient de ne pas condamner publiquement, il y avait des membres de la Curie, également soeur Pascalina, qui lui reprochaient ce silence.

DenisLouis

Messages : 564
Réputation : 10
Date d'inscription : 15/06/2013
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 3 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  DenisLouis Ven 3 Sep - 11:07

Les affaires financières :
Avec Pie XI, Pacelli étant devenu cardinal, Pascalina encore isolée à Berlin a du mal à croire à l'utilisation qui a été faite des 100 millions de dollars reçus par l'Eglise à la suite des accords du Latran. La gestion en a été confiée à Nogara, un habile financier, qui fait ce qu'il entend, il n'accepte aucune intervention ou influence, le seul souci de la papauté est d'éviter que le trésor ne se vide à nouveau, Nogara acquiert par ex la majorité des actions du premier fabriquant de produits contraceptifs en Italie, il spécule sur l'or, sur les devises et il a une prédilection pour les industries d'armement. La propriété de Castel Gondolfo rendue par les fascistes est entièrement et couteusement réaménagée, on lance "la saison Pacelli", soirées de prestige qui rappellent les soirées berlinoises et réunissent les puissants et les riches.
En 52 et en moins de 4 décennies les actifs du Vatican dépassent les réserves d'or  de la Grande-Bretagne et de la France réunies, ses réserves d'or s'élèvent à des milliards de dollars et sont déposées dans les grandes banques étrangères, le Wall Street journal  révèle que le Vatican spécule sur l'or avec des millions de dollars.

Aux USA : Le cardinal  Spellman, ami de Pacelli et de Pascalina, doit faire face à une situation financière désastreuse, il prend Coleman comme  conseiller financier, lequel ouvre les portes à tous les spéculateurs et investisseurs, pour les allécher on leur offre le titre de chevalier de l'Ordre de Malte, certains catholiques offrent des centaines  de milliers de dollars rien que pour avoir ce titre.  On investit tous azimuts, grandes firmes, équipes sportives, immobilier, entreprises de cinéma (malgré les condamnations morales, l'argent n'a pas d'odeur,) la mafia elle-même contribue.

Plus tard les navires américains étant régulièrement attaqués, et le gouvernement impuissant, Roosevelt utilise Spellman comme intermédiaire avec la mafia, dont le chef est un catholique pratiquant ainsi qu'un certain nombre de ses membres, la mafia intervient pour que cessent les actions hostiles sur les quais et ne  soient plus communiquées les informations sur les mouvements des navires, qui facilitaient les attaques en mer.  Spellman était ennuyé de cette compromission, mais le pape, consulté, n'a rien dit, c'était une affaire de guerre avec des intérêts supérieurs.  Plus tard Luciano le chef de la mafia est libéré de prison en remerciement et extradé vers l'Italie d'où il reprit le trafic de drogue vers l'Amérique.

DenisLouis

Messages : 564
Réputation : 10
Date d'inscription : 15/06/2013
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 3 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  Spin Ven 3 Sep - 14:00

DenisLouis a écrit:Les affaires financières :
Avec Pie XI, Pacelli étant devenu cardinal, Pascalina encore isolée à Berlin a du mal à croire à l'utilisation qui a été faite des 100 millions de dollars reçus par l'Eglise à la suite des accords du Latran. La gestion en a été confiée à Nogara, un habile financier, qui fait ce qu'il entend, il n'accepte aucune intervention ou influence, le seul souci de la papauté est d'éviter que le trésor ne se vide à nouveau, Nogara acquiert par ex la majorité des actions du premier fabriquant de produits contraceptifs en Italie, il spécule sur l'or, sur les devises et il a une prédilection pour les industries d'armement. La propriété de Castel Gondolfo rendue par les fascistes est entièrement et couteusement réaménagée, on lance "la saison Pacelli", soirées de prestige qui rappellent les soirées berlinoises et réunissent les puissants et les riches.
Sur la question des opérations financières occultes et douteuses du Vatican, ça a continué bien après. Le Cardinal Paul Marcinkus, réputé orfèvre en la matière, est resté en fonction plusieurs années sous Jean-Paul II, malgré des scandales majeurs (Loge P2, banque Ambrosino...). https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Marcinkus
Spin
Spin

Messages : 3203
Réputation : 1
Date d'inscription : 07/05/2013
Age : 69
Localisation : sur le Rhône

http://pagesperso-orange.fr/daruc/

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 3 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  DenisLouis Lun 6 Sep - 10:13

La rédaction de "Mit brennender Sorge" : il y a eu avant de nombreux travaux et textes préparatoires, sous Pie XI, alors que Pacelli était son secrétaire d'Etat, mais l'encyclique atténue considérablement les textes précédents préparés entre autre par les jésuites et qui étaient une condamnation nette de l'idéologie nazie.

La fin de la guerre : malgré les assurances de Roosevelt, Rome est bombardée, Pie XII et Montini sortent sous les bombes, rassurent les habitants et distribuent de l'argent. Il y eu plusieurs attaques, Pie XII vérifie que la parole des politiciens n'a aucune valeur.
En 43 Hitler apprend que le Vatican aide les juifs et menace le Vatican, Rome est déclarée ville ouverte, Mussolini arrêté, il y eu de nouveaux bombardements qui visèrent cette fois également le Vatican, oeuvre des fascistes italiens dissimulant leur identité pour ne pas donner une mauvaise image du pays au monde.
Mussolini enrage dans sa prison, les fascistes veulent tuer tous les juifs protégés par le Vatican, faire un sort au pape, le Vatican se barricade ;  juste avant l'attaque le maréchal Kesselring s'interpose, il ne veut pas du scandale qui adviendrait en cas de prise par la force du Vatican ; à la suite de pourparlers nazis et fascistes s'engagent à respecter la neutralité du Vatican. Le pape ne veut pas partir alors qu'on lui conseille de gagner un pays neutre.
Ils délivre tous les prélats de leurs serments de fidélité, mais ceux-ci refusent. D'autres bombardements des alliés, pour la troisième fois le Vatican est attaqué, également Castel Gondolfo.
La maitresse de Mussolini demande par l'intermédiaire de Pascalina une intervention en faveur du Duce, qui se considère prisonnier des Allemands, il dit se repentir, le pape répond que Mussolini est un roublard sans parole, mais le pousse à offrir un plan de négociation avec les alliés, Mussolini est prêt à renoncer à tout, le plan est transmis aux alliés, ils répondent par la négative et disent au pape de s'occuper de ses affaires.
Finalement  Mussolini cherche à s'enfuir avec sa maitresse, est rattrapé par des anti fascistes et exécuté sans procès, son corps et celui de sa maitresse restent pendus par les pieds pendant des jours sur une place de Milan. C'était quelques jours avant le suicide de Hitler.

DenisLouis

Messages : 564
Réputation : 10
Date d'inscription : 15/06/2013
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 3 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  DenisLouis Mar 7 Sep - 10:18

Peter Godman écrit à propos de "Mit brennender Sorge" : "Loin de rejeter le nazisme en bloc, cette célèbre encyclique est un compromis boiteux entre les préoccupations de la hiérarchie allemande et les inquiétudes de Rome."
"Il existe différentes manières de condamner, le document préparé par le Saint Office était à la fois ample et détaillé". Si aucun nom n'était cité on reconnaissait facilement les sources (particulièrement Hitler), on craignait en rédigeant l'encyclique que si Hitler se sentait visé, le concordait ne soit abrogé.
Il fallait donc à tout prix préserver le concordat (même si il ne fut pas respecté) et donc éliminer toutes les propositions condamnables listées par le Saint Office, il y avait  dans le projet initial une partie négative nette, prise de position morale et doctrinale , et une partie positive, réclamée par les évêques allemands.
Mais si la deuxième partie apparait bien dans l'encyclique, la partie "condamnation" est brouillée et atténuée, se bornant à des considérations générales alors que le Saint Office avait dénoncé avec précision.
On craignait donc une rupture, Schulte de Cologne la pensait possible, von Faulhaber de Munich pensait que cela dépendrait de la forme, il fallait éviter toute "polémique", s'abstenir de nommer le national-socialisme et le parti, évoquer la situation en Allemagne, mais simplement réaffirmer le dogme sur un ton pacifique, c'est ce point de vue qui l'emporta, il répondait aux désirs de Pacelli et du pape.
Maintenant c'est un document adressé aux catholiques allemands en premier, mais les nazis étaient capables de lire entre les lignes :
"En Allemagne, l'encyclique suscite une vive réaction du gouvernement nazi, qui s'estime attaqué. Les exemplaires de l'encyclique sont saisis, les entreprises qui ont (secrètement) participé à son impression sont fermées et une partie de leur personnel est arrêté. Le 23 mars, Hanns Kerrl, ministre des Affaires religieuses, écrit aux évêques allemands que « l'encyclique contient de sérieuses attaques contre les intérêts de la nation allemande. Elle essaie de diminuer l'autorité du Reich, de nuire aux intérêts de l'Allemagne à l'étranger et avant tout met en danger la paix de la communauté par un appel direct aux catholiques »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mit_brennender_Sorge

DenisLouis

Messages : 564
Réputation : 10
Date d'inscription : 15/06/2013
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 3 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  Spin Mar 7 Sep - 11:29

En suivant sur wiki la piste des évêques allemands opposés au nazisme, Clemens von Gahlen, Konrad von Preysing, Michael von Faulhaber (trois aristocrates d'origine, c'est ainsi), il est dit de von Faulhaber : "En 1937, il rédige le brouillon initial de l'encyclique Mit brennender Sorge condamnant le national-socialisme. Ce premier jet est ensuite complété et durci par le cardinal secrétaire d'État, Mgr Pacelli, futur Pie XII". Pas question de Saint Office. Mais peut-être que le rédacteur de wiki avait aussi pour souci de valoriser et défendre Pie XII ? https://fr.wikipedia.org/wiki/Michael_von_Faulhaber
Spin
Spin

Messages : 3203
Réputation : 1
Date d'inscription : 07/05/2013
Age : 69
Localisation : sur le Rhône

http://pagesperso-orange.fr/daruc/

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 3 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  DenisLouis Jeu 9 Sep - 19:26

"Pie XI a une bonne connaissance de l'Allemagne. Il n'ignore pas les difficultés posées par les séquelles du Kulturkampf dans un pays majoritairement protestant : les catholiques ne représentent que 32 % de la population, concentrés en Bavière et en Rhénanie. Néanmoins, cette importante minorité est active, en particulier s'agissant des mouvements de jeunesse. Elle compte 20 000 prêtres, 100 000 religieux et un parti politique, le Zentrum.

L'arrivée du Parti nazi au pouvoir en janvier 1933 change la donne. Le catholique conservateur Franz von Papen est nommé vice-chancelier. Le programme de restauration de la grandeur allemande séduit une partie des catholiques. De son côté, Pie XI est traumatisé par les événements de la Russie soviétique. Il relance les négociations au mois de mars, cette fois au niveau de l'Allemagne tout entière. Il s'appuie sur Mgr Pacelli, devenu secrétaire d'État, Mgr Gröber, archevêque de Fribourg, et Mgr Kaas, président du Zentrum. Hitler lui-même est peu convaincu par l'idée d'un tel accord, mais von Papen le convainc : il lui fait miroiter le ralliement de l'électorat catholique.

Les négociations se déroulent très rapidement. Le 20 juillet, la convention est signée. Von Papen y voit une grande victoire contre le bolchévisme ; Pie XI un accord « inattendu et inespéré » (M. Agostino), évitant un nouveau Kulturkampf. Si le Zentrum disparaît, l'Église catholique romaine est reconnue pour la première fois dans l'ensemble du Reich ; les associations, les œuvres de jeunesse, l'école confessionnelle se voient accorder des garanties ; les biens confisqués sont restitués.
Les catholiques allemands accueillent le concordat d'un œil plutôt favorable ; ainsi du cardinal Bertram, qui avait pourtant présidé la conférence de Fulda (1932) interdisant aux catholiques d'adhérer à la NSDAP. De fait, le gouvernement nazi paraît un interlocuteur plus digne de confiance que la république de Weimar, accusée de tous les maux. Du côté des nazis, on se satisfait de la disparition du Zentrum. De plus, l’article 14 du concordat disposait : « Les nominations d’archevêques, d’évêques et toute autre nomination ne deviendront définitives que lorsque le représentant du Reich aura donné son accord pour ce qui est de savoir si ces nominations ne présentent pas d’inconvénients au point de vue politique générale ».
« La conclusion du concordat me paraît apporter la garantie suffisante que les citoyens du Reich de confession catholique se mettront dorénavant sans réserve au service du nouvel État national-socialiste. » déclarera Adolf Hitler[2].
Dans les années 1950 eurent lieu les discussions sur la validité du concordat. La question se pose alors des conditions dans lesquelles cet accord a pu se réaliser, notamment sur des liens entre le vote de la loi des pleins pouvoirs le 24 mars 1933 auquel participe le parti catholique Zentrum, la déclaration des évêques allemands à Fulda le 28 mars relevant l'interdiction pour les catholiques d'adhérer au Parti national-socialiste et le début des négociations du concordat début avril. Certains historiens allemands et notamment Karl Dietrich Bracher ou Klaus Scholder (en) considèrent que ces événements sont intimement liés et qu'il y a donc eu un marchandage entre la Curie romaine et l'Allemagne nazie. D'autres, comme Konrad Repgen, réfutent cette thèse, considérant que les initiatives du parti et des évêques allemands n'ont pas été téléguidées par la Curie. L'ouverture des archives vaticanes ces dernières années ne permet pas de trancher le débat[4]".

https://www.frwiki.org/wiki/Concordat_avec_le_Reich



"Quand les nazis prirent le pou­voir, en janvier 1933, Eugenio Pacelli, nommé entre-temps ­­se­cré­taire d'État, ne changea pas fondamentalement d'at­titude. Hos­­­­­tile jusque-là à une alliance entre le Zentrum, parti d'inspiration catholique, et les diverses formations de gauche, il déconseilla l'affrontement avec les nouveaux maîtres de l'État et, « le revolver sur la tempe » - son expression -, il accepta la signature d'un concordat, un pacte avec le diable qui garantissait la pastorale et la stabilité de l'Église dans le cadre de la dictature nationale-socialiste."

https://www.lefigaro.fr/livres/2009/06/25/03005-20090625ARTFIG00416-ce-que-les-archives-du-vatican-disent-sur-pie-xii-.php

Concordat toujours en vigueur donc.

DenisLouis

Messages : 564
Réputation : 10
Date d'inscription : 15/06/2013
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 3 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  Jans Ven 10 Sep - 10:37

"En 1937, il rédige le brouillon initial de l'encyclique Mit brennender Sorge condamnant le national-socialisme. Ce premier jet est ensuite complété et durci par le cardinal secrétaire d'État, Mgr Pacelli, futur Pie XII"
Ce qui est dit clairement dans l'encyclique :
"Les espoirs mis dans le concordat ont été cruellement démentis.
Les croyants catholiques fidèles son l'objet de désagréments, vexations, mauvais traitements voire de persécution.
On mène une guerre d'extermination contre le Christ et son Église.
Celui qui croit que la race, la communauté du peuple ou l'État est au-dessus de la foi dans le Christ n'est pas chrétien."

Le national-socialisme n'est pas cité nommément, ni le Chancelier, ni la persécution des Juifs, ni les lois de Nuremberg. C'est à la fois une critique sévère des autorités "qui laissent faire"(sic)  ou "agissent elles-mêmes" et, vu la gravité de la situation, très en-deçà de ce qui aurait pu nuire plus gravement aux nazis. Car, enfin, à cette époque de nombreux prêtres se trouvaient internés en camp de concentration, surtout à Dachau près de Munich. des chefs de mouvements de jeunesse chrétiens ont été assassinés.
Jans
Jans

Messages : 2281
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 65
Localisation : IdF

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 3 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  Spin Ven 10 Sep - 12:28

Jans a écrit:Le national-socialisme n'est pas cité nommément, ni le Chancelier, ni la persécution des Juifs, ni les lois de Nuremberg. C'est à la fois une critique sévère des autorités "qui laissent faire"(sic)  ou "agissent elles-mêmes" et, vu la gravité de la situation, très en-deçà de ce qui aurait pu nuire plus gravement aux nazis. Car, enfin, à cette époque de nombreux prêtres se trouvaient internés en camp de concentration, surtout à Dachau près de Munich. des chefs de mouvements de jeunesse chrétiens ont été assassinés.
Il me semble qu'une encyclique a plus pour but d'énoncer ou rappeler des principes que de traiter l'actualité (même si, en l'occurrence, elle était exceptionnellement en allemand).

Après, on pourra se demander longtemps ce qui se serait passé si le texte avait été plus explicite (il aurait pu aussi l'être moins), sachant quand même qu'avec l'absorption de l'Autriche à peu près la moitié de la population du Reich était catholique.
Spin
Spin

Messages : 3203
Réputation : 1
Date d'inscription : 07/05/2013
Age : 69
Localisation : sur le Rhône

http://pagesperso-orange.fr/daruc/

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 3 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  Jans Ven 10 Sep - 17:52

Disons qu'une encyclique condamnant plus vigoureusement les nazis aurait évité aux évêques autrichiens d'appeler à voter le "rattachement au Reich" (Anschluss ne signifie pas annexion) en mars 38, et à l'archevêque de Vienne de saluer heil Hitler!
Jans
Jans

Messages : 2281
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 65
Localisation : IdF

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 3 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  DenisLouis Mer 22 Sep - 14:51

Il y a au moins deux livres sur soeur Pascalina,  "La Popessa" traduit en français,

un autre en allemand et traduit en italien : http://www.lelitteraire.com/?p=3524

et un film en  collaboration ARD/RAI, en italien :

https://fr.zenit.org/2012/04/20/telefilm-sur-pascalina-lehnert-secretaire-du-pape-pacelli/


on peut mettre une traduction en espagnol ou portugais, pas en français :

https://www.youtube.com/watch?v=LqMxRi29V0w&t=0s

DenisLouis

Messages : 564
Réputation : 10
Date d'inscription : 15/06/2013
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 3 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  DenisLouis Mar 12 Oct - 14:42

Je viens de lire ces précisions, je savais juste qu'il y avait des appuis  au Vatican à la Curie et que ses livres n'avaient pas été condamnés.

"Jacques Maritain, le frère ennemi de Guénon, publia lui aussi son œuvre majeure la même année (1932) : Les degrés du savoir. Maritain ne fit aucune allusion explicite à Guénon mais le visa directement. Il parla de « doctrines arrogantes [...] au nom de l'Orient », « d'hyper intellectualisme ésotérique » et que seul « l'amour, je dis l'amour surnaturel  », la charité, peut opérer le dépassement qui mène à Dieu. Guénon devait répondre que ce qu'il appelle la métaphysique n'a rien à voir avec de la spéculation pure mais relève de la connaissance « suprarationnelle ». Jacques Maritain, lorsqu'il devint ambassadeur de France au Vatican après la Seconde Guerre mondiale, demanda la mise à l'Index de l'œuvre de Guénon, demande qui n'aboutit pas par le refus de Pie XII et le soutien du cardinal Tisserant"

https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_%C3%89tats_multiples_de_l%27%C3%AAtre

Autre film, plutôt à charge sur Pie XII, ce sont des documents d'archives sur les papes du XXème siècle, début avec  Pie XI, ensuite Pie XII, puis Jean XXIII et les autres papes jusqu'à Jean-Paul II :

https://www.youtube.com/watch?v=tEBXaCtdE08

DenisLouis

Messages : 564
Réputation : 10
Date d'inscription : 15/06/2013
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 3 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum