Dialogue-Abraham
L'équipe de "Dialogue Abraham" vous souhaite la bienvenue !

Ce forum recherche avant tout une atmosphère cordiale et respectueuse, chacun s'efforçant d'écouter l'autre avec la même bienveillance qui doit accueillir son propre témoignage.

Nous travaillons à nous comprendre mutuellement en vérité, et non à entretenir des conflits.

Nous ne sommes pas parfaits, mais pensons qu'il est possible d'avoir des échanges de qualité sur les sujets religieux.

Puissiez-vous, vous qui venez ici, contribuer à cet effort

Une maison du temps de Jésus découverte à Nazareth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une maison du temps de Jésus découverte à Nazareth

Message  Roque le Ven 1 Juin - 22:53

Cette information date en fait, déjà, de décembre 2009. Je l’avais entendue à la radio (RFI). J’ai d’abord été très surpris d’apprendre que le village de Nazareth était situé sur un soubassement rocheux et que les citernes étaient un témoin incontestable d’occupation humaine. Mais comme les fouilles en cours annonçaient la découverte encore d’autres citernes et peut-être des passages sous-terrains, non encore explorés, notamment en direction de la Basilique de l’Annonciation, j’ai préféré attendre. Maintenant après 2 ans rien de très nouveau, mais je pense avoir suffisamment attendu.

Ce post est essentiellement composé à partir de deux sources :
- L’une est le commentaire sur site « mariedenazareth.com » qui reprend le compte rendu des fouilles archéologiques de l'Israel Antiquities Authority, fouilles dirigées par Mme Yardenna Alexandre, sur : http://www.mariedenazareth.com/15337.0.html?&L=0
- L’autre est le commentaire de M. O. Bonnassies, directeur de l´Association Marie de Nazareth qui a entrepris la construction du Centre international Marie de Nazareth, lequel a été l’occasion de ces fouilles, sur : http://www.zenit.org/article-23086?l=french


Une première : une maison du temps de Jésus à Nazareth
:arrow: http://www.mariedenazareth.com/15337.0.html?&L=0

Pour la toute première fois, un bâtiment d'habitation du temps de Jésus a été découvert près de la Basilique de l'Annonciation, à Nazareth. Une découverte archéologique qui aide à comprendre le style de vie à l'époque, dans le village.

Des vestiges ont été découverts dans les fouilles archéologiques de l'Israel Antiquities Authority à l'occasion de la construction du Centre international Marie de Nazareth, situé dans le secteur où Jésus aurait vécu, selon la tradition.

L'Autorité Israélienne des Antiquités explique dans un communiqué que « des vestiges d'une habitation qui remontent à la période romaine ont été découverts pour la première fois dans des fouilles réalisées avant la construction du Centre international Marie de Nazareth à côté de l'église de l'Annonciation ».

« Jésus a sûrement connu ce lieu et peut être cette maison ! », ajoute, dans un communiqué, l'Association Marie de Nazareth, responsable de la construction du Centre.

« En 1969, l'église de l'Annonciation a été érigée à l'endroit que la foi catholique a identifié avec la maison de Marie. Elle a été construite sur les vestiges de trois églises antérieures, dont la plus ancienne est attribuée à la période byzantine (IVe siècle). Au vu des plans de ce nouveau Centre, l'Israel Antiquities Authority a récemment entrepris une petite fouille archéologique à proximité de l'église, qui a abouti à la découverte de cette structure ».

Selon Yardenna Alexandre, directrice des fouilles au nom de l'Israel Antiquities Authority, « la découverte est d'une importance capitale car elle révèle pour la première fois une maison du village juif de Nazareth et de ce fait met en lumière la façon de vivre au temps de Jésus. Le bâtiment que nous avons trouvé est petit et modeste et il est fort probablement typique des habitations de Nazareth à cette époque. Par les rares sources écrites existantes, nous savons qu'au premier siècle, Nazareth était un petit village juif, situé dans une vallée. Jusqu'à présent, un certain nombre de tombes datant de l'époque de Jésus de Nazareth ont été trouvées, mais aucun vestige n'a été découvert qui puisse être attribué à cette période ».

« Dans l'excavation, un large mur qui remonte à la période mamelouk (XVe siècle) a été retrouvé. Il a été construit par dessus et a « utilisé » les murs d'une construction ancienne. Ce bâtiment se composait auparavant de deux chambres et d'une cour dans laquelle il y avait une citerne taillée dans le rocher, dans laquelle l'eau de pluie était conservée », lit-on dans le communiqué.

« Les objets récupérés à l'intérieur du bâtiment sont peu nombreux et le plus souvent sont des fragments de vases de l'époque romaine précoce (Ier et IIe siècles). En outre, plusieurs fragments de poteries ont été trouvés, utilisés seulement par des Juifs en cette période, parce que ces récipients ne sont pas susceptibles de devenir rituellement impurs », toujours selon le communiqué.

Une autre fosse, dont l'entrée était apparemment camouflée, a été creusée, et quelques tessons de poteries de l'époque romaine précoce ont été trouvés à l'intérieur.

L'archéologue Alexandre, a déclaré : « En fonction des autres fouilles que j'ai menées dans d'autres villages de la région, cette fosse a probablement été taillée dans le cadre des préparatifs entrepris par les Juifs pour se protéger pendant la grande révolte contre les Romains en 67 ap. J.-C. ».

Selon l'Autorité Israélienne des Antiquités, « dans quelques-unes des fouilles archéologiques qui ont été menées dans cette ville surpeuplée, un certain nombre de grottes funéraires datant de la période de l'Ancien Empire romain ont été découvertes, elles sont situées à proximité de la zone habitée ».

L'Église moderne de l'Annonciation a été construite au cœur de Nazareth, au-dessus de l'église de l'Annonciation des Croisés et sur les ruines d'une église de l'époque byzantine.

« Au milieu de ces églises, il y a une grotte qui a déjà été attribuée dans l'Antiquité à la maison de la famille de Jésus.

De nombreuses fosses de stockage et des citernes, dont certaines remontent à la période de l'Ancien Empire romain, ont été retrouvées dans l'enceinte de l'église de l'Annonciation », a expliqué l'Autorité israélienne.

Toujours selon l'Autorité israélienne des antiquités, « L'Association Marie de Nazareth se propose de conserver et de présenter ces vestiges de la maison nouvellement découverte à l'intérieur du bâtiment prévu pour le Centre International Marie de Nazareth », qui sera inauguré fin 2010.

Le Centre International Marial, au cœur de Nazareth, proposera aux habitants de Terre Sainte et aux touristes et pèlerins, un parcours multimédia pour aider à comprendre la place de Marie de Nazareth, au cœur de la foi chrétienne.

Ce projet est catholique à vocation œcuménique, mais aussi en lien avec les juifs et les musulmans. Ce Centre est animé par la Communauté du Chemin Neuf (Communauté française née en 1973 à Lyon, qui regroupe près de 1.500 personnes dans 25 pays).


Cette maison est spécialement bien placée.
:arrow: http://www.zenit.org/article-23086?l=french

Cette maison se trouve au centre d’un quadrilatère d’à peine 300 mètres de coté délimité par quatre lieux remarquables :
- La grotte de l’Annonciation, maintenant la Basilique de l’Annonciation, au maximum 100 mètres ;
- La grotte de Saint Joseph, son atelier, maintenant Église Saint Joseph, à la même distance ;
- La fameuse synagogue du temps de Jésus, aussi quelques 100 mètres ;
- Le tombeau du Juste réputé être celui de Saint Joseph, à une peu plus de 100 mètres.

1. La Grotte de l’Annonciation

La maison de Marie s'appuyait avec trois murs sur cette roche, comme beaucoup d'habitation de Galilée, et comme la maison qui vient d'être découverte : les parties creusées dans la roche, « bâties sur le roc » comme dit l'Evangile, sont solides, fraîches l'été et tempérées l'hiver. Mais les départs de murs qu'on voit creusés dans la roche ont été vidés. On a retrouvé aussi une dizaine de citernes creusées dans la roche dans ce périmètre, ce qui prouve le souci de toujours d'économiser et de bien utiliser l'eau. Le niveau du premier siècle est visible jusqu'à l'extérieur de la Basilique. Le P. Bagatti, qui a conduit les fouilles pour les franciscains dans les années 60 a publié deux ouvrages sur les découvertes de Nazareth. On a retrouvé là des céramiques du 1er siècle en petit nombre et beaucoup d'autres du III° siècle. Le numéro du Monde de la Bible consacré à Nazareth résume bien tout cela.

2. Sous l’Église Saint Joseph

On a retrouvé sous l'Église Saint Joseph des bains rituels pas faciles à dater mais certainement très anciens. Une tradition orale attribue ce lieu à Saint Joseph, parce que ce serait l'atelier de Joseph. Cela peut paraître léger mais il faut vraiment se garder de mépriser les traditions orales locales. Mgr Marcuzzo, évêque latin à Nazareth, qui accompagne le projet « Marie de Nazareth » nous rappelle souvent que ces traditions sont très sérieuses et qu'elles n'ont jamais été prises en défaut par l'archéologie. Au contraire, les découvertes archéologiques les ont toujours confortées.

3. Le Tombeau du Juste

A Nazareth même : lorsque les Sœurs de Nazareth se sont installées ici au XIX° siècle, elles ont acheté un terrain qui était connu localement comme celui du « Tombeau du Juste », mais aucun élément ne pouvait laisser penser à la vérité de cette tradition. Les Sœurs croyaient même qu'on leur disait cela simplement pour leur faire payer le terrain plus cher ! Mais quelques dizaines d'années plus tard, une sœur qui travaillait le sol a vu celui-ci se dérober sous elle et elle est tombée d'un étage, découvrant une cavité, qui s'est révélée de l'époque croisée. Les chercheurs alertés se sont mis à creuser et à fouiller parce que les éléments croisés sont le plus souvent construit sur des ruines byzantines, qui elles-mêmes sont bâties sur des éléments importants du 1er siècle. Les découvertes locales que l'on peut aujourd'hui visiter (en demandant aux Sœurs de Nazareth !) ont été vraiment impressionnantes et 4 niveaux ont été dégagés, avec des maisons, des citernes, des mikvés (bains rituels) et une voie romaine au dessous de laquelle, au plus bas, se trouve un magnifique tombeau princier du 1er siècle, creusé dans la roche et fermé avec une pierre à rouler. Il y avait bien ici un « Tombeau du Juste » et ce tombeau pourrait très bien être celui de Joseph, le Juste (Mt 1,19), digne d'un prince de la maison royale de David. On y a retrouvé aussi des céramiques du 1er siècle.

4. La Synagogue de Nazareth

La Synagogue de Jésus, à côté de laquelle se trouve l'Église Melkite. L'édifice que nous voyons aujourd'hui date de la fin du XVIII° siècle, et il n'y a eu aucunes fouilles en ce lieu, mais il y a une tradition. C'est ici qu'on se souvient que Jésus priait à la Synagogue et qu'elle représentait aussi un lieu très important pour lui, comme sa maison, son atelier de travail et le Tombeau de son père putatif. Le Centre marial que nous construisons aura la grâce de se situer au beau milieu de ces quatre lieux de vénération de la mémoire du Christ et de sa Mère, au cœur du mystère de Nazareth.

5. Les autres découvertes à Nazareth

Lorsque nous avons commencé les travaux du Centre marial, on nous avait signalé une citerne creusée dans la roche à 50 m de la cour de l'école. Nous en avons trouvé deux autres, dont une très grande, de 7 mètres de haut et de 4 mètres de large. Les archéologues israéliens en ont trouvé une autre, qui n'est pas encore totalement dégagée, et à côté de laquelle se trouve un trou taillé dans la roche, sans doute pour poser les jarres qu'on remplissait d'eau.
Il y a aussi une cachette, creusée dans la roche, qu'on a retrouvé dissimulée sous une pierre taillée, et entièrement vide. On peut y mettre 5 à 6 personnes.

Enfin, en plus des restes de la période hellénistique et romaine, il y a un épais mur mamelouk du XV° siècle, moins intéressant sur le plan archéologique, qui sera peut-être enlevé

En dehors des 5 lieux dont nous venons de parler, qui sont tous dans le périmètre proche du Lieu saint de l'Annonciation, il y a un autre lieu très antique : c'est la Fontaine de Nazareth, située à 500 mètres de la maison de Marie, vers le nord. On pense que le village antique s'étalait entre ces deux lieux : de la Fontaine au Tombeau du Juste, car les tombeaux étaient à l'extérieur des villes, pour des raisons de pureté rituelle. La Fontaine date certainement aussi du temps du Christ : les fouilles réalisées en l'an 2000 en ce lieu ont permis de retrouver un « cardo », une voie romaine, qui passe à côté. Une très belle Eglise orthodoxe est bâtie sur ce lieu où une tradition évoque une première rencontre de la Vierge avec l'Ange Gabriel, avant l'Annonciation.

Oui, il y a beaucoup de choses à Nazareth. Il faut aussi signaler la découverte à partir de 2003 de thermes d'une taille impressionnante, à 4,5 m en dessous du sol, à 50 mètres de la Fontaine. Les céramiques et monnaies retrouvées sont arabes et musulmanes, comme aux thermes de Jéricho de l'époque Omeyyade, qui imitent les thermes romains de Bet Shéan, avec des hypocaustes différents. On peut les dater du 7° ou 8° siècle mais la taille des fours à bois confirme qu'il y avait depuis les origines et jusqu'à cette époque de très grandes forêts autour de Nazareth, pour permettre le chauffage régulier de si grandes quantités d'eau. Ces forêts ont disparu à l'époque moderne, à cause d'un impôt sur les arbres imposé par un Sultan et de coupes systématiques pour alimenter les chemins de fer. Tout cela a changé en quelques décennies le climat et l'environnement qui est devenu désertique et rocailleux, mais il faut se représenter la Nazareth antique d'une toute autre manière. Comme un pays où vraiment « ruisselle le lait et le miel » comme dit la Bible. C'était le grenier d'Israël avec une terre très fertile. L'historien juif Flavius Josèphe, en témoigne dans sa relation de la Guerre des juifs : « La Galilée est, dans toute son étendue, grasse, riche en pâturages, plantée d'arbres variés, sa fécondité encourage même les plus paresseux à l'agriculture. Aussi le sol a-t-il été mis en valeur tout entier par les habitants : aucune parcelle n'est restée en friche. Il y a beaucoup de villes, et les bourgades mêmes sont si abondamment peuplées, grâce à la fertilité du sol, que la moindre d'entre elles compte encore quinze mille habitants » (Guerre des juifs 3,42-43)



Thèse contraire : Nazareth n’était pas connue au temps de Jésus, il a fallu l’inventer.

Certains spécialistes disent que Nazareth n'existait peut-être pas au temps du Christ et que c'est seulement très tardivement que Nazareth aurait pris une certaine ampleur, une certaine considération. Or maintenant nous avons la preuve que non. Voici un texte trouvé sur un site qui essaie de démontrer que Nazareth n'existait pas. Sur : http://le-carrefour-de-lislam.com/Messie/Nazara.htm. C'est une argumentation un peu confuse appuyée sur l'avis d'un certain R. Ambelain. Voir le spoiler.

Spoiler:
Un grand problème s’est posé pour les gens de l’Évangile, où est situé exactement cette ville de Nazareth. Le nom est orthographié de trois façon dans Mt (2.23 « Nasèrèt », 4.12 « Nazara », 21.11) ; il y avait même une quatrième forme attestée par la vieille version syriaque. « De Nazareth, peut-il sortir quelque chose de bon ? » fait-on dire à un dénommé Nathanaël, répétant un propos, dit-on, courant en Galilée (Bible. Jn 1.46). Sarwat de déclarer : « On a remarqué que les documents anciens, juifs ou païens, ne mentionnent pas cette ville, elle est passée sous silence par l’Ancien Testament, le Talmud et Josèphe. De même les épitres de Paul et les épitres dites catholiques ne le mentionnent pas. Le premier témoignage d’une bourgade de ce nom, en dehors du Nouveau Testament, est celui de Julien l’Africain à la fin du siècle. Avant cela, seuls les Évangiles et les Actes citent Nazareth, et l’on peut dire que leur témoignage en vaut un autre, quoique ce témoignage nous soit parvenu par des textes qui datent du 1er siècle ou au début du 2ème siècle, non du temps de Jésus. En fait le site, d’après les données archéologiques, était habité dès le IIème millénaire avant notre ère, avec des vestiges égyptiens (albâtres, scarabées), mais il semble qu’à l’époque de Jésus était une bourgade sans importance. » (Op. cit. t, II, P. 121).

Selon R. Ambelain : « La bourgade actuelle, en fait, n’est apparue matériellement qu’au huitième siècle car il fallut bien, un jour et finalement, situer cette Nazareth dont parlaient les Évangiles ; les pèlerins devenaient de plus en plus nombreux ; ils voulaient visiter Nazareth. On s’arrangea pour la créer.

… Nous observons toutefois que si les textes d’époque ignorant totalement cette bourgade du nom de Nazareth, le Moyen Age, et même nos temps modernes lui ont conféré un lustre indiscutable.

En effet, en 1291, l’année où tomba Saint-Jean-d’Acre, chute qui marque la fin de la présence franque en Palestine, Syrie, etc …, et l’échec des Croisades, il se produisit un fait extraordinaire. Le 10 mai 1291, soit le 21 mai en style grégorien, prévoyant les futures invasions turques, puis mongoles, les anges enlevèrent la maison de la Sainte Famille, à Nazareth, et, à travers ciel, le transfèrent en Croatie à Susak, sur la colline de Tersatto. L’emplacement exact est maintenant, occupé par une Eglise du XVème siècle : Notre-Dame de la Mer.

Trois ans et demi plus tard, ayant sans doute consulté l’ange de la Prophétie, et prévoyant l’arrivée future des Turques en Croatie, la même légion angélique, enleva de nouveau à Susak la maison de la Sainte famille, et, dans les airs transféra en Italie, à Lorette, près d’Ancône, de l’autre coté de l’Adriatique. Le 10 décembre 1294, au matin, un qui fut bien étonné, ce q=fut évidemment le propriétaire du terrain sur lequel les anges la déposèrent. En vertu du Traité de Latran, le sanctuaire qui fut par la suite élevé pour abriter le « Santa Casa », est propriétaire du Saint Siège, il est l’objet d’une grande vénération et de fréquents pèlerinages annuels (fêtes : 25 mars, 15 août, 8 septembre, 8-10 décembre). Par ailleurs depuis 1920, Notre-Dame de Lorette est devenue la patronne des aviateurs, ce qui était tout à fait indiqué.

… Le lecteur qui désire aller en pèlerinage tant à Susak, en Croatie, qu’à Lorette, en Italie retrouvera tous les renseignements concernant la maison de la sainte Famille dans les guides touristiques habituels. Toutefois, les spécialistes de l’angéologie n’ont pas encore déterminé avec certitude le « chœur » auquel appartenaient les transporteurs célestes de 1291 et 1294. » (Po. cit. p. 131-132)

Conclusion : on ne connaîtra pas exactement le « lieu de Refuge » de Marie et de son enfant. Il semble que la venue de l’Islam dans cette partie du monde, a obligé les Dignitaires religieux de l’Évangile à se positionner ? Sinon on ne connaissait pas de lieu, il a bien fallu pour eux, l’inventer »

Plan du quadrilatère définissant, selon la Tradition, le cadre de vie historique de la vie de Jésus et de la Sainte Famille, pendant 30 ans à Nazareth : entre la maison de Marie, l’atelier de Joseph, la Synagogue, et le Tombeau du Juste, souvent attribué à Joseph (mieux visible sur http://www.mariedenazareth.com/15337.0.html?&L=0 )




Des citernes :

Roque

Messages : 4573
Réputation : 20
Date d'inscription : 15/02/2011
Age : 73
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison du temps de Jésus découverte à Nazareth

Message  -Ren- le Sam 2 Juin - 8:51

merci d'avoir lancé ce fil :jap:

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15344
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison du temps de Jésus découverte à Nazareth

Message  Roque le Sam 2 Juin - 10:26

Dans ce quadrilatère on peut se permettre d'imaginer la vie de la Sainte Famille

Nous avons donc le cadre de la Sainte Famille : la grotte qui sert d'habitation à la famille, également : lieu de l'Annonciation, l'atelier de travail de Joseph, le tombeau dU Juste, Marie étant veuve et le lieu de prière du shabbat : la Synagogue.
La réalité dominante de ce que fût la vie de Jésus, Marie et Joseph dans leur petite ville de Nazareth où Joseph exerçait le métier de charpentier, c'est la simplicité.

Bien que d'ascendance illustre par ses aïeux - puisqu'elle descendait du roi David - la Sainte Famille menait, au milieu d'une nombreuse parenté, la vie d'un foyer modeste, ni pauvre ni riche, gagnant à la sueur de son front le pain quotidien et respectant les lois administratives et sociales de son peuple.

Rythmée par la prière commune à la synagogue, les rites et les nombreuses fêtes religieuses du judaïsme (dont entre autres, le rite de la circoncision, la fête des Tentes, le pélerinage au temple de Jérusalem), la vie de prière de la Sainte Famille était extérieurement celle de tout bon Israélite pratiquant de l'époque.

Pourtant, derrière la modestie de ce comportement respectueux des us et coutumes de sa culture, la Sainte Famille vivait une réalité tellement grandiose, que seuls silence et discrétion pouvaient assurer au Foyer de Nazareth la sérénité nécessaire au développement du plan de Dieu : donner naissance au Messie tant attendu depuis des siècles par le peuple hébreu, Jésus, le Christ-Sauveur du monde, et veiller sur son enfance et son adolescence jusqu'à ce qu'Il atteigne sa pleine maturité d'homme et puisse commencer sa vie publique et la prédication de son Evangile.

C'est en effet dans l'humble demeure de Nazareth que commencèrent à se dérouler, entre les membres de la Sainte Famille, les premières pages de ce Nouveau Testament que le Ciel, en son Verbe fait chair, est venu donner aux hommes, par amour et pour le salut de tous.
:arrow: http://www.mariedenazareth.com/59.0.html?&L=0

La Maison de Marie qui est aussi la grotte de l'Annonciation :
:arrow: http://www.h2onews.org/francais/159-Marie%20du%20Nazareth/224448493-la-basilique-de-l%e2%80%99annonciation.html
:arrow: http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=YmB6LJOyzrk

Roque

Messages : 4573
Réputation : 20
Date d'inscription : 15/02/2011
Age : 73
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison du temps de Jésus découverte à Nazareth

Message  Roque le Mar 3 Mar - 20:14

Nazôréens et Nazaréens

Ces curieux Nazôréens

Ce village d’apparence banale offre une singularité qui lui donne toute son importance, comme l’a souligné Bargil Pixner (*). Son nom vient en effet du mot hébreu netzer qui signifie surgeon ou rejeton. Nazara ou Nazareth – que l’on écrivait alors Natzareth (avec un t tzadé et non un z, zaïn) (*) – signifie le « Petit Surgeon ». Il a été fondé par un clan familial, les Nazôréens, se prétendant les lointains rejetons de Jessé et Bethléem, père de David. Ce clan, venu de Babylone, s’y était installé probablement vers la fin du IIe siècle avant J.-C. et avait donné son nom au nouveau village, de la même manière explique le père Pixner, que Dan était devenu celui de la tribu de Dan, Shomrom-Samari celui de Shomer, Jérusalem des Jébusites et Manda de Mandéens …

Des traces d’habitats de l’âge de bronze ont été repérées à Nazareth, qui fut ensuite abandonnée en 733, après la conquête de la Galilée par le roi assyrien Teglath-Phalazar III et la déportation massive des juifs. Il demeura désert du VIème au IIème siècle avant J.-C. (on n‘y a retrouvé par exemple, aucun reste de poteries perses ou pré-hellénistiques). La province avait été paganisée et vidée des anciennes tribus d’Israël. A l’époque des Maccabées, on ne dénombrait plus dans la région que quelques familles juives dispersée. Tout changea avec l’hasmonéen Jean Hyrcan. Lui et ses successeurs forcèrent les habitants à se faire circoncire ou à prendre le chemin de l‘exil. Des juifs de Babylone et de Perse furent encouragés à s’y installer. C’est probablement à cette époque que les Nazôréens, de retour de Babylone, s’y fixèrent, dans le cadre de la politique de rejudaïsation.

Le clan, qui avait un autre établissement à l’est du Golan, à Kokhaba, était convaincu que, de son sein tôt ou tard, naîtrait un messie royal, souverain davidique triomphant, qui  règnerait sur Israël enfin libéré. Le nom de Kokhaba signifie en araméen « étoile », ce qui renvoie précisément à l’étoile messianique annoncée au livre des Nombres (« Une étoile sortira de Jacob et un sceptre se lèvera d’Israël » (*). Ainsi, comme l’observe le père Etienne Nodet, Nazareth portaient-ils l’un et l’autre « un nom usuel tiré de l’espérance de [leurs] habitants » (*). Ce clan, bien entendu, s’appliquait à lui-même la prophétie messianique d’Isaïe : « Un rejeton sortira de la souche de Jessé, un surgeon pousser (ou jaillira) de ses racines. » Une grande lumière venue de Galilée resplendira. Viendra alors un « merveilleux Conseiller », « Prince de paix », qui étendra son pouvoir « sur le trône de David et sur son royaume (*) ».

Ces Nazôréens n’étaient pas pour autant les précurseurs du mouvement révolutionnaire zélote qui apparaîtra dans la seconde moitié du Ier siècle et mènera la lutte contre les Romains. C’étaient de pacifiques paysans, cultivateurs et artisans ruraux. A la différence des esséniens, ils se rendaient régulièrement au temple de Jérusalem à l’occasion des grandes fêtes. Probablement étaient-ils surveillés par les grands prêtres et les autorités officielles qui n’avaient aucun intérêt à voir se développer une agitation messianique remettant en cause le peu de pouvoir qu’ils tenaient des Romains.

Jésus est à la fois un habitant de Nazareth et un Nazôréen, descendant de David. Ainsi se comprend la phrase un peu énigmatique de l’évangile de Matthieu parlant de Joseph, père de Jésus, qui « vint s’établir dans une ville appelée Nazareth, pour que s’accomplisse l’oracle des prophètes : Il [Jésus] sera appelé Nazôréen ». Le terme ne signifie pas « habitant de Nazareth » (une telle prophétie n’existe nulle part dans le Premier Testament, qui ne cite même pas le nom de cet obscur et minuscule village), mais descendant de la souche Jessé, issu de la lignée royale davidique. C'est ce que soulignait déjà Jérôme vers 390 dans un commentaire de ce passage qui présentait de la difficulté, et, vers 395, dans sa lettre 57 à Pammachius (traduisant ainsi le verset de Matthieu : « de sa souche fut issu le Nazôréen »). Nazôréen et Nazaréen pour les Judéens de son temps avaient bien cette signification. On en a la preuve par un détail mentionné dans l’évangiles de Luc et de Marc : l’histoire du mendiant de Jéricho. Quand on dit à ce malheureux que Jésus le Nazôréen passait devant lui, il s’écria spontanément : « Fils de David, aie pitié de moi ! ». Une référence voisine se trouve dans le Talmud de Babylone (*). Parmi les cinq maîtres nommés Jésus, il en est un qui porte le nom de netzer. Lui est appliqué la citation d’Isaïe : « Tu seras jeté hors de ton sépulcre, comme un rejeton méprisé (*). »

Le clan de Jésus

On peut penser, étant donné le petit nombre de ses habitants que tout le village appartenait à la dynastie davidique. Cela est sûr pour Joseph, le père légal de Jésus, sans doute décédé quand celui-ci se présente devant Jean le Baptiste, mais il est hautement probable que Marie, sa mère, était aussi du même lignage royal (*). On voit dans les évangiles de Matthieu et de Luc que le mariage avait été arrangé par les familles. Or les usages claniques à l’époque étaient extrêmement contraignants. Rarement transgressait-on la loi des ancêtres. A l’intérieur du petit groupe très fermé des Nazôréens, attaché à maintenir la tradition davidique, ces usages devaient l’être davantage. Selon le Rouleau du Temple, l’un des plus célèbres documents esséniens (IIe s. av. J.-C.), le roi d’Israël ne devait pas prendre femme « parmi les filles des nations ; mais c’est dans sa propre famille qu’il la prendra, dans le clan de son propre père (*) ». Hégésippe, juif hellénisé converti au christianisme (IIe s.), qui avait recueilli de précieuses informations sur la famille de Jésus auprès des judéo-chrétiens, confirme la tradition : « Marie apparaît de la même tribu que Joseph, car selon la loi de Moïse, il n’tait pas permis de se marier dans d’autres tribus que la sienne (*) ». L’origine davidique de Marie est attestée également par les judéo-chrétiens, par les chrétiens syriaques, comme l’anachorète Aphraate et Ephrem, diacre et docteur de l’Eglise, par Irénée, Justin, Origène, Augustin et beaucoup d’autres (*).

Dix références bibliographiques (*) : voir le livre.

:arrow: Jésus. J.C. Petitfils. Ed. Fayard pages 80 à 83. ISBN : 978-2-2134-65484-3

Roque

Messages : 4573
Réputation : 20
Date d'inscription : 15/02/2011
Age : 73
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison du temps de Jésus découverte à Nazareth

Message  Idriss le Ven 13 Mar - 18:56

Wikippédia a écrit:La première mention en hébreu de Nazareth se trouve dans une liste gravée à la fin du IIIe siècle et retrouvée à Césarée maritime

A quel moment le lieu géographique aujourd'hui identifié comme étant le Nazareth de l'évangile  a-t-il été déterminé. Sur qu'elles bases?
Y a-t-il une continuité au moins orale depuis l'époque de Jésus? Quelles preuves tangibles possédons-nous?


Pistes sur wikippédia? :
Au IVe siècle, s'il faut en croire Eusèbe de Césarée et Épiphane de Salamine, c'est un centre essentiellement juif qui n'abrite « ni hellènes (polythéistes), ni Samaritains, ni Chrétiens18 » et ne possède pas d'église19 avant la moitié du IVe siècle6. La littérature rabbinique n'en parle pas, soit intentionnellement, soit simplement parce qu'il n'y a rien à dire.

Malgré son importance dans les traditions se rapportant à Jésus « de Nazareth », le village de Nazareth n'est pas devenu immédiatement un lieu de pèlerinage chrétien. Le premier lieu de dévotions y fut construit aux alentours du IVe siècle par Hélène, la mère de l'empereur Constantin Ier. Au VIe siècle, un pèlerin anonyme de la ville de Plaisance décrit la visite qu'il a faite à la synagogue de Nazareth où se trouve un banc miraculeux sur lequel Jésus se serait assis ainsi qu'un tome de la Loi qui lui aurait servi de livre de lecture. Celle-ci est identifiée par certains spécialistes comme un lieu de culte judéo-chrétien ou « nazaréen » et, à tout le moins, semble en tout cas témoigner de la coopération entre juifs et chrétiens locaux au profit de l'« industrie touristique » engendrée par les pèlerins. Certains interprètent le témoignage de ce pèlerin comme la description d'une basilique qui recouvre l'église-synagogue. La tradition y fixe la « maison de Marie » et correspond probablement à la basilique de l'Annonciation dans laquelle on a trouvé trace des restes de mosaïques byzantines portant des inscriptions en grec  http://fr.wikipedia.org/wiki/Nazareth.
avatar
Idriss

Messages : 3683
Réputation : 33
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison du temps de Jésus découverte à Nazareth

Message  Libremax le Ven 13 Mar - 20:51

Idriss a écrit:Y a-t-il une continuité au moins orale depuis l'époque de Jésus?

Du moins peut-on déjà l'imaginer.
Il y a eu depuis toujours une communauté judéo-chrétienne en palestine, qui s'est vite trouvée dépouillée de ses élites, remplacées par un clergé hellénophone, et vilipendée par les juifs rabbiniques, mais elle a nécessairement conservé le souvenir des lieux sacrés de la vie de Jésus. Les récits un peu colorés des fondations de l'impératrice Hélène n'empêchent pas que ces chrétiens de l'ombre ont pu la renseigner...
avatar
Libremax

Messages : 825
Réputation : 15
Date d'inscription : 18/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison du temps de Jésus découverte à Nazareth

Message  Roque le Ven 13 Mar - 21:02

Pour ma part, je sais seulement que le site a été déserté à partir de -733 comme indiqué plus haut et n'aurait été ré-habité qu'au 2ème siècle avant J.-C. La " recolonisation " serait l'œuvre de Jean Hyrcan (-134 à -102).

Le site d'habitation est bien attesté par des trous creusés (*) à même le roc qui constitue de sol qui sont soit des citernes, soit même des refuges aménagés dans les parois des citernes et il existe des souterrains (*) qui seraient en cours d'exploration notamment un à partir de la localisation de cette " maison " en direction la Basilique de l'Annonciation (si mon souvenir est bon). Je sais en outre qu'on a retrouvé des poteries - dont des ustensiles liturgiques juifs - de la période hellénistique (*) sur le site par contre - comme il est dit plus haut également - le site est dépourvu de restes de poteries perses ou pré-hellénistiques.

Tout ça (*) je l'ai entendu à la radio, la première fois que j'ai découvert ce sujet, mais je n'ai pas trouvé de compte-rendu de l'exploration de ces tunnels depuis 2009 ...

Pour la datation précise au 1er siècle, il y a sans doute d'autres précisions dans les dix références bibliographiques qui accompagnent ces pages du livre. J'ai même eu le flemme de les donner tant je doute qu'elles soient accessible par internet - il faudrait sans doute aller en bibliothèque. Mais je peux les donner (demain) et chercher un peu plus. :)

Pour l'instant, voici ce que j'ai trouvé qui a plus ou moins à voir avec le premier siècle :
En 1962, des fouilles réalisées au sein de la synagogue de Césarée Maritime ont mis en lumière un fragment d’inscription , de forme carrée et rédigée en hébreu. Le texte retrouvé liste le nom des familles de prêtres dont celle d’Happizzez, résident de Nazareth : l’épigraphe témoigne donc de l’existence d’un village à partir du IIème siècle ap. J-C.
[...]
La première mention extra-évangélique mais indirecte de Nazareth est présente dans certaines sources juives datant de la fin du Ier siècle ap. J-C, évoquant la communauté judéo-chrétienne qui croyait en « Jeshua‘ Hannozrî » (Jésus de Nazareth), les « nozrím » – habitants de Nazareth qui, avec les « miním » (hérétiques) furent inclus dans la douzième prière « Shemonè Esrè », glose prononcée lors du « synode de Jamnia-Javneh ».
[...]
L’ancien village s’étendait du nord au sud, sur la ligne de faîte de la colline abritant aujourd’hui la basilique de l’Annonciation, le couvent franciscain et l’église de Saint-Joseph. Les vestiges archéologiques datent la première forme de fréquentation de cette zone à l’âge du Bronze moyen (2000-1550 av. J-C).

Les fouilles réalisées au siècle dernier par les pères franciscains dans la zone des sanctuaires ont permis de découvrir les restes d’un village à vocation agricole ayant appartenu à l’âge du Fer (900-600 av. J-C), qui s’est peu à peu organisé en de simples habitations construites autour de grottes destinées aux travaux domestiques et servant d’abri pour les animaux. C’est dans cet environnement d’une extrême simplicité que Joseph et Marie vécurent leur existence, là où Jésus vécut son enfance.

Nazareth n’était pas très loin de Sepphoris, capitale administrative et commerciale de la Galilée qui, entre le 10ème et le 20ème siècle ap. J-C, fut reconstruite sur ordre du tétrarque Hérode Antipas. Les historiens n’excluent pas l’hypothèse selon laquelle les habitants de Nazareth auraient participé activement à ce projet.

Les fouilles laissent supposer que, dès le premier siècle de l’ère chrétienne, un groupe de juifs commençait à témoigner de leur foi en Dieu, parmi lesquels on retrouve les parents de Jésus, mentionnés à plusieurs reprises par Hégésippe (IIème siècle), Sextus Julius Africanus (v. 250) et Eusèbe de Césarée (IVème siècle). Les textes évoquent Judas avec les fils Joses et Jacques. Mais il est très probable que le Diacre Conon en faisait également partie : martyrisé en Asie Mineure lors du règne de Dèce (249-251 ap. J-C), il affirma en effet au tribunal être originaire de Nazareth de Galilée et être le descendant direct de la famille du Seigneur.

:arrow:  http://www.nazareth-fr.custodia.org/default.asp?id=6119[/color]


En rouge : sans aucun doute une erreur.
En vert : pourrait être un descendant du clan tribal des Nazôréens.

Roque

Messages : 4573
Réputation : 20
Date d'inscription : 15/02/2011
Age : 73
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une maison du temps de Jésus découverte à Nazareth

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum