Dialogue-Abraham
L'équipe de "Dialogue Abraham" vous souhaite la bienvenue !

Ce forum recherche avant tout une atmosphère cordiale et respectueuse, chacun s'efforçant d'écouter l'autre avec la même bienveillance qui doit accueillir son propre témoignage.

Nous travaillons à nous comprendre mutuellement en vérité, et non à entretenir des conflits.

Nous ne sommes pas parfaits, mais pensons qu'il est possible d'avoir des échanges de qualité sur les sujets religieux.

Puissiez-vous, vous qui venez ici, contribuer à cet effort

Nadia Yassine et son père...

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nadia Yassine et son père...

Message  -Ren- le Lun 16 Mai - 17:49

Un fil pour étudier deux personnes qui sont en général considérées commes des islamistes : Nadia Yassine et son père, Abdessalam.
Voici pour commencer l'article Wikipedia au sujet de ce dernier : http://fr.wikipedia.org/wiki/Abdessalam_Yassine

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15256
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  -Ren- le Mar 17 Mai - 18:54

Nadia Yassine est déjà plus présente sur le net... Personnage ambigu ( http://www.rue89.com/marseille/2008/11/09/nadia-yassine-une-islamiste-qui-dialogue-et-derange ), auteur du livre "toute voile dehors" ( http://www.jeuneafrique.com/Article/LIN23113nadiaeliovd0/ ), surnommée parfois la "Marine Le Pen du Maroc" ( http://www.emarrakech.info/La-mauvaise-foi-de-Nadia-Yassine_a4242.html ), elle a bien entendu son propre site : http://www.nadiayassine.net/fr/
Voici l'article Wikipedia la concernant : http://fr.wikipedia.org/wiki/Nadia_Yassine
Le site oumma.com lui accorde beaucoup d'attention : http://www.google.com/cse?cx=006818787701307389790%3Ajmndsnilhwg&cof=FORID%3A0&q=nadia+yassine&sa.x=0&sa.y=0

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15256
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  -Aâya- le Sam 21 Mai - 14:11

Al Adl wal Ihsane, Justice et Spiritualité, est à mon sens une secte dangereuse. Un coup de renouveau a été donné avec la mise en valeur du personnage de Nadia Yassine pour couper un peu avec l'image de son père. Une femme qui porte un foulard normal, se maquille les yeux, parle français, se débrouille en anglais, voyage à l'étranger, y fait des conférences etc.
Mais que peut-on s'attendre d'un groupe qui prône la da3wa, le prosélytisme s'il accède au pouvoir ?


« Notre vocation est l’appel à Dieu par l’éducation, le rappel de l’Homme à Dieu et de sa mise en garde, et par le rappel de la promesse divine, par le prêche, l’enseignement, la persuasion et la bienveillance… »

Qui prône l’éducation spirituelle et appelle au repentir

http://www.aljamaa.net/fr/document/1110.shtml

A la limite, s'ils ne s'occupaient que de la foi des personnes qui adhéraient volontairement à leur courant, ça ne serait pas bien grave. Chacun est libre du moment qu'il ne nuit à personne.
Or,

Qui s’intéresse à la chose publique. En effet, le politique est partie intégrante de notre pensée et de notre action. Toutefois, nous tenons à préciser que l’action partisane, la constitution d’un parti politique et la ruée vers les élections et le pouvoir ne sont pas nos plus importantes préoccupations. Dieu, Le Tout Puissant, tient des propos élogieux relatifs à « ceux qui, si Nous leur donnons la puissance sur terre, accomplissent la Salat, acquittent la Zakat, ordonnent le convenable et interdisent le blâmable; l'issue finale de toute chose appartient à Allah »6. Ainsi, œuvrer pour le bienfait social, politique ou économique, etc. va de pair avec la prière et les autres cultes actes d’adoration de Dieu.

Et c'est là que ça devient dangereux.

J'ai retrouvé une vidéo d'une interview de Nadia Yassine que j'avais regardé il y a quelques jours, je pensais qu'elle était en français mais malheureusement elle est en arabe.
http://www.hespress.com/?browser=view&EgyxpID=29477

Elle y dit des choses intéressantes. Comme le niqab qui est une mauvaise compréhension de l'islam. Mais elle dit certaines autres choses comme la femme qui n'a pas à être au pouvoir car ce ne serait pas dans sa nature. Son courant est pro-prosélytisme et un truc sur lequel j'ai tiqué c'était une question qu'on lui a posé au sujet des non musulmans au Maroc. Elle a éludé cette question et n'y a pas répondu. Ce n'était pas rassurant du tout.

Elle utilise ce que la majorité des marocains dénoncent comme corruptions, injustices, copinages... en se donnant l'apparence de personnes qui désirent établir la justice et les droits de chacun. C'est assez appâtant ! Mais quels droits aurions-nous avec des personnes qui estiment que la femme n'a pas à être au pouvoir et qui travaillent à "inviter" les gens à suivre le bon chemin de la religion, à les exhorter à la bonne conduite religieuse etc. ? L'inquisition déguisée.

Leurs œuvres caritatives leur valent de la reconnaissance et de l'admiration de la part de certains et ce n'est pas rassurant non plus. Tant mieux s'ils s'occupent des œuvres sociales, mais dans quel but le font-ils ?
avatar
-Aâya-

Messages : 1418
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 37
Localisation : Maroc

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  red1 le Sam 21 Mai - 22:56

.....dsl il y a eu malentendu


Dernière édition par red1 le Lun 23 Mai - 13:20, édité 2 fois

red1

Messages : 510
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  -Aâya- le Dim 22 Mai - 12:49

red1 a écrit:tant que l'occident essaiera de fourrer son nez partout il y aura des personnes qui se sentiront agressés . Les animaux mordent lorsqu'ils sentent un danger . Tout comme l'islam est vu comme "ennemi de la république" l'occident est vu comme ennemi de la umma pour certains musulmans.
Il y a problème lorsque l'on veut que l'autre s'adapte à notre vision des choses . Ce qui est vrai l'un ne l'est pas forcément pour l'autre .

Nous parlons du Maroc pas de l'Occident. L'islam du Maroc n'est perçu comme une agression que par les intégristes extrémistes. Ce sont eux qui viennent fourrer leur nez dans "notre" islam. Peut-être que tu aimerais voir le Maroc devenir une république islamique. Pas moi.

red1 a écrit:Ne penses tu pas qu'il est possible de te reprocher la même chose que tu reproches à ces gens. Tant qu'il n' y aura que des critiques sans travail de fond afin de comprendre le malaise qui règne nous aurons que des aboiement de part et d'autre.

Il se peut que tu n'aies pas compris ce que j'ai dit. La foi et sa pratique n'ont pas à être imposées aux gens. Quand tu fais ton prosélytisme, tu me gênes et tu me nuis car je n'ai pas envie non seulement de te suivre mais même pas de t'écouter. Que des partisans de Justice et Spiritualité se sentent responsables de mon bien-être religieux, je n'en ai rien à cirer. Chacun se mêle de ses affaires. Leur donner le pouvoir (j'espère que ça n'arrivera jamais, je préfère encore la corruption qui règne actuellement) c'est bannir d'office les libertés et les droits de chacun.
Voilà ce que je leur reproche. De faire de leur projet une ambition politique qui m'implique moi et qui me soumettrait éventuellement à leurs lubies religieuses que je ne partage pas. Je n'impose à personne ma façon de vivre ma foi, je ne comprends donc pas pourquoi tu dis qu'on pourrait me reprocher la même chose :confused: Au contraire je dis que chacun est libre de pratiquer comme il le désire du moment qu'il ne nuit à personne.

red1 a écrit:Tout comme les publicités à l’occidentale que nous voyons dans les chaines télévisés de ces pays se disant être musulman et gouverné par le "amir al mu'minin" . Les valeurs sont tronqués par les valeurs occidentales , il y a donc danger de disparition (pour certain ) .
Peux tu le comprendre ?

Un pays musulman ne devrait passer que des publicités saoudiennes et iraniennes ? :confused:
C'est une erreur énorme que de penser qu'être musulman attaché à l'islam et à ses racines c'est être anti-Occident et refuser/condamner tout ce qui proviendrait de lui. Je n'ai pas de problème avec l'Occident et je n'existe pas par négation de l'Occident. J'existe par moi-même et par les choix que je fais. Si une publicité (pour reprendre ton exemple mais ça peut être n'importe quoi d'autre) occidentale me plait je le dis, si une publicité émiratie me plait je le dis. Et en parlant de publicités, j'aimerais bien savoir quelles sont celles qui sont passées sur les chaînes marocaines et qui vont à l'encontre des valeurs de l'islam.

red1 a écrit:
Je rigole à chaque fois que j'entends ce genre de chose .

Ravie de t'avoir pu faire rire en cette belle journée du dimanche :) (Edit : bon c'était hier soir, samedi, mais ravie quand même ^^ )
Ces islamistes font de la récupération de certaines valeurs défendues pour trouver de l'écho. C'est de la politique pure, il n'y a rien de nouveau, j'allais même dire qu'on ne pouvait pas le leur reprocher ^^
avatar
-Aâya-

Messages : 1418
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 37
Localisation : Maroc

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  -Ren- le Dim 22 Mai - 13:21

red1 a écrit:tant que l'occident essaiera de fourrer son nez partout il y aura des personnes qui se sentiront agressés
Comme le dit Aâya, il faudrait de temps en temps faire la part des choses... Le problème posé par la famille Yassine est purement marocain, avec des aspects qu'on ne retrouve nulle part ailleurs (telle la place de pratiques qui les rapproche du maraboutisme : un ami marocain, qui avait été embrigadé dans sa jeunesse dans ce mouvement avant de prendre ses distances, me racontait des choses assez hallucinante... j'ai malheureusement oublié les détails, et nous nous sommes perdus de vue depuis un an ou deux)

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15256
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  red1 le Dim 22 Mai - 23:31

oops j'ai derapé


Dernière édition par red1 le Lun 23 Mai - 13:12, édité 1 fois

red1

Messages : 510
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  -Ren- le Lun 23 Mai - 8:16

red1 a écrit:Faire la part des choses entre quoi et quoi , je ne comprends pas ?
Connais-tu un peu le mouvement lancé par cheikh Yassine ?
Si non, je te propose un peu de lecture :
Un lieu commun de la science politique veut que ce que l'on appelle « islamisme », s'oppose au soufisme. Pourtant, le mouvement «Justice et bienfaisance» (al-‘adl wa al-ihsân) qui est régulièrement l'objet de l'attention médiatique au Maroc semble contredire ce postulat (...) A. Yassine se fait connaître, dès 1974, en envoyant une épître à Hassan II lui enjoignant de rejoindre «la voie droite». Il fait de cet acte son entrée sur la scène politique après avoir quitté une confrérie soufie, la tarîqa budshishiyya à laquelle il avait adhéré au moment où sa vie d'instituteur, puis de directeur du centre de formation des inspecteurs du ministère de l'Éducation nationale, ne le satisfaisait plus (...) Il alterne périodes d'emprisonnement et de résidence surveillée, (...) l'occasion d'écrire de nombreux ouvrages dans lesquels il se pose en rénovateur de l'islam et où il expose ce que doit être la «voie prophétique» (...) La maison d'A. Yassine, située à Salé (...) est devenue un lieu sacré (...) A. Yassine est au centre de la Jamâ‘a, celui vers lequel tous convergent, celui par qui la relation avec Dieu est possible. Entretenir sa foi en pratiquant les cinq piliers est une chose nécessaire. Mais elle ne peut suffire à elle seule et la suhba, compagnonnage, sur laquelle repose la Jamâ‘a et la relation à Si Abdessalam va permettre de trouver la bonne voie (...)
:arrow: http://assr.revues.org/3790?&id=3790

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15256
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  red1 le Mar 24 Mai - 6:09

salut (je vais essayer de reprendre )

On ne peut séparer l'islam de la politique . Je pense que le coran est assez clair là dessus . Comment peut on vouloir à des personnes de s'engager politiquement .
On ne peut les écarter de la politique car leur message ne convient pas à certaines personnes , quant à leurs idées les seuls responsables sont les personnes qui les suivent.


Ren' je pense que tu dois connaitre mon avis sur ce genre d'idées :
A. Yassine est au centre de la Jamâ‘a, celui vers lequel tous convergent, celui par qui la relation avec Dieu est possible. Entretenir sa foi en pratiquant les cinq piliers est une chose nécessaire. Mais elle ne peut suffire à elle seule et la suhba, compagnonnage, sur laquelle repose la Jamâ‘a et la relation à Si Abdessalam va permettre de trouver la bonne voie (...)


Connais-tu un peu le mouvement lancé par cheikh Yassine ?
Je ne connais pas le mouvement en question , je n'approuve pas les idées mais j'approuve la démarche , toute opposition au pouvoir est bonne à prendre .

Mais ce qui est dangereux ce n'est pas les sectes en elles mêmes mais le manque d'éducation et le manque d'esprit critique . La recherche d'identité va sauvant de pair avec le développement d'une "haine" ou d'une terreur envers l'autre .
Nadia recherche un dialogue , elle a un beau discours et elle tire profit des dégâts causés par d'autre . Quel parti politique ne le fait pas ?Peut on les discréditer pour autant ?

Nous parlons du Maroc pas de l'Occident. L'islam du Maroc n'est perçu comme une agression que par les intégristes extrémistes. Ce sont eux qui viennent fourrer leur nez dans "notre" islam. Peut-être que tu aimerais voir le Maroc devenir une république islamique. Pas moi.

Pas toi en effet tu as donné ton opinion et je souhaite que chacun le fasse dans un respect mutuel , mais il est possible que les autres le souhaitent et peut être même la majorité , que feras tu ? Il y en a qui font des attentats et toi ?
Quant à "ton" islam , j'espère avoir mal compris .

La foi et sa pratique n'ont pas à être imposées aux gens.
J'ai lu vos liens et à part deux trois accusations rien . Une femme qui fait de la politique ,on cherchera à la discréditer et encore plus dans un environnement obscurantiste . Elle cherche le dialogue et ses propos trouvent des oreilles attentives . Oui et donc , devons la faire taire par tout les moyens ?

Quand tu fais ton prosélytisme, tu me gênes et tu me nuis car je n'ai pas envie non seulement de te suivre mais même pas de t'écouter.

Les gens ont dit la même chose d'ibrahim as et tout les prophètes ont fait du prosélytisme . Que pouvons nous leur dire ?

je n'en ai rien à cirer.

Leur donner le pouvoir (j'espère que ça n'arrivera jamais, je préfère encore la corruption qui règne actuellement) c'est bannir d'office les libertés et les droits de chacun.

Tout comme ils n'ont pas envie de te donner le pouvoir car tu les excluras de la société ou bien tu interdiras ce parti en le privant de leur liberté d'expression en usant de l'argument qu'ils sont un danger .

Un pays musulman ne devrait passer que des publicités saoudiennes et iraniennes ? :confused:
C'est une erreur énorme que de penser qu'être musulman attaché à l'islam et à ses racines c'est être anti-Occident et refuser/condamner tout ce qui proviendrait de lui. Je n'ai pas de problème avec l'Occident et je n'existe pas par négation de l'Occident. J'existe par moi-même et par les choix que je fais. Si une publicité (pour reprendre ton exemple mais ça peut être n'importe quoi d'autre) occidentale me plait je le dis, si une publicité émiratie me plait je le dis. Et en parlant de publicités, j'aimerais bien savoir quelles sont celles qui sont passées sur les chaînes marocaines et qui vont à l'encontre des valeurs de l'islam.

L'occident fonde sa civilisation sur le réinvestissement du capital et le progrès technique . Les valeurs humains sont malheureusement mises en second plan . combien avons nous donné lors de la crise des banques et combien donnons nous aux pays sous développés comme Haïti ? Quels sont nos objectifs ? Pourquoi la guerre en Libye et pas en Syrie ?
Quant aux publicités qui participent à la crise identitaire nous avons les publicités pour les jeux de hasards ou bien les prêts avec intérêts ...etc ...

La crise identitaire ,lors des grands changements, provoquera toujours la naissance de parti politique extrême ! on ne peut pas les priver de leur liberté d'expression , nous ne pouvons pas les qualifier de "danger" comme ça car alors nous devenons comme eux .

red1

Messages : 510
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  -Ren- le Mar 24 Mai - 7:25

red1 a écrit:Ren' je pense que tu dois connaitre mon avis sur ce genre d'idées
Je veux bien un petit rappel ;)
red1 a écrit:Je ne connais pas le mouvement en question , je n'approuve pas les idées mais j'approuve la démarche , toute opposition au pouvoir est bonne à prendre
Voilà un point qui nous distingue, alors. "Toute opposition est bonne à prendre" a été la démarche des Etats-Unis lorsqu'ils ont soutenu la famille Séoud contre les chérifs de la Mecque, les Taliban contre l'URSS, c'est actuellement celle de l'OTAN en Lybie... C'est une démarche à laquelle je n'adhère pas.
red1 a écrit:Mais ce qui est dangereux ce n'est pas les sectes en elles mêmes mais le manque d'éducation et le manque d'esprit critique
Par définition, un mouvement sectaire est un mouvement qui écrase toute possibilité d'esprit critique chez ses adeptes. Donc considérer cette absence comme un danger, c'est bel et bien considérer les mouvements tels que celui de cheikh Yassine comme dangereux.
red1 a écrit:Nadia recherche un dialogue
Elle dit le chercher, nuance.
red1 a écrit:J'ai lu vos liens et à part deux trois accusations rien
Ce fil de discussion est justement là pour nous permettre de creuser sérieusement le sujet.

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15256
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  red1 le Mar 24 Mai - 22:41

Je veux bien un petit rappel ;)
Je trouve que ce genre de propos vont à l'encontre de l'esprit coranique . En islam il n' y a pas d'intermédiaire entre l'homme et Dieu , pas d'intercession sauf si Dieu le veut . Devant Dieu nous sommes tous les mêmes la seule distinction c'est la piété . Maintenant si on doit lécher les bottes (désolé pour l'expression ) de certaines personnes pour trouver Dieu alors je ne vois plus d'islam .

Voilà un point qui nous distingue, alors. "Toute opposition est bonne à prendre" a été la démarche des Etats-Unis lorsqu'ils ont soutenu la famille Séoud contre les chérifs de la Mecque, les Taliban contre l'URSS, c'est actuellement celle de l'OTAN en Lybie... C'est une démarche à laquelle je n'adhère pas.
Il serait hypocrite de ma part de te le reprocher . Mais il faut faire la distinction entre autoritarisme et opposition . L'opposition est justement ce qui nous démarque d'un régime autoritaire comme dans les exemples que tu as donné .


Par définition, un mouvement sectaire est un mouvement qui écrase toute possibilité d'esprit critique chez ses adeptes. Donc considérer cette absence comme un danger, c'est bel et bien considérer les mouvements tels que celui de cheikh Yassine comme dangereux

Comme tu le dis chez les adeptes et pas les autres . Tant qu'il n' y a pas de contrainte , je ne peux leur en vouloir d'être plus persuasif que les autres . C'est justement à l'opposition de savoir argumenter sans pour autant interdire . L'interdiction ne leur fera que plus de publicité .

Elle dit le chercher, nuance.

et pourtant jusqu'ici il y a des accusations sans preuves ! est ce honnête ?

Ce fil de discussion est justement là pour nous permettre de creuser sérieusement le sujet.
affaire à suivre ...

red1

Messages : 510
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  -Ren- le Mer 25 Mai - 15:02

red1 a écrit:et pourtant jusqu'ici il y a des accusations sans preuves ! est ce honnête ?
Certes, nous n'en sommes qu'au début de ce sujet, mais de là à résumer ce début à des "accusations sans preuves"...
En ce qui me concerne, la démarche est souvent : documentation-premières impressions-analyse.
Aâya a parlé de secte, j'ai commencé par donner des éléments illustrant cette affirmation : cheikh Yassine est à la tête d'un mouvement qui -à mon sens- puise dans les pires côtés du soufisme (ce que je résume sous le terme "maraboutisme")

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15256
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  red1 le Jeu 26 Mai - 23:32

Oui mais quelle est la différence entre une secte et une religion ?

red1

Messages : 510
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  -Ren- le Sam 28 Mai - 18:08

red1 a écrit:Oui mais quelle est la différence entre une secte et une religion ?
Voici la définition à laquelle je me réfère :
Groupes visant par des manoeuvres de déstabilisation psychologique à obtenir de leurs adeptes une allégeance inconditionnelle, une diminution de l'esprit critique, une rupture avec les références communément admises (éthiques, scientifiques, civiques, éducatives), et entraînant des dangers pour les libertés individuelles, la santé, l'éducation, les institutions démocratiques
:arrow: http://www.assemblee-nationale.fr/rap-enq/r2468.asp#page111

Si je reprends maintenant ce que dit le disciple de cheikh Yassine dans l'article que je citais ci-dessus :
Souhaitons longue vie au guide et implorons Dieu de protéger la Jamâ‘a du mal (...) La Jamâ‘a est une école pour apprendre notre religion et nous resterons des élèves fidèles du guide en étant repentis, engagés, sincères, et en ayant la volonté (...) Dans cette école vous sentez la sérénité (tuma'nîna), et la fortune (tawfîq) de notre maître alors que les gens vivent dans la perdition (ghafla). Souriez à la vie et c'est à vous de faire votre travail intérieur. Comme le dit Si Abdessalam le malheur a vaincu les gens. Notre voie est évidente. La voie prophétique s'offre à nous. Nous avons choisi la voie du hadîth, et de la Sunna. Nous allons sur la voie, il ne faut pas ressentir l'obscurité. Notre voie est claire (tarîqunâ wâzih). La voie du Prophète est évidente. S'ils se sont dirigés vers les livres, les revues et les télévisions, nous avons préféré le Livre de Dieu et la Sunna du Prophète. Ainsi vécurent ses compagnons. Comme le dit le guide, la route et la voie sont claires. Nous voulons dans cette Jamâ‘a restituer l'évidence de cette voie (wuzûh at-tarîq) par le compagnonnage (suhba) et dans les séances (...) Personne ne peut se passer du compagnonnage et de la Jamâ‘a
:arrow: http://assr.revues.org/3790?&id=3790#tocto2n1
...Je retrouve dans ce discours l'absence d'esprit critique au profit de la soumission totale au "maître", la rupture avec l'extérieur...

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15256
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  -Ren- le Sam 28 Mai - 18:52

Un lien intéressant, dont je ne saurais juger cependant de la pertinence : http://www.senergie.org/biblio/Quand_Le_Maroc_Sera_Islamiste.pdf

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15256
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  Idriss le Lun 25 Juin - 21:34

Salam
Perso j'ai essayé de lire le livre du père : "Islamiser la modernité " sans y arriver ....
Par contre je conseille la troisième partie chapitres II et III de "toutes voiles dehors" de Nadia Yassine ! ( Comme dans ces article sur Oumma il faut souvent sauter 2 paragraphes avec que cela devienne intéressant)



Dans son dernier article sur Oumma à propos d' Adnane Ibrahim ( où elle prend le temps de répondre à tous les commentaires!!!) après deux paragraphes de "bavardages emphatiques" elle en viens enfin à livrer une de ces petites idées bien enlevée:

"L’exhaustivité de ce démantèlement idéologique n’est pas le fruit d’une sous-appartenance puisqu’il renvoie dos à dos toutes les écoles issues d’une confluence historiquecréée par la rupture politique initiée par Moawya, compagnon déviant du Prophète (paix et Salut à lui). S’il n’hésite pas à dénoncer ce que vit le sunnisme comme étant l’Islam de ce compagnon traître à la cause plutôt que celui de la Révélation"

http://oumma.com/12806/adnane-ibrahim-maieutique-de-loeuf-refuse-declore

Bref pour celui qui veut reconstituer le moment où historiquement tout a basculé ( 'Ali ....Moawya....et Abou Houriera....) des personnes comme Nadia Yassine apportent une contribution constructive qui permet de sortir des éternels points de vu sunnites contre point de vu shiites...

Quand à Al Adl Wal Ihsane, il est à l'islamisme ce que le trotskisme est au communisme ... Ce qui fait de Nadia Yassine plus la Arlette Laguiller du Maroc que la Marine Lepen




Dernière édition par -Ren- le Sam 24 Nov - 20:48, édité 1 fois (Raison : redimensionnement des images pour respecter notre charte)
avatar
Idriss

Messages : 3625
Réputation : 33
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  -Ren- le Mar 26 Juin - 6:37

Idriss a écrit:Dans son dernier article sur Oumma à propos d' Adnane Ibrahim ( où elle prend le temps de répondre à tous les commentaires!!!)
Le fil de notre forum consacré à Adnan Ibrahim : http://dialogueabraham.forum-pro.fr/t1403-adnan-ibrahim

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15256
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  Ghazali le Sam 24 Nov - 19:20

J'ai lu son livre, et il est vraiment excellent en tous points de vue.
Par contre, son mouvement joue beaucoup sur les confusions. Et apparemment, ils seraient trop "nationalistes" et remettraient en question la fonction islamique de "amir al mu'minîn" (et non pas simplement la personne, aujourd'hui le roi, qui a très peu de chose de réellement islamique, c'est certain).
avatar
Ghazali

Messages : 296
Réputation : 0
Date d'inscription : 02/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  -Ren- le Sam 15 Déc - 15:51

Cheikh Yassine est mort jeudi 13 décembre à Rabat, et a été enterré hier :
(...) RFI : De son vivant, quel homme était Cheikh Yassine ?
Pierre Vermeren : C’était un homme pauvre, né à Marrakech, pratiquement contemporain d’Hassan II, qui est devenu, au fil des décennies, l’opposition numéro un au régime. Se basant sur un terrain religieux, confrérique, il a bénéficié d’une éducation française à la fin du protectorat, ce qui en a fait un inspecteur de l’enseignement secondaire, une fonction assez rare à l’époque. Dans les années 1960, il s’est élevé contre le titre qu’Hassan II s’était attribué, «la Commanderie des croyants». A partir de là, il a eu une position très particulière, en adressant notamment, en 1974, une lettre mémorandum au roi Hassan II, extrêmement dure, «L’Islam ou le déluge», qui lui a valu un long emprisonnement psychiatrique, puis une assignation à résidence. Mais il a néanmoins constitué l’association Al-adl wal-ihsan, Justice et bienfaisance, qui est devenue au fil des ans la plus grosse formation islamiste -assez complexe du point de vue idéologique- d’opposition au régime marocain.

Il y a beaucoup de gens qui suivent ce mouvement au Maroc ?
D’après un pointage fait par le ministère de l’Intérieur il y a quelques années, il y aurait au moins 140 000 adeptes (...) Le nombre est donc important, surtout si l’on ajoute les sympathisants. Il semblerait que ce soit la principale organisation politico-religieuse au Maroc.

Parlons de la personnalité de Cheikh Yassine. On a beaucoup parlé de tolérance, certains associent sa position à une position pacifiste. C’est ce que vous diriez aussi ?
Il n’a pas eu l’occasion d’entraîner le Maroc dans la violence. Et le fondement confrérique, c'est-à-dire l’islam soufi, qui a été sa base idéologique principale, a certainement contribué à cela. Encore que dans l’histoire, les confréries n’aient pas toujours été pacifiques. Mais il a créé un mixte idéologique complexe, entre l’idéologie confrérique habituelle et l’idéologie des Frères musulmans. On ne peut pas vraiment dire que ce soit un islamiste « à la mode » dans les autres pays arabes et notamment par rapport au FIS algérien (Front islamique du salut). Il y avait vraiment une grande différence entre ces deux mouvances. Et c’est certainement une des causes pour lesquelles le Maroc est resté un pays stable durant ces dernières décennies. Mais néanmoins, la violence n’est pas tellement dans les gestes et dans les faits. Elle est plutôt dans les propos, puisque les deux lettres qui ont été adressées au roi en 1974 et en 2000, sont quand même assez inédites dans le royaume.

Vous disiez « la bête noire », justement, d’Hassan II au Maroc. On salue vraiment son courage : il a été incarcéré, placé en résidence surveillée, et pourtant il a toujours tenu sa ligne de conduite.
Oui, parce que fondamentalement, c’est un religieux. C’est quelqu’un qui était un théologien, théoricien. Il a écrit, d’ailleurs, de nombreux livres qui ont été diffusés et publiés pour l’essentiel au Maroc. Il ne s’est jamais lancé dans une opposition frontale à travers des actions collectives et des violences. Et pourtant, il a subi [des représailles] effectivement, entre l’hôpital psychiatrique, la prison, cette assignation à résidence qui a pris fin avec l’avènement du roi Mohamed VI. Et en même temps, d’emblée, il s’est attaqué au nouveau roi, sans l’accabler, mais en expliquant qu’il devait redistribuer ses richesses au peuple. Il y a donc une forme de courage. Dans un système qui était très répressif, il a toujours gardé la tête haute. C’est ce qui lui a valu aussi énormément d’opposants. On en a peu parlé en France. C’est une figure peu connue. Néanmoins, au sein de l’islamisme mondial, et surtout au Maroc, c’est quelqu’un qui était à la fois craint, parfois considéré comme un fou par les tenants et les soutiens du régime, et en même temps dans le peuple qui avait une certaine aura. Précisons que lui et son organisation sont toujours restés à l’écart du pouvoir, y compris du gouvernement islamiste actuel. Ce sont d’autres islamistes qui dirigent le gouvernement, parce que justement, Justice et bienfaisance n’a jamais voulu reconnaître dans cette association le rôle de commandeur des croyants du roi.

Quelles étaient ses relations avec les Frères musulmans en Egypte ?
D’après ses écrits, on peut constater qu’il s’est rapproché, à certains égards, de leur idéologie, notamment sur la question de l’éducation, de l’accès à la connaissance. D’ailleurs il avait mis sa fille, dans les années 1970, au lycée français à Rabat, ce qui n’était pas un acte tout à fait neutre pour un islamiste, à la fois francophone et arabophone. Il a donc emprunté essentiellement au salafisme cette nécessité d’avoir une dignité humaine, de construire aussi une relative liberté des femmes, basée sur le respect de la religion. De toute manière, leur rêve c’était une république islamique, fondée sur la charia, sur un certain nombre de pratiques islamiques qui sont très proches des Frères musulmans. Mais en même temps, on ne peut pas échapper à cette caractéristique très ancienne et historique de l’islam maghrébin qu’est le confrérisme. Il est très intéressant de voir d’ailleurs qu’il voulait lui-même devenir un chef de confrérie. Sa propre confrérie l’a refusé comme chef. Elle a été investie par le pouvoir marocain, par un certain nombre de ministres, par l’appareil d’Etat. C’est dire que le roi du Maroc se bat sur le terrain religieux officiel qu’on connaît bien, mais il se bat aussi à l’intérieur de la société marocaine, sur ce terrain confrérique, notamment contre Cheikh Yassine et ses adeptes.

La question de son héritage se pose aujourd’hui. Sa fille Nadia, qui est très connue, notamment en Espagne et aux Etats-Unis, est-elle en danger aujourd’hui ?
Tout est relatif. Elle a déjà eu pas mal de problèmes (...) Elle était protégée par son père, parce que les 20 dernières années, il était malade et il lui avait laissé beaucoup de place. Et c’était la fille du Cheikh, donc très respectée. Maintenant qu’il n’y a pas vraiment d’héritage, on va savoir qui va prendre la tête de la confrérie. Ce n’est pas décidé. Il est très peu probable que ce soit une femme. Alors si c’était son mari, comme ça a été envisagé un moment, elle aurait à nouveau de la liberté d’action. Mais il n’est pas certain que dans cette confrérie, les personnes qui vont être élues ou qui constituent le gouvernement, en quelque sorte, de cette instance, soient très favorables à cette femme, qui a beaucoup de bagout, dont on peut bien critiquer, évidemment, les positions, mais en même temps, qui n’a pas sa langue dans sa poche et qui en a usé et abusé au cours des dernières années.
:arrow: http://www.rfi.fr/afrique/20121214-cheikh-yassine-cree-mixte-ideologique-complexe-entre-ideologie-confrerique-celle-fr

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15256
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  Idriss le Dim 10 Fév - 20:56

En rangeant mes archives j'ai retrouvé ces quelques extrait du livre de Nadia Yacine : "Toutes voiles dehors"'

Spoiler:
Une femme libérée et responsable

Le Message façonna une génération de femmes dont Aïcha (que Dieu la bénisse) est le symbole par excellence ; une génération de femmes responsables et libres. L'Islam a éduqué des femmes sublimes connaissant aussi bien leurs droits que leurs obligations, comprenant parfaitement leurs rôles dans la mise en œuvre de cette société de confiance. Elles s'emparèrent des mains du Prophète (saws) du don du ciel qu'était leur humanité enfin reconnue, leur dignité enfin trouvée, avec une force admirable.

[...]

Des dizaines d'exemples de disciples femmes du Prophète(1) pourraient être évoquées. Il est intéressant aussi de noter que si le Paradis a été promis expressément par l'Envoyé de Dieu (saws) à dix hommes de son entourage, il le fut pour vingt femmes. Quand on sait ce que représente cette promesse aux yeux d'une société se définissant d'abord comme tournée vers la Vie Dernière, le statut de la femme prend toute sa signification.

Aïcha, cette créature par excellence de l'Islam a marqué et marquera encore pour l'éternité notre mémoire. Si les Compagnons lui vouaient un respect particulier, c'était sans doute parce que le Prophète (saws) lui portait un amour singulier mais cela n'était pas la seule cause de leur admiration. Aïcha avait une personnalité et une intelligence hors du commun. D'une précocité légendaire, elle avait été initiée par son père à la généalogie arabe et figurait parmi les érudits de la langue et de la littérature arabes. Un grand nombre de hadith s ont été mémorisés et transmis par elle aux Compagnons qui venaient sans complexe la consulter au sujet des questions théologiques les plus délicates. La famille étant un cadre déterminant dans l'édification de la personnalité, on comprend que la relation de Aïcha avec ses parents ait été privilégiée. Sa naissance au sein d'une des rares familles musulmanes acquises à l'Islam sans restriction lui permit de grandir dans une ambiance où la femme n'était plus la petite chose de l'homme sexiste et machiste. Abu Bakr, son vénérable père (que Dieu le bénisse) était réputé pour son caractère très doux, sa nature très proche de la fitra et sa confiance absolue dans les premières déclarations du Prophète. N'était-il pas as-sidik ? as-sidik est un terme désignant une sorte de superlatif ; le confiant à l'extrême serait une bonne traduction. N'était-il pas le Compagnon par excellence reconnu comme tel par le Coran-même qui relate sa fuite en compagnie du Messager lors de sa fuite de la Mecque ?

Assidik, confiant dans les prescriptions de Muhammad (saws) n'hésita pas à répudier pour toujours cette vision typiquement arabe de la fille malédiction. L'amour qu'il portait à sa fille Aïcha était émouvant. On nous rapporte qu'un jour que Aïcha lui tenait compagnie il parla de Omar Ibn Al Khattab en ces termes :

- Il n'existe point sur cette terre quelqu'un que j'aime comme Omar.

Se reprenant parce que Aïcha sans doute avait dû faire un geste de désapprobation, il se reprit :

- Qu'ai-je dit ?

Aïcha, vive comme à son habitude s'empressa de répéter sa déclaration. Il se reprit aussitôt pour prouver à Aïcha l'amour qu'il éprouvait pour elle :

- Je voulais dire plus sympathique à moi que Omar, ce sont mes enfants qui sont plus proches de mon cœur."

Cette tendresse d'un père pour sa fille est une preuve criante de sainteté dans une Arabie aux mœurs rêches et aiguës au point d'en être mortelles pour la femme. Abu Bakr était le digne disciple du Prophète (saws) qui lui, n'hésitait pas à manifester en public son grand amour pour ses filles et notamment pour Fatéma (que Dieu la bénisse). Il avait coutume de se lever pour lui céder sa place, allait vers elle tout sourire pour l'embrasser sur le front ou lui baiser la main.

Le Prophète était alors en train d'inaugurer une nouvelle ère pour la femme, l'ère du Message, ce Message qui dénonce les pratiques inéquitables subies par les opprimés du système, que ce soit les esclaves ou les femmes :

« Quand on annonce à l'un d'eux la naissance d'une fille, son visage se noircit et son cœur se serre, l'épargnera-il (le bébé) au prix de la honte ou l'ensevelira-t-il sous terre ? Combien est exécrable leur jugement » (2)

Un autre verset évoquant le jour du Jugement Dernier dit : « Et quand l'enterrée vivante sera questionnée, quel crime lui aura-t-on reprochée pour la tuer ? »( 3)

Ainsi grâce au Coran et à l'enseignement pratique du Prophète (saws) dans sa Sunna, la communauté développa doucement une nouvelle perception du rôle de la femme en la considérant comme l'égale de l'homme aux yeux de Dieu et de son Messager (saws). La spécificité de son statut ne la distingue que dans la mesure où sa fonction familiale et sociale l'appelle à des devoirs différents de ceux de l'homme ; ce qui ne suppose aucunement une différence d'essence ou de dignité. L'élan pris par la femme du temps du Prophète continuera avec l'avènement du califat. L'histoire nous relate des portraits de femmes de tête et de cœur qui prirent le relais de la génération des sahabiyat-s. Nous avons une nuée de tabi'iyat-s12 à la personnalité marquante, concourant avec les hommes dans le domaine du savoir et participant à la vie sociale en tant qu'actrices de l'histoire. Des noms lumineux traversèrent l'histoire des musulmans laissant dans leur sillage un éclair d'espoir et une preuve évidente pour les générations féminines à venir de l'estime dans lequel l'Islam les tient. Aïcha bint Talha, Fatima bint Sirin, Sukeina bint Hussayn, Rabi'â'Adawiya et tant d'autres.

Ces femmes entières participaient activement à la vie de leur communauté marquant de leur empreinte l'histoire de la libération de la femme amorcée par le Prophète, libération réconciliant la femme avec Dieu, sa foi et son rôle de bâtisseuse d'avenir.



(1). Il existe en arabe d'ailleurs le féminin de Compagnon. On dit sahabi pour un homme et sahabiya pour une femme disciple du Prophète (saws).

(2). Coran : sourate 16, verset 58.

(3). Coran : sourate 91, verset 8-9.

Nadia Yassine " Toutes voiles dehors" pages 374 à 377"


Spoiler:
Rechute cruelle

Le destin de la femme que le Prophète voulut promouvoir finit hélas avec l'avènement du despotisme personnifié en Mu'awiya que le respect dû aux Compagnons ne doit pas nous empêcher de critiquer vivement. La critique n'est pas forcément synonyme de haine dans notre perception musulmane du monde qui nous fait voir une part de fatalité dans chaque action passée et close. Le libre arbitre est conditionné par l'instant et est possible tant qu'il y a un futur ; au passé, on ne parle que de Destin.

Les derniers spécimens donc de cette femme majeure et responsable n'hésiteront pas d'ailleurs à être éloquents dans leur critique adressée à Mu'awiya. Après, commença le déclin et la marche arrière de la femme musulmane. Après se produisit une rupture brutale de l'élan vital. L'appréhension du Prophète se vérifia. Ne dit-il pas sur son lit de mort et comme dernière recommandation-prémonition :

« Appréhendez l'épreuve des femmes. »

La communauté, encore mal débarrassée de ses anciens démons fera vite une interprétation machiste de cette recommandation oubliant qu'il était impossible que Muhammad (saws) fasse une exhortation aux antipodes de ce qu'il avait défendu toute sa vie. Ce hadith peut être classé tout simplement parmi ceux à travers lesquels le Messager informait les musulmans des épreuves qui les attendaient, allant ainsi jusqu'au bout de sa mission de bashir(1) et de nadhir(2).

Si les musulmans font de si mauvaises interprétations des recommandations et des avertissements du Messager, c'est bien parce qu'ils sont oublieux de l'essence même du Message coranique et qu'ils souffrent d'une vision fragmentée de leur foi. C'est la dimension profonde de l'Islam qui fait cruellement défaut à nos exégètes misogynes.

Lorsque cette dimension est tenue en compte, nous avons dans notre patrimoine des savants comme Al Ghazali (Algazel) qui reconsidère le statut de la femme avec des yeux relativement(3) bienveillants. Actuellement, nous avons Qaradawi en Egypte, Kubayssi en Irak. Le statut de la femme s'est non seulement forgé très loin de ce sens profond mais a souffert des passions des princes qui perpétuèrent des traditions néfastes et instituèrent des pratiques aux antipodes du Message coranique. Combien sont justes les propos de Zakya Dawud défendant l'idée que l'histoire du statut de la femme musulmane est essentiellement politique :

« Les femmes ont fait les frais, dit-elle, de pouvoirs autoritaires qui, dans les trois cas, ont utilisé leur situation pour se renforcer et se perpétuer. C'est dans le ventre mou des sérails que se vérifient les extravagances des tyrans et que se mesure le mieux la lente composition recomposition des processus sociaux. Aussi aujourd'hui, les problèmes qui se posent à elles font-ils partie du contentieux des sociétés civiles à l'égard des pouvoirs » (4)

Les princes vautrés dans le luxe d'un pouvoir corrompu et corrompant ignorèrent superbement les enseignements du Coran révélé pour libérer l'homme de ses chaînes au sens propre et figuré. Les futuhat(5) leur tournèrent la tête. Ils voyaient affluer une marée de belles prisonnières de guerre qui réveillèrent les instincts arabes de possession de la femme. L'Islam prônait de garder pour un temps les prisonniers de guerre au sein des familles afin de leur faire apprécier de visu ce qu'est la vie d'un musulman et ce qu'elle offre comme équilibre psychologique et comme réponse aux angoisses existentielles. Il s'agissait de les initier à un mode de vie basé sur l'équilibre entre le spirituel et le temporel, entre le transcendant et le quotidien puis de les libérer et les laisser rentrer chez eux en missionnaires avertis de l'Islam.

La détention devint la règle car elle permettait de profiter d'une féminité que l'on refusait aux femmes arabes libres, symboles d'une dignité effarouchée et mal tournée. Les mœurs de la cour déteignirent sur la société musulmane, notamment dans les villes qui avaient eu déjà de la peine à sortir du schéma hyper-machiste de l'aristocratie arabe. Il est vrai que le statut de la femme variait d'un pays à l'autre, de la campagne à la ville, d'une contrée à une autre mais la culture dominante était celle de la femme-objet qu'on eut vite fait de renvoyer aux khudurs(6) de l'histoire.

L'adage d'Ibn Khaldoun « Les sociétés embrassent la foi de leurs rois » est très juste concernant le domaine du statut de la femme. Son din al inkiad pourrait se traduire par « la foi mimée ». La société entière, d'une façon ou d'une autre et par la force de ce mimétisme était imbibée par cette culture misogyne qui reproduisait des traditions jahiliennes en croyant être sur la voie de l'Islam.



(1). Celui qui annonce la bonne nouvelle.

(2) Celui qui annonce les châtiments dans la Vie Dernière et avertit sur les dérapages dans cette vie.

(3) Je dis « relativement » parce que nul n'échappe facilement à l'ambiance sociale dominante et parce que la lourdeur de la tradition pèse quand même sur les moujtahid-s les plus ouverts.

(4) In Féminisme et politique au Maghreb ; sept décennies de lutte, éd. EDDIF, Casablanca, 1996, p.8.

(5) Qu'on traduit par conquêtes par incompréhension ou par occultation du phénomène islamique. Cf. deuxième partie, chapitre intitulé Le détournement de l'histoire.

(6) Khudur est le pluriel de khidr qui désigne une retraite à vie



Nadia Yassine " Toutes voiles dehors" pages 377 à 380"

( c'est moi qui me suis permis de mettre en gras certains passages!)


Spoiler:
Glissements

La sémantique est là pour témoigner aussi de cette déviation qui telle une onde commence dans les sérails et finit dans les chaumières.
Nous choisirons le terme de wali, traduit à tort par « tuteur », pour témoigner de ce glissement étymologique qui reflète d'autres glissements ; glissement de la foi, glissement du pouvoir, glissement de la société.


Ce concept de wali fait dresser à raison les cheveux sur la tête de plus d'une féministe en terre d'Islam. La vérité première de ce mot pourrait pourtant les réconcilier avec ce terme plein de finesse au tout début, miné de quiproquos de nos jours. Le terme de wali signifie étymologiquement en arabe l'« ami » ou encore le « soutien ».
Le verset qui déclare « Dieu est le wali des croyants » ne peut en aucun cas être traduit par : « Dieu est le tuteur des croyants. » mais bien par «Dieu est le soutien des croyants. » Un autre verset est plus révélateur encore de cette signification : « Les croyants et les croyantes sont des soutiens mutuels (awliya*) les uns pour les autres. » Cor 9;71
II est insensé de traduire ce verset par « Les croyants et les croyantes sont des tuteurs mutuels les uns pour les autres. »
Le principe du wali est adopté chez la majorité des imams dans ce sens premier de « soutien » et d'« ami solidaire ». Ils y virent un moyen de protéger la femme non de la brimer, de l'amoindrir ou d'en faire une éternelle mineure. Le mariage s'inscrivait alors dans une logique de liens sociaux qui impliquaient les deux familles et n'était pas seulement une union binaire.
On peut toutefois reprocher à la jurisprudence musulmane de ne pas avoir retenu un hadith aussi important que celui du wali. Le Messager (saws) a ordonné : « Prenez compte de l'avis des mères dans le mariage de leurs filles. » La principale concernée reste certainement la fille qui se marie. L'Islam veut seulement renforcer les relations sociales et instituer une dynamique à laquelle participent tous les membres des deux familles. On se prend également à se demander pourquoi dans la pratique nous nous sommes tant éloignés de ce schéma qui fait de la famille un cocon protecteur et non une geôle cruelle pour la femme, la mère comme la fille. Pourquoi ce concept a t-il donc dégénéré de la sorte ? Le glissement sémantique du wali-soutien au wali-tuteur n'est pas un glissement innocent. Il a accompagné la glissade politique et sociale qui renoua avec des traditions patriarcales des plus impitoyables.

L'histoire n'est certainement pas linéaire mais bien faite de circonvolutions et de retour. De retours à la case spirituelle départ, le monde arabo-musulman abandonna l'intégration de la femme dans la vie de société et retrouva sa jalousie maladive envers ses femelles. La classe privilégiée qui se trouve être celle qui prend des décisions pour tous décida de cloîtrer encore une fois les femmes. Le wali censé protéger la femme en faisant un contre-poids masculin dans un jeu de relations où la dimension psychologique n'est pas à négliger, le wali censé être un soutien moral en cas de litige entre les deux parties du pacte matrimonial devint par ce retour à la jahyliya des mœurs son bourreau, son tuteur. Sa tutelle se conjuguant avec celle d'un mari tout aussi machiste entraîna une alliance objective entre les mâles à travers l'histoire et à travers leurs différents statuts. Qu'il soit wali ou mari, une complicité mâle se développa, renforcée par une conjoncture économique de plus en plus difficile. La femme perçue par les mâles de sa famille d'origine comme une bouche à nourrir est quasiment vendue au mari. Le wali censé être un refuge, se soucie souvent très peu des souffrances de sa pupille et préfère ne rien voir tant que la « bouche à nourrir » reste là où elle est. Dans cet imbroglio juridico-historico-économique, toute la gent féminine est susceptible de passer sous la coupe de la violence mâle, expression d'une violence émanant du haut de l'échelle sociale, tapie au fond des cœurs où la foi s'est étiolée.(1)
Le cercle de la violence (physique ou morale) se referme doucement sur la victime classique des sociétés décadentes : la femme. La pression venant d'un pouvoir dénaturé et violent se traduit dans les foyers par une dénaturation plus profonde encore des rapports du couple qui, selon le Coran devraient être des rapports de tendresse et de miséricorde.


(1) Le contexte de sous-développement et de chômage ajouté à la déstabilisation par rapport aux repères culturels à cause de la mondialisation aggrave aujourd'hui plus que jamais le statut de la femme


Nadia Yassine " Toutes voiles dehors" pages 380 à 383"

avatar
Idriss

Messages : 3625
Réputation : 33
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  Ghazali le Mar 12 Fév - 11:42

Salam Idriss.
Un grand merci à toi pour avoir pris le temps de recopier ces excellents passages !
Que Dieu t'en récompense cher frère !

C'est un livre que je conseille vraiment à tout le monde dans mon entourage (musulmans comme non-musulmans)...
avatar
Ghazali

Messages : 296
Réputation : 0
Date d'inscription : 02/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  Idriss le Mar 12 Fév - 21:03

Ghazali a écrit:Salam Idriss.
Un grand merci à toi pour avoir pris le temps de recopier ces excellents passages !
Que Dieu t'en récompense cher frère !

C'est un livre que je conseille vraiment à tout le monde dans mon entourage (musulmans comme non-musulmans)...

Disons que l'on met sous la même étiquette "d'islamistes" des wahabo salafi d'un littéralisme bête et méchant , un Tariq ramadan ou encor une Nadia Yacine ...Hors à lire Nadia Yacine , que l'on soit d'accord ou pas avec ce qu'elle dit on se rend compte qu'il y a des raccourcis simplistes complétement à coté de la plaque .
Oui j'aime bien ce coté lyrique et radical de N.Y dans ces quelques extraits...Çà décoiffe!

A l'heure où l'islam politique ( Fréres musulman en Égypte..Ennahdha en Tunisie ...PJD Maroc) se dégonfle comme une baudruche (faute d'une pensée authentiquement islamique) ces messieurs feraient bien de regarder de ce coté là .
Mais l'islamisme politique est socialement conservateur et économiquement libéral ....Alors que l'islam est révolutionnaire , égalitaire... Et incompatible avec l'avidité du néo-libéralisme ..Et non compatible avec le capitalisme ...
Un "alter-islamisme" est possible , N-Y pourrait être notre sous-commandant Marcos...et puis aprés! Il n'est pas écris à ce que je sais " qu'à la fin des temps vous établirez une société islamique fraternelle et utopique " mais plutôt " il sera" plus dur de tenir votre religion qu'une braise dans la main " . Tous çà pour dire même si j'ai une certaine sympathie pour ce type de démarche "alter-islamiste" je ne me fait aucune illusion quand à sa possibilité de déboucher sur quelque chose de constructif politiquement ...Le sens de l'histoire de cette fin de cycle étant la dilution
En ne participant pas au jeu truqué des élections démocratiques mais en misant sur l' "éducation populaire" le mouvement de N-Y ce donne tous de même quelques chances en théorie d'obtenir quelques résultats ..En théorie! En pratique il semble que cela ne soit pas tous rose ...ni tous blanc!

avatar
Idriss

Messages : 3625
Réputation : 33
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  Idriss le Mar 11 Fév - 19:23



Extraits vidéos des enseignements de Imam Abdessalam Yassine lors des rencontres qu'il tenait régulièrement au sein du siège de l'association Justice et Spiritualité (Al Adl Wal Ihssane) à Salé, Maroc.




Spoiler:
Source: http://oumma.com/201587/enseignements-eclaires-de-l-imam-abdessalam-yassine-v

Imam Abdessalam Yassine, Dieu l'ait en Sa Sainte Miséricorde, est le précurseur (années 70) et le courageux défenseur d'une approche critique de l'histoire de l'islam. Il propose une relecture critique de l'histoire des musulmans et met en exergue son point d'inflexion crucial que représente l'usurpation du pouvoir légitime par la monarchie héréditaire; ce qui lui a valu des années d'emprisonnement et de mise en résidence surveillée. Il est le fondateur d'une école de pensée renouant avec la dimension essentiellement spirituelle de l'Islam et les pratiques tels que ( ribat, dhikr, prières en commun, veillée) et conjuguant celle-ci avec le souci de la justice sociale
avatar
Idriss

Messages : 3625
Réputation : 33
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  Idriss le Lun 17 Nov - 20:12

Il semblerait que Nadia Yassine ait pris ses distances avec le mouvement Al Adl Wal Ihssane ( à moins que ce la soit le contraire...) .



Nadia Yassine, fille d’Abdeslam Yassine, guide spirituel du mouvement Al Adl Wal Ihssane, aurait demandé à être dispensée de ses responsabilités au sein de la Jamaâ, notamment des instances féminines du mouvement.

La guerre intestine opposant les instances féminines du mouvement Al Adl Wal Ihssane, expliqueraient le désir de Nadia Yassine de se retirer de la Jamaâ d’après les médias marocains. La crise serait tellement sérieuse, que même les instances dirigeantes d’Al Adl Wal Ihssane auraient des difficultés à la contenir.

D’autres sources indiquent que Nadia Yassine a pris cette décision pour des raisons personnelles et que Meriem Yacout, l’une des cadres du mouvement islamiste, est la candidate idéale pour lui succéder.

Dans la presse marocaine, les avis divergent. Beaucoup pensent que la lutte entre "sœurs visiteuses" et les "sœurs résidentes" d’Al Adl Wal Ihssane, pourrait faire éclater les instances féminines du mouvement, mais que jamais Nadia Yassine ne se retirera du mouvement fondé par son père.

- Par: Jalil Laaboudi

avatar
Idriss

Messages : 3625
Réputation : 33
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  -Ren- le Lun 17 Nov - 21:15

Idriss a écrit:Il semblerait que Nadia Yassine ait pris ses distances avec le mouvement Al Adl Wal Ihssane  ( à moins que ce la soit le contraire...)
Merci pour cette mise à jour :jap:

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15256
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nadia Yassine et son père...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum