Dialogue-Abraham
L'équipe de "Dialogue Abraham" vous souhaite la bienvenue !

Ce forum recherche avant tout une atmosphère cordiale et respectueuse, chacun s'efforçant d'écouter l'autre avec la même bienveillance qui doit accueillir son propre témoignage.

Nous travaillons à nous comprendre mutuellement en vérité, et non à entretenir des conflits.

Nous ne sommes pas parfaits, mais pensons qu'il est possible d'avoir des échanges de qualité sur les sujets religieux.

Puissiez-vous, vous qui venez ici, contribuer à cet effort

Les "experts du jihadisme" ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les "experts du jihadisme" ?

Message  -Ren- le Ven 25 Mar - 12:21

David Thomson, réalisateur de Tunisie, la tentation du jihad et auteur du livre Les Français jihadistes, dénonçait il y a 2 jours les "faux experts du jihadisme" :

...Son interview dans les Inrocks :
Vous avez pointé du doigt dans C à vous la médiatisation d'”experts” en terrorisme qui n’en sont pas vraiment : à quoi leur présence sur les plateaux télé est-elle due ?
C’est un enjeu qui concerne tous les médias audiovisuels sans exclusion et c’est une équation relativement insoluble. Le phénomène jihadiste est aujourd’hui omniprésent dans l’actualité et les médias ont besoin de “nourrir la bête” pour reprendre l’expression d’une rédactrice en chef que je tentais de sensibiliser à cette question il y a quelques mois. Quand une arrestation ou un attentat se produit, le passage en mode “breaking news” et “live” nécessite par définition des intervenants qui sont invités pour analyser, apporter des éléments de contexte et de compréhension mais qui, la plupart du temps, meublent en réalité le vide avec du vide (...)
L’offre de “spécialistes” est limitée parce qu’il existe peu de personnes qui travaillent sérieusement, sur le long terme, de façon empirique, sur ce sujet très particulier. Lorsqu’un intervenant considéré comme légitime n’est pas disponible, faute de mieux les rédactions en appellent un second (...) et ainsi de suite. Ce cercle vicieux médiatique légitime ainsi des “spécialistes de la non-spécialité” qui eux se bousculent sur les plateaux télé et radio. Et pour paraphraser Pierre Bourdieu, on assiste ainsi à une “circulation circulaire” de la non-expertise. Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que dans les 24h ou 48h qui suivent un attentat, aucun analyste n’a d’information et n’est en mesure de livrer un commentaire fiable. Le mieux est donc de ne pas s’exprimer. Dans ces moments médiatiques, les seuls à détenir des éléments sont les journalistes présents sur les lieux des faits ou les journalistes police/justice qui se bornent à décrire ce qu’ils voient ou l’avancée de l’enquête.

Quel est en général le profil des faux experts ? Sur quel CV s’appuient-ils pour légitimer leur parole ?
(...) Il y a d’abord ceux qui se prévalent d’une expérience au sein des services de renseignements intérieurs ou extérieurs. Dans certains cas, il s’agit d’individus à la retraite parfois déconnectés de la réalité des dossiers actuels. Il s’agit aussi d’individus qui se prévalent d’un passage dans les services mais qui a souvent été de très courte durée mais surtout durant lequel ils n’ont pas été en charge des questions jihadistes. Mais il y a pire avec la catégorie des “experts” qui après avoir effectué un bref passage dans un ministère, interviennent au titre d’un “observatoire” ou d’un “institut” qui est en réalité une coquille vide (...) Il y a aussi des universitaires qui interviennent sur la foi d’une légitimité scientifique réelle mais qui sortent de leur domaine de spécialité (...) Enfin, il y a la catégorie des journalistes, baroudeurs ou consultants privés qui prétendent indûment avoir infiltré une organisation jihadiste (...) Le problème, c’est que dans chacune de ces catégories il y aussi des acteurs légitimes qui fournissent un vrai travail. Toute la difficulté pour les rédactions est de déceler les imposteurs dans ce magma.

S’ils sont vraiment des imposteurs, ils doivent parfois dire des choses fausses. Quelles conséquences cela peut-il avoir ?
Omniprésente dans les médias, la non-expertise finit par influer sur le débat public et sur l’opinion. Dans la mesure où elle n’est fondée sur aucun travail, elle oriente forcément le débat sur une compréhension erronée. Par exemple, expliquer il y a deux ans sur le plateau d’une émission de service public que pour les jihadistes frapper la France serait légitime m’avait valu l’ire de tous les invités parmi lesquels on comptait notamment un sociologue, un membre de la société civile, un acteur public et un célèbre avocat. Tous me rétorquaient que je “jouais sur les peurs”. Mais là où les choses se corsent vraiment, c’est lorsque cette non-expertise se prévaut de sa seule légitimité médiatique pour obtenir des subventions publiques parfois non-négligeables pour intervenir dans les prisons, dans la lutte contre la radicalisation, pour former des acteurs publics ou privés jusqu’à finir parfois même par avoir l’oreille de certains sénateurs, députés ou ministres. La non-expertise médiatique a donc des conséquences politiques.

La communauté des chercheurs et des journalistes spécialistes du sujet, dont vous faites partie avec Romain Caillet, Wassim Nasr, Jacques Raillane, ou encore Gilles N, peut-elle être en mesure de répondre entièrement à la demande médiatique quand des événements mettent au cœur de l’actu les questions liées au terrorisme ?
Depuis deux ans, à chaque frémissement du fil AFP, tous les acteurs concernés de près ou de loin par le jihadisme ont leur téléphone qui se met à sonner frénétiquement. De guerre lasse, certains préfèrent moins répondre, ou plus du tout. D’abord parce qu’ils considèrent à juste titre n’avoir rien d’intéressant à dire dans le feu de l’action. Mais aussi parce qu’ils travaillent, les interviews prennent du temps, de l’énergie et trop d’exposition peut nuire à son terrain d’enquête.
http://www.lesinrocks.com/2016/03/25/actualite/non-expertise-mediatique-matiere-de-terrorisme-a-de-graves-consequences-11814958/

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 14809
Réputation : 14
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "experts du jihadisme" ?

Message  yacoub le Jeu 5 Mai - 19:31


Très bon article, je fais circuler.
avatar
yacoub

Messages : 22
Réputation : 0
Date d'inscription : 07/05/2011

http://apostats-de-lislam.xooit.org/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "experts du jihadisme" ?

Message  -Ren- le Dim 6 Nov - 9:35

Posté hier par Vincent Geisser sur FB :
Vincent Geisser a écrit:KEPEL ET LES AUTRES… LE JIHADISME UN OBJET MÉDIATIQUE, REBELLE A LA RIGUEUR SCIENTIFIQUE ?

Plus d’une cinquantaine d’ouvrages recensés à ce jour sur le jihadisme, rien qu’en langue française ! Le problème de la plupart des sociologues, des politologues et des « jihadistologues » français quand ils traitent du jihadisme, c’est qu’ils prétendent en parler scientifiquement tout en s’affranchissant de la rigueur minimale que supposerait toute démarche de sciences sociales : construire un objet, bâtir un système d’hypothèses, penser un protocole d’enquête et vérifier la fiabilité des données en les confrontant systématiquement avec celles de leurs pairs.

Je poserai simplement quelques questions :
- Combien d’entretiens approfondis conduits réellement auprès des individus jihadistes ou anciens jihadistes ?
- Quel mode d’observation déployé auprès des milieux dits « jihadistes » en France ou ailleurs ?
- Quels recoupements des informations et des données de terrain ?
- Quel processus de vérification des matériaux recueillis ?
- Quel effort de contextualisation ? Les engagements jjihadistes observés en France sont-ils comparables à ceux constatés en Tunisie, en Libye, Irak, Syrie, etc. ? Et dans un même pays, n’observe-t-on pas des dissemblances selon les contextes sociaux et régionaux ? Existe-il des motivations similaires ? Sommes-nous en présence d’un phénomène multiforme ?
- Quel débat scientifique contradictoire en dehors d’une bataille d’ego pour savoir qui détient la bonne et la « vraie » interprétation du phénomène jihadiste ?

(...) La polémique relancée par Gilles Kepel dans son dernier ouvrage, « La fracture », s’apparente à un règlement de compte. Et, malheureusement il n’est pas le seul, même s’il est de loin le plus outrancier (...) Après la « fascination de l’islam » si brillamment analysée par Maxime Rodinson (on gagnerait à le relire), voici venu le temps de la fascination du jihadisme (...)

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 14809
Réputation : 14
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "experts du jihadisme" ?

Message  gfalco le Lun 7 Nov - 0:11

@Ren : Merci pour le relai - le questionnement paraît fort juste.

gfalco

Messages : 105
Réputation : 3
Date d'inscription : 31/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les "experts du jihadisme" ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum