Dialogue-Abraham
L'équipe de "Dialogue Abraham" vous souhaite la bienvenue !

Ce forum recherche avant tout une atmosphère cordiale et respectueuse, chacun s'efforçant d'écouter l'autre avec la même bienveillance qui doit accueillir son propre témoignage.

Nous travaillons à nous comprendre mutuellement en vérité, et non à entretenir des conflits.

Nous ne sommes pas parfaits, mais pensons qu'il est possible d'avoir des échanges de qualité sur les sujets religieux.

Puissiez-vous, vous qui venez ici, contribuer à cet effort

Le déclin intellectuel du monde musulman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le déclin intellectuel du monde musulman

Message  psycho le Mer 19 Oct - 10:59

Le titre peut paraitre un peu provocateur, mais la question -que je me pose depuis longtemps - est simple : alors que le monde musulman était très en avance par rapport à l'occident dans tous les domaines (philosophie, histoire, médecine, physique, mathématique, ...), plus aucune figure intellectuelle d'envergure n'est apparue après Ibn Khaldoum.
Quelles en sont les raisons ? Comment et pourquoi Ghazali a-t-il étouffé Averroès, alors que l'inverse a eu lieu en occident ? Ce repli sur soi est-il intrinsèque à l'Islam ou est-ce une conséquence de la Reconquista et de l'invasion turque ? Merci d'avance pour vos éclaircissements.

psycho

Messages : 45
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déclin intellectuel du monde musulman

Message  -Ren- le Mer 19 Oct - 16:07

psycho a écrit:plus aucune figure intellectuelle d'envergure n'est apparue après Ibn Khaldoum
Hum... Certes, Ibn Khaldun lui-même considérait que son époque était une époque de déclin. Mais de là à dire que "plus aucune figure intellectuelle d'envergure n'est apparue depuis" il y a peut-être une généralisation un peu hâtive, non ? Entre le XIVe siècle et aujourd'hui, peut-on réellement considérer qu'il y a une évolution uniforme dans un monde musulman perçu lui aussi comme uniforme ?

La question du rôle de l'empire ottoman peut se poser. Mais en lien avec ce sujet, on pointe également souvent la question de la "fermeture de la porte de l’ijtihâd". Un lien intéressant à consulter : http://oumma.com/Chari-a-hadith-qiyas-2-2

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15344
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déclin intellectuel du monde musulman

Message  psycho le Dim 23 Oct - 23:42

-Ren- a écrit:
psycho a écrit:plus aucune figure intellectuelle d'envergure n'est apparue après Ibn Khaldoum
Hum... Certes, Ibn Khaldun lui-même considérait que son époque était une époque de déclin. Mais de là à dire que "plus aucune figure intellectuelle d'envergure n'est apparue depuis" il y a peut-être une généralisation un peu hâtive, non ? Entre le XIVe siècle et aujourd'hui, peut-on réellement considérer qu'il y a une évolution uniforme dans un monde musulman perçu lui aussi comme uniforme ?
Je me suis mal exprimé : quand je parlais d'intellectuels, il s'agissait pour moi en fait de scientifiques au sens large (philosophie, mathématiques, histoire, physique, ...) et non de l'évolution interne de l'Islam. En caricaturant, pourquoi Galilée, Descartes, Fermat, ... sont-ils apparus dans le monde chrétien et pas en terre musulmane alors que le terreau semblait beaucoup plus fertile ? Qu'est-ce qui a fait que l'équivalent des Lumières n'a pas existé dans le monde musulman ?


psycho

Messages : 45
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déclin intellectuel du monde musulman

Message  -Ren- le Lun 24 Oct - 9:09

psycho a écrit:Qu'est-ce qui a fait que l'équivalent des Lumières n'a pas existé dans le monde musulman ?
Là aussi, c'est un point qui se discute... Beaucoup de choses bougent depuis la Nahda ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Nahda )

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15344
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déclin intellectuel du monde musulman

Message  Mamun le Sam 29 Oct - 15:05

C'est un vaste sujet. Le repli du monde musulman, particulièrement arabe, est à replacer dans un certain contexte. En gros, XII mais aussi et surtout XIIIè siècle. Or, que se passe-t-il à cette époque ? Deux évènements concomitants : Les débuts et même les avancées de la Reconquista en Espagne à l'ouest. L'invasion mongole à l'Est. En 1258, les mongols tuent le dernier calife Abbasside, marionnette aux mains des Turcs depuis un moment, mais fort symbole de tout ce que peut représenter la "Oumma". De plus il ne faut pas oublier que les "latins" (Franj) étaient toujours présents au Levant, de même que les souvenirs de la première croisade (dont certains se rappellent encore aujourd'hui).

La crainte à cette époque, était que les chrétiens et les Mongols s'allient, ce qui aurait peut-être porté un coup terrible aux musulmans. Des moines émissaires ont même été envoyés à l'époque au grand Khan Hulagu, dont la femme était chrétienne nestorienne. Mais cela ne s'est pas fait (ouf :top: ).

La victoire des Mameluks d'Egypte contre les Mongols en 1260, bien qu'elle met fin à l'avancée mongole, ne règle pas tout. Les musulmans sont un peu groguis. De civilisation la plus avancée, ils se réveillent avec la gueule de bois. Les chrétiens progressent sans cesse en Al Andalus (terre musulmane bien connue à l'époque), les chutes des grands centres culturels que sont Cordoue et Séville (entre autres) provoquent une onde de choque (comment réagirions-nous aujourd'hui si un Emirat était déclaré à New York et à Boston ?)

"L'autre" change de nature, il n'est plus celui qui peut m'apprendre ce que j'ignorais, celui avec qui je peux échanger sans crainte. Il devient le danger. C'est à cette époque qu'Ibn Tayymiya proclame la fermeture des portes de l'ijtihad (proclamation toute symbolique) mais qui nous renseigne sur l'époque. Le conservatisme devient la règle, de peur de l'inconnu. L'inconnu n'est plus chose à conquérir, mais risque de se perdre une bonne fois pour toute. L'innovation devient suspecte, les esprits libres accusés d'apporter la colère divine, et tout se fige. Les savants, et shuyukhs deviennent des compilateurs, plus des chercheurs.

La mystique et la philosophie connaitront tout de même encore des pages intéressantes dans le monde chi'ite. Mais il faudra attendre la période de la Nahdha pour revoir le retour d'un certain esprit d'ouverture et une soif d'avancer et de se mettre au diapason civilisationnel.

Donc non, les raisons du gel du monde musulman ne procèdent pas de la nature de l'islam, mais plutôt des événements historiques et sociaux. Car d'autres circonstances, sociales celles-ci, s'ajoutent aux premières causes.
avatar
Mamun

Messages : 560
Réputation : 0
Date d'inscription : 18/09/2011
Age : 39
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déclin intellectuel du monde musulman

Message  psycho le Dim 30 Oct - 18:19

Mamun a écrit:
Donc non, les raisons du gel du monde musulman ne procèdent pas de la nature de l'islam, mais plutôt des événements historiques et sociaux. Car d'autres circonstances, sociales celles-ci, s'ajoutent aux premières causes.
Merci pour votre contribution qui rejoint mon intuition historique première. Pouvez-vous m'en dire plus sur les "circonstances sociales", je ne suis pas sûr de comprendre ce que vous voulez dire ?

psycho

Messages : 45
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déclin intellectuel du monde musulman

Message  Mamun le Dim 30 Oct - 19:32

Il y a plusieurs théories, mais cette question reste ouverte. En vrac, On pourrait parler de la perte des routes commerciales en Méditerranée et dans l'Océan indien (au profit des cités italiennes dans le premier cas, et des portugais dans le second). La perte du développement économique et autre qui s'ensuit; la peste de 1348, terrible en Europe, encore plus dans le monde musulman, alors sur une pente descendante, démographiquement, notamment. Les luttes idéologiques à l'intérieur de l'Islam (civilisation), etc.
avatar
Mamun

Messages : 560
Réputation : 0
Date d'inscription : 18/09/2011
Age : 39
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déclin intellectuel du monde musulman

Message  -Ren- le Dim 30 Oct - 20:36

J'évoquais Ibn Khaldun plus haut (parce que je ne peux jamais m'en empêcher http://blogren.over-blog.com/categorie-10983332.html :o ). Voici quelques passages où il parle de déclin...
Ibn Khaldun a écrit:Nous avons dit que la durée d’un empire ne dépasse pas ordinairement trois générations. En effet, la première génération conserve son caractère de peuple nomade, les rudes habitudes de la vie sauvage, la sobriété, la bravoure, la passion du brigandage et l’habitude de s’entre-partager l’autorité ; aussi l’esprit de tribu dans cette génération reste en vigueur (...)

La possession d’un empire et le bien-être qui s’ensuit influent sur le caractère de la seconde génération ; chez elle, les habitudes de la vie nomade se remplacent par celles de la vie sédentaire, la pénurie est changée en aisance et la communauté du pouvoir en autocratie. Un seul individu exerce toute l’autorité ; le peuple, trop indolent pour essayer de la reconquérir, échange l’amour de la domination contre l’avilissement et la soumission. L’esprit de corps qui l’anime s’affaiblit à un certain degré (...)

La troisième génération a oublié complètement la vie nomade et les moeurs agrestes du désert ; elle ne reconnaît plus les douceurs de la gloire et de l’esprit de corps, habituée, comme elle l’est, à subir la domination d’un maître et plongée, par l’influence du luxe, dans toutes les délices de la vie. Des hommes de cette espèce sont une charge pour l’empire ; à l’instar des femmes et des enfants, ils ont besoin de protecteurs ; chez eux l’esprit de corps s’est éteint, le courage de se défendre, de repousser un ennemi ou de l’attaquer leur manque, et, malgré cela, ils cherchent à en imposer au public par leur équipement (militaire), leur habillement, leurs airs d’habiles cavaliers et leur ton présomptueux (...) Le souverain s’appuie alors sur des étrangers d’une bravoure reconnue, et s’entoure d’affranchis et de clients en nombre à peu près suffisant pour la défense du pays (...)

Cela fait voir que, dans l’espace de trois générations, les empires arrivent à la décrépitude et changent entièrement de nature. Dans la quatrième génération, l’illustration dont la nation s’était entourée disparaît tout à fait (...) Si l’existence de l’empire se prolonge davantage, c’est parce qu’on ne songe pas à l’attaquer ; mais cela est un cas purement accidentel ; la décrépitude lui survient toujours, bien que personne ne l’ait menacé (...)

Donc les empires, comme les individus, ont une existence, une vie qui leur est propre ; ils grandissent, ils arrivent à l’âge de la maturité, puis ils commencent à décliner.
:arrow: http://classiques.uqac.ca/classiques/Ibn_Khaldoun/Prolegomenes_t1/ibn_pro_I.pdf p.340 sq.
Ibn Khaldun a écrit:Une dynastie qui commence n’est guère exposée à ressentir les impulsions (de l’orgueil), qui ont tant d’influence sur la royauté ; car elle doit nécessairement s’appuyer sur l’esprit de corps (esprit national) du peuple qui l’a fondée et qui en a établi l’autorité. Or le caractère distinctif de l’esprit de corps, c’est la condition de la vie nomade. Si la dynastie s’est établie en combattant pour la cause de la religion, elle ne saurait éprouver les sentiments (d’orgueil) qui dominent dans la royauté ; si elle doit son existence à l’esprit de conquête seulement, la vie nomade dont elle tient son succès répugne aux tendances et aux usages qui prévalent dans un gouvernement royal. Comme la dynastie qui commence n’a d’autre civilisation que celle de la vie nomade, le souverain se montre plein de condescendance et de simplicité ; il est familier avec le peuple et se laisse aborder facilement. Mais lorsqu’il a consolidé son pouvoir, qu’il a concentré en lui-même toute l’autorité et qu’il a besoin de s’isoler du public pour s’entretenir avec ses ministres sur les affaires qui l’intéressent, il essaye, tant qu’il peut, de se dérober à la foule. Dès lors on ne saurait parvenir auprès de lui sans l’autorisation d’un des serviteurs du prince (...)

Plus tard le souverain devient d’un abord encore plus difficile ; il adopte un système d’exclusion plus général que le premier, et n’admet auprès de lui que ses intimes (...) Sous la dynastie des Abbacides (...) l’empire atteignit à un haut degré de richesses et de puissance, ainsi que chacun sait, et le souverain réunissait en lui-même tous les caractères de la royauté. Cela ayant conduit à établir le système d’exclusion de la seconde espèce (...)

C’est ordinairement quand la dynastie est près de sa fin qu’on retient le sultan en tutelle ; la chose en elle-même indique suffisamment que l’empire a perdu de ses forces et tombe dans la décrépitude. Les souverains craignent (et avec raison) que le pouvoir leur soit enlevé de cette façon ; car les ministres sont naturellement portés à s’attribuer toute l’autorité quand ils voient que l’empire est sur son déclin et que le prince est sans influence.
:arrow: http://classiques.uqac.ca/classiques/Ibn_Khaldoun/Prolegomenes_t2/ibn_pro_II.pdf p.93 sq.
Ibn Khaldun a écrit:Le lecteur qui aura compris et apprécié ce que nous venons d’exposer reconnaîtra que la civilisation c’est la vie sédentaire et le luxe, qu’elle indique le dernier terme du progrès de la société, et que, dès lors, la nation commence à rétrograder, à se corrompre et à tomber dans la décrépitude, ainsi que cela a lieu pour la vie naturelle des animaux (...) Dans nos recherches sur la civilisation, nous sommes arrivé à la conclusion que le déclin et la chute d’un empire détruisent la prospérité de la ville qui lui servait de capitale, et que, si la ruine de la ville n’en résulte pas immédiatement, elle ne tardera pas à arriver (...) Les usages de l’ancien empire paraissent détestables, odieux et exécrables à la nouvelle dynastie (...) Cela dure jusqu’à ce que la dynastie du vainqueur acquière graduellement quelques habitudes du luxe, habitudes d’un autre genre, et pose ainsi la base d’une nouvelle civilisation sédentaire. Pendant cet intervalle, la civilisation de l’ancien peuple décroît et tend à disparaître.
:arrow: http://classiques.uqac.ca/classiques/Ibn_Khaldoun/Prolegomenes_t2/ibn_pro_II.pdf p.233 sq.
Ibn Khaldun a écrit:La civilisation et la vie sédentaire ayant pris le dessus dans tous les États musulmans, les royaumes devinrent puissants, les sciences obtinrent de grands encouragements, les copies des livres se multiplièrent, l’écriture et la reliure acquirent plus de beauté, les palais et les trésors des rois se remplirent de livres à un point que rien n’égale ; cela devint un objet de rivalité entre les peuples de diverses contrées, et l’on n’y mit plus de bornes. Quand ces empires musulmans vinrent ensuite à se dissoudre et à tomber en ruines, tout ce progrès se ralentit ; le déclin du khalifat entraîna la ruine de tout ce qui faisait l’ornement de Baghdad. L’art de l’écriture, ou, pour mieux dire, tout ce qui était science, abandonna cette capitale pour passer en Égypte et au Caire (...)

Passons aux (Arabes) habitants de l’Espagne : la destruction de leur puissance dans ce pays, la chute de la domination berbère, qui avait remplacé la leur, et la supériorité que les peuples chrétiens y avaient acquise, les forcèrent à se disperser dans divers pays et, à partir de l’époque de la dynastie almoravide jusqu’à notre temps, ils ont continué à se répandre dans les provinces de l’Ifrîkiya et du Maghreb, sur notre côté de la mer. Ils ont communiqué aux habitants sédentaires (de ces contrées) les arts dont ils étaient en possession et se sont attachés au service du gouvernement, et de là est résulté que leur caractère d’écriture a pris le dessus sur celui de l’Ifrîkiya et l’a fait tomber en désuétude (...) L’écriture des habitants de l’Ifrîkiya devint donc analogue à celle des Espagnols, et cela dura ainsi jusqu’à ce que la puissance des Almohades (Hafsides) s’affaiblît et que les habitudes de la vie sédentaire et du luxe rétrogradassent avec la civilisation ; alors l’écriture éprouva aussi de la décadence ; ses principes s’altérèrent ; les procédés employés dans l’enseignement de cet art tombèrent dans l’oubli à mesure que l’influence de la vie sédentaire allait en s’affaiblissant et que la civilisation reculait. Toutefois, l’écriture de cette contrée a conservé assez de traces du caractère espagnol pour témoigner de ce qu’elle était autrefois. C’est une conséquence du principe que nous avons établi précédemment, savoir que, partout où les arts ont pris racine par suite de la vie sédentaire, il est difficile de les extirper entièrement
:arrow: http://classiques.uqac.ca/classiques/Ibn_Khaldoun/Prolegomenes_t2/ibn_pro_II.pdf p.303

Plus anecdotique, mais davantage en lien avec les considérations du messages précédant de Mamun :
Ibn Khaldun a écrit:Après la mort de Yacoub el-Mansour, la puissance des Almohades commença à décliner (...) la marine musulmane perdit son importance par suite de la faiblesse toujours croissante des empires maghrébins. Dans ce pays, l’influence de la vie nomade, étant encore très forte, fit oublier les usages de la civilisation plus avancée que l’on avait apprise en Espagne, et enleva aux populations l’habitude des affaires maritimes.
:arrow: http://classiques.uqac.ca/classiques/Ibn_Khaldoun/Prolegomenes_t2/ibn_pro_II.pdf p.43

Et enfin (car même si j'adore me replonger dans les Prolégomènes, je ne vais pas non-plus tout relire ce soir), une déclaration qui ne peut que toucher le musicien que je suis :
Ibn Khaldun a écrit:La musique est le dernier art qui se produit dans les sociétés civilisées, parce qu’elle est un de ceux qui naissent lorsque l’empire est parvenu à un haut degré de prospérité. Elle ne s’y montre qu’à une seule condition : la population de l’endroit doit être désoeuvrée et aimer les divertissements. Elle est aussi le premier art à disparaître quand la civilisation est entrée dans son déclin.
:arrow: http://classiques.uqac.ca/classiques/Ibn_Khaldoun/Prolegomenes_t2/ibn_pro_II.pdf p.319

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15344
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déclin intellectuel du monde musulman

Message  psycho le Mar 1 Nov - 18:58

Merci pour ce lien sur un auteur que je ne connaissais que de nom. J'ai lu également les passages sur la science qui sont d'une modernité à couper le souffle.

psycho

Messages : 45
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déclin intellectuel du monde musulman

Message  -Ren- le Mar 1 Nov - 19:01

psycho a écrit:Merci pour ce lien sur un auteur que je ne connaissais que de nom
Je suis un grand fan ^^

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15344
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déclin intellectuel du monde musulman

Message  Invité le Dim 10 Juin - 20:14

psycho a écrit:Quelles en sont les raisons ? Comment et pourquoi Ghazali a-t-il étouffé Averroès, alors que l'inverse a eu lieu en occident ? Ce repli sur soi est-il intrinsèque à l'Islam ou est-ce une conséquence de la Reconquista et de l'invasion turque ? Merci d'avance pour vos éclaircissements.

La raison est simple : c'est lié tout simplement au manque de culture occidentale sur la question. En clair, un bête "sentiment de supériorité" de l'occidental moyen vis-à-vis du monde intellectuel arabe.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déclin intellectuel du monde musulman

Message  Materia le Dim 10 Juin - 20:23

Cebrâîl a écrit:
La raison est simple : c'est lié tout simplement au manque de culture occidentale sur la question. En clair, un bête "sentiment de supériorité" de l'occidental moyen vis-à-vis du monde intellectuel arabe.

C'est vrai que l'on est assez fort pour cela ...

avatar
Materia

Messages : 1206
Réputation : 2
Date d'inscription : 02/05/2011
Age : 33
Localisation : Sarthe France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déclin intellectuel du monde musulman

Message  piwi le Dim 10 Juin - 23:50

au maroc y'a plein de personnes épatantes au niveau informatique et electronique... des vrais cracks que n'ont rien à envier aux européens. on trouve aussi des traders connu qui sont marocains. (belkhayat, thammi kabbaj...)

on m'a même présenté une personne incroyable : elle vous donne une calculette, vous faites n'importe quelle opération et elle vous dit le résultat en 2 ou 3 secondes !!! j'avais fait une opération de malade avec la calculatrice... et il a trouvé ! quand on voit que cet homme est réduit à vendre des porte clé aux touristes assis en train de prendre un thé, je trouve que c'est dommage. y'a personne que ça intéresse un mec comme ça ?

c'est sur que si les génies restent dans l'ombre...
avatar
piwi

Messages : 429
Réputation : 0
Date d'inscription : 31/01/2012
Localisation : Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déclin intellectuel du monde musulman

Message  Roque le Lun 11 Juin - 8:41

piwi a écrit:c'est sur que si les génies restent dans l'ombre...
Ne pas trop vite oublier les effets désastreux des politiques nationaux sur le long terme. La fêlure du monde entre les dominants et les exploités ne passe pas entre les frontières nationales ou religieuses, mais à l'intérieur des peuples, eux-mêmes - sans nier cependant les énormes forces internationales - parfois apatrides - qui s'affrontent ... Pas si simple !

Et le monde arabe n'est pas le seul à être " minorisé " ... il y en a plein d'autres dont on a même oublié le nom. Je pense aux africains du sahel, à certaines parties de l'Asie ou d'Amérique centrale et du sud, etc ...

Roque

Messages : 4573
Réputation : 20
Date d'inscription : 15/02/2011
Age : 73
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déclin intellectuel du monde musulman

Message  rosarum le Lun 11 Juin - 20:26

psycho a écrit:Le titre peut paraitre un peu provocateur, mais la question -que je me pose depuis longtemps - est simple : alors que le monde musulman était très en avance par rapport à l'occident dans tous les domaines (philosophie, histoire, médecine, physique, mathématique, ...), plus aucune figure intellectuelle d'envergure n'est apparue après Ibn Khaldoum.
Quelles en sont les raisons ? Comment et pourquoi Ghazali a-t-il étouffé Averroès, alors que l'inverse a eu lieu en occident ? Ce repli sur soi est-il intrinsèque à l'Islam ou est-ce une conséquence de la Reconquista et de l'invasion turque ? Merci d'avance pour vos éclaircissements.

Mamun a très bien expliqué les raisons historiques de ce repli, mais il y a aussi un facteur religieux.

je remet ici un extrait d'un texte du Dr Al 'Ajamî que j'ai déjà posté sur le forum partenaire.

Ce corps vigoureux grandit, combattit, détruisit, construisit ; il fit montre d’une exceptionnelle capacité d’adaptation, d’absorption, d’assimilation. Cet islam était vivant, non figé, non parfait, mais perfectible. Il avait pour lui la cohérence d’avoir été forgé à l’épreuve du présent, des réalités, et il connut en conséquence une croissance de quatre siècles ce qui est en soi exceptionnel. Cet être civilisationnel devait donc s’accorder sans cesse à ces changements de lieux et de tailles, la Révélation en était la constante, l’islam la variante, ainsi firent-ils ensemble un chemin de quatre cents années.
Mais, dès lors qu’une orthodoxie s’auto-légitima en édictant l’islam parfait, imperfectible, inadaptable, irréformable, non critiquable, qu’il devint le modèle de référence pour les siècles et les siècles, alors l’élan magnifique fut brisé. Le géant s’alourdit, ralentit sa course, s’effondrant doucement sous sa propre masse. La perfection autoproclamée de l’islam sonna le glas de la civilisation islamique. Le reste du monde, barbare donc, poursuivit sa marche, le temps de même, le monde musulman figé en les lustres de son Âge d’or, brillant encore dans le sur-place, se trouva progressivement distancé, s’assoupissant dans les poussières de son glorieux passé. Les musulmans mouraient lentement de leur perfection.
avatar
rosarum

Messages : 946
Réputation : 1
Date d'inscription : 06/05/2011
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déclin intellectuel du monde musulman

Message  -Ren- le Lun 11 Juin - 21:00

rosarum a écrit:je remet ici un extrait d'un texte du Dr Al 'Ajamî
...A lire en intégralité sur http://oumma.com/L-islam-est-il-parfait ;)

Fil dédié à cet auteur sur ce forum : http://dialogueabraham.forum-pro.fr/t1196-que-dit-vraiment-le-coran-du-docteur-al-ajami

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15344
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le déclin intellectuel du monde musulman

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum