Dialogue-Abraham
L'équipe de "Dialogue Abraham" vous souhaite la bienvenue !

Ce forum recherche avant tout une atmosphère cordiale et respectueuse, chacun s'efforçant d'écouter l'autre avec la même bienveillance qui doit accueillir son propre témoignage.

Nous travaillons à nous comprendre mutuellement en vérité, et non à entretenir des conflits.

Nous ne sommes pas parfaits, mais pensons qu'il est possible d'avoir des échanges de qualité sur les sujets religieux.

Puissiez-vous, vous qui venez ici, contribuer à cet effort
-54%
Le deal à ne pas rater :
Tondeuse à barbe Babyliss Designer SH500E
59.99 € 129.99 €
Voir le deal

Yahvé n'était pas seul - article

Aller en bas

Yahvé n'était pas seul - article Empty Yahvé n'était pas seul - article

Message  Invité le Dim 25 Aoû - 9:31

Yahvé n'était pas seul

Article de feu Guy Couturier

Yahvé n'était pas seul - article 800px-12


(https://fr.wikipedia.org/wiki/Guy_Couturier)


Guy Couturiez a écrit:
L’orthodoxie d’Israël a toujours défendu l’existence d’un seul Dieu, qu’on appelait tout simplement El (Dieu), aux temps des Patriarches, mais qui s’est révélé à Moïse, plus tard, sous, le nom de Yahvé, nom qui s’est imposé pour le reste de l’histoire d’Israël (Ex 6,3). Toutefois, on sait que la foi populaire a très souvent introduit d’autres dieux à côté de Yahvé, excitant ainsi la colère des prophètes; ceux-ci réussissaient parfois à convaincre les rois d’instaurer les réformes nécessaires, mais sans de très longs lendemains. Ba’al a sans doute été le dieu le plus populaire après Yahvé; au IXe siècle, il semble même qu’il soit allé jusqu’à supplanter ce dernier (voir l’histoire d’Élie sur le Carmel : 1 R 18,20ss). Deux déesses sont aussi connues et vénérées : Astarté, qui joue un rôle important dans la recherche de la fertilité, et Ashérah, dont le nom est mentionné pas moins de quarante fois dans l’Ancien Testament.




     La découverte des textes d’Ugarit, grande ville cananéenne du XIVe siècle avant J.-C., nous a admirablement éclairés sur ces diverses figures divines. On sait bien maintenant que Ba’al était étroitement associé soit à la déesse Anat, soit à la déesse Astarté, pour vaincre les forces mauvaises (la sécheresse et la mer) qui menaçaient sans cesse la fertilité nécessaire à la survie des hommes. Les Israélites ont donc toujours été tentés de ré­introduire chez eux ces antiques divinités, jamais complètement mortes! On sait aussi que le chef du panthéon cananéen s’appelait El et qu’avec l’assistance de la déesse Ashérah, il avait engendré les autres dieux, puis procédé à la création de tout l’univers. Comme Israël s’adressait aussi à son Dieu sous le nom de El, on comprend facilement que la déesse Ashérah ait pu être une constante tentation de vénération à côté de ce Dieu national.


     Une découverte relativement récente dans un fortin israélite bâti au cours du VIIIe siècle avant J.-C., dans un coin reculé du nord de la péninsule du Sinaï, vient illustrer vivement cette tentation, pour la première fois. En effet, dans les salles d’entrée de ce fortin de Kuntillet Ajrud, on découvrit de gros fragments de jarres couverts de dessins nombreux et variés et souvent accompagnés d’inscriptions, dont la provenance ne fait aucun doute : la forme des lettres et la mention fréquente de « Yahvé » nous forcent à les attribuer à un groupe d’Israélites établis dans ce poste frontière de Juda, pour protéger le pays contre des incursions égyptiennes ou édomites.


     Deux de ces inscriptions sur jarre sont des formules de bénédictions, aux noms de « Yahvé et son Ashérah »! D’autres inscriptions sur des fragments de plâtre ayant recouvert les murs des salles mentionnent aussi Ba’al et El avec le même Yahvé. Mais comment comprendre la première formule : « Yahvé et son Ashérah »?

     Suite aux diverses mentions d’Ashérah dans l’Ancien Testament, nous devons voir en ce terme tantôt le nom personnel de la déesse (ainsi Jg 3,7; 1 R 15,13; 18,19; 2 R 21,7; etc.), tantôt un objet qui lui est intimement associé, qui n’est jamais décrit, mais que l’on imagine ressembler à un pieu équarri; en effet il est fait de bois (Jg 6,26), puis planté (Dt 16,21); il peut être brûlé (Dt 12,3), ou abattu (Dt 7,5). À la lumière de ces indications générales retenues par la tradition biblique, les inscriptions de Kuntillet Ajrud font donc l’objet de discussions assez vives à l’heure actuelle.


     Une de ces inscriptions se lit au-dessus de trois figures claires. En premier lieu, deux d’entre elles représentent des figures mâles évidentes, dont les traits rappellent ceux du dieu égyptien Bes. À côté d’eux, on voit très bien une figure féminine assise sur un trône ou une chaise, et jouant de la lyre. Ne pourrait-on pas y voir justement une représentation de la déesse Ashérah? Ainsi nous aurions non seulement une première mention de celle-ci dans un texte israélite en dehors de la Bible mais nous aurions même sa représentation graphique.


     On peut évoquer trois arguments pour identifier cette figure assise à Ashérah. Son costume (robe et « foulard ») ressemble beaucoup à celui des déesses de fertilité tel que connu sur les bas-reliefs d’Ugarit; il faut en dire autant de sa coiffure. Mais surtout le siège sur lequel elle est assise peut être facilement identifié à un trône à chérubins (sphinx) : on voit que ses pattes se terminent en pattes de lion, et que le dossier est recourbé vers l’extérieur tout comme celui de ces trônes à sphinx, puisqu’il est fait par la jonction des ailes de ces êtres mythiques. Or ces trônes ne sont utilisés que par les rois et les dieux; comme la présente figure est associée à deux représentations de dieux, on est donc invité à l’identifier à une déesse et par suite, à Ashérah, dont il est fait mention dans l’inscription qui la surplombe.


     Que l’Ashérah de l’inscription soit comprise comme nom de la déesse ou comme son symbole (pieu sacré), il ne fait pas de doute que des Israélites du VIIIe siècle l’associaient sans gêne à Yahvé lui-même dans des formules voulant attirer sur eux leur bénédiction conjointe. Pouvait-on espérer trouver un jour une illustration aussi vivante du syncrétisme religieux si violemment condamné par la loi et les prophètes?


http://www.interbible.org/interBible/decouverte/archeologie/2009/arc_090116.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Yahvé n'était pas seul - article Empty Re: Yahvé n'était pas seul - article

Message  Spin le Dim 25 Aoû - 14:17

Pas vraiment un scoop. Ces inscriptions d'Ougarit sont connues depuis longtemps, de même que celle de l'Ile Eléphantine, sur le Nil en Egypte, où un temple juif construit par des mercenaires juifs au service des Perses (donc après l'Exil) associe Yahvé et Ashéra.

Deutéronome 32:8-9 est absurde si "le Très-Haut" et "l'Eternel" de nos traductions sont la même entité. Le Psaume 82 montre Yahvé au milieu des autres dieux.
Spin
Spin

Messages : 2099
Réputation : 1
Date d'inscription : 07/05/2013
Age : 68
Localisation : sur le Rhône

http://pagesperso-orange.fr/daruc/

Revenir en haut Aller en bas

Yahvé n'était pas seul - article Empty Re: Yahvé n'était pas seul - article

Message  Invité le Dim 25 Aoû - 14:48

Non, jamais eu la prétention que s'en soit un, de scoop. :)
L'article date de 1985 apparemment. 


Si l'on creuse, Yahweh semble le produit d'une fusion entre plusieurs divinités, païennes. Le processus de fabrication est intéressant je trouve. 


Et cela explique aussi que le Yahweh de la Bible, qui est un mélange de divinité du désert, guerrière, du ciel et de l'orage (entre autre), se comporte comme une divinité païenne classique au fond, vu qu'originellement il en est une semble t-il, une divinité parmi d'autres dans un panthéon polythéiste antique tout ce qu'il y a de plus classique, avec une divinité épouse liée à la fertilité. 


Yahweh dans l'Ancien Testament a un comportement des plus humain comme n'importe quelle divinité païenne antique, il est colérique, jaloux, dominateur, versatile, exige qu'on le vénère, qu'on le craigne, parfois dispense des miracles productif, protecteurs, bienveillants, mais aussi des manifestations de colère très destructrice précisément liées à l'air : orage, feu dans le ciel, tempête, pluie torrentielles d'objets, météore. Surtout lié aux élément air et eau mais aussi un peu feu et en dernier terre je dirais. 


Il y aurait aussi des influences venues du désert arabique aussi dans l'élaboration de ce culte qui petit à petit est devenu exclusif. Et avec le prédication de Muhammad on pourrait dire que la boucle est bouclée ? On en revient à une divinité jalouse de sa vénération exclusive (obsession de Muhammad pour la chasse à "l'association") et qui propage son culte, entre autre chose au moins au début, par la guerre. D'ailleurs un des rares miracles liés à Muhammad est de naturel aérienne, visuel, Muhammad est rendu invisible aux yeux de ses ennemis. Il est là mais ses ennemis ne peuvent le voir et donc n'arrivent pas à s'emparer de lui.  


Remonter en arrière dans le temps pour voir l'élaboration de la figure de Yahweh, ses origines, permet de comprendre aussi bien le Judaïsme que l'Islam au moins. Pour comprendre l'arbre il faut revenir à ses racines. On voit aussi des traces chez Jésus mais c'est je trouve beaucoup moins évident. Il y a des miracles aériens : calmer une tempête, être emporté au ciel. D'ailleurs Jésus fait une retraite au désert. Et c'est une vision ou une illusion sonore qui "retourne" Paul sur le chemin de Damas. C'est un phénomène aérien, visuel ou sonore, au moins une voix, qui s'adresse à Paul. Et Paul en perd la vue. 


On retrouve le dieu guerrier derrière un Josué. 


Le dieu de l'Ancien Testament est une figure fabriquée par des emprunts à d'autres religions locales. Il y a sans doute une base cananéenne mais avec des apports successifs de toute la région. Perse, Arabie, Egypte. 


Dans mon souvenir chez les Égyptiens Seth est aussi une divinité du désert par très sympathique d'ailleurs. Violente. Après tout Seth commet le fratricide, avec Osiris. 
Je me demande si il y a un lien avec l'histoire d'Abel et Caïn. D'autres ont du faire le rapprochement et se poser la question non ? 


Je me demande si il y a des emprunts évidents et identifiés au Védisme de l'Inde (les Upanishads ?) dans la Bible, peut être dans le récit de la Genèse. J'ai croisé le nom de "Chant de la Création" dans les texte contemporain et antérieurs au Bouddha. 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Yahvé n'était pas seul - article Empty Re: Yahvé n'était pas seul - article

Message  Jans le Lun 26 Aoû - 14:06

Merci à DL pour ces infos ! Quel besoin de le rabaisser en disant que ce n'est pas un scoop ? moi, il m'enrichit, voilà tout.

On constate, une fois de plus, qu'il faut chercher derrière les écrits bibliques ce qui a pu les motiver, au lieu de les prendre au premier degré. Le récit d'Adam et Eve sest manifestement motivé par le besoin de trouver une issue à l'aporie (=grande difficulté logique) : Dieu dit que sa création est bonne, or l'homme est souvent méchant et la vie souvent cruelle, débouchant sur la mort ; quelle explication ? réponse : c'est le péché "originel" (notion inconnue des juifs).

Le sacrifice d'Abraham : Manifestement, il fallait enrayer cette funeste habitude de sacrifier son premier-né.

Sodome : évoque en creux des habitudes orientales sans doute bien implantées ; on trouve aussi dans la Didachè (écrit chrétien célèbre) : 'tu n'abuseras pas des garçons".

Matt. ne sait pas ce que signifie le surnom "nazaréen" ou "nazarénien" : il invente une prédiction biblique pour fonder l'établissement à Nazareth. Au passage, il y a unanimité sur le fait que Jésus n'est pas né à Nazareth.
Jans
Jans

Messages : 1561
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 63
Localisation : IdF

Revenir en haut Aller en bas

Yahvé n'était pas seul - article Empty Re: Yahvé n'était pas seul - article

Message  Spin le Lun 26 Aoû - 16:01

Jans a écrit:Merci à DL pour ces infos ! Quel besoin de le rabaisser en disant que ce n'est pas un scoop ?
Je ne vois pas ce que ça a de rabaissant (à la rigueur la formulation, mais je peux dire la même chose pour mes propres infos). Je trouve que c'est important de remarquer que certaines infos qu'on semble découvrir sont connues quelque part depuis longtemps... mais qu'on ne le dit quand même pas dans des sermons ou au catéchisme (donc ça ne doit pas rabaisser non plus ceux qui les ignorent...).
Spin
Spin

Messages : 2099
Réputation : 1
Date d'inscription : 07/05/2013
Age : 68
Localisation : sur le Rhône

http://pagesperso-orange.fr/daruc/

Revenir en haut Aller en bas

Yahvé n'était pas seul - article Empty Re: Yahvé n'était pas seul - article

Message  Invité le Lun 26 Aoû - 20:12

N'ayant pas vocation a faire dans l'originalité (je ne vois pas comment d'ailleurs et n'ai pas cette prétention vu que je ne suis pas un chercheur professionnel), je partage ce qui parfois est nouveau pour moi. 


Nécessairement nous n'avons pas tous le même bagage, la même culture, ce qui est nouveau pour moi ne le sera pas pour d'autres. J'ai toujours aimé partager ce que je découvrais dans tous les domaines, non pour me mettre en avant mais pour attirer l'attention sur ce que je trouve intéressant. Il y a beaucoup de choses que je trouve intéressantes. Tout ce qui "explique" pourquoi les choses sont comme elles sont m'a toujours intéressé. C'est pourquoi j'aime l'Histoire parce que cela donne sens au Monde pour moi, en cherchant sur le passé on comprend pourquoi le présent est comme il est. Cela donne sens au monde et à ma vie. 


Ici dans le cas du culte de Yahweh je trouve cela très intéressant car on comprend quelles sont les sources de la "personnalité" de ce dieu tel qu'il est décrit dans l'Ancien Testament. On remet aussi en cause l'image que l'on a de cette religion et de ce dieu. On découvre qu’originellement les choses n'étaient pas du tout comme on nous le présente généralement et tel qu'on nous l'apprend dans les manuels scolaires ou le catéchisme. 


C'est d'ailleurs une des raisons qui m'on fait m'éloigner de la voie chrétienne. J'ai découvert petit à petit que tout ce que l'on me disait de croire était plus ou moins faux ou déformé ou invérifiable ou que les paroles ne correspondaient pas aux actes dans l'Histoire de l'Eglise. Alors si historiquement les récits de la Bible de correspondent pas ou peu ou partiellement seulement aux faits, et que le dieu qui est sensé être derrière tout cela laisse faire, comment peut-on croire au contenu religieux ? 


De mon point de vue ce n'est pas moi qui ai renoncé à ma foi chrétienne, c'est le christianisme et ses promoteurs au fil du temps qui m'on poussé à ne plus croire en eux. 


Après depuis un moment aussi j'ai développé des raisons autres, plus philosophiques, métaphysiques et j'ai vécu des choses intimes qui m'ont convaincu d'aller voir ailleurs. Mais cela a commencé par une prise de conscience de l'écart entre le récit biblique et l'Histoire. Et cela continu d'ailleurs. 


Pour en revenir au Yahweh historique, il y a beaucoup a dire sur les origines de ce culte qui initialement est au fond tout à fait classique de l'antiquité. Et qui d'ailleurs dans l'Ancien Testament se comporte souvent comme un dieu païen on ne peut plus classique. 


Sans même parler du fait que maintenant j'ai découvert que Yahweh n'était même pas le premier car de monothéisme de l'Histoire humaine, le judaïsme ne peut même plus se prévaloir de cette originalité à mes yeux. 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Yahvé n'était pas seul - article Empty Re: Yahvé n'était pas seul - article

Message  Invité le Mar 27 Aoû - 8:21

Je voulais faire un résumé, une synthèse, des éléments historiques/archéologiques, concernant Yahweh, ses origines j'entends, mais quelqu'un l'a déjà fait :) 

Voici le lien : 

Enquête sur les origines de Yahweh : 

https://mythoscopia.com/religions/enquete-sur-les-origines-de-yhwh/

Je rappellerais peut être certains points plus tard. 

Ci-dessous juste la conclusion de l'article 

Mytoscopia a écrit:

Le chapitre 3 de l’Exode, pilier dans notre enquête sur les origines de Yhwh, montre un dieu qui paraît étranger à Moïse. Un dieu qui, d’après le nom qu’il dévoile pour la première fois, serait originairement vénéré par des peuples du sud du Levant ou du nord de la péninsule arabique : les Édomites et les Madianites. Les sources textuelles et archéologiques confirment l’existence de ces peuples, que les Égyptiens regroupent sous le terme de Shasou. Mais le Yhwh qu’ils vénéraient, dieu de l’orage, de la guerre et des steppes, résidant sur une montagne, était très différent du Yhwh de la Bible.

Que ce soit par le biais de Moïse ou plus prosaïquement par des échanges commerciaux et culturels avec les peuples bédouins, c’est lorsque les Hébreux se sont appropriés ce Yhwh qu’il est devenu le dieu unique et universel. Dès lors, tous les autres dieux ne s’avèrent être pour les Hébreux que des faux dieux ou des formes partielles de Yhwh, qu’il convient d’abandonner puisqu’il s’est désormais révélé lui-même. Mais ce processus de transition entre le polythéisme et le monothéisme ne s’est toutefois pas fait en un jour, comme les nombreuses références bibliques au « passé » de Yhwh le montrent.
 


De plus, en y réfléchissant, Yahweh/Dieu dans la Bible affirme (a partir de quand et à qui d'ailleurs ?) qu'il est le Créateur de toutes choses (d'ailleurs je pose la question car je ne connais pas assez bien le texte pour le savoir  : Yahweh/Dieu affirme t-il a un des acteur de la Bible qu'il est le Créateur ? A Abraham ou Moïse par exemple ?). 

Mais comme on le voit cette divinité était à l'origine dans le cadre d'un culte païen polythéiste, un panthéon, tout ce qu'il y a de plus banal à cette époque dans cette région.  

Et dans d'autres religions à la même époque vous avez aussi des divinités qui affirment qu'elles sont le Créateur, je pense à l'Inde et à Brahma. Et ce sont des religions qui ne sont pas "révélées" comme à Israël et les dieux concernés ne se prétendent pas seul Vrai Dieu digne de culte. 

Les prétentions à la Création de l'Univers ne manquant pas dans les panthéons antiques. Les récits de la Création du Monde ne manquent pas, on en trouve dans bien des cultures très différentes de celle d'Israël. 

Et à chaque fois ce ne sont techniquement que des affirmations gratuites de la part des intéressés. Y a t-il la moindre preuve proposée pour confirmer cette prétention ? Cette responsabilité ? 

Plus précisément dans la Bible, Yahweh/Dieu fournie t-il une preuve évidente qu'il est bien ce qu'il prétend être ? Du rôle qu'il a joué ? 

C'est d'autant plus compliqué à posé que le Récits de la Genèse avec la création du monde en 7 jours ne peut plus être accepté au sens littéral (sauf par une poignée de gens dans le monde qui refusent tout simplement le discours scientifique), vu que la science nous explique le processus de création du cosmos au moins jusqu'au Mur de Planck et avant les notions de "temps" et "d'espace" sont des plus... imprécises, donc l'idée même de 7 jours est hors de propos, même chose pour l'apparition de la vie sur Terre. D'autres récits mythiques de création du monde dans d'autres mythologies ont aussi été rendu caducs. 

Donc on ne peut plus prendre le récit de la Genèse qu'au sens poétique ou métaphorique ou symbolique, de quoi au juste là est la question, cela ouvre bien des portes à la libre interprétation non ? 

Dans la Bible l'affirmation que Yahweh/Dieu est bien le Créateur de tout repose au fond uniquement sur sa "bonne parole" non ? Et au fait que l'auditoire le croit "sur parole", rien d'autre non ? Y a t-il d'ailleurs un personnage de la Bible qui demande à Yahweh/Dieu une preuve ? 

Enfin Yahweh/Dieu est dans une religion du contrat typique de l'antiquité et d'ailleurs les croyants sont toujours dans cette logique de contrat : dévotion à Dieu contre Paradis après la mort. En gros c'est cela non ? Donnant, donnant. C'est donc un foi nécessairement intéressée par les 2 parties non ? Si le Yahweh/Dieu de la Bible n'était pas intéressé il ne demanderait rien pour lui-même en échange de son Paradis. Et si les croyants ne gagnaient rien à placer leur foi en Yahweh/Dieu il n'auraient aucune raison d'avoir foi en lui non ? 

Initialement le Yahweh/Dieu d'Israël est une divinité territoriale, liée par un contrat : culte unique par un peuple bien précis en échange d'une terre bien délimitée et de la protection de ce dieu pour garder cette terre. Ce territoire. D'ailleurs actuellement le judaïsme n'a nulle vocation a convertir tous les humains. Il ne l'a jamais eu il me semble. Ce qui n'est pas le cas des dérivés que sont le Christianisme et l'Islam. Avant Jésus il n'y a pas de prétention de la Foi en Dieu à convertir tous les humains du globe au culte d'un seul dieu non ? Et même après la mort de Jésus il y a début entre Pierre et Paul pour savoir à qui s'adresser, et le fait de s'adresser à tous n'est pas du tout évident si mes souvenirs sont bons. 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Yahvé n'était pas seul - article Empty Re: Yahvé n'était pas seul - article

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum