Dialogue-Abraham
L'équipe de "Dialogue Abraham" vous souhaite la bienvenue !

Ce forum recherche avant tout une atmosphère cordiale et respectueuse, chacun s'efforçant d'écouter l'autre avec la même bienveillance qui doit accueillir son propre témoignage.

Nous travaillons à nous comprendre mutuellement en vérité, et non à entretenir des conflits.

Nous ne sommes pas parfaits, mais pensons qu'il est possible d'avoir des échanges de qualité sur les sujets religieux.

Puissiez-vous, vous qui venez ici, contribuer à cet effort

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Aller en bas

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay - Page 3 Empty Re: La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Message  Invité le Mar 11 Juin - 12:16

Illustration du problème post juste ci-dessus. Merci :jap:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay - Page 3 Empty Re: La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Message  Suleyman le Mar 11 Juin - 13:15

Disciple Laïc a écrit:Illustration du problème post juste ci-dessus. Merci :jap:

L'art et la manière de ne pas me répondre directement :pff:

Je te pertube à ce point dans ta vision idylique du boudhisme et de la transcendance ?
Suleyman
Suleyman

Messages : 1172
Réputation : 1
Date d'inscription : 21/02/2019
Age : 40
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay - Page 3 Empty Re: La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Message  Jans le Mar 11 Juin - 18:40

disciple laic tu dis que tu n’ plus d’amis, je trouve cela tres triste . mais il faut aussi faire des efforts personnels. il faut deja beucoup donner. je trouve le bouddhisme assez froid concernant les relations humaines j’ai peut etre tort Un probleme vu en mode binaire est forcement mal posé
Jans
Jans

Messages : 1172
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 63
Localisation : IdF

Revenir en haut Aller en bas

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay - Page 3 Empty Re: La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Message  Invité le Mar 11 Juin - 19:21

Jans a écrit:disciple laic tu dis que tu n’ plus d’amis, je trouve cela tres triste . mais il faut  aussi faire des efforts personnels.  il faut deja beucoup donner. je trouve le bouddhisme assez froid concernant les relations humaines j’ai peut etre tort Un probleme vu en mode binaire est forcement mal posé


Je me suis dis au fil du temps que justement je donnais beaucoup à mes amis, et comme il ne me donnaient pas autant en retour, c'était frustrant et pénible pour moi. J'en suis venu a me dire que mon amitié devait être pesante et étouffante. J'ai souffert qu'ils s'éloignent de moi par des concours de circonstances. Mais cela me confirme maintenant le fait que le Bouddha a raison : il ne faut pas compter sur les autres pour faire notre bonheur, on doit trouver le bonheur en soi-même. Tant que l'on est dépendant des autres, c'est tôt ou tard insatisfaisant. Donc il n'y a pas à être triste pour moi :) Moi j'ai d'attaches moins je risque de souffrir.


Le bouddhisme peut paraître assez "froid" en effet, vu de l'extérieur, par exemple le Bouddha déconseille de s'investir émotionnellement dans un petit nombre de gens voir dans une seule personne. Il donne néanmoins des conseils pour être heureux malgré tout aux gens qui vivent en couple et en famille. Tout le monde ne peut pas se permettre d'être moine.


Les définitions que le bouddhisme donne de l'amour et de la compassion ne sont pas tout à fait semblables à celles que peuvent donner le christianisme par exemple.


Il faut toujours se rappeler que le Bouddha ne vise qu'une seule chose : le soulagement de la souffrance humaine. Il n'est pas là pour dire aux gens ce qu'ils ont envie d'entendre, il tient un discours réaliste basé sur son expérience. Il a eu un vie de famille, n'a pas connu sa mère biologique, a peut être perdu son épouse à la naissance de leur fils, n'a eu un fils que pour satisfaire son père. A contempler les souffrances des gens autour de lui dans l'Inde du VIème siècle avant JC (maladies, vieillesse, mort, deuil). Et à sacrifié beaucoup de choses enviables à l'époque pour trouver une solution en y risquant sa vie. Plus d'une fois.


Ce que le Bouddha invite a faire c'est à constater ou non si il dit vrai quand il affirme que les relations sentimentales avec une seule personne voir un petit groupe sont satisfaisantes ou pas.


Dans la définition qu'il donne de la souffrance, il y a entre autre le fait d'être séparé de ceux a qui on est attaché.


Plus on s'attache a quelqu'un en particulier ou a un petit nombre, plus l'on va souffrir car tôt ou tard ils vont connaître la maladie et la mort et cela va nous faire du mal.


Ce qui le Bouddha suggère c'est d'étendre sa compassion et son amour à tous, hommes comme animaux , voir plantes. De manière parfaitement équitable.


Donc le Bouddha n'est pas un être "froid" mais homme qui a développer un prise de recule efficace qui lui permet de rester serein et utile face à la souffrance de tous les êtres, tous lui importe, pas de privilégié. Il est parfaitement équitable.


Sa sagesse c'est la non-discrimination entre autre, tous les êtres méritent d'être délivrés de la souffrance, tous le méritent et tous souffrent, tous méritent la délivrance et l'on doit se soucier de tous, sans jugement.
Sa compassion liée à la sagesse s'étend à tous. La compassion du Bouddha c'est la prise de conscience que tous les êtres souffrent et par un élan du coeur faire tout son possible pour les aider tous.


L'amour et la compassion du Bouddha sont sans distinction. Il ne juge personne comme devant être "sauvé ou pas". Ne condamne personne, il n'est pas un dieu juge. Il est un médecin qui traite équitablement tous ses patients. Il ne promet ni Paradis ni ne menace d'un Enfer. Il dit simplement : si vous pensez ainsi, parlez ainsi et vous conduisez ainsi, voila ce qui vous attends, la souffrance. Si vous pensez ainsi, parlez ainsi et vous conduisez ainsi, voila ce qui vous attend : la délivrance.
Vérifiez par vous même si c'est correct ou pas.
Examinez tout.
La parole du Bouddha doit être examinée et vérifiée. Par soi-même.
Le Bouddha est un médecin de la souffrance humaine, rien de plus, il propose des diagnostiques adaptés et des remèdes, il ne peut obliger personne à les suivre. Chacun est responsable. Il n'accorde aucune "grâce" qui délivre par "miracle" les gens de leur souffrance par un quelconque pouvoir personnel qu'il détiendrait, car la loi du karma qui est centrale pour lui, domine tout et est inévitable. C'est un médecin et un enseignant. C'est tout. Il n'oblige personne à le croire. Il n'éprouve aucune haine pour personne. Et propose un Refuge à tous, tous les êtres, de toutes nature. Il n'est l'ennemi de personne. Mais ne peut pas empêcher certains de voir en lui un ennemi. Il n'impose pas sa parole. Et si il "démonte" parfois les croyances de ces interlocuteurs, c'est que ceux-ci sont venus le voir avec de discuter de sa doctrine et de la comparer avec la leur. Parfois pour tenter de montrer la supériorité de la leur sur la sienne. Il use alors de raisonnements et d'images, de métaphores, pour dissiper les illusions de ses interlocuteurs. Afin qu'ils soient délivrés de leurs illusions et agissent à l'avenir de manière plus favorable pour eux-mêmes et les autres.


C'est plus clair ainsi pour vous ?


Dernière édition par Disciple Laïc le Mer 12 Juin - 5:53, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay - Page 3 Empty Re: La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Message  Suleyman le Mar 11 Juin - 21:23

Disciple Laïc a écrit:
Je me suis dis au fil du temps que justement je donnais beaucoup à mes amis, et comme il ne me donnaient pas autant en retour, c'était frustrant et pénible pour moi. J'en suis venu a me dire que mon amitié devait être pesante et étouffante. J'ai souffert qu'ils s'éloignent de moi par des concours de circonstances. Mais cela me confirme maintenant le fait que le Bouddha a raison : il ne faut pas compter sur les autres pour faire notre bonheur, on doit trouver le bonheur en soi-même. Tant que l'on est dépendant des autres, c'est tôt ou tard insatisfaisant. Donc il n'y a pas à être triste pour moi :) Moi j'ai d'attaches moins je risque de souffrir.

C'est par l'autre que nous decouvrons le bonheur dans l'amour et le partage humain.

Ta vision est terne et sans saveur.
Heureusement que ta vision du bouddhisme n'est pas universelle et verité absolu.

Le Bouddha ne dit pas qu'il ne faut pas compter sur les autres pour trouver le bonheur mais plutot de puiser en soi pour trouver les graines de la guérison de notre mal-être, rien de plus.

Bref, comme le dit Jans, bien triste ta vision de l'amitié et l'amour du prochain.

Une seule fois dans tes commentaires, j'ai ressenti de la sincérité emotionnelle quand tu as avoué que tu t'y prenais mal pour nous parler et que tes paroles causaient plus de tord que de bienfaits.
Depuis, plus rien.

Namaste :jap:
Suleyman
Suleyman

Messages : 1172
Réputation : 1
Date d'inscription : 21/02/2019
Age : 40
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay - Page 3 Empty Re: La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Message  Suleyman le Mer 12 Juin - 0:39

Spin a écrit:
Suleyman a écrit:Dieu ne peut etre à la fois Transcendant et Immanent car cela signifierait que le Createur a besoin de sa creature pour se manifester dans la realité donc penser ainsi réduirait la Force de Dieu à un niveau incompatible avec Sa Grandeur au-dessus de toute Sa Creation : les Univers, les étoiles, les planètes, les hommes, les animaux.
J'ai du mal à concevoir un créateur, tout-puissant ou pas, qui ne créerait pas pour satisfaire un besoin quel qu'il soit. "Et Dieu vit que cela était bon" (Genèse 1), cela sous-entend forcément un besoin préalable. Sinon pourquoi aurait-il créé ?

Par orgueil, je suppose que Dieu a créé toute chose.

On conçoit souvent l'orgueil comme un aspect négatif alors que l'orgueil est surtout un état de superiorité absolue sur toute chose.

Donc le besoin n'a pas sa place dans le fait créatif de Dieu mais seulement l'orgueil de Se prouver à Lui-même qu'Il est superieur en tout, et par la creation des etres inferieurs, Ses creatures flattent Son Orgueil Divin.

Ça peut expliquer certains passage du Coran avec cet aspect de Dieu qui est l'orgueil par excellence et n'accepte pas l'orgueil chez Ses creatures.

C'est juste une réflexion :)
Suleyman
Suleyman

Messages : 1172
Réputation : 1
Date d'inscription : 21/02/2019
Age : 40
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay - Page 3 Empty Re: La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Message  Invité le Mer 12 Juin - 6:11

J'ai édité et apporté quelques modifications et ajouts à la réponse aux propos de Jans.
Le Bouddha enseigne la maîtrise du mental, notamment des passions, des émotions. Le développement d'un regard lucide sur le monde, sans illusions, afin de vivre heureux et d rendre heureux les gens autour de soi. Malgré la souffrance. Sous toutes ses formes.


Un exemple souvent pris de sa compassion efficace, c'est le cas d'une femme qui venait de perdre son enfant, un petit. Elle avait le corps sans vie dans les bras mais refusait d'accepter la mort de son enfant et courait partout, le cadavre dans les bras, alors qu'il n'y avait plus rien a faire. Personne ne pouvant rien faire, quelqu'un finit par lui dire que peut être le Bouddha pourrait l'aider. Elle alla le voir et lui demanda de guérir son enfant. Le Bouddha ne s'engagea a rien. Il demanda à la femme de lui rapporter des graines de moutarde (il me semble) mais venant d'une maison qui n'avait jamais connu le deuil. De qui que ce soit. La femme frappa alors à la porte de maison en maison, on était tout à fait prêt à lui donner quelques graines de moutarde mais à chaque fois on lui disait qu'on avait perdu un fils, un frère, une soeur, une épouse, un mari, etc... Après un moment, la femme s'arrêta de chercher. Et elle compris. Le Bouddha cherchait à lui faire comprendre que la mort frappait tout le monde. Qu'il fallait l'accepter. Qu'elle n'était pas la seule à souffrir terriblement de son chagrin, que tous autour d'elle connaissaient ce chagrin à un moment ou a un autre. Apparemment cette méthode marcha. La femme accepta la mort de son enfant, alla enterrer le corps, et demanda à se faire moniale auprès du Bouddha.


C'est un exemple de la compassion et de l'amour du Bouddha : il a fait la seule chose possible : aider cette femme à faire son deuil, a accepter la mort. Car il n'y avait rien de mieux a faire. En cela le Bouddha ne berce personne d'illusions, il ne promet pas de miracles de résurrections, il dit la vie comme elle est : fragile. La mort peut frapper à tout moment, nous-même ou les autres. Bon évidemment peut être un peu plus à l'époque ou il vivait que maintenant. Quoi que... vous avez regardé les infos il y a peu ? Les 2 enfants fauchés par un chauffard dans la rue, un mort l'autre risquant de mourir ? Que pense leur mère de tout cela d'après vous ?


Le Bouddha ne ment pas aux gens. Il leur dit la vie comme elle est. Il ne les berce pas d'illusions. Alors évidemment ce qu'il dit peut faire sacrément tiquer parce qu'on a pas envie d'entendre ce qu'il dit, on aimerait qu'il se trompe, mais objectivement... est ce faux ? Quand vous allez voir un médecin vous vous attendez a ce qu'il vous mente si vous avez une maladie grave ? Ne vous donne aucun traitement, et ne vous prévienne pas si vous n'en avez plus pour longtemps ?


@Suleyman : pensez ce que vous voulez.Du Bouddha, du bouddhisme, de moi, etc... N’éprouvant aucun besoin de vous rendre des comptes ou de me justifier, je ne perdrait de temps à vous démonter à quelque point vous vous leurrez sur moi. Je sais comment je suis à l'intérieur et n'éprouve nulle besoin de vous persuader de quoi que ce soit  :pff: Pour le Bouddha et le bouddhisme c'est un peu différent.


Si cela vous conforte dans ce qu'il y a de mieux dans votre foi de penser et dire tout ce que vous pensez et dite du Bouddha, du bouddhisme et de moi, tant mieux. :jap:


La bouddhisme n'est pas la réponse spirituelle pour tout être humain sur Terre dans cette vie a cet instant.


En tout cas il convient (même dans une version dénaturée par le temps) à des millions de gens en Asie qui curieusement semble bien mieux gérer les malheurs de la vie qui les frappe que les Occidentaux qui bien que privilégiés dans leur société semblent malgré tout souvent insatisfaits, se réfugient pour un certain nombre dans la drogue, l'alcool, les jeux de hasard, la télé réalité etc...


Des millions de gens semble vivre bien mieux leur vie, avec le sourire, la patience, l'acceptation, avec cette spiritualité que vous trouvez si triste. Bizarre non ? Et cela fait plus d'un siècle que cela surprend bien des Occidentaux qui ne comprennent pas. :lol:
Ils comprennent mieux quand ils vont sur place.


Il y a quelque jours encore je discutais avec une collègue de travail qui était allée en Birmanie il y a un certain temps et me disait à quel point la population était souriante, accueillante, bienveillante, une vraie bouffée d'oxygène par rapport à la France, même avec les étrangers. Et il vivent avec un niveau de vie moindre que le nôtre. C'est une junte militaire qui est plus ou moins au pouvoir. Étonnant n'est ce pas ? Et cela coince sérieusement dans le pays depuis quelque temps en raison d'un problème migratoire et démographique venant du Bengladesh voisin. Le traitement de l'information sur ce qui s'y passe vraiment est a prendre avec beaucoup beaucoup de pincettes.


Quand on compare avec les pays ou l'Islam est la religion dominante. Des pays qui s'entre-déchirent. Comme le Qatar, l'Arabie Saoudite, les Emirats, l'Iran, l'Irak, le Koweit, la Lybie, et depuis peu le Soudan aussi, cela gagne l'Afrique. Il n'existe aucune tradition de "terrorisme" bouddhique. A ma connaissance aucune "guerre sainte" au nom du Bouddhisme d'un pays contre un autre, d'une branche du bouddhisme contre une autre. Pas d'inquisition bouddhique. Et au Vietnam quand un président catholique dans les années 1955-1965 a commencé à mener une politique discriminatoire contre le bouddhisme dans un pays très majoritairement bouddhique depuis longtemps, un moine s'est immolé par le feu en signe de protestation. Ce qui a frappé les esprits. Il a donné sa vie pour faire passer un message. Il n'a pas posé une bombe devant la présidence. Cela devrait faire réfléchir non? ^^


Alors bien sûre, il y a eux des moments peu glorieux dans l'histoire du bouddhisme c'est un fait, faut voir les choses en face. Mais si vous comparez objectivement l'histoire du judaïsme, du christianisme et de l'Islam, de leur naissance et propagation, et de leurs affrontements réciproques, vous allez rencontrer de grandes différences.


Chacun est libre de chercher les informations et de vérifier. Si il veut vraiment savoir et ne craint pas de trouver des réponses différentes de ce à quoi il s'attend. Cela me fait pensé que j'ai toujours en attente un livre sur le bouddhisme et la violence à lire. Sans doute quelque chose d'éprouvant mais... il faudra en passer par là.  ^^


Maintenant retour au sujet : la transcendance du divin. Il y a un fil consacré au bouddhisme ailleurs.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay - Page 3 Empty Re: La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Message  Invité le Mer 12 Juin - 8:36

Suleyman a écrit:
Spin a écrit:
Suleyman a écrit:Dieu ne peut etre à la fois Transcendant et Immanent car cela signifierait que le Createur a besoin de sa creature pour se manifester dans la realité donc penser ainsi réduirait la Force de Dieu à un niveau incompatible avec Sa Grandeur au-dessus de toute Sa Creation : les Univers, les étoiles, les planètes, les hommes, les animaux.
J'ai du mal à concevoir un créateur, tout-puissant ou pas, qui ne créerait pas pour satisfaire un besoin quel qu'il soit. "Et Dieu vit que cela était bon" (Genèse 1), cela sous-entend forcément un besoin préalable. Sinon pourquoi aurait-il créé ?

Par orgueil, je suppose que Dieu a créé toute chose.(1)

On conçoit souvent l'orgueil comme un aspect négatif alors que l'orgueil est surtout un état de superiorité absolue sur toute chose.(2)

Donc le besoin n'a pas sa place dans le fait créatif de Dieu mais seulement l'orgueil de Se prouver à Lui-même qu'Il est superieur en tout, et par la creation des etres inferieurs, Ses creatures flattent Son Orgueil Divin.(3)

Ça peut expliquer certains passage du Coran avec cet aspect de Dieu qui est l'orgueil par excellence et n'accepte pas l'orgueil chez Ses creatures.(4)

C'est juste une réflexion  :)


(1) Cela flatte le croyant dans son "ego" de se dire que l'être dans lequel il croit est aussi puissant non  :?:  ^^  D'autant que dans le Coran on a la nette impression que c'est ce dieu qui peut librement décider qui va croire en lui ou pas. Qu'il peut influencer les choses de façon à ce que certains croient en lui et d'autre non (comme Yahweh influence Pharaon dans l'Exode). Et quand on voit le sort réservé à ceux qui ne croient pas, on peut s'estimer soulager de faire partie de ceux qui croient  ^^ .


Néanmoins on reste à la merci de l'influence de ce dieu qui peut décider quand il veut d'influencer le croyant pour que celui-ci cesse de croire en lui. Vu de l'extérieur cela reste insatisfaisant dans les 2 cas. Soit on ne croit pas et les conséquences seront désagréables, soit l'on croit mais cette croyance est à la merci du dieu qui peut décider en toute liberté et souveraineté d'influencer le croyant dans le "mauvais sens", en "l'égarant". Parce que ce dieu est libre, souverain, tout puissant, "sait mieux".


Tout ce que le croyant peut espérer ce que ce dieu sait ce qu'il fait et à de "bonnes raisons" de l'égarer, lui croyant, quand il le fait  :jap: . Sans que ce dieu ai besoin en quoi que ce soit de se justifier. En tout cas vu de l'extérieur c'est comme cela que cela apparaît  :jap: . En théorie le croyant espère que son dieu sera bienveillant et juste avec lui, qu'il ne l'égarera point, mais absolument rien n'oblige ce dieu a se comporter ainsi, le croyant espère simplement que son dieu se comportera ainsi c'est tout. Le croyant demeure entièrement dépendant du bon vouloir de son dieu (ici nommé Allah) pour son futur radieux ou sombre. Et ce, apparemment, que le croyant soit méritant ou pas.
La volonté de ce dieu prime. Il "guide qui il veut" et égare "qui il veut".


Correct ?


A moins qu'il y ai un passage dans le Coran qui dise clairement que ce dieu va nécessairement récompenser le croyant méritant, de manière automatique. Ce qui est tout à fait possible. Je veux bien un ou plusieurs passage, citations, illustrant ce point, si il y en a. Merci.  :jap:


(2) L'orgueil humain en tout cas est vu de manière négatif comme comportement pour les hommes dans les 3 religions abrahamiques non  :?:  C'est le contraire de l'humilité. L'humilité étant elle une vertu. Ce qui est logique quand on insiste sur le coté transcendant du dieu. Face à quelque chose d'aussi vaste le croyant ne peut que se sentir infime.


Je lis :


Définition wiki a écrit:L'orgueil (superbia en latin) est une opinion très avantageuse, le plus souvent exagérée, qu'on a de sa valeur personnelle aux dépens de la considération due à autrui...

Dans les religions catholique et musulmane, il désigne un péché capital, celui qui donne le sentiment d'être plus important et plus méritant que les autres, de ne rien devoir à personne, ce qui se traduit par un mépris pour les autres et le reste de la création et un rejet de la révélation et de la miséricorde divines. Pour la théologie chrétienne, c'est l'attribution à ses propres mérites de qualités ou de comportements qui sont des dons de Dieu (intelligence, vertus, etc.).


J'ai rapidement cherché dans le judaïsme mais pas trouvé.
Etant donné que les Hébreux sont le peuple "Elu" par Yahweh au détriment de tous les autres cela n'aide pas. Toutefois le judaïsme insiste aussi beaucoup sur l'humilité. J'ai entendu que le port de la kippa était là pour rappeler au pratiquant qu'il y avait toujours quelque chose au dessus de lui : Dieu.


(3) Intéressant. Après la question est : que faire de cet orgueil, qu'en fait-il ? Cela me rappelle un échange entre un moine bouddhiste et un de ses proches, laïc ou moine aussi je ne me souviens plus. Le second disait au premier, visiblement avec une certaine désapprobation : vous avez beaucoup d'aversions ! Et le premier de répondre : c'est vrai. Je ne m'en sert pas du tout.


(4) Oui. Il demande à ceux qui croient en lui de ne pas se laisser gagner par quelque chose que lui pratique donc. Non  :?:  


Dans le bouddhisme, l'orgueil est considéré comme une état mental négatif, nuisible, dont on doit chercher à se défaire. C'est un état qui renforce le "moi". Un obstacle à la compassion, à l'amour, à la bienveillance. Un état mental fruit des illusions sur soi, sur les autres et sur le monde. Comme de se croire indépendant, autonome, non affecté par son environnement, différent des autres, complexe de supériorité.


@Suleyman : j'y pense, le bouddhisme apparaît triste aux personnes qui ne voient que l'insistance du Bouddha a souligner la souffrance humaine, à savoir uniquement les 2 premières Noble Vérités : la souffrance existe, elle a des causes. Les Nobles Vérités 3 et 4 équilibrent puisqu'il est affirmer que puisque causes il y a, on peut supprimer ces causes, et qu'il y a un chemin possible pour y parvenir. Il y a donc de l'espoir. Le Bouddha n'est pas pessimiste mais se veut réaliste, objectif et propose une solution positive, il affirme que malgré toute cette souffrance il est possible de s'en défaire. Si il n'y avait pas ce coté positif, vous pensez vraiment que des millions de gens depuis 2500 ans auraient continué à s’intéresser à son message et à le pratiquer  :?:  :lol:  Cela doit un minimum être efficace sinon le voie du Bouddha aurait disparue depuis longtemps. Les gens ne sont pas stupides. Ils voient ce qui est efficace ou non dans leur quotidien.  ^^

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay - Page 3 Empty Re: La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Message  Spin le Mer 12 Juin - 9:13

Disciple Laïc a écrit:
(2) L'orgueil humain en tout cas est vu de manière négatif comme comportement pour les hommes dans les 3 religions abrahamiques non  :?:  C'est le contraire de l'humilité. L'humilité étant elle une vertu. Ce qui est logique quand on insiste sur le coté transcendant du dieu. Face à quelque chose d'aussi vaste le croyant ne peut que se sentir infime.
Il y a beaucoup à dire (un fil ?) sur l'humilité (nom de l'hexagramme 15, un des plus favorables, dans le Yi King) et son contraire (?) l'orgueil.

Histoire d'alimenter, une citation de Thérèse d'Avila (de mémoire) : "Pour qui a l'humilité, une vision du Diable ne fera pas de mal. Pour qui n'a pas l'humilité, une vision de Dieu ne fera pas de bien".
Spin
Spin

Messages : 1712
Réputation : 0
Date d'inscription : 07/05/2013
Age : 67
Localisation : sur le Rhône

http://pagesperso-orange.fr/daruc/

Revenir en haut Aller en bas

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay - Page 3 Empty Re: La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Message  prisca* le Mer 12 Juin - 9:23

Le bouddhisme est un art de vivre à la "monastique façon de celui qui veut ressembler à Bouddha" et dans notre société moderne, déjà comment vivre en respect du précepte bouddhiste lorsque la vie nous oblige à supporter la course infernale vers le gain qui nous fait subsister en dépit des pauses ? Attendre d'être à la retraite ? Attendre de recevoir un héritage ?

C'est une chose, parce que si l'on voit le dénuement des moines en Asie qui sont nourris par le peuple qui lui n'est pas très argenté, je retrouve le même concept en France dans les monastères où les soeurs vivent, une cellule, et pas de problèmes à se préoccuper pour payer l'eau le gaz l'électricité la nourriture la taxe foncière habitation impôts ni le ménage ni l'alimentation rien ne les fait se faire du souci pour le quotidien vouées à la prière ou alors certaines entreprennent le commerce les pots de confiture ou le fromage ou les bonbons voire l'alcool et nous voyons des soeurs affairées en multinationale qui se respecte il y a l'importation le bilan la comptabilité les bénéfices....

Mais Disciple Laïc lorsque les moines bouddhistes ou Matthieu Ricard ou les soeurs du catholicisme ou vous même, nous les prenons dans le sens du poil, ils sont adorables, mais allez vous mettre en travers du chemin d'un d'eux, ils vont se mettre en colère, vous répudier, vous chasser et tout cela ce n'est ni bouddhiste ni chrétien donc il y a chez eux quelque chose qui ne va pas, chez les bouddhistes il y a le faux semblant de l'attitude car ne serait ce que vous, combien de fois m'avez vous signalée ? Avec honnêteté, dites le ou alors vous avez perdu le compte. Le monachisme des soeurs Dieu n'en veut pas, il suffit juste de lire le Coran car Dieu trouve que c'est pervers (ce n'est pas moi qui le dit, c'est Dieu, ne me listez pas une suite de versets de Matthieu pour me dire de ne pas juger mon prochain s'il vous plait) Matthieu Ricard est comme tout le monde, soumis à la colère, et puis il vit de ses livres, il est un homme célèbre, il fait des télévisions, il affiche quelqu'un qui peut être très gentil, attention, je ne dis pas le contraire, mais ce qu'il dit, personne ne l'ignore, tout le monde est au courant, il n'apprend rien, le Bouddha n'apprend rien du tout, tout le monde est au courant car le monde n'est pas imbécile.

Et si Dieu veut égarer ces gens là et bien oui, car avoir un voile devant les yeux lorsqu'on est des enfants stupides, oui au piquet et pas un mot, et lorsque tu seras décidé à me parler, là je t'enlèverais l'ombre sur ton coeur.

Tu ne dois ta vie qu'à ton Père Créateur, qui t'a fabriqué les ongles, la langue, les cheveux, les yeux, la bouche, et tout le reste et tu seras soumis au même traitement si même tu ne crois pas.

Ce n'est pas parce que quelqu'un ne croit pas en Dieu qu'il est mis dans une autre case.

Dieu dit avec clarté
1/ les enfants prodigues à sa droite

2/ les enfants opiniatres et tous les autres à savoir criminels méchants les bouddhistes les athées, enfin tous et bien à sa droite aussi - Merci Seigneur pour eux dont je fais partie peut être aussi puisqu'il faut attendre son verdict pour savoir si vraiment nous sommes prodigues (saints)

3/ les enfants très méchants blasphémateurs terribles mauvais mécréants mauvais coucheurs salauds beurk, à sa gauche (dont tu ne fais partie attention, Disciple Laïc car toi tu vas à la droite, ceux là, ce sont les pires que les criminels de sang, les serial killers vont à la droite, oui, car la Bible le dit, car ces enfants là Dieu leur pardonne, sauf ceux de la catégorie là, les beurk, ils meurent de la seconde mort, et tu sais ce que c'est mourir de la seconde mort ? C'est un ordinateur qui est formaté, il avait mille données, même de bonnes données, et bien plus rien, il est formaté, et cet homme a pu être même très gentil très bon, mais parce que Dieu lui a donné son Amour et lui a fait mine de ne pas entendre volontairement, et bien Dieu ne lui pardonne pas sa foi mauvaise sa mécréance.

ps : vous pouvez mettre un D majuscule à Dieu s'il vous plait.


ps 2:
J'oubliais, la catégorie 2 revient sur une terre nouvelle pour être des prêtres et des soeurs. Donc Disciple Laïc, si d'ici la mi-mai 2021 date ultime de toute vie sur terre tu ne changes pas d'avis sur Notre Père, et bien tu reviendras sur une terre nouvelle pour être un prêtre, et là Dieu te donnera une foi très forte qui te poussera au sacerdoce. (oui je suis méchante :gaa: mais c'est pour ton bien)

prisca*
Carton rouge
Carton rouge

Messages : 1542
Réputation : 1
Date d'inscription : 12/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay - Page 3 Empty Re: La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Message  Invité le Mer 12 Juin - 9:39

Spin a écrit:
Disciple Laïc a écrit:
(2) L'orgueil humain en tout cas est vu de manière négatif comme comportement pour les hommes dans les 3 religions abrahamiques non  :?:  C'est le contraire de l'humilité. L'humilité étant elle une vertu. Ce qui est logique quand on insiste sur le coté transcendant du dieu. Face à quelque chose d'aussi vaste le croyant ne peut que se sentir infime.
Il y a beaucoup à dire (un fil ?) sur l'humilité (nom de l'hexagramme 15, un des plus favorables, dans le Yi King) et son contraire (?) l'orgueil.

Histoire d'alimenter, une citation de Thérèse d'Avila (de mémoire) : "Pour qui a l'humilité, une vision du Diable ne fera pas de mal. Pour qui n'a pas l'humilité, une vision de Dieu ne fera pas de bien".


Très belle citation :poucevert:
Une mystique Sainte Thérèse D'Avila.

Il y a aussi, attribué à la sainte mystique soufie Rabia Al-Adawiyya :


Un jour donc, plusieurs soufis rencontrèrent Rabia' qui courrait, portant du feu dans une main et de l'eau dans l'autre. Ils lui dirent :

" Ô Dame du monde futur, où vas-tu, et que signifie tout cela ? "

Elle répondit :

" Je vais pour incendier le paradis et noyer l'enfer, en sorte que ces deux voiles disparaissent complètement devant les yeux des pèlerins et que le but leur soit connu, et que les serviteurs de Dieu le puissent voir, lui, sans objet d'espoir ni motif de crainte. Qu'en serait-il, si l'espoir du paradis et la crainte de l'enfer n'existaient pas ? Hélas, personne ne voudrait adorer son Seigneur, ou lui obéir !

-----

Une poule qui a froid grimpe dans l'arbre
Un canard qui a froid rentre dans l'eau.



Cité par maître Eihei Dôgen dans un de ses sermons.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay - Page 3 Empty Re: La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Message  Suleyman le Mer 12 Juin - 9:45

Spin a écrit:
Disciple Laïc a écrit:
(2) L'orgueil humain en tout cas est vu de manière négatif comme comportement pour les hommes dans les 3 religions abrahamiques non  :?:  C'est le contraire de l'humilité. L'humilité étant elle une vertu. Ce qui est logique quand on insiste sur le coté transcendant du dieu. Face à quelque chose d'aussi vaste le croyant ne peut que se sentir infime.
Il y a beaucoup à dire (un fil ?) sur l'humilité (nom de l'hexagramme 15, un des plus favorables, dans le Yi King) et son contraire (?) l'orgueil.

Histoire d'alimenter, une citation de Thérèse d'Avila (de mémoire) : "Pour qui a l'humilité, une vision du Diable ne fera pas de mal. Pour qui n'a pas l'humilité, une vision de Dieu ne fera pas de bien".

Si l'ego divin represente la superiorité absolu, comment Dieu, Transcendant et Fort, peut-Il etre aussi humble dans sa divinité au point de se rabaisser car l'humilité est un etat d'abaissement face à ce qui nous est superieur ou plus grand ?
Suleyman
Suleyman

Messages : 1172
Réputation : 1
Date d'inscription : 21/02/2019
Age : 40
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay - Page 3 Empty Re: La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Message  prisca* le Mer 12 Juin - 9:54

Jusqu'à même offrir son Fils sur la Croix afin que sa Parole nous parvienne.

Amen.

prisca*
Carton rouge
Carton rouge

Messages : 1542
Réputation : 1
Date d'inscription : 12/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay - Page 3 Empty Re: La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Message  Suleyman le Mer 12 Juin - 9:56

Disciple Laïc a écrit:

Il y a aussi, attribué à la sainte mystique soufie Rabia Al-Adawiyya : [/justify]


[justify]Un jour donc, plusieurs soufis rencontrèrent Rabia' qui courrait, portant du feu dans une main et de l'eau dans l'autre. Ils lui dirent :

[i]" Ô Dame du monde futur, où vas-tu, et que signifie tout cela ? "


Elle répondit :

[i]" Je vais pour incendier le paradis et noyer l'enfer, en sorte que ces deux voiles disparaissent complètement devant les yeux des pèlerins et que le but leur soit connu, et que les serviteurs de Dieu le puissent voir, lui, sans objet d'espoir ni motif de crainte. Qu'en serait-il, si l'espoir du paradis et la crainte de l'enfer n'existaient pas ? Hélas, personne ne voudrait adorer son Seigneur, ou lui obeir."

Très belle citation que je connais et je t'en remercie en Dieu, Transcendant et Fort :f:

Effectivement, si l'espoir du Paradis et la crainte de l'Enfer sont des objets de motivation dans la voie du musulman, cela reste incomplet pour qu'il atteingne la véritable foi à savoir ne désirer la rencontre que du Noble Visage d'Allah et rien d'autre, sans attendre ni Paradis ni Enfer.

Un jour, j'ai lu que cette musulmane a dit : "Que m'importe de subir le chatiment de l'Enfer si je ne peux comtempler le visage de mon Seigneur, en cela ce serait la plus grande des souffrances me brulant de l'interieur"
Suleyman
Suleyman

Messages : 1172
Réputation : 1
Date d'inscription : 21/02/2019
Age : 40
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay - Page 3 Empty Re: La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Message  prisca* le Mer 12 Juin - 10:00

Mais alors que le voile est levé sur le Paradis et l'Enfer ainsi que le Purgatoire car il y a 3 lieux, parce que Dieu nous les a révélés ainsi nous pouvons savoir tout ce que Dieu veut que nous sachions, il est dommage que vous ne cherchiez justement pas à savoir car tant d'investissement aussi de Dieu à notre égard mérite que nous rendions grâce à Dieu de nous avoir dit ce que tout le monde doit savoir sur 1/ La mort 2/ La vie 3/ l'Enfer 4/ Le Paradis 5/ Le Purgatoire car pour moi ils n'ont plus de secret et vous vous n'avez pas envie de savoir ?

Est ce qu'en voulant sciemment ne rien entendre, ne rien savoir ce serait exprimer son désintéressement ?

prisca*
Carton rouge
Carton rouge

Messages : 1542
Réputation : 1
Date d'inscription : 12/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay - Page 3 Empty Re: La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Message  Invité le Mer 12 Juin - 10:25

prisca* a écrit:
Le bouddhisme est un art de vivre à la "monastique façon de celui qui veut ressembler à Bouddha" et dans notre société moderne, déjà comment vivre en respect du précepte bouddhiste lorsque la vie nous oblige à supporter la course infernale vers le gain qui nous fait subsister en dépit des pauses ? Attendre d'être à la retraite ? Attendre de recevoir un héritage ? (1)

C'est une chose, parce que si l'on voit le dénuement des moines en Asie qui sont nourris par le peuple qui lui n'est pas très argenté, je retrouve le même concept en France dans les monastères où les soeurs vivent, une cellule, et pas de problèmes à se préoccuper pour payer l'eau le gaz l'électricité la nourriture la taxe foncière habitation impôts ni le ménage ni l'alimentation rien ne les fait se faire du souci pour le quotidien vouées à la prière ou alors certaines entreprennent le commerce les pots de confiture ou le fromage ou les bonbons voire l'alcool et nous voyons des soeurs affairées en multinationale qui se respecte il y a l'importation le bilan la comptabilité les bénéfices....(2)

Mais Disciple Laïc lorsque les moines bouddhistes ou Matthieu Ricard ou les soeurs du catholicisme ou vous même, nous les prenons dans le sens du poil, ils sont adorables, mais allez vous mettre en travers du chemin d'un d'eux, ils vont se mettre en colère, vous répudier, vous chasser et tout cela ce n'est ni bouddhiste ni chrétien donc il y a chez eux quelque chose qui ne va pas, chez les bouddhistes il y a le faux semblant de l'attitude car ne serait ce que vous, combien de fois m'avez vous signalée ? (3) Avec honnêteté, dites le ou alors vous avez perdu le compte. Le monachisme des soeurs Dieu n'en veut pas, il suffit juste de lire le Coran car Dieu trouve que c'est pervers (ce n'est pas moi qui le dit, c'est Dieu, ne me listez pas une suite de versets de Matthieu pour me dire de ne pas juger mon prochain s'il vous plait) Matthieu Ricard est comme tout le monde, soumis à la colère, et puis il vit de ses livres, il est un homme célèbre, il fait des télévisions, il affiche quelqu'un qui peut être très gentil, attention, je ne dis pas le contraire, mais ce qu'il dit, personne ne l'ignore, tout le monde est au courant, il n'apprend rien, le Bouddha n'apprend rien du tout, tout le monde est au courant car le monde n'est pas imbécile.(4)

Et si Dieu veut égarer ces gens là et bien oui, car avoir un voile devant les yeux lorsqu'on est des enfants stupides, oui au piquet et pas un mot, et lorsque tu seras décidé à me parler, là je t'enlèverais l'ombre sur ton coeur.

Tu ne dois ta vie qu'à ton Père Créateur, qui t'a fabriqué les ongles, la langue, les cheveux, les yeux, la bouche, et tout le reste et tu seras soumis au même traitement si même tu ne crois pas.

Ce n'est pas parce que quelqu'un ne croit pas en Dieu qu'il est mis dans une autre case.

Dieu dit avec clarté
1/ les enfants prodigues à sa droite

2/ les enfants opiniatres et tous les autres à savoir criminels méchants les bouddhistes les athées, enfin tous et bien à sa droite aussi - Merci Seigneur pour eux dont je fais partie peut être aussi puisqu'il faut attendre son verdict pour savoir si vraiment nous sommes prodigues (saints)

3/ les enfants très méchants blasphémateurs terribles mauvais mécréants mauvais coucheurs salauds beurk, à sa gauche (dont tu ne fais partie attention, Disciple Laïc car toi tu vas à la droite, ceux là, ce sont les pires que les criminels de sang, les serial killers vont à la droite, oui, car la Bible le dit, car ces enfants là Dieu leur pardonne, sauf ceux de la catégorie là, les beurk, ils meurent de la seconde mort, et tu sais ce que c'est mourir de la seconde mort ? C'est un ordinateur qui est formaté, il avait mille données, même de bonnes données, et bien plus rien, il est formaté, et cet homme a pu être même très gentil très bon, mais parce que Dieu lui a donné son Amour et lui a fait mine de ne pas entendre volontairement, et bien Dieu ne lui pardonne pas sa foi mauvaise sa mécréance.

ps : vous pouvez mettre un D majuscule à Dieu s'il vous plait.


ps 2:
J'oubliais, la catégorie 2 revient sur une terre nouvelle pour être des prêtres et des soeurs. Donc Disciple Laïc, si d'ici la mi-mai 2021 date ultime de toute vie sur terre tu ne changes pas d'avis sur Notre Père, et bien tu reviendras sur une terre nouvelle pour être un prêtre, et là Dieu te donnera une foi très forte qui te poussera au sacerdoce. (oui je suis méchante :gaa: mais c'est pour ton bien)


(1) Prendre conscience que certes le confort matériel est utile mais que la possession des biens et plaisirs matériels ne sont pas une fin en soi et ne peuvent apporter un bonheur durable, seulement une dépendance, des tentations, de la mollesse. C'est très difficile en effet pour un laïc de vivre au milieu de toutes nos tentations modernes. Très. Le Bouddha a donné des conseils aux laïcs pour viser à une meilleure renaissance, faute de mieux. Se faire moine est toujours possible mais cela demande des sacrifices à la hauteur de l'enjeu. Et pour le laïc il est recommandé d'être vigilant au quotidien, d'avoir des comportements somme toute assez "classiques" en terme de moralité. Générosité, paroles mesurées, ne pas tuer, être fidèle dans le couple, ne pas consommer des intoxiquants comme l'alcool, la cigarette, les drogues, les jeux de hasards, mais aussi les poisons visuels comme la violence gratuite, la pornographie etc...


(2) Le monachisme en tant qu'organisation communautaire remonte probablement au Bouddha et il est possible qu'en terme d'organisation, de mise en forme, cela soit parvenu jusqu'au Esseniens juifs, plus tard les chrétiens ont développé les monachismes individuels (érémitisme) et collectif (cénobitisme). On retrouve des principes d'organisation chez les moines chrétiens que le Bouddha a semble t'il développé en premier, comme la confession publique des fautes. En Asie, les dons de nourriture au moines, renonçant, ermites, ascètes, existaient déjà avant le Bouddha. Les laïcs estimaient agir de manière profitable pour eux en donnant de la nourriture aux renonçant qui étaient très respectés pour leur ascèse, leur renoncement au monde. On estimait que cela leur donnait une sagesse sur le monde et ils en faisaient profiter les laïcs en les conseillant dans leur vie de tous les jours. Echange de bons procédés. Quelque part : je te nourris le ventre, tu me nourris l'esprit. Très grossièrement.


(3) 1 je ne suis pas moine. 2 je suis un laïc. 3 mon pseudo dit "disciple laïc", ce qui est pour moi le fait d'afficher que je suis en chemin et que j'ai toujours des efforts a faire. 4 combien de fois aussi ai-je dis que moi aussi je faisais des erreurs, que je ne m'estimais pas meilleur que les autres  :?:  Que les problèmes que je soulignais chez autrui il m'arrivait de les avoir aussi  :?:  


J'estime être toujours en chemin, avoir toujours du travaille a faire sur moi, j'en suis conscient. C'est un élément qui nous distingue, c'est un fait.


Si pour vous, être quelqu'un de fiable et de respectable c'est dire "amen" a tous vos propos, alors c'est bien dommage. Si quelqu'un me "caressait" constamment dans le sens du poil justement, je finirais par me dire que c'est justement quelqu'un de "faux", d’hypocrite. J'assume complètement le signalement que j'ai effectué plusieurs fois de certains de vos posts. Cela n'a rien a voir avec mon étiquette "bouddhique". La preuve en est que ces signalement on parfois état reconnus comme valides par des non-bouddhiques. Quand on considère que quelqu'un ne se comporte pas comme il faut, qu'il se nuit à lui-même et aux autres, ce n'est pas lui rendre service : 1 de se taire 2 de lui dire que c'est très bien. J'estime justement avoir avec vous la plupart du temps un comportement aux antipodes de l'hypochrisie et de la fausseté. C'est pour cela justement que nous ne sommes pas d'accord régulièrement. Vous ne pouvez pas connaître mes motivations, vous n'êtes pas dans ma tête, donc chercher à vous convaincre de ma bienveillance serait vain. Vous estimez vous même je suppose agir avec bienveillance en tenant les propos que vous tenez n'est ce pas ? En "alertant" ? Je fais exactement la même chose. Et je ne vous ai jamais interdit de signalé à la modération certains de mes écrits si vous le jugez nécessaire, faites le. C'est votre droit.  :jap:


Encore une fois, en vous lisant, on note une profonde aversion pour les hommes de religion, due a des mauvaises expériences personnelles, alors vous généralisée et considérée que tout représentant officiel d'une religion est nécessairement un hypocrite nuisible et malhonnête. C'est bien dommage. Et cela inclue aussi semble t-il les laïcs qui ne partagent pas vos vues puisque vous me mélanger ces des moines ou des maîtres ou le Bouddha, tout dans le même sac.


(4) C'est votre point de vue. Ce qu'il reflète surtout chez vous c'est une méfiance, une défiance totale absolue est très triste vis à vis de tout ce qui est représentant d'une religion. Vous m'excuserez de ne pas cautionner. Il y a des hommes et des femmes bons et moins bon dans toutes, certains dignes de leur habits d'autres non. En vous basant sur votre seule expérience malheureuse vous avez décidé que tous étaient dans le même sac. Une vision simple, sans doute rassurante mais hélas fausse. Et c'est bien triste car cela cultive en vous des sentiments très négatifs vis à vis de tout une population qui ne vous a rien fait à vous. Changer de point de vue et rencontrer des gens dignes de respect, toute confession confondue, portant l'habit, car il y en a, risque fort d'être pénible car cela va faire voler en éclat vos certitudes. Vous êtes très attaché a une vision très pessimiste de la religion, de l'homme, des religieux et de vous même je pense. Nécessairement. C'est le révélateur de traumatismes profond qui devraient suscité la compassion. Et je reconnais tout à fait que je suis loin de toujours avoir la patience et la compassion suffisante avec vous. C'est un fait. C'est pourquoi je vous lis de moins en moins. C'est un fait que je ne trouve pas les mots nécessaires et efficaces pour que vous alliez mieux. En vous lisant on ne peut pas dire que vous respirez le bonheur, la joie de vivre et le bien être. D'ailleurs la modération a par le passé fait preuve de plus de patience avec vous que moi. Ca aussi c'est un fait. Pour le meilleur ou le pire je ne sais pas.


Concernant vos croyances religieuses et certitudes elles sont votre, pour moi elle vous coupent de beaucoup de choses merveilleuses dans la vie, et c'est bien dommage.


Une majuscule à dieu ? Donc vous me demandez d'être hypocrite ? Parfois j'en met une parfois je n'en met pas, si je dis "un dieu", ou si je dis "Dieu". Donc vous me demander de respecter une pure forme, une lettre, qui n'est pas en accord avec mes convictions au fond ? Simplement pour vous complaire. Je peux le faire si vous voulez, si cela peut vous faire plaisir. Mais je vous explique juste ce que vous me demandez. Vous ne pouvez pas d'un coté accuser de fausseté, d’hypocrisie et de l'autre demander qu'on respecte de pure forme. Alors que dois je faire ? Vous tromper pour la forme simplement pour vous complaire ou pas ?


Je choisis quel mot au fait ? Yahweh ? L’Éternel ? Jéhovah ? Dieu ? God ? Allah ? El ?Vous avez une préférence ?

Tout cela penche en faveur d'un Dieu immanent, proche de l'humain, humain qui peut se soucier qu'on le nomme correctement en mettant une majuscule au début. Histoire de raccrocher au fil du sujet. :)  

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay - Page 3 Empty Re: La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Message  prisca* le Mer 12 Juin - 10:38

Disciple Laïc a écrit:
prisca* a écrit:Le bouddhisme est un art de vivre à la "monastique façon de celui qui veut ressembler à Bouddha" et dans notre société moderne, déjà comment vivre en respect du précepte bouddhiste lorsque la vie nous oblige à supporter la course infernale vers le gain qui nous fait subsister en dépit des pauses ? Attendre d'être à la retraite ? Attendre de recevoir un héritage ? (1)

C'est une chose, parce que si l'on voit le dénuement des moines en Asie qui sont nourris par le peuple qui lui n'est pas très argenté, je retrouve le même concept en France dans les monastères où les soeurs vivent, une cellule, et pas de problèmes à se préoccuper pour payer l'eau le gaz l'électricité la nourriture la taxe foncière habitation impôts ni le ménage ni l'alimentation rien ne les fait se faire du souci pour le quotidien vouées à la prière ou alors certaines entreprennent le commerce les pots de confiture ou le fromage ou les bonbons voire l'alcool et nous voyons des soeurs affairées en multinationale qui se respecte il y a l'importation le bilan la comptabilité les bénéfices....(2)

Mais Disciple Laïc lorsque les moines bouddhistes ou Matthieu Ricard ou les soeurs du catholicisme ou vous même, nous les prenons dans le sens du poil, ils sont adorables, mais allez vous mettre en travers du chemin d'un d'eux, ils vont se mettre en colère, vous répudier, vous chasser et tout cela ce n'est ni bouddhiste ni chrétien donc il y a chez eux quelque chose qui ne va pas, chez les bouddhistes il y a le faux semblant de l'attitude car ne serait ce que vous, combien de fois m'avez vous signalée ? (3) Avec honnêteté, dites le ou alors vous avez perdu le compte. Le monachisme des soeurs Dieu n'en veut pas, il suffit juste de lire le Coran car Dieu trouve que c'est pervers (ce n'est pas moi qui le dit, c'est Dieu, ne me listez pas une suite de versets de Matthieu pour me dire de ne pas juger mon prochain s'il vous plait) Matthieu Ricard est comme tout le monde, soumis à la colère, et puis il vit de ses livres, il est un homme célèbre, il fait des télévisions, il affiche quelqu'un qui peut être très gentil, attention, je ne dis pas le contraire, mais ce qu'il dit, personne ne l'ignore, tout le monde est au courant, il n'apprend rien, le Bouddha n'apprend rien du tout, tout le monde est au courant car le monde n'est pas imbécile.(4)

Et si Dieu veut égarer ces gens là et bien oui, car avoir un voile devant les yeux lorsqu'on est des enfants stupides, oui au piquet et pas un mot, et lorsque tu seras décidé à me parler, là je t'enlèverais l'ombre sur ton coeur.

Tu ne dois ta vie qu'à ton Père Créateur, qui t'a fabriqué les ongles, la langue, les cheveux, les yeux, la bouche, et tout le reste et tu seras soumis au même traitement si même tu ne crois pas.

Ce n'est pas parce que quelqu'un ne croit pas en Dieu qu'il est mis dans une autre case.

Dieu dit avec clarté
1/ les enfants prodigues à sa droite

2/ les enfants opiniatres et tous les autres à savoir criminels méchants les bouddhistes les athées, enfin tous et bien à sa droite aussi - Merci Seigneur pour eux dont je fais partie peut être aussi puisqu'il faut attendre son verdict pour savoir si vraiment nous sommes prodigues (saints)

3/ les enfants très méchants blasphémateurs terribles mauvais mécréants mauvais coucheurs salauds beurk, à sa gauche (dont tu ne fais partie attention, Disciple Laïc car toi tu vas à la droite, ceux là, ce sont les pires que les criminels de sang, les serial killers vont à la droite, oui, car la Bible le dit, car ces enfants là Dieu leur pardonne, sauf ceux de la catégorie là, les beurk, ils meurent de la seconde mort, et tu sais ce que c'est mourir de la seconde mort ? C'est un ordinateur qui est formaté, il avait mille données, même de bonnes données, et bien plus rien, il est formaté, et cet homme a pu être même très gentil très bon, mais parce que Dieu lui a donné son Amour et lui a fait mine de ne pas entendre volontairement, et bien Dieu ne lui pardonne pas sa foi mauvaise sa mécréance.

ps : vous pouvez mettre un D majuscule à Dieu s'il vous plait.


ps 2:
J'oubliais, la catégorie 2 revient sur une terre nouvelle pour être des prêtres et des soeurs. Donc Disciple Laïc, si d'ici la mi-mai 2021 date ultime de toute vie sur terre tu ne changes pas d'avis sur Notre Père, et bien tu reviendras sur une terre nouvelle pour être un prêtre, et là Dieu te donnera une foi très forte qui te poussera au sacerdoce. (oui je suis méchante :gaa: mais c'est pour ton bien)


(1) Prendre conscience que certes le confort matériel est utile mais que la possession des biens et plaisirs matériels ne sont pas une fin en soi et ne peuvent apporter un bonheur durable, seulement une dépendance, des tentations, de la mollesse. C'est très difficile en effet pour un laïc de vivre au milieu de toutes nos tentations modernes. Très. Le Bouddha a donné des conseils aux laïcs pour viser à une meilleure renaissance, faute de mieux. Se faire moine est toujours possible mais cela demande des sacrifices à la hauteur de l'enjeu. Et pour le laïc il est recommandé d'être vigilant au quotidien, d'avoir des comportements somme toute assez "classiques" en terme de moralité. Générosité, paroles mesurées, ne pas tuer, être fidèle dans le couple, ne pas consommer des intoxiquants comme l'alcool, la cigarette, les drogues, les jeux de hasards, mais aussi les poisons visuels comme la violence gratuite, la pornographie etc...


(2) Le monachisme en tant qu'organisation communautaire remonte probablement au Bouddha et il est possible qu'en terme d'organisation, de mise en forme, cela soit parvenu jusqu'au Esseniens juifs, plus tard les chrétiens ont développé les monachismes individuels (érémitisme) et collectif (cénobitisme). On retrouve des principes d'organisation chez les moines chrétiens que le Bouddha a semble t'il développé en premier, comme la confession publique des fautes. En Asie, les dons de nourriture au moines, renonçant, ermites, ascètes, existaient déjà avant le Bouddha. Les laïcs estimaient agir de manière profitable pour eux en donnant de la nourriture aux renonçant qui étaient très respectés pour leur ascèse, leur renoncement au monde. On estimait que cela leur donnait une sagesse sur le monde et ils en faisaient profiter les laïcs en les conseillant dans leur vie de tous les jours. Echange de bons procédés. Quelque part : je te nourris le ventre, tu me nourris l'esprit. Très grossièrement.


(3) 1 je ne suis pas moine. 2 je suis un laïc. 3 mon pseudo dit "disciple laïc", ce qui est pour moi le fait d'afficher que je suis en chemin et que j'ai toujours des efforts a faire. 4 combien de fois aussi ai-je dis que moi aussi je faisais des erreurs, que je ne m'estimais pas meilleur que les autres  :?:  Que les problèmes que je soulignais chez autrui il m'arrivait de les avoir aussi  :?:  


J'estime être toujours en chemin, avoir toujours du travaille a faire sur moi, j'en suis conscient. C'est un élément qui nous distingue, c'est un fait.


Si pour vous, être quelqu'un de fiable et de respectable c'est dire "amen" a tous vos propos, alors c'est bien dommage. Si quelqu'un me "caressait" constamment dans le sens du poil justement, je finirais par me dire que c'est justement quelqu'un de "faux", d’hypocrite. J'assume complètement le signalement que j'ai effectué plusieurs fois de certains de vos posts. Cela n'a rien a voir avec mon étiquette "bouddhique". La preuve en est que ces signalement on parfois état reconnus comme valides par des non-bouddhiques. Quand on considère que quelqu'un ne se comporte pas comme il faut, qu'il se nuit à lui-même et aux autres, ce n'est pas lui rendre service : 1 de se taire 2 de lui dire que c'est très bien. J'estime justement avoir avec vous la plupart du temps un comportement aux antipodes de l'hypochrisie et de la fausseté. C'est pour cela justement que nous ne sommes pas d'accord régulièrement. Vous ne pouvez pas connaître mes motivations, vous n'êtes pas dans ma tête, donc chercher à vous convaincre de ma bienveillance serait vain. Vous estimez vous même je suppose agir avec bienveillance en tenant les propos que vous tenez n'est ce pas ? En "alertant" ? Je fais exactement la même chose. Et je ne vous ai jamais interdit de signalé à la modération certains de mes écrits si vous le jugez nécessaire, faites le. C'est votre droit.  :jap:


Encore une fois, en vous lisant, on note une profonde aversion pour les hommes de religion, due a des mauvaises expériences personnelles, alors vous généralisée et considérée que tout représentant officiel d'une religion est nécessairement un hypocrite nuisible et malhonnête. C'est bien dommage. Et cela inclue aussi semble t-il les laïcs qui ne partagent pas vos vues puisque vous me mélanger ces des moines ou des maîtres ou le Bouddha, tout dans le même sac.


(4) C'est votre point de vue. Ce qu'il reflète surtout chez vous c'est une méfiance, une défiance totale absolue est très triste vis à vis de tout ce qui est représentant d'une religion. Vous m'excuserez de ne pas cautionner. Il y a des hommes et des femmes bons et moins bon dans toutes, certains dignes de leur habits d'autres non. En vous basant sur votre seule expérience malheureuse vous avez décidé que tous étaient dans le même sac. Une vision simple, sans doute rassurante mais hélas fausse. Et c'est bien triste car cela cultive en vous des sentiments très négatifs vis à vis de tout une population qui ne vous a rien fait à vous. Changer de point de vue et rencontrer des gens dignes de respect, toute confession confondue, portant l'habit, car il y en a, risque fort d'être pénible car cela va faire voler en éclat vos certitudes. Vous êtes très attaché a une vision très pessimiste de la religion, de l'homme, des religieux et de vous même je pense. Nécessairement. C'est le révélateur de traumatismes profond qui devraient suscité la compassion. Et je reconnais tout à fait que je suis loin de toujours avoir la patience et la compassion suffisante avec vous. C'est un fait. C'est pourquoi je vous lis de moins en moins. C'est un fait que je ne trouve pas les mots nécessaires et efficaces pour que vous alliez mieux. En vous lisant on ne peut pas dire que vous respirez le bonheur, la joie de vivre et le bien être. D'ailleurs la modération a par le passé fait preuve de plus de patience avec vous que moi. Ca aussi c'est un fait. Pour le meilleur ou le pire je ne sais pas.


Concernant vos croyances religieuses et certitudes elles sont votre, pour moi elle vous coupent de beaucoup de choses merveilleuses dans la vie, et c'est bien dommage.


Une majuscule à dieu ? Donc vous me demandez d'être hypocrite ? Parfois j'en met une parfois je n'en met pas, si je dis "un dieu", ou si je dis "Dieu". Donc vous me demander de respecter une pure forme, une lettre, qui n'est pas en accord avec mes convictions au fond ? Simplement pour vous complaire. Je peux le faire si vous voulez, si cela peut vous faire plaisir. Mais je vous explique juste ce que vous me demandez. Vous ne pouvez pas d'un coté accuser de fausseté, d’hypocrisie et de l'autre demander qu'on respecte de pure forme. Alors que dois je faire ? Vous tromper pour la forme simplement pour vous complaire ou pas ?


Je choisis quel mot au fait ? Yahweh ? L’Éternel ? Jéhovah ? Dieu ? God ? Allah ? El ?Vous avez une préférence ?


Mon frère,

Arrête d'être impoli.

Tu vois tu es même sarcastique en disant qu'il faille que je choisisse pour le Nom à donner à Dieu.

Tu te fais du mal à toi même.

Vis ta "sagesse bouddhiste" mais ne ferme pas le coeur à la raison.

Tu vas mourir, et cela t'a servi à quoi d'être bouddhiste s'il n'y a pour toi que le néant.

Le vide ne remplit pas une vie, la fraternité elle oui.

Si Suleyman adopte un discours sur la douceur, c'est sa façon de faire, si moi je suis un peu plus énergique, c'est ma façon de faire, mais tous les deux, nous sommes soucieux de notre prochain et cela tu ne le vois même pas.

Ce n'est pas Dieu qui voile ton coeur, tu le fais toi tout seul.

Je désirerais pour ma part, parler de la Bible avec les personnes qui voudront bien parler avec moi, mais tu interviens dans mes messages avec les autres pour me dire de me taire, est ce que tu crois que c'est gentil ?

Dieu dit avec beaucoup de clarté que les prêtres et les soeurs, ce sont eux qui lui ont tourné le dos, parce qu'ils ont préféré cacher la vérité que Dieu en esprit leur dit, et l'Amour donc que Dieu leur donne, ils en font fi.

Dieu le dit dans la Bible.

A mon tour je ne fais que dire ce que la Bible dit.

Je sais que tu veux par certaines manœuvres me faire mal voir afin que je sois bannie.

Tu as le sens de la réparti et pour te faire entendre, tu sais bien rédiger tes phrases, et tu convainc les gens de me pourchasser, me chasser car la Bible te fait de l'ombre à toi Bouddhiste.

Même au point que les gens en arrivent à oublier que le Forum est dédié à Dieu, c'est pour dire.

La réincarnation est dite "noir sur blanc" dans la Bible et les prêtres et soeurs disent "non".

C'est l'exemple le plus flagrant.

Mais on sait pourquoi ils disent "non" car à l'origine, le premier Concile a dit "non".

Pourquoi ?

Parce que c'est un empereur Romain paien qui a dirigé les débats et pour les empereurs Romains paiens il est hors de question de parler de réincarnation car il y a au ciel pour eux le lieu l'Apothéose qui est réservé aux empereurs qui n'ont qu'une seule identité pas plusieurs.

Pour mettre en avant l'Apothéose dans laquelle il croit Constantin a écarté la réincarnation, donc pour se satisfaire lui, il a fait naitre ce mensonge aux conséquences terribles.

Mesure les conséquences de ce mensonge, juste pour voir.

prisca*
Carton rouge
Carton rouge

Messages : 1542
Réputation : 1
Date d'inscription : 12/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay - Page 3 Empty Re: La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Message  Invité le Mer 12 Juin - 10:41

prisca* a écrit:Jusqu'à même offrir son Fils sur la Croix afin que sa Parole nous parvienne.

Amen.


J'y pensais aussi oui :poucevert: . C'est très intéressant le retournement entre le Dieu de l'Ancien et celui du Nouveau. Sur ce point là oui on a un revirement complet. Un passage de l'affirmation de toute puissance, quitte a taper du poing sur la table si nécessaire, une affirmation de Soi, une mise en avant, à un renoncement complet, une humiliation complète. C'est remarquable. Si on penche pour le coté du divin immanent alors on pourrait se dire que Dieu a appris quelque chose : que taper du poing sur la table pour se faire obéir des hommes cela ne marche pas. Donc que commencer par manier le bâton n'est pas la bonne méthode, peut être que la carotte marchera mieux. Non pas aller au devant des seuls juifs mais laisser venir à lui tout le monde. Laisser tomber la séparation entre juifs et non juifs. S'intéresser de nouveau aux autres en plus du peuple "élu". Alors il essaye. Le Dieu de Jésus est nettement plus attractif et sympathique que celui d'Abraham, de Moïse et de Josué. Soit ce sont 2 dieux différents soit le même mais qui a fait un "sacré" travail de remise en cause sur lui-même. Mais évidemment c'est réduire ce Dieu a un mode de fonctionnement très humain. Cela a toutefois le mérite d'expliquer un tel changement. Certes il y a toujours du véhément, du menaçant chez Jésus concernant son Père mais beaucoup moins. Et Jésus n'est pas un prophète destructeur, mais un guérisseur. Un homme qui ne manie pas les armes ni les armées. Un homme qui invite à un combat intérieur et non contre les autres. Très gros changement.


Répondrais plus tard à vos propos Prisca, peut être, ou pas. En essayant comme souvent de vous détromper, car du peu que j'ai lu des premières lignes il y a déjà a dire... même si je me demande vraiment a quoi cela sert vu que je répète toujours la même chose et que cela ne rentre pas... :/


Pour revenir au coté "immanent", comment comprendre le divin si l'on ne comprend pas l'humain, comment comprendre l'autre si l'on ne se comprend pas soi-même ?



"Connais toi toi-même et du connaîtra l'univers et les dieux".



Toujours. Commencer par regarder en soi. Et être sûre d'y voir clair. Avant toute chose.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay - Page 3 Empty Re: La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Message  prisca* le Mer 12 Juin - 10:56

Disciple Laïc a écrit:
prisca* a écrit:Jusqu'à même offrir son Fils sur la Croix afin que sa Parole nous parvienne.

Amen.


J'y pensais aussi oui :poucevert: . C'est très intéressant le retournement entre le Dieu de l'Ancien et celui du Nouveau. Sur ce point là oui on a un revirement complet. Un passage de l'affirmation de toute puissance, quitte a taper du poing sur la table si nécessaire, une affirmation de Soi, une mise en avant, à un renoncement complet, une humiliation complète. C'est remarquable. Si on penche pour le coté du divin immanent alors on pourrait se dire que Dieu a appris quelque chose : que taper du poing sur la table pour se faire obéir des hommes cela ne marche pas. Donc que commencer par manier le bâton n'est pas la bonne méthode, peut être que la carotte marchera mieux. Non pas aller au devant des seuls juifs mais laisser venir à lui tout le monde. Laisser tomber la séparation entre juifs et non juifs. S'intéresser de nouveau aux autres en plus du peuple "élu". Alors il essaye. Le Dieu de Jésus est nettement plus attractif et sympathique que celui d'Abraham, de Moïse et de Josué. Soit ce sont 2 dieux différents soit le même mais qui a fait un "sacré" travail de remise en cause sur lui-même. Mais évidemment c'est réduire ce Dieu a un mode de fonctionnement très humain. Cela a toutefois le mérite d'expliquer un tel changement. Certes il y a toujours du véhément, du menaçant chez Jésus concernant son Père mais beaucoup moins. Et Jésus n'est pas un prophète destructeur, mais un guérisseur. Un homme qui ne manie pas les armes ni les armées. Un homme qui invite à un combat intérieur et non contre les autres. Très gros changement.

Répondrais plus tard à vos propos Prisca, peut être, ou pas. En essayant comme souvent de vous détromper, car du peu que j'ai lu des premières lignes il y a déjà a dire... même si je me demande vraiment a quoi cela sert vu que je répète toujours la même chose et que cela ne rentre pas... :/

C'est ce que les gens croient, c'est ce que tu crois, mais il n'y a aucun retournement.

Dieu dans l'Ancien Testament est rigoriste, parce que le peuple Juif a vécu des décennies dans Sodome et Gomorrhe même, et lorsque Dieu les en fait sortir, il leur reste des séquelles, lourdes séquelles, ils n'ont plus notion des dimensions terrestres, ils confondent la largeur de la longueur de la profondeur, ils sont complètement déstabilises, et lorsque certains d'entre eux veulent retourner en Egypte car somme toute ils aimaient avoir cette vie décousue, Dieu donne ordre immédiat de les faire tuer, car ils sont en train d'entrainer le reste des Juifs dans la déconfiture et c'est un danger.

J'étais contre la peine de mort jusqu'à il y a guère, et je défendais bec et ongles la vie, jamais je me disais il faut intenter à quelque vie de quiconque.

Dieu m'a fait changer d'avis, car ce qui compte c'est l'esprit pas le véhicule, et si l'esprit est empoisonné, il vaut mieux qu'il parte pour mieux revenir, le véhicule lui se change.

Il faut éduquer les Juifs afin qu'eux à leur tour éduquent.

Un professeur doit être exemplaire, donc Dieu a imposé l'exemplarité.

Les prêtres d'aujourd'hui auraient dû être les Juifs, successeurs des apôtres.

Mais Satan a imposé son dictât, et les Juifs n'ont pas pu être nos prêtres.

La première Eglise qui a eu la pierre de fondation conformément au verset dont Jésus parle, c'est Antioche car c'est Pierre et Paul qui l'ont construite, mais les empereurs se sont emparés du verset pour construire leur église avec Pierre comme fondateur.

Dieu savait bien sûr à l'avance que les Juifs ne seraient jamais nos prêtres, Dieu sait tout bien sûr, mais ce monde là, qui est une génération méchante, doit se faire, car c'est comme si tu as une maison de redressements d'enfants terribles, ces enfants terribles doivent pouvoir s'assagir, et même si c'est à pas de fourmis, la maison de redressement aura toujours de l'effet pour eux, même si à l'oeil nu cela ne se voit pas.


prisca*
Carton rouge
Carton rouge

Messages : 1542
Réputation : 1
Date d'inscription : 12/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay - Page 3 Empty Re: La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Message  pauline.px le Mer 12 Juin - 13:51

Le Christ est ressuscité !

Bonjour Disciple Laïc

Je réagis…
Disciple Laïc a écrit:Mais cela me confirme maintenant le fait que le Bouddha a raison : il ne faut pas compter sur les autres pour faire notre bonheur, on doit trouver le bonheur en soi-même.
Il me semble qu’évidemment il ne faut pas "compter" sur les autres mais je crois que sans l’autre il n’y a pas de bonheur.
Sans l'autre, il peut y avoir la paix, la sérénité, l’apatheia… mais le bonheur comme tout ce qui est vital exige l’autre.

Disciple Laïc a écrit: (3) Tout est plus ou moins lié.
Il me semble que l’on peut ne pas croire en un quelconque divin et pourtant imaginer une perspective de libération dans une sorte de "nirvana" ou encore croire à une rétributivité du genre "loi du Karma".

Disciple Laïc a écrit: (5) Faut se méfier de tout ce qui est insatisfaisant.
Tiens ? j’aurais tendance à dire qu’il faut se méfier de ce qui est satisfaisant.
Pourquoi se fier  ma satisfaction ? Peut-elle être un bon guide ?

Disciple Laïc a écrit:Et j'en connais un qui aurait dit que tout religion digne de ce nom devrait contenir beaucoup de bon sens. La logique c'est la raison, le tout irrationnel n'est pas souhaitable.

Le "tout" irrationnel n’est évidemment pas souhaitable mais le "tout bon sens" semble illusoire.

Le bon sens est souvent en défaut et, en plus, il n’aime pas ça "être en défaut". Voilà pourquoi beaucoup d’intolérance repose sur le bon sens. Le bon sens nous dit qu'il faut condamner Galilée. Le bon sens nous dit qu’il y a trop d’étranger quand la science nous dit le contraire, par exemple.

La logique classique pose le principe du tiers exclu et proscrit la contradiction, or beaucoup d’énoncés frisent en apparence la contradiction aussi bien en sciences qu’en religion. Le présent fil repose sur une contradiction « transcendance vs immanence » qui n’est qu’apparente, à mes yeux.

Disciple Laïc a écrit:Mieux vaut que quelqu'un croit en quelque chose en sachant pourquoi il doit le croire

On ne doit jamais croire ; savoir s'impose mais croire relève du libre choix.

Disciple Laïc a écrit: (7) Une certaine vérité. Quand on étudie la rédaction de ceux-ci on peut douter sérieusement de la parfaite conservation des paroles et des actes du Maître dans les textes, d'autant que le choix des 4 retenus fut précisément un choix. Dicter par des considérations très humaines. A moins de faire intervenir quelque chose dont on aucune preuve de l'existence (L'Esprit Saint ?) pour affirmer que les hommes qui ont "choisi" étaient "guidés".

Sur les points essentiels un récit qui se veut témoigner de propos et de faits réels  est vrai ou  est faux, alors pourquoi parler d’une "certaine vérité" ?
Par exemple, si l’homme Jésus n’a jamais existé, les évangiles disent le faux même si on peut se plaire à leur donner le sens purement spirituel d’une parabole.

Disciple Laïc a écrit:L'idée serait de transcender, dépasser, aussi, cette dualité là, immanence/transcendance.
(…)
Parce que notre nature humaine nous pousse à penser de manière forcément binaire/duelle/discriminante, il nous est difficile de voir les choses comme pouvant être 2 contraires apparents en même temps. La solution serait peut être de considérer le divin, ce que nous appelons le divin, comme Transcendant ET Immanent.

Mais n’est-ce pas aussi parce que la contradiction est un des moteurs du réel ?
Sans contadiction qu'est-ce qui peut évoluer, bouger, vivre ?

De surcroît, tout ce qui paraît s’opposer révèle.
Par exemple, le « chaud vs froid » révèle le concept de chaleur et par là le phénomène d’agitation des particules atomiques.

N’est-ce pas justement nécessaire que le divin créateur soit à la fois transcendant et immanent ?

D’ailleurs, le divin ne serait-Il pas par définition Celui qui dépasse toute (?) contradiction ?

Disciple Laïc a écrit: Je crois que la Trinité chrétienne c'est ça. 3 angles de vue d'un même phénomène. Et non pas 3 entités distinctes.
En général, on considère que la Trinité relève de l’ontologie et non pas de notre perception ni de la simple manifestation.
Les entités distinctes dépassent la notion de nature voire d’essence, ce qui n’est pas banal.

votre sœur
pauline

En Vérité Il est ressuscité !
pauline.px
pauline.px

Messages : 1365
Réputation : 3
Date d'inscription : 08/03/2011
Age : 67
Localisation : bretagne sud

Revenir en haut Aller en bas

La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay - Page 3 Empty Re: La « transcendance » de Dieu dans la Bible (et ses problèmes) - un texte un Frère Dominicain Hervé Tremblay

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum