Dialogue-Abraham
L'équipe de "Dialogue Abraham" vous souhaite la bienvenue !

Ce forum recherche avant tout une atmosphère cordiale et respectueuse, chacun s'efforçant d'écouter l'autre avec la même bienveillance qui doit accueillir son propre témoignage.

Nous travaillons à nous comprendre mutuellement en vérité, et non à entretenir des conflits.

Nous ne sommes pas parfaits, mais pensons qu'il est possible d'avoir des échanges de qualité sur les sujets religieux.

Puissiez-vous, vous qui venez ici, contribuer à cet effort

Omniscience de Dieu - Omniscience du Bouddha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Omniscience de Dieu - Omniscience du Bouddha

Message  Madhyamaka le Mar 28 Nov - 21:13

https://www.gotquestions.org/Francais/Dieu-omniscient.html


Que signifie l’omniscience de Dieu ?





L’omniscience se définit comme « un état de connaissance absolue, le fait de tout savoir ». Pour être souverain de toute sa création, visible et invisible, Dieu doit être omniscient. Son omniscience n’est pas réservée à une seule personne de la Trinité : le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont tous trois omniscients par nature.


Dieu sait tout. (1 Jean 3.20) Il connaît non seulement les moindres détails de nos vies, mais aussi de celles de tout notre entourage, car la Bible mentionne qu’il sait même quand un moineau tombe ou que nous perdons ne serait-ce qu’un seul cheveu. (Matthieu 10.29-30). Non seulement Dieu sait tout ce qui arrivera jusqu’à la fin de l’histoire, (Ésaïe 46.9-10), mais il connaît aussi chacune de nos pensées, avant même que nous ne les exprimions. (Psaumes 139.4) Il sonde nos cœurs à distance ; il nous voyait même déjà dans le ventre de notre mère. (Psaumes 139.1-3, 15-16) Salomon exprime parfaitement cette vérité en disant : « Oui, toi seul connais le cœur de tous les hommes ». (1 Rois 8.39)


Malgré l’humilité du Fils de Dieu, qui s’est dépouillé lui-même en prenant une condition de serviteur. (Philippiens 2.7), son omniscience apparaît clairement dans les écrits du Nouveau Testament. La première prière des Apôtres en Actes 1.24 : « Seigneur, toi qui connais le cœur de tous » implique l’omniscience de Jésus, qui est nécessaire pour qu’il puisse entendre nos requêtes et intercéder à la droite de Dieu. Sur terre, l’omniscience de Jésus était tout aussi évidente. Dans plusieurs récits des Évangiles, on voit qu’il connaissait les pensées de ses auditeurs. (Matthieu 9.4, 12.25, Marc 2.6-8, Luc 6.8) Il connaissait la vie des personnes avant de les rencontrer. Lors de sa rencontre avec la femme venue puiser de l’eau au puits de Sychar, il lui a dit : « car tu as eu cinq maris et l’homme que tu as maintenant n’est pas ton mari ». (Jean 4.18) Il a aussi annoncé à ses disciples que leur ami Lazare était mort, alors qu’il était à plus de 40km de chez lui. (Jean 11.11-15) Il a conseillé à ses disciples d’aller faire préparer la Pâque et leur a décrit la personne qu’ils rencontreraient et devraient suivre. (Marc 14.3-15) Peut-être par-dessus tout, il connaissait Nathanaël avant de l’avoir rencontré, parce qu’il connaissait son cœur. (Jean 1.47-48)


On voit clairement l’omniscience de Jésus sur terre, mais c’est là aussi que le paradoxe commence. Il a posé des questions, ce qui implique qu’il en ignorait les réponses, même si elles étaient davantage au bénéfice de son public qu’au sien. Il y a une autre facette de son omniscience vient des limites dues à la nature humaine, qu’il s’est imposées en tant que Fils de Dieu. On lit qu’en tant qu’homme, il « grandissait en sagesse, en taille » (Luc 2.52) et a appris « l’obéissance par ce qu’il a souffert ». (Hébreux 5.8) On lit aussi qu’il ne savait pas quand la fin du monde arriverait. (Matthieu 24.34-36) Il faut donc poser la question : comment est-il possible que le Fils ne sache pas cela, puisqu’il savait toute autre chose ? Au lieu de voir là une simple limite humaine, nous devrions le considérer plutôt comme un manque de connaissance contrôlé, un acte d’humilité délibéré afin de partager pleinement notre nature. (Philippiens 2.6-11, Hébreux 2.17) et de devenir le deuxième Adam.


Enfin, rien n’est trop difficile à un Dieu omniscient et c’est sur la base de notre foi en un tel Dieu que nous pouvons nous confier en lui et être en sécurité, sachant qu’il promet de ne jamais nous abandonner tant que nous continuerons à lui faire confiance. Il nous a connus de toute éternité, avant même la création. Il nous connaissait, vous et moi, il savait à quel moment nous apparaîtrions et avec qui nous interagirions. Il avait même prévu notre péché dans toute sa laideur et sa dépravation, et pourtant, dans son amour, il nous a scellés et nous a attirés à cet amour en Jésus-Christ. (Éphésiens 1.3-13) Nous le verrons face-à-face, mais notre connaissance de lui ne sera jamais complète. Notre émerveillement, notre amour et nos louanges continueront aux siècles des siècles, alors que nous serons entourés des rayons de son amour céleste et apprendrons à apprécier de plus en plus notre Dieu omniscient.
__________


Emission Voix Bouddhistes du 4 Novembre 2001

Le Bouddha et sa qualité d'omniscience

Invité : Vénérable Dhammaratana


Les textes canoniques mentionnent les nombreuses qualités des bouddhas. Lors de l'émission du 6 juin dernier, Véronique Crombé a plus précisément détaillé les qualités physiques, à travers les trente-deux marques majeures du corps d'un bouddha. Cette semaine, le Vénérable Dhammaratana, moine dans la tradition du theravada, chercheur à l'Unesco et à la Sorbonne, et secrétaire général de la congrégation bouddhique Linh Sonh, aborde plus précisément l'omniscience, attribut exclusif des parfaits bouddhas selon le theravada.

Dans l'interview réalisée pour le site, il précise notamment ce que la tradition theravada appelle parfait bouddha, en revenant sur les termes d'arhat, de bodhisattva, de sravaka et de pratyekabuddha.

Voix bouddhistes - Qu'entend-on exactement par omniscience quand on parle de l'omniscience du Bouddha ?

Vén. Dhammaratana - Un être omniscient c'est quelqu'un qui connaît tout dans cet univers, qu'il s'agisse du monde relatif ou du monde absolu.

Dans les textes canoniques, le Tipitaka pali, parmi les épithètes utilisés pour décrire les qualités du Bouddha, on trouve des épithètes disant que le Bouddha est " Sabbannu ", ce qui veut dire qu'il connaît tout, et " Sabba dassavi ", ce qui veut dire qu'il voit tout. C'est pourquoi nous disons que le Bouddha est omniscient.

Le Bouddha lui-même n'a jamais dit qu'il était omniscient. Pourquoi ne le dit-il pas ? Parce que son but n'est pas de faire quelque publicité que ce soit, mais de libérer les êtres du samsara.


Lorsqu'il rencontre les représentants d'autres religions (62 traditions religieuses sont mentionnées), tous disent qu'ils sont omniscients. Mais comment une personne peut-elle elle-même savoir qu'elle est omnisciente ? C'est la raison pour laquelle le Bouddha a critiqué leur point de vue. Je ne crois pas du tout que ceux qui se prétendent omniscients le soient le moins du monde. Ces gens ne voient le monde qu'avec un seul œil.

Alors que lorsque des gens viennent le voir et lui demandent s'il est omniscient, le Bouddha répond simplement : " Je peux voir le passé, je peux voir le présent, je peux voir le futur. " Ce qui signifie certes qu'il connaissait tout, mais ce qu'il a compris, ce sont les quatre nobles vérités. En tant que bouddhistes, nous croyons que tout connaître veut dire connaître les quatre nobles vérités. Les quatre nobles vérités englobent tout. Tout ce qui peut être compris du monde humain, le Bouddha l'avait compris. C'est cela l'omniscience.

Voix bouddhistes - Ca ne veut donc pas dire, par exemple, qu'il connaissait toutes les sciences ?

Vén. Dhammaratana - Connaître les sciences, ce n'est pas important. L'important, c'est sa mission. Cette mission est de comprendre comment atteindre la libération. Il l'a réalisée et il l'a vécue. C'est pourquoi nous disons qu'il est omniscient.

Voix bouddhistes - Peut-on faire le lien avec les paroles du Dalaï-Lama, lorsqu'il dit à propos de réincarnation que si l'on veut connaître le passé, il suffit de connaître le présent, et que si l'on veut connaître le futur, il suffit de connaître le présent ?

Vén. Dhammaratana - C'est juste. Il y a d'ailleurs un texte qui s'appelle l'Anagata vamsa. Anagata signifie futur, il s'agit donc de ce qui va se passer dans le futur.

Voix bouddhistes - Quelles sont les autres qualités du Bouddha mentionnées dans la tradition qui indiquent également son caractère omniscient ?

Vén. Dhammaratana - Il a les yeux divins, les oreilles divines. Il peut voir tout l'univers, il peut sonder le cœur et l'esprit des gens, il peut voir leurs vies antérieurs, il peut voir ce vers quoi ils se dirigent. Pour tous les êtres.

Ces caractéristiques particulières n'existent que chez une personne qui a transcendé le niveau humain. Et tout ce qui pouvait être compris du niveau humain, du monde humain, il l'avait compris. C'est cela l'omniscience. Dans la tradition theravada, on ne dit pas qu'il est nécessaire de devenir un bodhisattva pour devenir un bouddha. On peut atteindre l'éveil en devenant un arhat, un bodhisattva, un pratyekabuddha, ou même un sravaka.

Voix bouddhistes - Tout pratiquant bouddhiste souhaite atteindre l'éveil. Peut-on pour autant dire que tout pratiquant deviendra un bouddha, et qu'à ce titre il est également appelé à atteindre l'omniscience ?

Vén. Dhammaratana - Pour répondre à cette question, il faut d'abord préciser les choses. Dans le bouddhisme theravada, on ne dit pas que tous les êtres deviendront un bouddha, contrairement au bouddhisme mahayana, avec le concept du bodhisattva.

Le Bouddha lui-même n'a jamais donné aucun sermon au sujet du bodhisattva. Il dit simplement dans certains sermons : " J'étais ceci lorsque j'étais un bodhisattva. J'ai fait telle chose, j'ai rencontré telle personne… C'est la raison pour laquelle aujourd'hui je suis un bouddha. " Autrement dit il fait référence au bodhisattva.

Selon la tradition mahayana, tout le monde a la nature de bouddha, chacun peut un jour devenir un bouddha, et doit pour cela réaliser l'idéal du bodhisattva, qui est de travailler au bien de tous les êtres et ultimement à leur libération.

Mais dans la tradition theravada, on dit qu'il n'est pas nécessaire de devenir un bodhisattva pour devenir un bouddha. Vous pouvez devenir un arahant (sanskrit arhat), ce qui veut dire que vous réalisez les quatre nobles vérités et que vous atteignez l'éveil. Vous pouvez devenir un bodhisattva, ce qui veut dire que vous avez atteint l'éveil et que vous prenez la résolution de travailler pour les gens. Et vous pouvez devenir un pratyekabuddha, c'est à dire un bouddha individuel.

Un pratyekabuddha, c'est aussi un être éveillé, mais il n'a pas la perfection du Bouddha. Devenir un bouddha parfait, c'est atteindre la position suprême, non seulement pour le monde humain, mais pour l'univers entier, y compris le monde des divinités.

Le terme sravaka désigne un noble disciple du Bouddha. Dans la tradition theravada, il est dit que même les sravaka peut devenir un bouddha après avoir entendu l'enseignement du Bouddha.

On peut donc atteindre l'éveil en étant un sravaka, un arahant, un pratyekabuddha ou un sammasambuddha, un bouddha parfaitement éveillé. Mais selon ma compréhension, aucun n'est égoïste, chacun a un engagement pour le bien de l'humanité.

Voix bouddhistes - Chacun d'eux, lorsqu'il devient un bouddha, atteint-il l'omniscience ?

Vén. Dhammaratana - Non. La qualité d'omniscience ne s'applique qu'aux parfaits bouddha. Pas aux bodhisattva, ni aux arahant, ni aux sravaka. Durant les quatre derniers eons il y a eu quatre parfaits bouddhas : Kakusandha, Konagamana, Kassapa, Gotama. Gotama est le quatrième. Le cinquième est Metteya (sanskrit Maitreya), le bouddha du futur. Tous ont la qualité d'omniscience.

Voix bouddhistes - Que signifie exactement parfait bouddha ?

Vén. Dhammaratana - Les textes pali disent : " Araham samma sambuddho. " Un bouddha parfait, c'est déjà un arahant, c'est déjà un bodhisattva, c'est un être éveillé. Sans devenir un arahant, sans devenir un bodhisattva, sans devenir un être éveillé, il ne peut pas devenir un bouddha parfait.

Voix bouddhistes - En dehors de Sakyamuni (sanskrit Sakyamuni), le Bouddha historique, quels sont les autres bouddha parfaits ?

Vén. Dhammaratana - Il y a des milliers de bouddhas dans cet univers. Durant les quatre derniers eons il y a eu quatre bouddhas : Kakusandha, Konagamana, Kassapa, Gotama (sanskrit Krakuccandra, Kanakumuni, Kasyapa, Gautama). Gotama est le quatrième. Le cinquième est Metteya (sanskrit Maitreya). Tous ont la qualité d'omniscience.

Voix bouddhistes - Metteya est souvent mentionné dans le mahayana et le vajrayana, il fait donc également partie du theravada ?

Vén. Dhammaratana - Oui, et il est omniscient. Il est un parfait bouddha.

Voix bouddhistes - Metteya signifie " amour ", il est souvent qualifié de " bouddha du futur ". Quand sa manifestation terrestre aura-t-elle lieu ?

Vén. Dhammaratana - Il viendra au terme d'une période de 5000 ans, le Kalpa Vinassa, après le bouddha Sakyamuni. La moitié de cette période est déjà écoulée. Après cette période, le monde humain disparaîtra, et le monde suivant sera celui du bouddha Metteya. Ceci non seulement selon la tradition theravada, mais selon toutes les traditions ; c'est un enseignement de base.
avatar
Madhyamaka

Messages : 706
Réputation : 2
Date d'inscription : 10/09/2017
Age : 42
Localisation : Nanterre

http://dietcubou.forumactif.org/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum