Dialogue-Abraham
L'équipe de "Dialogue Abraham" vous souhaite la bienvenue !

Ce forum recherche avant tout une atmosphère cordiale et respectueuse, chacun s'efforçant d'écouter l'autre avec la même bienveillance qui doit accueillir son propre témoignage.

Nous travaillons à nous comprendre mutuellement en vérité, et non à entretenir des conflits.

Nous ne sommes pas parfaits, mais pensons qu'il est possible d'avoir des échanges de qualité sur les sujets religieux.

Puissiez-vous, vous qui venez ici, contribuer à cet effort

Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  Idriss le Lun 28 Aoû - 14:44

Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu
Jamelle Bouie, traduit par Bérengère Viennot — 24.02.2015

A l’instar des barbaries de l’Etat islamique, le lynchage et la torture des noirs américains pendant la ségrégation n’étaient pas seulement des actes de racisme mais aussi des actes empreints de signification religieuse, justifiés par le christianisme de l’époque



http://www.slate.fr/story/98273/lynchage-soldats-de-dieu

Spoiler:
Si, selon un certain cliché, les Américains ont la mémoire courte, cela n’empêche pas, depuis le samedi 7 février, un bon nombre d’entre nous de débattre au sujet des guerres de religion médiévales et de l’idée que nous puissions en tirer quelques leçons sur la violence qui règne aujourd’hui au Moyen-Orient.
Ce qu'a dit Obama

Pour ceux qui ne seraient pas encore au courant, ce débat fait suite aux commentaires du président Obama lors du National Prayer Breakfast annuel, où –après avoir condamné le groupe radical Etat islamique et l’avoir qualifié de «culte de la mort»– il a proposé une réflexion appelant à la rationalisation.

   «Avant de monter sur nos grands chevaux et de penser que le phénomène est l’apanage d’un lieu différent du nôtre, souvenons-nous que pendant les croisades et l’Inquisition, les gens ont commis des actes atroces au nom du Christ. Dans notre patrie, l’esclavage et les lois [ségrégationnistes] Jim Crow ont trop souvent été justifiés au nom du Christ (...) Par conséquent, cela n’est pas l’apanage d’un seul groupe ou d’une seule religion. Il existe une tendance en nous, une tendance immorale qui peut pervertir et déformer notre foi.»

Ce point simplissime –«aucune foi n’a le monopole de l’arrogance religieuse»– est devenu un point d’ignition partisan incitant les conservateurs à sermonner le président en l’accusant de «mettre sur le même pied» chrétiens croisés et radicaux islamiques, à l’accuser d’entretenir des croyances anti-chrétiennes et à se demander pourquoi il évoque un conflit vieux de plusieurs siècles, quand bien même on relèverait quelques analogies entre celui-ci et l’époque actuelle.

Ce qui nous manque dans l’argument sur les croisades cependant, c’est la mention par Obama de l’esclavage et de Jim Crow. Dans The Atlantic, Ta-Nehisi Coates choisit de souligner les justifications religieuses de l’esclavage américain, et il vaut la peine d’en faire autant pour son successeur d’après la guerre de Sécession. Et puisque nous en sommes à réfléchir en termes de violence religieuse, nous nous devons de nous pencher sur le spectacle le plus brutal du règne de Jim Crow: le lynchage.

Pendant pratiquement tout le siècle entre les deux Reconstructions américaines, la plus grande partie du Sud blanc a fermé les yeux et approuvé la violence terroriste exercée contre les noirs. Un nouveau rapport de l’Equal Justice Initiative, basée en Alabama, signale presque 4.000 lynchages de noirs dans 12 Etats du Sud –en Alabama, en Arkansas, en Floride, en Géorgie, dans le Kentucky, en Louisiane, dans le Mississippi, en Caroline du Nord et du Sud, au Tennessee, au Texas et en Virginie– entre 1877 et 1950, ce qui, note l’organisation, représente «au moins 700 lynchages de plus dans ces Etats que ce qui avait été signalé auparavant».



Il serait inconcevable qu’ils aient pu infliger douleurs et tourments aux corps des hommes noirs sans imaginer cette violence en tant qu’acte religieux

Amy Louise Wood, historienne

«Le Juge Lynch» –nom donné par la journaliste et militante antiségrégationniste Ida B. Wells aux foules de lyncheurs– se montrait capricieux, impitoyable et barbare à l’égard de ses victimes. C.J. Miller, accusé à tort du meurtre de deux sœurs adolescentes blanches dans l’ouest du Kentucky, fut «traîné dans les rues jusqu’à un échafaud de fortune fait de vieilles douves de tonneau et autre petit bois», écrit l’historien Philip Dray dans At the Hands of Persons Unknown: The Lynching of Black America. Ses agresseurs le pendirent à un poteau téléphonique, et tandis que «la première chute lui brisa le cou (...) le corps fut soulevé et abaissé à maintes reprises pendant que la foule le criblait de balles avec des armes de poing». Son corps resta pendu dans la rue pendant deux heures, au cours desquelles il fut photographié et mutilé par des badauds. Puis il fut décroché et brûlé.

Plus sauvage encore fut le lynchage de Mary Turner, tuée pour avoir protesté contre le meurtre de son mari, et de l’enfant qu’elle portait.

   «Devant une foule où se trouvaient des femmes et des enfants, écrit Philip Dray, Mary fut déshabillée, pendue par les chevilles, aspergée d’essence et brûlée à mort. Au milieu de son supplice, un homme blanc lui ouvrit le ventre avec un couteau de chasse et son bébé tomba à terre, poussa un cri et fut piétiné à mort.»

Des rituels de l'évangélisme sudiste et de son dogme

Ces lynchages n’étaient pas seulement des punitions infligées par des groupes d’autodéfense, ou, comme le note l’Equal Justice Initiative, «des actes de célébration du contrôle et de la domination d’une race sur l’autre». C’était des rituels. Et plus spécifiquement, des rituels de l’évangélisme sudiste et de son dogme d’alors prônant la pureté, le littéralisme et la suprématie blanche.

«Le christianisme était le principal prisme par lequel la plupart des Sudistes conceptualisaient et donnaient un sens à la souffrance et à la mort, quelle que soit leur forme», écrit l’historienne Amy Louise Wood dans Lynching and Spectacle: Witnessing Racial Violence in America, 1890–1940.

  «Il serait inconcevable qu’ils aient pu infliger douleurs et tourments aux corps des hommes noirs sans imaginer cette violence en tant qu’acte religieux, chargé de symbolisme et de signification chrétienne.»

Le Dieu du Sud blanc exigeait de la pureté –pureté incarnée par la femme blanche. Les Sudistes blancs construisirent une frontière à l’aide de la ségrégation. Mais quand celle-ci était violée, c’est avec le lynchage qu’ils réparaient la brèche et affirmaient qu’ils étaient libres de toute contamination morale, représentée par les noirs, par les hommes noirs en particulier –même si elle ne se limitait pas à eux. Leo Frank, lynché en 1915, était juif.

La brèche imaginée était souvent d’ordre sexuel, définie par le mythe du violeur noir, un «démon» et une «bête» décidée à profaner la pureté chrétienne de la féminité blanche. Dans son récit du lynchage d’Henry Smith –tué à la suite d’accusations de viol et de meurtre d’une fillette de 3 ans, Myrtle Vance– P.L. James raconte comment l’énergie d’une ville et d’un pays entier s’était tournée vers «l’arrestation du démon qui avait dévasté un foyer et souillé une vie innocente».

La «volonté de Dieu»

James n’était pas un cas isolé. De nombreux autres défenseurs du lynchage interprétaient leurs actes comme un devoir chrétien, consacré comme étant la volonté de Dieu contre la transgression raciale.

   «Après le lynchage de Smith, note Amy Louise Wood, un autre de ses défenseurs écrivit: “ce ne fut rien d’autre que la vengeance d’un Dieu outragé, qui Lui fut offerte, au moyen de l’instrument que furent ceux qui provoquèrent la crémation.»

Comme l’écrit Donald G. Mathews, professeur émérite à l’UNC-Chapel Hill dans le Journal of Southern Religion:

   «La religion s’insinuait dans le lynchage communautaire parce que cet acte se produisait dans le contexte d’un ordre sacré conçu pour garantir la sainteté.»


L'«ordre sacré» c’était la suprématie blanche, et la «sainteté», la vertu blanche.

Je me dois de souligner que les noirs de l’époque voyaient le lynchage comme étant enraciné dans la pratique chrétienne des Sudistes blancs. «Il est extrêmement douteux que le lynchage puisse exister dans une autre religion que le christianisme», écrivit Walter White, leader de l’association de défense des droits civiques NAACP en 1929.

   «Quiconque connaît bien les prédicateurs intempestifs, acrobatiques, fanatiques prêchant les feux de l’enfer dans le Sud, et a vu les orgies d’émotion qu’ils suscitent, ne peut douter un seul instant qu’ils libèrent des passions dangereuses contribuant à l’instabilité émotionnelle et jouant un rôle dans les lynchages.»


Rien de tout cela n’était intrinsèque au christianisme: c’était une question de pouvoir, et du besoin qu’avaient les puissants de sanctifier leurs actes



Et si certains chefs d’église ont condamné ces pratiques comme étant contraires à la parole de Dieu –«Religion et lynchage, christianisme et écrasement, feu et bénédiction, sauvagerie et raison nationale ne peuvent aller main dans la main dans ce pays», affirmait un éditorial en 1904– le consentement écrasant du Sud blanc confirmait le point de vue de Walter White.

Le seul christianisme sudiste uni dans son opposition au lynchage était celui des noirs américains, qui tentaient de re-contextualiser les attaques comme un genre de crucifixion et ses victimes comme des martyrs, renversant la situation et faisant des noirs les véritables héritiers du salut et de la rédemption chrétienne. Et c’est ce dernier point qui doit mettre en exergue le fait que rien de tout cela n’était intrinsèque au christianisme: c’était une question de pouvoir, et du besoin qu’avaient les puissants de sanctifier leurs actes.


Pourtant, il est impossible de nier que le lynchage –dans toute sa grotesque violence– était un acte empreint de signification religieuse, justifié par le christianisme de l’époque.

Il avait également un caractère politique: c’était un acte de terreur et de contrôle social et la chasse gardée de citoyens privés, de responsables publics et de législateurs puissants. Le sénateur Ben Tillman de Caroline du Sud défendit le lynchage devant le Congrès des Etats-Unis, et le président Woodrow Wilson applaudit un film qui célébrait le juge Lynch et ses disciples.

Ce qui signifie qu’Obama avait raison. Les environnements extrêmement différents de l’Amérique d’avant les droits civiques et du Moyen-Orient d’aujourd'hui cachent les similitudes conséquentes qui existent entre la violence religieuse relativement récente de nos ancêtres suprématistes blancs et celle de nos ennemis contemporains. Et le fossé actuel entre musulmans modérés et leurs opposants fanatiques trouve une analogie dans notre division passée entre christianisme nordiste et son homologue sudiste.

Il ne s’agit pas tant de relativisme que de vision clairvoyante de notre vulnérabilité commune, de la vérité qui est que les graines de la violence et de l’autocratie peuvent germer n’importe où, et du fait que notre position actuelle de supériorité morale n’est pas la preuve d’une quelconque supériorité intrinsèque.

Jamelle Bouie


Dernière édition par Idriss le Lun 28 Aoû - 14:46, édité 1 fois
avatar
Idriss

Messages : 3591
Réputation : 30
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  Idriss le Lun 28 Aoû - 14:45

Les environnements extrêmement différents de l’Amérique d’avant les droits civiques et du Moyen-Orient d’aujourd'hui cachent les similitudes conséquentes qui existent entre la violence religieuse relativement récente de nos ancêtres suprématistes blancs et celle de nos ennemis contemporains. Et le fossé actuel entre musulmans modérés et leurs opposants fanatiques trouve une analogie dans notre division passée entre christianisme nordiste et son homologue sudiste.

Il ne s’agit pas tant de relativisme que de vision clairvoyante de notre vulnérabilité commune, de la vérité qui est que les graines de la violence et de l’autocratie peuvent germer n’importe où, et du fait que notre position actuelle de supériorité morale n’est pas la preuve d’une quelconque supériorité intrinsèque.

Jamelle Bouie
avatar
Idriss

Messages : 3591
Réputation : 30
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  -Ren- le Lun 28 Aoû - 16:09


«Il est extrêmement douteux que le lynchage puisse exister dans une autre religion que le christianisme», écrivit Walter White, leader de l’association de défense des droits civiques NAACP en 1929.
Remarque "extrêmement douteuse" - contredite malheureusement par bien de sinistres exemples.
Mais comprendre le lien potentiel entre ces lynchages-là et le "christianisme sudiste" mérite en effet que l'on se penche sur le sujet :jap:

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15178
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  Idriss le Lun 28 Aoû - 16:47

-Ren- a écrit:

«Il est extrêmement douteux que le lynchage puisse exister dans une autre religion que le christianisme», écrivit Walter White, leader de l’association de défense des droits civiques NAACP en 1929.
Remarque "extrêmement douteuse" - contredite malheureusement par bien de sinistres exemples.
Mais comprendre le lien potentiel entre ces lynchages-là et le "christianisme sudiste" mérite en effet que l'on se penche sur le sujet :jap:

Relis -REN- la Phrase qui précède:
Je me dois de souligner que les noirs de l’époque voyaient le lynchage comme étant enraciné dans la pratique chrétienne des Sudistes blancs....
L'auteur ne dit pas et ne donne pas raison non plus à Walter White quand il dit: «Il est extrêmement douteux que le lynchage puisse exister dans une autre religion que le christianisme»  Il dit juste que les noirs ne pouvais pas imaginer autre chose que   ils croyaient que que c'était une spécificité du christianisme...etc Croyance sans aucun doute erronée, là n'est pas la question , mais croyance qui en dit long sur la perception par les noirs d'alors sur le christianisme...
Et sans doute en est-il de même chez la majorité des occidentaux actuel à propos de l'islam:
Dans le genre jamais dans l'histoire avant Daesh ...l'absolue dans l'horreur ...etc
avatar
Idriss

Messages : 3591
Réputation : 30
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  -Ren- le Lun 28 Aoû - 17:24

Idriss a écrit:L'auteur ne dit pas et ne donne pas raison non plus à Walter White
Il est vrai qu'en reprenant la formulation de W.White pour introduire ma remarque, je donne une fausse impression sur cet article... Désolé !

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15178
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  -Ren- le Mar 29 Aoû - 6:03

Un article intéressant pour comprendre comment une forme de "christianisme sudiste" a pu se développer :
Dans l'esprit de nombreux sudistes, la capture de la Nouvelle-Orléans, le 25 avril 1862 par les forces de l'Union représentait d'avantage qu'une défaite militaire troublante. Elle mit aussi en évidence la possibilité dérangeante d'une punition divine infligée à une Confédération pécheresse égarée spirituellement (...) Les Confédérés [furent poussés] à se demander comme l'exprime les mots de la nouvelliste de Caroline du Sud Pauline De Caradeuc Heyward, si « ces revers et ces terribles humiliations venaient de Lui pour rendre nos cœurs humbles et nous rappeler que nous sommes impuissants sans Son aide ». Ce genre de pensée incarnait une réflexion typique de l'Amérique du dix-neuvième siècle. Avec différents degrés de sophistication et de conviction, les américains pensaient que les croyances des individus et des nations se déroulaient accordement à un plan divin intangible, tous les événements, grands et petits, réfléchissaient la volonté de Dieu étaient l'expression soir de sa faveur, de son épreuve ou de son jugement (...)

Après tout, le préambule de la constitution confédérée, contrairement à la constitution fédérale invoquait explicitement « la faveur et la guidance du Dieu Tout-Puissant ». Les sudistes se pensaient peuple choisi par Dieu pour manifester Sa Volonté sur terre. « Nous réalisons une grande pensée divine », déclarait le théologien épiscopalien James Warley Miles, « c'est à dire un développent humain supérieur par la capacité de sa liberté constitutionnelle » (...) La Confédération doit « montrer au monde un effort suprême de l'humanité » afin de créer et de défendre une société construite sur l’obéissance aux prescriptions bibliques en regard de l'esclavage, une société « sanctifiée par l'esprit divin du Christianisme ». En résumé, comme l’Église Épiscopale de Virginie en fit état un peu après le début de la guerre civile, les sudistes combattaient pour « une révolution aussi bien ecclésiale que civile » qui établirait, rien de moins, dans les mots d'une femme de Géorgie que « l'établissement final et universel de la civilisation de l’Évangile ». Cette « civilisation de l’Évangile » beaucoup pensaient qu'elle ne faisait pas que permettre l'esclavage mais aussi qu'il était requis et les chrétiens, partout dans la Confédération, se trouvaient convaincus qu'ils étaient appelés non seulement à perpétuer l'esclavage mais aussi à le « perfectionner » (...)

Comme le déclarait la Conférence Méthodiste de Caroline du Sud avant la guerre, les maîtres pèchent contre leurs esclaves par « un travail excessif, des punitions extrêmes, la rétention de la nourriture et des vêtements nécessaires, la négligence de la maladie et du grand âge etc. ». De plus, les maîtres ne pouvaient pas laisser des considérations économiques gouverner le traitement de leurs esclaves. Les chefs religieux imploraient des maîtres d'esclave la reconnaissance du mariage et de la famille comme une prescription divine et qu'en conséquence, ils ne pouvaient séparer les époux ni les parents de leurs enfants (...)

Au début du printemps de 1862 et se perpétuant bien après la guerre, la signification théologique de l'esclavage chrétien se modifia. Les pasteurs et les théologiens sudistes combinèrent une vision providentielle de l'histoire avec la compréhension de ce qui était requis bibliquement des maîtres d'esclaves pour conclure à l'échec global de l'engagement dans l'esclavage chrétien et qu'il s'agissait là de la cause principale de la faveur divine retirée à l'authentique peuple de Dieu (...)

Le ministre baptiste Isaac Taylor Tichenor s'exprima pour de nombreux sudistes quand il s'adressa à l'Assemblée Générale de l'Alabama en 1863 en ces mots « la réalisation de nos devoirs à l'égard des esclaves est un échec ». (...) De manière similaire, le théologien et président d'université John Leadley Dagg vit les reculs de la Confédération comme « un châtiment paternel conçu pour notre profit ». (...) La guerre était le « fléau de Dieu » infligé à la Confédération pour son échec à respecter le mariage et la protection des familles dus aux esclaves comme le dit l’Évêque John McGill de Richmond en Virginie (...)
http://pellet.blog.tdg.ch/archive/2012/05/01/le-sud-la-guerre-et-l-esclavage-chretien.html

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15178
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  Idriss le Mar 29 Aoû - 20:37

Salut -Ren-
Bel exemple historique de résolution de dissonance cognitive ! ( Pour mémoire : https://fr.wikipedia.org/wiki/Dissonance_cognitive )

Petit HS
On peut spéculer que l’échec de DAECH trouvera une "résolution théologique" de ce type !
( Enfin sérieux comment explique-t-ils que Dieu n'est pas choisi leur camp dans leur guerre fasse aux autres musulmans...)
Fin du HS!
avatar
Idriss

Messages : 3591
Réputation : 30
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  kaboo le Mer 30 Aoû - 0:14

Bonjour à tous.

Perso, je pense que ce sujet est très vaste, qu'on ne peut pas généraliser et qu'on ne peut pas y apporter de réponse exhaustive (complète).

La Louisianne ne porte pas son nom par hasard. Elle est lié à Louis XIV ==> Le code noir. ==> https://fr.wikipedia.org/wiki/Code_noir

Les esclavagistes étaient des gens qui pouvaient se permettre d'acheter des esclaves et les exploiter selon ce fameux code noir.

Mettre tout le monde dans le même bateau serait une grave erreur.

La guerre de sécession n'est rien d'autre que des "Blancs" combattants d'autres "Blancs" pour faire cesser l'esclavagisme. Quoi que ... https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_de_S%C3%A9cession

Après, il est clair qu'au niveau motivation il y avait certainement des intérêts économiques (voir le lien ci-dessus).

Entre 1865 (abolition de l'esclavage aux USA) et Martin Luther King, l'application des lois a mis du temps.
Et je ne parle pas de l'Apartheid en Afrique du Sud. :shock:

Voir également ==> https://fr.wikipedia.org/wiki/Esclavage_aux_%C3%89tats-Unis
L'esclavage aux États-Unis (1619-1865) commence peu après l'installation des premiers colons britanniques en Virginie et se termine avec l'adoption du XIIIe amendement de la Constitution américaine.

Succédant à une forme de servitude temporaire — l’indenture —, un esclavage à fondement racialiste s'institutionnalise progressivement, à un rythme variable selon les colonies, dans la seconde moitié du xviie siècle, sous l’effet de décisions de justice et d'évolutions législatives. Progressivement aboli dans les États du Nord du pays dans les années qui suivent la Révolution américaine, l'esclavage occupe une position centrale dans l'organisation sociale et économique du Sud des États-Unis. Les esclaves sont utilisés comme domestiques et dans le secteur agricole, en particulier dans les plantations de tabac puis de coton, qui s'impose au xixe siècle comme la principale culture d'exportation du pays. Au total, les Treize colonies puis les États-Unis font venir environ 600 000 Africains, soit 5 % du total des esclaves déportés vers les Amériques, jusqu'à l'interdiction de la traite atlantique en 1808. Avant la guerre de Sécession, le recensement américain de 1860 dénombre quatre millions d’esclaves dans le pays. La marge d'autonomie que ces derniers sont parvenus à se ménager à l'intérieur du système d'exploitation dont ils ont été victimes a donné naissance à une culture originale qui emprunte à la fois à leur culture africaine d'origine et à celle de leurs maîtres.

Dans les années 1820, un mouvement anti-esclavagiste, minoritaire mais extrêmement actif, s'organise dans le Nord et, avec lui, un réseau d'aide pour les esclaves fugitifs, le chemin de fer clandestin. L'esclavage devient l'un des enjeux principaux du débat politique du pays. Le compromis de 1850, le Fugitive Slave Act, l'arrêt Scott v. Sandford de la Cour suprême ou les événements du Bleeding Kansas sont autant d'étapes de la polarisation croissante autour de cette question, à l'origine du déclenchement de la guerre de Sécession en 1861. À l'issue de ce conflit, le XIIIe amendement de la Constitution fédérale met fin à l'esclavage en étendant à l'ensemble du territoire américain les effets de la proclamation d'émancipation du 1er janvier 1863, sans toutefois régler la question de l'intégration des Afro-Américains à la communauté nationale, comme en attestent les Black Codes, la clause de grand-père ou le développement du Ku Klux Klan. La reconstruction qui succède à la guerre voit ainsi se constituer un système légal de ségrégation dite raciale dans le Sud du pays.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Esclavage_aux_%C3%89tats-Unis

Cordialement.
avatar
kaboo

Messages : 74
Réputation : 0
Date d'inscription : 06/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  -Ren- le Mer 30 Aoû - 5:56

kaboo a écrit: La guerre de sécession n'est rien d'autre que des "Blancs" combattants d'autres "Blancs" pour faire cesser l'esclavagisme
Je ne suis pas d'accord. Dans cette guerre, l'esclavagisme a été une question à mon sens annexe, le cœur du problème était ailleurs.
Mais de toute façon, le sujet ici n'est pas l'esclavage aux USA mais la période qui a suivi. L'article que j'ai cité plus haut est donc un point de départ pour la période qui nous intéresse, et non l'inverse.

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15178
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  gfalco le Mer 30 Aoû - 15:14

A ce sujet je me permets de citer (voire conseiller) un documentaire : "13th"
https://blogs.mediapart.fr/agnes-kerr/blog/201016/de-l-esclavage-l-incarceration-de-masse
Il y est, entre autres, mentionné l'histoire l'esclavage et de ses liens historiques, politiques et religieux aux US.

Et même si durant la longue période de la traite des esclaves, les esclavagistes (et l'Eglise catholique) ont utilisé des justifications à fond religieux à leurs exactions - débattues depuis longtemps également (Controverse de Valladolid) - le projet esclavagiste dans son ensemble, de ce que l'histoire nous en apprend, semble bien moins reposer sur des questions religieuses que de pouvoir et d'argent.

gfalco

Messages : 135
Réputation : 3
Date d'inscription : 31/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  -Ren- le Mer 30 Aoû - 19:12

gfalco a écrit:les esclavagistes (et l'Eglise catholique) ont utilisé des justifications à fond religieux à leurs exactions - débattues depuis longtemps également (Controverse de Valladolid)
La question "christianisme et esclavagisme" est discutée ici : http://dialogueabraham.forum-pro.fr/t51-les-chretiens-et-l-esclavage
...là, nous sommes à mon sens dans un sujet qui traite davantage des spécificités de "l'américanisme"

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15178
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  gfalco le Jeu 31 Aoû - 0:20

Ren a écrit:La question "christianisme et esclavagisme" est discutée ici : http://dialogueabraham.forum-pro.fr/t51-les-chretiens-et-l-esclavage
...là, nous sommes à mon sens dans un sujet qui traite davantage des spécificités de "l'américanisme"

Oui, ce pourquoi je parlais du documentaire sur l'histoire américaine de l'esclavage, du lynchage (puis de l'incarcération de masse) des noirs aux Etats-Unis "13th".
Il est difficile d'ignorer le lien entre ces "blancs qui lynchaient les noirs au nom de Dieu" et le christianisme dont ces derniers se réclamaient. Et également difficile d'aborder l'histoire des noirs américains et des lynchage sans aborder la question de l'esclavage.


gfalco

Messages : 135
Réputation : 3
Date d'inscription : 31/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  -Ren- le Jeu 31 Aoû - 6:11

gfalco a écrit:Il est difficile d'ignorer le lien entre ces "blancs qui lynchaient les noirs au nom de Dieu" et le christianisme dont ces derniers se réclamaient. Et également difficile d'aborder l'histoire des noirs américains et des lynchage sans aborder la question de l'esclavage.
Toutes ces questions sont évidemment liées, merci donc pour cette proposition de documentaire.
Cependant, vous parliez ensuite de l'Eglise catholique et de Valladolid : ces points sont sans rapport avec le point discuté ici, à savoir la situation dans les Etats Confédérés, où les choses se comprennent en fonction des formes spécifiques des protestantismes américains, et de la certitude nord-américaine d'un "destin exceptionnel"...

PS: pour Valladolid, on en a parlé ici :
http://dialogueabraham.forum-pro.fr/t2398p15-trop-noir-pour-avoir-une-ame
http://dialogueabraham.forum-pro.fr/t2400p30-sd-religions-des-conquerants-et-aborigenes

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15178
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  gfalco le Jeu 31 Aoû - 14:38

Mon intention n'était pas d'en faire un débat, je le citais juste comme exemple pour illustrer le fait que ces questions là (raciales) sont débattues depuis longtemps y compris au sein des institutions chrétiennes, mais peut-être que ce propos était injustifié par rapport au sujet, veuillez excusez le H.S alors.

gfalco

Messages : 135
Réputation : 3
Date d'inscription : 31/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  kaboo le Ven 1 Sep - 1:20

Bonjour Ren.
Ren a écrit:Je ne suis pas d'accord. Dans cette guerre, l'esclavagisme a été une question à mon sens annexe, le cœur du problème était ailleurs.
Mais de toute façon, le sujet ici n'est pas l'esclavage aux USA mais la période qui a suivi. L'article que j'ai cité plus haut est donc un point de départ pour la période qui nous intéresse, et non l'inverse.

Je ne suis pas d'accord avec ton point de vue. Je me trompe peut-être.
On ne peut pas expliquer telle ou telle situation si on ne tient pas compte des racines.
Les lynchages sont liés essentiellement au KKK et à ses ancêtres (idéologies).

Dès l'instant ou le motif est le racisme, on ne peut pas faire d'amalgame avec la religion.

Il s'agit de groupes ayant été influencés. Certains de leurs membres sont très haut placés.

Etats-Unis d’Amérique Quand le Ku Klux Klan renaît lentement de ses cendres.

Né dans les cendres de la combustion lente du Sud après la guerre civile, le Ku Klux Klan est mort et renaît avant de perdre la lutte contre les droits civils dans les années 1960. Avec une adhésion diminué, un groupe unifié fracturé, et ses membres un temps sont allés en prison pour une série d’attaques meurtrières contre les Noirs. Beaucoup ont supposé le groupe était mort, le fantôme en robe blanche de la haine et de la violence refait surface.

Aujourd’hui, le KKK est encore en vie rêve de se rétablir à ce qu’elle était autrefois: un empire invisible qui étend ses tentacules dans toute la société. Quand il marque ses 150 ans d’existence, le Klan tente de se remodeler pour une nouvelle ère.

Les membres du Klan se réunissent toujours par dizaines sous un ciel étoilé du Sud pour mettre le feu à des croix dans le milieu de la nuit, et des tracts KKK ont été montrés dans les quartiers profonds de le banlieue du sud vers le Nord ces derniers mois.

Dans une série d’entretiens avec l’Associated Press, les dirigeants du Klan ont dit qu’ils estiment que la politique des États-Unis va son chemin, comme un nationaliste, une mentalité « nous-contre-eux » s’approfondit à travers la nation. L’arrêt ou la limitation de l’immigration – le désir du Klan qui remonte aux années 1920 – est plus que jamais une cause. Et les dirigeants disent que les membres ont augmenté au crépuscule du second mandat du président Barack Obama, bien que peu fournirait des chiffres.

Rejoindre le Klan est aussi facile que de remplir un formulaire en ligne – à condition d’être blanc et chrétien. Les membres peuvent visiter un magasin en ligne pour acheter une des marques de robes de coton blanc du Klan pour 145 dollars, avec beaucoup plus de folies sur la version satin à 165 dollars.

Alors que le Ku Klux Klan ait terrorisé les minorités pendant la majeure partie du siècle dernier, ses dirigeants le présentent maintenant comme un front public qui est plus virulente que violente.

Les dirigeants de plusieurs groupes Klan différents ont tous dit qu’ils ont des règles contre la violence en dehors de l’auto-défense, et même les opposants sont d’accord que le KKK s’est lui-même affaibli après qu’une série de membres a écopé  des années de prison après des attaques d’incendies mortels, des coups,  bombardements et  fusillades.

« Le Klan d’aujourd’hui a toujours été impliqué dans les atrocités, il n’y a aucun moyen, il est aussi violent que le Klan des années 60″, a déclaré Mark Potok du Southern Poverty Law Center, un groupe de défense qui permet de suivre l’activité des groupes qu’il juge extrémiste.

Les dirigeants du Klan ont dit à l’AP que la plupart des groupes d’aujourd’hui restent petites et fonctionnent indépendamment, sont tenus à l’écart par des désaccords sur des questions telles s’associer à des néo-nazis, organiser des rassemblements publics ou de porter des robes de marque du KKK dans des couleurs autres que le blanc.

Il est impossible de dire combien de membres du Klan compte aujourd’hui puisque les groupes ne révèlent pas cette information, mais selon les revendications des dirigeants des milliers d’adhérents notés.

La Ligue Anti-Diffamation, le groupe de protection juive qui surveille l’activité du Klan, décrit Loyal chevaliers blancs de Barker comme le groupe le plus actif Klan aujourd’hui, mais estime qu’il n’a pas plus de 200 membres au total. L’ADL met nombre total de membres du Klan national à environ 3.000.

Le SPLC basé Alabama dit qu’il n’y a aucune preuve que le Klan a atteint le retour à la force de son apogée. Il estime le Klan a environ 190 chapitres à l’échelle nationale avec plus de 6000 membres au total, ce qui serait plus que l’ombre de ses 2 millions à 5 millions de membres dans les années 1920.

«L’idée de l’unification du Klan comme il était dans les années 20 est un rêve persistant du Klan, mais il ne se passe », a déclaré Potok.

En Avril, les membres du Klan et d’autres suprématistes blancs ont organisé deux rassemblements sur le même chaud samedi en Géorgie,  tenant des torches enflammées réunis dans un grand cercle dans un champ au nord-ouest de Géorgie mettant une croix et une croix gammée nazie en feu.
http://www.lactuacho.com/etats-unis-damerique-quand-le-ku-klux-klan-renait-lentement-de-ses-cendres/

A noter qu'ils brûlent des croix Chrétiennes et des croix gammés cote à cote.

Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu.
Non, il se prenaient pour une race supérieure.

Cordialement.
avatar
kaboo

Messages : 74
Réputation : 0
Date d'inscription : 06/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  -Ren- le Ven 1 Sep - 4:20

kaboo a écrit:On ne peut pas expliquer telle ou telle situation si on ne tient pas compte des racines.
Parfaitement d'accord sur ce point.
Mais ce sujet portant sur ce qui s'est passé après l'abolition, dans une région du monde bien précise, il faut savoir faire le tri pour ne pas trop se perdre non-plus !

kaboo a écrit:Dès l'instant ou le motif est le racisme, on ne peut pas faire d'amalgame avec la religion.
"Faire l'amalgame" serait dire par exemple "Faut-il rappeler (...) les crimes de l’Eglise occidentale, les massacres, (...) l’esclavage perpétrés au nom de la foi chrétienne ?" ( https://blogrenblog.wordpress.com/2008/08/18/perversite-de-la-chretiente/ )
Mais étudier la façon dont le discours religieux -ici, chrétien- est convoqué pour appuyer un phénomène, c'est autre chose.

kaboo a écrit:
Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu.
Non, il se prenaient pour une race supérieure.
L'un n'exclut malheureusement pas l'autre.

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15178
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  gfalco le Ven 1 Sep - 13:14

L'histoire du film "Birth of a Nation" est à ce sujet assez éloquente. Le film, dans lequel l'image du KKK est parfaitement positive et celle des noirs parfaitement bestiale (cannibales, violeurs, etc.). Il y eut même une projection privée à la maison blanche pour Woodrow Wilson. Une femme blanche préfère même s'y jeter d'une falaise plutôt que d'avoir affaire à un homme noir.
Le film, sorti en 1915 fût le plus gros succès du cinéma américain pendant 10ans.
Les gens du KKK n'avaient pas pour habitude de mettre leurs croix en feu, et c'est le cinéaste Griffith qui pour des raisons cinématographiques a voulu enflammer les croix, les spectateurs du KKK ayant tellement apprécié l'image qu'ils se sont mis à le faire par la suite. C'est la réalité qui rattrape alors la fiction.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Naissance_d%27une_nation

gfalco

Messages : 135
Réputation : 3
Date d'inscription : 31/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  -Ren- le Sam 2 Sep - 7:59

gfalco a écrit:Les gens du KKK n'avaient pas pour habitude de mettre leurs croix en feu, et c'est le cinéaste Griffith qui pour des raisons cinématographiques a voulu enflammer les croix
Merci, je ne connaissais pas ce point :jap:

L'affiche est déjà révélatrice :

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15178
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  -Ren- le Sam 2 Sep - 13:21

Des éléments de réflexion ici :
(...) En présentant les soldats confédérés comme les soldats de Dieu, moralement supérieurs à leurs ennemis, les propagandistes sudistes réussirent à écrire le récit d'un Sud héroïque et vertueux mais opprimé (...)

L'idéologie de la "Cause perdue", toujours sensible de nos jours, est une construction mémorielle forgée dans la défaite (...)

Qu'il fut religieux ou profane, le discours qui alimenta la mythologie de la "Cause Perdue" se construisit sur un certain nombre d'identifications bibliques récurrentes à fonction justificative. Malgré la défaite, le parallèle avec Israël et le peuple élu perdura, que ce fût directement ou à travers la figure de Moïse ou encore "l'Arche d'alliance sudiste" (...) Job XIII, 15 ("Voici, qu'il me tue, je continuerai d'espérer en lui") devint l'un des versets les plus fréquemment cités. Le livre de Daniel faisait état d'une guerre entre un royaume du Nord et un royaume du Sud (...) Enfin, l'image récurrente du "baptême dans le sans" pour signifier le sacrifice rédempteur, était l'une des clés associant le Sud au Christ et à sa passion (...)
https://books.google.fr/books?id=eA8IBAAAQBAJ&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q&f=false

Article wiki sur le mouvement "Cause Perdue" : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cause_perdue_des_%C3%89tats_conf%C3%A9d%C3%A9r%C3%A9s_d%27Am%C3%A9rique
Traduction du livre d'Edward Pollard : https://archive.org/details/lacauseperduehis00poll

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15178
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  kaboo le Ven 8 Sep - 2:46

Bonjour Ren et à tous. :)

Ren a écrit:Parfaitement d'accord sur ce point.
Mais ce sujet portant sur ce qui s'est passé après l'abolition, dans une région du monde bien précise, il faut savoir faire le tri pour ne pas trop se perdre non-plus !

Ce qui se passe depuis l'origine de l'humanité est toujours d'actualité.
Les hommes se servent de tous les moyens mis à leur disposition pour justifier leurs actes.

Si on veut effectivement rester dans le sujet, on peut citer les propos du président Barack Obama puisqu'il est à l'origine de ce débat.
Barack Obama a écrit:«Avant de monter sur nos grands chevaux et de penser que le phénomène est l’apanage d’un lieu différent du nôtre, souvenons-nous que pendant les croisades et l’Inquisition, les gens ont commis des actes atroces au nom du Christ. Dans notre patrie, l’esclavage et les lois [ségrégationnistes] Jim Crow ont trop souvent été justifiés au nom du Christ (...) Par conséquent, cela n’est pas l’apanage d’un seul groupe ou d’une seule religion. Il existe une tendance en nous, une tendance immorale qui peut pervertir et déformer notre foi.»

Il dit en gros que nos convictions/perversions peuvent prendre le dessus sur notre foi.
Pire encore, je me trompe peut-être, nous pouvons justifier nos actes en travestissant notre foi.
Mais ce ne sont là que des paroles en l'air.

La réalité est que ces gens là sont profondément racistes.

Les Musulmans intégristes appartenant aux groupes daesh, GIA ou autres , quant à eux, sont profondément opportunistes.
Le terrorisme est un tremplin pour accéder aux hautes sphères dans une région déstabilisées.

Donc, non. Je ne fais pas d'amalgame.

D'un coté, on a des racistes hauts placés estampillés KKK.
De l'autre des opportunistes prétendants au "Trône" estampillés DAESH.

Le KKK ne souhaite pas le départ des noirs/blacks/nègres. Il a besoin d'esclaves pour le servir.
Les intégristes quant à eux souhaitent un califat 100 % Mouslem. La couleur de peau et les origines ne leur posent pas de problème.

Comment pouvons-nous dans ces conditions comparer les djihadistes et le KKK ???

Que dire de Cassius Clay (Mohamed Ali) et de Malcolm X ???

Ce sujet, à mon sens, est donc bien plus complexe qu'il n"y paraît.

Cordialement. :jap:


Dernière édition par kaboo le Ven 8 Sep - 13:32, édité 2 fois
avatar
kaboo

Messages : 74
Réputation : 0
Date d'inscription : 06/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  -Ren- le Ven 8 Sep - 4:40

kaboo a écrit: Comment pouvons-nous dans ces conditions comparer les djihadistes et le KKK ???
La question n'est pas à mon sens "pouvons-nous comparer" mais "qu'est-ce qui est comparable". La comparaison est toujours un exercice dangereux, car rien n'est jamais totalement comparable. Cependant, c'est un exercice utile à condition de savoir cibler précisément ce qu'on étudie, afin d'en évaluer la pertinence.
Le discours d'Obama ? Baratin de politicien, comparaison grossière : pour moi, aucun intérêt, et je ne m'y serais pas attardé.
Par contre, la question soulevée dans l'article évoquant ce discours, là, ça peut être nettement plus intéressant.

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15178
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  dan26 le Ven 8 Sep - 14:03

-Ren- a écrit:
kaboo a écrit: Comment pouvons-nous dans ces conditions comparer les djihadistes et le KKK ???
La question n'est pas à mon sens "pouvons-nous comparer" mais "qu'est-ce qui est comparable". La comparaison est toujours un exercice dangereux, car rien n'est jamais totalement comparable. Cependant, c'est un exercice utile à condition de savoir cibler précisément ce qu'on étudie, afin d'en évaluer la pertinence.
Le discours d'Obama ? Baratin de politicien, comparaison grossière : pour moi, aucun intérêt, et je ne m'y serais pas attardé.
Par contre, la question soulevée dans l'article évoquant ce discours, là, ça peut être nettement plus intéressant.
Et quand les arabes musulmans intégristes font le Djihad assassinent les blancs se sentent ils aussi les soldats de dieu !!!?
Ce sujet montre bien que les religions ont été à l'origine d'atrocités dans tous les domaines, et dans toutes les religions
et ça continue encore de nos jours !!!
amicalement

dan26

Messages : 350
Réputation : 2
Date d'inscription : 21/08/2017
Age : 70
Localisation : sud de la France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  Idriss le Ven 8 Sep - 16:31

dan26 a écrit:
Et quand les arabes  musulmans  intégristes  font le Djihad assassinent  les blancs se sentent ils aussi  les soldats de dieu !!!?
Ce sujet montre bien   que les religions ont été à l'origine   d'atrocités  dans tous les domaines, et dans toutes les religions
et ça continue encore de nos jours !!!
amicalement


Pas tout à fait à mon sens d'un point de vu rationnel et objectif ...Une corrélation n'entraine pas de facto une relation de cause à effet...

Les Nazi ne se sentait pas proprement : "soldats de Dieu" , le sentiment d’appartenance à une race supérieur est le moteur de leurs exactions et atrocités...
Hutous et Tootsi se sont massacré alors qu'ils sont de la même "race" , de la même "religion" ...

La présence ou non d'une dimension religieuse dans un groupe social humain ne semble pas être un critére pertinent pour prédire un comportement violent à l'égard d'un autre groupe ...Plus prosaïquement les sans religions n'ont pas démontré leur supériorité sur les avec...
Quand des groupes humains sont dans certaines conditions, il sembleraient qu'ils instrumentalisent ce qu'ils ont sous la main pour se "mettre sur la figure" : ici la religion, là la race , la l’ethnie...A la limite les facteur économiques sont plus universels pour trouver une relation de cause à effet .. les phénomènes de lutte de classe expliquent bien mieux les raisons profondes à l'origine des conflits...Mais il est devenu "taboo" de faire référence à la lutte de classe .

Pour revenir au sujet .
Il y a l'idée que l'islam de par sa structure et son contenu serait prédisposé glissé vers une instrumentalisation type : "soldats de Dieu'
Le christianisme lui au contraire ne s'y prêterait pas ...L'histoire montre le contraire.
Il y a aussi l'idée très répandu que le monothéisme serait un facteur prédisposant au fondamentalisme et ses manifestations violentes..
Les bouddhistes, religion non théiste, ne sont pas non plus vaccinés contrairement à ce que l'opinion commune a tendance à croire ...



avatar
Idriss

Messages : 3591
Réputation : 30
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  dan26 le Ven 8 Sep - 16:41

[quote]
Idriss a écrit:
Les Nazi ne se sentait pas proprement : "soldats de Dieu" , le sentiment d’appartenance à une race supérieur est le moteur de leurs exactions et atrocités...
Ils ne se sont pas baptus au nom de dieu !!

Hutous et Tootsi se sont  massacré alors qu'ils sont de la même "race" , de la même "religion" ...  
Si ce n'est de mémoire que la religion déterminait certains droits et position dans la société

La présence ou non d'une dimension religieuse dans un groupe social humain ne semble pas être  un critére pertinent pour prédire un comportement violent à l'égard  d'un autre groupe ...Plus prosaïquement les sans religions n'ont pas démontré leur supériorité sur les avec...
Mais cela a été un critère comme les croisade et toutes les guerres de religions . Cela ne veut pas dire que touts les guerres ont été de religion, mais qeu els religions ont été à l'origine de nombreuses guerres, et exactions .


Pour revenir au sujet .
Il y a l'idée que l'islam de par sa structure et son contenu serait prédisposé  glissé vers une instrumentalisation type : "soldats de Dieu'
Le christianisme lui au contraire ne s'y prêterait pas ...L'histoire montre le contraire.
Ce ne sont aps les religions la cause actuelle , mais l'intégrisme et le fondamentalisme fanatique, qui se trouve dans toutes les religions


Il y a aussi l'idée très répandu que le monothéisme serait un facteur prédisposant au fondamentalisme et ses manifestations violentes..
tout à fait pourquoi parce que les monothéismes veulent imposer leur dieu respectif. Alors que la palette de dieux des polythéistes par exemple permet le choix .

Les bouddhistes, religion non théiste,  ne sont pas non plus vaccinés contrairement à ce que l'opinion commune a tendance à croire ...
Je ne comprends pas ton mot vaccinés , dans cet échange !!!Certes ils ont eu quelques affrontement mais souvent suite à des agressions musulmanes en Inde par exemple , et au Cachemire , et autres .
Amicalement




dan26

Messages : 350
Réputation : 2
Date d'inscription : 21/08/2017
Age : 70
Localisation : sud de la France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  -Ren- le Ven 8 Sep - 18:56

:!: Merci d'en rester au sujet initial :!:

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15178
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum