Dialogue-Abraham
L'équipe de "Dialogue Abraham" vous souhaite la bienvenue !

Ce forum recherche avant tout une atmosphère cordiale et respectueuse, chacun s'efforçant d'écouter l'autre avec la même bienveillance qui doit accueillir son propre témoignage.

Nous travaillons à nous comprendre mutuellement en vérité, et non à entretenir des conflits.

Nous ne sommes pas parfaits, mais pensons qu'il est possible d'avoir des échanges de qualité sur les sujets religieux.

Puissiez-vous, vous qui venez ici, contribuer à cet effort
Dialogue-Abraham
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-54%
Le deal à ne pas rater :
4ème maillot Jordan x Paris Saint-Germain 2019/20 Stadium Fourth
41 € 90 €
Voir le deal

Pie XII, un pape décrié à tort ?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 2 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  -Ren- le Jeu 9 Mai - 7:39

tonio a écrit:Mario : Les nazis étaient certes hostiles à la religion juive, comme au christianisme (logique puisque fondé par des juifs et reprenant l'AT, de plus la composante de religion d'amour et d'universalisme heurtait de front le nazisme)
Les réactions à ce messages sont désormais sur http://dialogueabraham.forum-pro.fr/t390p30-hitler-et-le-nazisme#38987
Merci de votre compréhension :jap:

-Ren-

Messages : 16637
Date d'inscription : 10/02/2011

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 2 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  -Ren- le Ven 20 Sep - 7:19

Dans une exposition qui se tient actuellement à Jérusalem, le Yad Vashem (Musée de l’Holocauste) revient sur le thème des rapports entre le Vatican et la Shoah. Confirmant la conclusion du débat historiographique récente, qui a conduit en 2012 à une nouvelle formulation d’un panneau controversé consacré à Pie XII – le Musée de la Shoah affirme catégoriquement que le Vatican avait connaissance du fait que couvents et monastères ouvrirent leurs portes aux juifs (...)

Intitulée « Sous les ailes de l’Eglise », cette partie de l’exposition, tout en insistant clairement sur le point de vue de l’historiographie juive, tient compte des objections soulevées par les controverses sur le panneau consacré à Pie XII. «Le comportement des chrétiens durant l’Holocauste continue de représenter un défi pour le monde chrétien y compris au XXIe siècle - lit-on dans l’introduction de la version on line -. Face à l’extermination des juifs, de nombreux chefs des Eglises et prêtres ont gardé le silence, et certains même ont collaboré. Quelques-uns – de toutes les confessions chrétiennes - ont mis en danger leur vie pour sauver des juifs et se sont élevés publiquement contre leur extermination»

Sur la question du rapport entre préjugés anti-juifs et antisémitisme nazi, l’exposition soutientque «même si l’antisémitisme raciste des nazis a été un phénomène différent de l’antijudaïsme chrétien traditionnel, toujours est-il qu’il se fondait sur des préjugés existants»

Enfin, concernant l’attitude spécifique de l’Eglise catholique il est dit que «l’absence d’une prise de position sans équivoque de la part du Vatican a laissé aux responsables des institutions catholiques la décision d’entreprendre le sauvetage des juifs. Certains supérieurs de couvents et monastères –poursuit le texte- ouvrirent leurs portes aux fugitifs juifs et parfois le Vatican en était informé. Dans certains cas, les évêques et autres leader catholiques ont demandé à leur clergé et aux fidèles d’aider les juifs» (...)
http://www.aleteia.org/fr/artsculture/actualites/pie-xii-leglise-et-les-juifs-le-yad-vashem-revise-son-jugement-5890878358945792

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
-Ren-
-Ren-

Messages : 16637
Réputation : 29
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 42
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 2 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  Spin le Lun 30 Sep - 16:03

-Ren- a écrit:
Sur la question du rapport entre préjugés anti-juifs et antisémitisme nazi, l’exposition soutientque  «même si l’antisémitisme raciste des nazis a été un phénomène différent de l’antijudaïsme chrétien traditionnel, toujours est-il qu’il se fondait sur des préjugés existants»
http://www.aleteia.org/fr/artsculture/actualites/pie-xii-leglise-et-les-juifs-le-yad-vashem-revise-son-jugement-5890878358945792
Bien que les principaux dirigeants nazis (Hitler, Goering, Goebbels, Himmler) aient été catholiques d'origine, les écrits tardifs contre les juifs de Luther (expurgés parait-il dans les éditions récentes) ont pesé plus lourd que le traditionnel mépris catho.
 
Il faut dire que c'était gratiné :
Luther a écrit:"Nous sommes coupables de ne pas les tuer. Bien au contraire, nous les laissons vivre en liberté parmi nous, en dépit de tous leurs meurtres, leurs malédictions, leurs blasphèmes, leurs mensonges et leurs diffamations (…) Qu’on incendie leurs synagogues, et ce qui échapperait à l’incendie, il faudrait le couvrir de sable et de boue, de sorte que personne ne puisse plus en apercevoir une tuile, une pierre..." (cité par Léon Poliakov, Histoire de l'antisémitisme, tome 1).
 
NB Luther avait commencé par être favorable aux juifs, reprochant à la Papauté son mépris pour eux... mais il espérait les convertir et il n'y est pas arrivé.
 
à+
Spin
Spin

Messages : 2199
Réputation : 1
Date d'inscription : 07/05/2013
Age : 68
Localisation : sur le Rhône

http://pagesperso-orange.fr/daruc/

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 2 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  -Ren- le Lun 30 Sep - 16:59

Spin a écrit:les écrits tardifs contre les juifs de Luther (expurgés parait-il dans les éditions récentes) ont pesé plus lourd que le traditionnel mépris catho
On en a d'ailleurs parlé ici : http://dialogueabraham.forum-pro.fr/t355-serpents-race-de-viperes-et-autres-noms-d-animaux#8629

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
-Ren-
-Ren-

Messages : 16637
Réputation : 29
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 42
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 2 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  Jans le Sam 1 Juin - 17:23

Après la guerre, tous les juifs qui avaient vécu de près les événements célébraient avec admiration la politique d’action secrète du Pape en faveur des Juifs.
Ce n’est qu’en 1963, que la pièce de théâtre "Le Vicaire", écrite par 2 communistes avec l’aide et des documents du KGB pour nuire à l’Eglise, fait naitre une légende sur Pie XII, dépeint comme indifférent voire hostile à la cause des Juifs.
Un ex-agent roumain travaillant pour l'URSS a affirmé avoir aidé à fournir des documents anti-Pie XII à Rolf Hochhuth pour sa pièce "le VICAIRE".  D'où l'utilisation de l'expression " le Vicaire : un montage". Pour l'avoir étudiée en allemand avec mes étudiants, j'ai relevé des dizaines d'articles contre Hochhuth dont les auteurs (catholiques ou non) n'avaient manifestement pas lu la pièce. Il est vrai qu'elle est longue, que le début est touffu et de peu d'intérêt ; mais on ne peut nier plusieurs éléments d'importance :

1) La pièce ne contient aucun élément plus ou moins extraordinaire censé desservir le Pape Pie XII ; quels documents ont donc pu être fournis ?
2) Rolf Hochhuth prend dans l'Histoire :
a) l'attitude neutre de Pie XII craignant pour les catholiques allemands ; dans la pièce, il est surtout préoccupé de déclarer "Marie Reine du Ciel et de la terre" ;
b) la vie de Kurt Gerstein, un Allemand ayant voulu entrer dans les SS pour en découvrir les crimes ; il essaya effectivement d'alerter le Vatican sur le gazage en masse des Juifs dans les camps (il était chargé dans les SS en tant que chimiste de procurer le Zyklon B, l'acide prussique agent de mort) ; incarcéré à la prison du Cherche-Midi (il était lieutenant SS), il se pendit.
c) la vie du Père Maximilian Kolbe, Jésuite qui se sacrifia le 14 août 1941 en prenant la place d'un détenu polonais condamné à la mort à Auschwitz.

Que Hochhuth ait été communiste ou non, rien n'en transparaît dans la pièce, qui a un grand intérêt et est très émouvante à la fin.
Le "montage" est en fait un tir de barrage d'ultras pour préserver le Vatican de toute critique. On met en avant l'encyclique de mars 1937 "mit brennender Sorge" (avec un brûlant souci) pour exalter l'esprit anti-nazi de Pie XI ; hélas, cette encyclique est tellement diplomatique que le nom de "juif" n'est même pas prononcé et n'a gêné personne (évidemment je l'ai lue en allemand).. et on  oublie la signature du concordat de juillet 1933 avec Hitler, alors que depuis avril 33 les juifs étaient ouvertement l'objet de persécutions... Que contient le concordat ? l'assurance que le clergé ne se mêlera pas de politique et qu'ils auront le droit d'exercer leur charge ! pas plus !

Pie XI et XII ont fait de leur mieux.. avec un esprit très, très anti-communiste, d'où moins de rigueur pour le nazisme qui en était l'adversaire.
Jans
Jans

Messages : 1629
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 64
Localisation : IdF

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 2 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  -Ren- le Sam 23 Mai - 9:24

Le 2 mars dernier, le Vatican ouvrait les archives très attendues du pontificat de Pie XII (1939-1958) avant de fermer ses portes cinq jours plus tard, en raison de la pandémie. L’historienne Nina Valbousquet, qui s’intéresse actuellement aux relations diplomatiques entre le Vatican et les organisations juives pendant cette période, s’y trouvait : elle revient sur le temps suspendu de cette étrange semaine (...)

Me voici bientôt en salle de consultation à ouvrir la toute première boîte issue de ce fonds. D’un lourd carton intitulé « Guerre », j’extrais le dossier qui m’occupera toute la semaine et au-delà : « Juifs, 1940-1944 » (...) Par où commencer : début, fin, milieu ? Dans l’ordre archivistique, selon le montage interne du dossier ? Ou selon ma propre logique d’historienne, résultant de critères établis a priori (par périodes, thèmes et acteurs) ? Procéder méthodiquement, ou bien laisser le regard se poser spontanément, cédant un peu à l’émotion de l’exhumation ? En réalité, c’est un peu tout cela à la fois (...)

Les relations intriquées entre enjeux mémoriels et historiographie polarisée renforcent une concentration sur le genre biographique et l’histoire évènementielle. Cette réduction du cadre historique à la seule figure pontificale a souvent pour corollaire médiatique une mise en scène de la recherche en archives comme véritable chasse au trésor. Ainsi, l’énigme de l’attitude de Pie XII durant la Shoah serait résolue par la découverte d’un document unique, le document, la preuve absolue et univoque, servant soit au procès de canonisation, soit au tribunal d’inquisition (...)

Masquant le travail même d’écriture de l’histoire, une telle approche aplatit également ce qui est pourtant crucial pour comprendre l’attitude de l’Église durant cette période : l’ambivalence et l’ambiguïté. Pour retrouver ces nuances et contradictions, ce sfumato du passé proche, il faut au contraire accepter et embrasser l’équivocité et l’opacité de l’archive. Derrière l’attrait du sensationnalisme historico-médiatique, la réalité du travail en archives est bien différente, ne serait-ce qu’à deux niveaux : d’une part, le temps de la recherche est long et lent, la tâche est ample et collective ; d’autre part, l’intérêt de ces fonds documentaires immenses réside moins dans le dévoilement d’une improbable révélation que dans la diversité des acteurs et le jeu d’échelles qu’ils permettent d’appréhender comme autant d’objets historiques.

Ces deux derniers aspects émergent plus clairement à mesure que je dépouille l’épais dossier de la nonciature de France sur les persécutions antisémites durant la guerre. Je m’intéresse en particulier aux réactions catholiques face aux rafles et déportations des Juifs au cours de l’été 1942. Les archives laissent transparaitre des décalages certains entre les différents niveaux de la hiérarchie, loin d’offrir une réponse monolithique et compacte aux évènements tragiques. Notant la forte impression faite sur la population par la « brutalité » de la rafle du Vel d’Hiv, la nonciature (déplacée de Paris à Vichy) déplore la réaction trop tiède de l’Assemblée des Cardinaux et Archevêques de France ; le message de l’assemblée transmis au maréchal Pétain est ainsi qualifié par la nonciature de protestation bien « platonique » (dans une lettre au Secrétaire d’État du 31 juillet 1942).

Quelques dignitaires de l’Église de France font cependant exception par leur condamnation publique et explicite des déportations, à l’image de la lettre pastorale du cardinal Saliège, archevêque de Toulouse, du 23 août 1942. Ces protestations et leur impact sur les politiques antisémites de Vichy sont bien connus de l’historiographie. Les archives du Vatican permettent de les situer davantage dans un paysage ecclésiastique tout en contrastes et un monde catholique travaillé de l’intérieur par la question du silence et de la prise de position publique.

La consultation du dossier offre sur ce thème délicat un éventail de sources et de points de vue reflétant des conceptions souvent dissemblables du « silence ». Je m’attarde sur deux exemples singuliers et diamétralement opposés.
Spoiler:
Le premier est un rapport du 2 septembre 1942, élaboré pour la nonciature, au sujet de l’opinion publique dans la zone Sud face aux déportations. Selon ce document, le silence de l’Église en France et du Saint-Siège ne passe pas inaperçu : « J’ai trouvé chez des prêtres séculiers, religieux de plusieurs ordres, religieuses, civils de toute confession et nationalité, fonctionnaires même, un étonnement et presque un scandale de voir la hiérarchie – et même Rome – rester silencieuse, à l’exception des évêques de Toulouse et de Montauban ».

Le scandale semble partagé par l’auteur de ces mots, une impression de réprobation qui m’apparait d’autant plus cohérente en découvrant qu’il s’agit du père jésuite Roger Braun, aumônier général adjoint des camps de Gurs et Rivesaltes. Engagé dans l’aide aux détenus juifs, dont il essaie d’empêcher la déportation (en particulier des enfants), le père Braun sera le premier Français reconnu comme « Juste parmi les nations » par Yad Vashem en 1972.

Dans ce carton d’archives, le rapport de Braun, transmis au Saint-Siège par le nonce, côtoie une lettre anonyme, elle aussi jointe au courrier de la nonciature destiné à Rome, formant un cas d’appropriation divergente du concept de « silence ». Signée « un curé de la campagne marseillaise », cette lettre est adressée à Pierre Laval, chef du gouvernement de Vichy. Restant anonyme, l’auteur a cependant jugé bon d’envoyer une copie de sa lettre au nonce, le 23 septembre 1942. S’il pourrait s’agir d’une instrumentalisation ou d’une provocation politique, les indices de culture liturgique parsemés dans la lettre attestent du statut clérical plausible de l’auteur. Le principal objectif du courrier anonyme est de dénoncer la lettre pastorale de l’évêque de Marseille, Mgr Delay, lue en chaire, le 6 septembre 1942, qui dans la continuité de celle de Saliège attirait l’attention des fidèles sur l’injustice inhumaine des persécutions antijuives. Louant la politique antisémite de Laval, la lettre anonyme vilipende la protestation de Mgr Delay : « Communiqué lamentable s’il en fut, qui présente comme ‘criminelle’ l’œuvre de salubrité publique que vous avez entreprise pour enrayer les méfaits de cette race qui porte le désastre et la ruine partout où elle domine ; communiqué qui n’aboutira qu’à être un ferment de division entre catholiques, alors que l’union des Français est si nécessaire ».

Et l’auteur s’empresse d’ajouter : « Cette seule pensée eut dû imposer au moins le silence sur un pareil sujet ». Il s’agit donc d’un renversement complet des valeurs défendues par le rapport de Braun : ici le scandale provient de la protestation et non pas du silence, lequel est érigé en conduite morale. Ramassis de préjugés antisémites anciens et modernes, cette lettre de délation révèle aussi une fonction opportuniste de règlement de comptes personnel contre l’évêque local : « Il est de bon ton dans l’entourage de Mgr Delay d’être gaulliste et par conséquent pour les juifs. [Delay] est bien un spécimen de ces ‘fils à papa’ qui étaient la note de la mentalité du régime qui fit notre malheur ».

Aussi opposés soient-ils, ces deux documents constituent des cas à la fois singuliers et notables qui permettent d’interroger la plasticité de la notion de silence. Loin d’être réservée à une seule interrogation autour de l’attitude pontificale, la question se décline donc de manière fractale, à plusieurs échelles (...)

Sur les silences de l’Église et ses déclinaisons, Giovanni Miccoli publiait en 2000 un ouvrage encore pionnier aujourd’hui[1]. Mais à la question des silences, l’historien de Trieste adjoignait également celle des « dilemmes » de la hiérarchie ecclésiale dans un contexte de crise, des années 1930 au conflit mondial : dilemmes en termes politiques, diplomatiques, humanitaires et théologiques. La complexité de ces choix et des motivations qui les sous-tendent se dessine en filigrane d’un nouveau fonds documentaire qui m’occupe tout au long de cette semaine d’ouverture, cette fois-ci aux AES, de l’autre côté de la cour du Belvédère (...)
:arrow: la suite sur https://entre-temps.net/louverture-interrompue-des-archives-de-pie-xii-une-enquete-en-suspens/#

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
-Ren-
-Ren-

Messages : 16637
Réputation : 29
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 42
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 2 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  Jans le Sam 23 Mai - 11:12

Je souhaite bien du plaisir à l'historienne ! Du côté du site très catholique aleteia, on ne craint pas de proclamer : "Mit brennender Sorge : l'encyclique qui ébranla le nazisme" !! Rien que ça ! ils ne l'ont pas lue, ce n'est pas possible !  ICI les 53 paragraphes ne contiennent pas une seule fois le mot de juif ni de nazisme, quel talent dans la diplomatie ! Oui, le régime nazi est critiqué sans être jamais nommé directement, mais rien qui appelle à une résistance quelconque... ce qui est logique : en juillet 33, Pie XI (qui a rédigé l'encyclique avec l'aide du futur Pie XII, lequel avait vécu longtemps en Allemagne) a signé  un concordat avec Hitler, lequel indique implicitement l'obéissance due par les clercs à l'Etat nazi, alors que dès avril 33 les juifs étaient ouvertement persécutés.

Oui, Pie XII a une une action très importante et bénéfique pour les Juifs de Rome, il ne faut pas l'oublier. Mais aussi, oui, Kurt Gerstein, qui s'était engagé dans les SS pour voir leurs crimes et procurait le gaz mortel aux camps d'extermination a bien averti le Vatican e la réalité de la Shoah, c'est un fait. Et non, la pièce "Le Vicaire" (Der Stellvertreter) de Rolf Hochhuth, qui explique cela, n'est pas un montage communiste. Cela a été affirmé mais jamais prouvé, et rien dans la pièce ne va dans ce sens. Des nuances, toujours des nuances !
Jans
Jans

Messages : 1629
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 64
Localisation : IdF

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 2 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  Spin le Sam 23 Mai - 11:40

Jans a écrit:Oui, le régime nazi est critiqué sans être jamais nommé directement, mais rien qui appelle à une résistance quelconque...
Je n'ai pas d'idée bien arrêtée sur le sujet (sinon que Pie XII a suivi la ligne de ses prédécesseurs depuis Innocent III, protéger les juifs mais sans en faire une priorité). Je me pose une question : est-ce que le Vatican, disons depuis qu'il a accepté le fait accompli de régimes laïques (bien sûr, si on remonte aux Croisades...), a jamais appelé explicitement à la résistance contre un régime, fût ce le communisme (ou par exemple les régimes hyper-anticléricaux d'Obregón et Calles au Mexique, contre lesquels il y a eu insurrection catholique armée) ?
Spin
Spin

Messages : 2199
Réputation : 1
Date d'inscription : 07/05/2013
Age : 68
Localisation : sur le Rhône

http://pagesperso-orange.fr/daruc/

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 2 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  Jans le Sam 23 Mai - 12:00

Il est clair que le Vatican a soutenu Franco dans sa lutte contre les Républicains... lesquels, certes, ont fusillé des prêtres. Mais on peut se rappeler aussi que Bernanos, catholique, a fermement condamné les exactions franquistes (Les grands cimetières sous la lune).

Les relations du Vatican avec l'Etat hitlérien sont obscurcies du fait de la méconnaissance des critiques de la réalité du IIIè Reich. Quand je lis ici ou ailleurs qu'Hitler était une sorte de chrétien, je reste médusé. Qui a lu le concordat de juillet 33 ? déjà, si on ne connaît pas l'allemand, il faut le trouver dans d'autres langues, puis le lire attentivement : la seule concession des Nazis est que le clergé catholique pourra exercer son ministère librement : belle conquête, c'était déjà le cas depuis toujours ! Et en fait, par la suite, des prêtres "récalcitrants" ont été envoyés à Dachau (1er camp de concentration ouvert) ; il faut ajouter que, pour ne pas trop braquer le Vatican, le régime appliqué là-bas aux prêtres et séminaristes était légèrement moins rude, tout étant relatif (j'ai eu d'ailleurs confirmation par un prêtre résistant français qui y a passé une année).
Se rappeler aussi que, du fait des protestations de la population allemande, les nazis ont dû arrêter de tuer les malades mentaux et trisomiques.
Jans
Jans

Messages : 1629
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/03/2018
Age : 64
Localisation : IdF

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 2 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  -Ren- le Sam 23 Mai - 13:01

Jans a écrit:Je souhaite bien du plaisir à l'historienne !
Dès qu'elle pourra accéder à nouveau aux archives... En attendant, l'intérêt de son témoignage, c'est aussi à mon sens l'éclairage qu'elle donne sur ce qu'est réellement le travail d'historien, ce que nous sommes bien peu à comprendre dans ce monde avide d'émotions médiatiques.

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
-Ren-
-Ren-

Messages : 16637
Réputation : 29
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 42
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Pie XII, un pape décrié à tort ? - Page 2 Empty Re: Pie XII, un pape décrié à tort ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum