Dialogue-Abraham
L'équipe de "Dialogue Abraham" vous souhaite la bienvenue !

Ce forum recherche avant tout une atmosphère cordiale et respectueuse, chacun s'efforçant d'écouter l'autre avec la même bienveillance qui doit accueillir son propre témoignage.

Nous travaillons à nous comprendre mutuellement en vérité, et non à entretenir des conflits.

Nous ne sommes pas parfaits, mais pensons qu'il est possible d'avoir des échanges de qualité sur les sujets religieux.

Puissiez-vous, vous qui venez ici, contribuer à cet effort

« Spinoza et l’islam : un état des lieux »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

« Spinoza et l’islam : un état des lieux »

Message  gfalco le Mar 18 Aoû - 3:25

Salam,
Je viens partager avec vous un article « Spinoza et l’islam : un état des lieux », écrit par Youcef Djedi (Université de Poitiers, Université de Rennes 2)
http://www.erudit.org/revue/philoso/2010/v37/n2/045184ar.html

Voici le résumé :
Youcef Djedi a écrit:"La place de la pensée islamique médiévale dans la genèse de la philosophie de Spinoza a fait l’objet de très peu de recherches. On avait pourtant compris très tôt, à commencer par Leibniz, les solides attaches de celle-ci avec la pensée judéo-arabe. Cela n’entame pas le moindrement son originalité. Bien au contraire, Hegel en fait la condition de toute entreprise philosophique. Et l’islam, malgré l’évidente antipathie que lui porte Spinoza, pourrait y trouver comme un dialogue avec lui-même."

Et voici le propos qui faisait écho à un de mes échanges avec Idriss sur la question :
Youcef Djedi a écrit:Hegel met également le doigt sur un point corollaire de l’orientalisme dans lequel il place Spinoza : l’acosmisme. Dans la bouche de Hegel ce terme signifie non pas l’identification de Dieu au monde, comme le voudrait le panthéisme « vulgaire », mais au contraire la disparition du monde en Dieu. Ainsi donc, « le fini, l’être du monde n’est rien de véritable, rien qui subsiste pour son compte, c’est Dieu seul qui est tel ». Or cette « conscience de l’Un », cette « unité de l’âme et de l’Un », a donné toute sa pureté et toute sa sublimité chez les auteurs musulmans, comme l’« admirable » Ğalāl ad-Dīn ar-rūmī. Le spinozisme est donc, tout comme cette mystique orientale, un acosmisme, un système du « recueillement » (Andacht), c’est-à-dire de la « direction pure et abstraite, l’élévation au-dessus de tout ce qui est limité et fini ».

Par ailleurs, l'article parle aussi des propos du philosophe à l'égard de l'Islam, qui n'était pas toujours dénués d'animosité.

gfalco

Messages : 108
Réputation : 3
Date d'inscription : 31/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum