Dialogue-Abraham
L'équipe de "Dialogue Abraham" vous souhaite la bienvenue !

Ce forum recherche avant tout une atmosphère cordiale et respectueuse, chacun s'efforçant d'écouter l'autre avec la même bienveillance qui doit accueillir son propre témoignage.

Nous travaillons à nous comprendre mutuellement en vérité, et non à entretenir des conflits.

Nous ne sommes pas parfaits, mais pensons qu'il est possible d'avoir des échanges de qualité sur les sujets religieux.

Puissiez-vous, vous qui venez ici, contribuer à cet effort

Ibn Sina (Avicenne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ibn Sina (Avicenne)

Message  Musashi974 le Sam 4 Juil - 3:03

Avicenne - part I


Avicenne, de son nom complet Abu 'Ali al-Husayn Ibn Abd Allah Ibn Sina, est né au mois d’août 980 à Afshéna, près de Boukhara, à l'est de la Perse. Ibn Sinâ (Avicenne pour les Européens) fut sans nul doute l’un des plus grands génies de toute l’histoire de l’humanité. Son œuvre et ses pensées ont donné au mouvement culturel, scientifique et philosophique du monde musulman un essor important qui l’influença durablement ainsi que le monde entier.

Element Biographique

Avicenne fut envoyé durant sa petite enfance étudier le calcul chez un marchand, al-Natili. Ayant une bonne mémoire, le jeune garçon finit par surpasser son maître en calcul et en mathématiques. Il semble qu'il fut précoce dans son intérêt pour les sciences naturelles et la médecine, qu'à 14 ans, il étudie seul. Il retient de mémoire l'intégralité du Coran. Il étudia à Boukhara, embrassa toutes les sciences, et s'adonna surtout à la médecine.
Cette précocité dans les études se double d'une précocité dans la carrière : à 16 ans déjà, il dirigeait des médecins célèbres.
Tout alors s'enchaîne : ayant guéri le prince samanide de Boukhara, Nuh ibn Mansûr, d’une grave maladie, il est autorisé à consulter la vaste bibliothèque du palais. Son appétit de connaissance aidant, il aurait possédé à 18 ans toutes les sciences connues. Après la mort du prince et celle de son père, qui le contraignent à gagner sa vie, commence sa vie itinérante. Il voyage d'abord dans le Khârezm, entre Boukhara et la mer Caspienne, à Djouzdjan,(ou un puissant protecteur,  lui permet de donner des cours publics. Il commence à composer son œuvre majeure, le Qanûn (ou Canon) de médecine), Ray, et enfin à Hamadan où l'émir bouyide Chams ad-Dawla le choisit comme ministre (vizir)
Il s'impose alors un programme de travail harassant: le jour, il se consacre à la chose publique, la nuit à la science. En plus de vivre deux carrières, il travaille doublement : il mène de front la composition du Shifa et celle du Canon médical ;
victime d'intrigues politiques, Avicenne connaît la prison. Déguisé en derviche, il réussit à s'évader, et s'enfuit à Ispahan. Ces bouleversements n'entament pas sa boulimie de travail.
Il jouissait d'une telle réputation que plusieurs princes de l'Asie l'appelèrent à leur cour : le roi de Perse l'employa à la fois comme vizir et comme médecin.
Il mourut à l’âge de cinquante-sept ans après avoir mené une vie fort agitée et pleine de vicissitudes, épuisé par l'excès de travail.

La langue maternelle d’Avicenne était le persan et son père travaillait à la cour des Sâmânides, une dynastie iranienne qui régnait à l’époque d’Avicenne sur les territoires iraniens, dont l’Afghanistan et l’Ouzbékistan actuels. Avicenne n’est donc ni arabe ni ouzbek ni afghan ni turc ; Avicenne est iranien.

L’ œuvre d’Avicenne

Nous pouvons dire qu'Avicenne fut un des génies les plus extraordinaires et des écrivains les plus féconds de son temps. La pensée d’Avicenne a largement influencé le monde intellectuel médiéval occidental.
Avicenne fut le premier à réunir sous forme encyclopédique tous les problèmes de la philosophie abordés jusqu’à son époque. Il est l’auteur de 450 ouvrages dans différents domaines : la logique, la linguistique, la poésie, la physique, la psychologie, la médecine, la chimie, les mathématiques, la musique, l’astronomie, la morale, l’économie, la métaphysique, la mystique et la théologie, avec une prépondérance des ouvrages consacrés à la philosophie et à la médecine..

Contribution scientifique

  • Medecine

l’ouvrage le plus connu d’Avicenne reste sans doute son Qânoun ou Canon d’Avicenne, une encyclopédie regroupant tous les principes des sciences médicales traditionnelles de son époque, à savoir l’anatomie, la sémiologie médicale, l’ophtalmologie et la pharmacologie, mais aussi la gynécologie, la psychologie.
Le Canon fut célèbre plusieurs siècles dans tout l’Occident. Il était également l’ouvrage de référence des médecins. Il fut traduit en latin dès la fin du XIIe siècle et demeura l’un des livres les plus connus en Europe durant tout le Moyen-âge, au  point d’etre enseigné dans les facultés de médecine occidentales jusqu’à la seconde moitié XVIIe siècle.
Son apport en médecine est immense, fondé sur ses propres observations,mais aussi sur une utilisation rigoureuse de la logique. c'est grâce à l'expérimentation, à laquelle il accordait une place de premier ordre, qu'il parvint à des observations fiables.

Quelques découvertes majeures :
• Il donne la symptomatologie du diabète.
• Il est le premier à décrire correctement l'anatomie de l'œil humain.
• sait faire le diagnostic de l'ulcère de l'estomac.
• découverte du caractère contagieux de la tuberculose,

Avicenne s'intéresse aux moyens de conserver la santé. Il recommande la pratique régulière du sport ou l'hydrothérapie en médecine préventive et curative. Il insiste sur l'importance des relations humaines dans la conservation d'une bonne santé mentale et somatique.
« la médecine est l'art de conserver la santé et éventuellement, de guérir la maladie survenue dans le corps ».
Il excelle dans la description des symptômes, décrivant toutes les maladies répertoriées à l'époque, y compris celles relevant de la psychiatrie.
Aujourd’hui le portrait d’Ibn Sînâ orne le grand hall de la Faculté de Médecine à l’Université de Paris. Jusqu’en 1909 un cours de la médecine d'Avicenne fut donné à Bruxelles


  • Mathématique et musique

Ses découverte et mathématique de questions portant sur les corps infinitésimaux,  permirent à Newton et à Leibniz, au XVIIe siècle, de mettre au point le calcul infinitésimal
En matière de musique, il fut théoricien et considéré comme le fondateur de la science de l’harmonie. Dans le chapitre mathématique de la Division des sciences naturelles et philosophiques, la musique est définie comme la connaissance des consonances, des intervalles, des genres, systèmes, mutations, rythmes, et de la composition.


  • Alchimie

En alchimie, Avicenne ne croit pas à la possibilité de transmuter les métaux, ce qui est une idée originale pour son époque.


  • Physique

Dans le domaine de la physique, Ibn Sina a contribué à l'étude d'un certain nombre de phénomènes naturels tels que le mouvement, la force, le vide, l'infini, la lumière et la chaleur.


  • Géologie

Ibn Sina a contribué, d'autre part, à la géologie par sa thèse sur la constitution des montagnes, des pierres précieuses et des minérau

Oeuvre littéraire et philosophique.

Le savoir est à l’époque extrêmement valorisé socialement : Ibn Sina accède à de hautes charges politiques grâce à ses qualités intellectuelles.
Cet age d’or culturel s'inscrit dans un mouvement général qui vit les philosophes de culture islamique découvrir la culture grecque. Ibn Sina s’y inscrivait en plein : il traduit lui-même des textes, et est à la fois grand médecin et grand philosophe. Dans cette redécouverte de la culture antique, Aristote occupe une place clé. Il fut un des premiers à étudier et à faire connaître Aristote et porta un soin particulier à son étude. Aristote est surnommé « le premier maître » : al-Farabi est le second maître, et Ibn Sina sera le troisième.

Il composa d'après Aristote des traités de logique et de métaphysique, où il se montre souvent penseur original
Ibn Sina est aussi un professeur, avec des élèves qui le suivent un peu partout. Dans ses écrits, il dit que former de nouveaux esprits est le devoir du scientifique : « ainsi, comme médecin, je soignais le corps de mes patients et, comme professeur, je préparais l’âme de mes élèves ».
Fin  lettré, il fut le traducteur des œuvres d’Hippocrate et de Galien.

Oeuvres majeurs :
• Le Livre de la Guérison est une encyclopédie des connaissances philosophiques d’Avicenne.  Il y décrit entre autre la descente de l'Ame dans le Corps, en provenance de la plus Haute Sphère qui est sa demeure [la demeure de l'âme].
• " Kitab al-Najat" (Livre de la délivrance) : c'est un condensé du «Kitab al-Chifaa, mais moins compliqué ;
• "Kitab al-Icharat wal Tanbihat" (Livre des signes et des avertissements) : présente des études en sciences naturelles, en théologie, en soufisme et sur la morale.
• En 1034, le sac d’Hispahan fai disparaîre son monumentale ouvrage,Philosophie orientale (hikmat mashriqiya ) ainsi que le Kitâb al-Insaf (Livre de l’arbitrage équitable ), ouvrage répondant à vingt-huit mille questions (ne subsiste que quelques fragments).
avatar
Musashi974

Messages : 428
Réputation : 5
Date d'inscription : 19/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ibn Sina (Avicenne)

Message  Musashi974 le Sam 4 Juil - 3:04

Avicenne - PART II - La pensée religieuse


Avicenne était proche du chiisme ismaélien, le courant auquel appartenaient son père et son frère ; ainsi son autobiographie rapporte-t-elle leurs efforts pour entraîner son adhésion à la dawat ismaélienne. Toutefois, le couvert que lui apporte les princes de Hamadan et d’Ispahan, chiites duodécimains, laisse à penser qu'il se serait rallié à cette obédience. Aujourd'hui, il serait fortement dénoncé par les wahabbites et les salafistes..

Son appartenance ou non à l'ismaélisme est donc controversée, Cette controverse est moins futile qu'il n'y parait, et reste un débat actuel, portant sur l'influence de cette branche de l'islam. L'ismaélisme comprend d'importantes personnalités, telles que Abu Yaqoub Sejestani (Xe siècle), Abu Hatim al Razi (mort en933), Hamid Kermani (vers 1017), ou Nasir e Khosraw (entre 1072 et 1077) dont le travail a fortement influencé la pensée dans l'Islam. Ainsi, la théorie des Dix Intelligences amorcée chez al-Farabi apparaît chez Hamid Kermani avant qu'Avicenne ne se l'approprie.

Avicennisme oriental

Un autre aspect de sa pensée est resté largement ignoré de la scolastique médiévale pour n’être réellement abordé qu’au XXe siècle, grâce aux divers travaux et traductions réalisés par Amélie-Marie Goichon, Henry Corbin [2] ou Shlomo Pinès.

Ainsi, outre ses nombreux travaux scientifiques et philosophiques, Avicenne est également l’auteur de courts récits mystiques d’une richesse symbolique exceptionnelle, dans lesquels il aurait révélé le but ultime de sa philosophie.  Les concepts s’y transmuent en symbole, et la connaissance spéculative devient présence, celle d’un Guide personnel invitant son sujet à découvrir les secrets de sa propre âme, se confondant avec celui de l’Etre et du mystère de la Création. Dans une série de trois récits intitulés le Récit de Hayy ibn Yaqzân [5], le Récit de l’Oiseauet le Récit de Salâmân et Absâl, nous découvrons un Avicenne en quête de cheminement spirituel et de connaissance de soi et bien loin des préoccupations purement spéculatives de ses traités philosophiques classiques. [6] En d’autres termes, la philosophie avicennienne se prolonge en une mystique dont elle est l’aboutissement ultime.

Prophétologie

Dans Al-Shifâ’, Avicenne décrit la mission du prophète en ces termes : « Le prophète (al-nabi), vient de la part de Dieu Très-Haut et a été envoyé par Lui. […] Tout ce qu’il établit comme loi est seulement ce qu’il faut établir comme loi de la part de Dieu. » [2] Avicenne évoque également les caractéristiques spécifiques du prophète impliquent un comportement irréprochable et en totale adéquation avec le message délivré.

Imâmisme

le Récit de l’Oiseau Développe une Imamologie de l’ "homme parfait" (al-insân al-kâmil), qui sera également développé dans le shi’isme Irfan et par de nombreux soufi, et constitue donc une invitation à connaître son véritable moi et à entreprendre le grand voyage vers l’Orient de l’origine.

Dans le  Kitâb al-Ishârât wa al-Tanbihât (Livre des Directives et des Remarques) [5] que l’on considère souvent comme le dernier ouvrage d’Avicenne, il prend ses distances avec son propre système philosophique tel qu’il l’avait déjà exposé dans Kitâb al-Shifâ’ (Le Livre de la Guérison)  et explique les changements de ses points de vue philosophiques depuis la rédaction du Shifâ’. . Il s’agit surtout de modification concernant le regard qu’il porte sur la gnose et le mysticisme.

Influence religieuse dans le monde musulman

Avicenne a une place centrale dans la philosophie islamique. De plus, la théosophie d’Avicenne confère une richesse profonde à l’ensemble de sa pensée tout en lui conférant une actualité unique, en ce que l’invitation qu’elle formule n’est pas restreinte à une époque historique ou à un lieu particulier. Pendant plusieurs siècles, le Livre des Directives et des Remarques fut une référence importante dans les écoles et les centres théologiques du monde musulman. Aujourd’hui, ce livre est toujours cité dans la liste des références des cours de philosophie médiévale du néoplatonisme. Il a été réédité à plusieurs reprises en Iran et en Egypte.

La théosophie d’Avicenne a été à l’objet d’une attention particulière assez tôt en Iran, et a donné lieu à la rédaction de plusieurs ouvrages et commentaires. Parmi les plus connus, nous pouvons notamment citer le Miftâh al-Shifâ’ (Clé du Shifâ’) de Sayyed Ahmad ’Alawi,.

Sur le Livre des Directives et des Remarques, Il est à noter que Nassireddin Tûsi a écrit, lui aussi, un commentaire sur ce livre d’Avicenne, lequel répond également aux critiques formulées par Fakhr Râzi. Le texte de Fakhr Râzi et celui de Nassireddin Tûsi ont fait l’objet de beaucoup d’études dans le monde musulman, et ont incité les critiques à proposer chacun une troisième voie entre les deux attitudes opposées. La plupart de ces ouvrages datent des VIIe et VIIIe siècles de l’Hégire.

D. Gutas voit, entre le XIIe et le XVIIIe siècle, plusieurs formes d'héritage avicennien : un courant illuminatif représenté, entre autres penseurs, par Suhrawardi, Qutbaddîn al-Shirâzî, Mîr Dâmâd et Mullâ Sadrâ Shîrâzî (de l'école d'Ispahan) ; un courant avicennien principal représenté par ses disciples directs et ses contradicteurs (Bahmaniyâr, Nasîraddîn al-Tûsî, al-Hillî etc..) ; un courant péripatéticien anti-avicennien composé de philosophes andalous (Ibn Bâjjâ), baghdadiens (Abd al-Latîf al-Baghdâdî) ou, plus tardivement, appartenant à l'école ottomane (Shams al-Dîn al-Fanârî) ou indienne (Muhammad al-'Ilmî par exemple).

Les Interprétations ultérieures de la philosophie d'Avicenne peuvent se scinder dans trois écoles différentes;;
- ceux (comme al-Tusi) qui ont continue à appliquer sa philosophie comme un système, et ce sont inspiré de lui pour les progrès scientifiques;
- ceux (comme al-Razi) qui ont  considéré les œuvres théologiques d'Avicenne mais en les isolant de certaine de ses préoccupations philosophiques plus larges;
- ceux (comme al-Ghazali) qui ont utilisé sélectivement des parties de sa philosophie pour soutenir leur propres vues, afin de rejeter la philosophie au profit dune spiritualité vecu travers une variété de moyens mystiques.

C’est l'interprétation théologique défendue par al-Razi, qui a fini par prédominer dans les madrasas

Influence religieuse en occident

Les œuvres d’Avicenne traduites en latin influencent grandement la vie intellectuelle et l’œuvre des penseurs chrétiens au cours du Moyen Age.  On peut noter l’influence directe des pensées philosophiques d’Avicenne chez des grands théologiens du Moyen Age tels que Albert le Grand et St Thomas d’Aquin ; ajoutons l’influence de la philosophie d’Avicenne d’une manière tout à fait différente chez Duns Scot, dont les positions philosophiques sont à l’opposé de celles de St Thomas d’Aquin ;

Les détracteurs d’Avicenne

Les détracteurs d’Avicenne ont fait une lecture critique d’Avicenne. Leur objectif était de rabaisser la portée et la valeur de sa pensée pour diverses raisons : certains cherchaient à se faire une célébrité en prétendant pouvoir la fonder sur les ruines de celle d’Avicenne. D’autres savants ont fondé leur critique sur une mauvaise appréciation de son œuvre, comprenant souvent très mal ses idées. D’autres encore ont frappé Avicenne d’anathème au nom de leur incompatibilité avec la religion et la loi religieuse islamique, et ont condamné ses œuvres qu’ils considéraient comme hérétiques. Les œuvres d’Avicenne ont fait pendant de longs siècles l’objet de controverses et de longues discussions. La quantité et la qualité des débats qu’ont soulevés les œuvres et les idées d’Avicenne témoignent ainsi de l’importance de la place qu’il occupe dans le monde musulman, mais aussi de la liberté d’esprit et du courage d’Avicenne qui semblait ne pas hésiter à traiter les sujets les plus contestés et les plus discutés qui préoccupaient l’esprit des Anciens et de ses contemporains, et plus tard de la postérité. Il est évident qu’un tel esprit ne peut avoir à la fois que de nombreux disciples ou de nombreux détracteurs.

Nadjafqoli Habibi, correcteur des œuvres philosophiques d’Avicenne travailla sur plusieurs petits essais d’Avicenne, dont l’un d’eux est un recueil de réponses d’Avicenne aux critiques que l’on formulait contre lui de son vivant. Ses détracteurs l’accusaient d’hérésie. En effet, Avicenne était accusé de corrompre les dogmes et de contredire les enseignements coraniques. Pour répondre à ces accusations, Avicenne écrivit ce petit essai dont il envoya des exemplaires aux hommes politiques et aux oulémas. Dans ce petit livre, Avicenne rejette ces accusations.

Ce petit ouvrage est extrêmement riche du point de vue littéraire, linguistique et lexical : les images, les métaphores, les figures de rhétorique témoignent d’une rare érudition de la part du grand maître. Mais l’importance méthodique de cet essai est ailleurs : Avicenne s’attarde sur la méthode que ses détracteurs utilisent pour l’accuser d’hérésie et l’isoler. Il procède à l’explication et à l’analyse de leur méthode d’attaque, pour mieux la discréditer.
Critique des théologiens ash’arites
Les théologiens ash’arites comme Abou Hâmid Mohammad Ghazâli (450-505 H.), Abol-Fath Mohammad Shahrestâni (467-548 H.), Fakhreddin Mohammad Ibn ’Omar Râzi (544-606 H.) et Abel Hodjadj Youssef Ibn Mohammad Maklâti (-626 H.) [5] ont critiqué l’œuvre philosophique d’Avicenne au nom de la défense de l’islam et de la théologie ash’arite. En effet, ils frappèrent d’anathème non seulement Avicenne mais tous ceux qui contredirent d’une manière ou d’une autre les idées ash’arites. Les théologiens ash’arites reconnaissaient le statut scientifique d’Avicenne, mais ils s’opposaient vivement à ses pensées philosophiques qu’ils jugeaient contraires à leurs croyances.

Pour Abou Hâmid Ghazâli qui se présentait souvent comme le représentant de l’islam et de l’ensemble des musulmans, l’opposition à la philosophie et aux philosophes était une obligation religieuse. Il a écrit un livre intitulé Tahâfot al-Falâsifa (Destruction des philosophes) entièrement consacré à la condamnation de la philosophie et des philosophes notamment Avicenne. Abou Hamed Ghazâli rejette catégoriquement les avis des philosophes notamment sur des sujets suivants : le problème de l’éternité du monde (azaliyyat wa abadiyyat ’âlam) ; l’unité des attributs (sifât) de Dieu avec Son Essence (zhât) ; l’indissociabilité des attributs de Dieu ; la question de l’essence divine ; la science (’ilm) de Dieu pour les individus et créatures particulières (jo’zi) ; l’impossibilité du surnaturel et de l’extraordinaire ; la négation de l’immortalité de l’âme individuelle ; la négation de la résurrection des corps (ma’âd jismâni). Ghazâli croyait que les avis des philosophes sur la plupart de ces thèmes étaient hérétiques et blasphématoires.

En conclusion nous pourrions dire qu’Avicenne était un philosophe indépendant. Il respectait les opinions des Anciens sans se considérer obligé de les imiter. Contrairement à ce que prétendaient les théologiens ash’arites, Avicenne n’était pas un simple disciple d’Aristote, car s’inspirant de certains concepts aristotéliciens, mais possédant sa propre ontologie, et étais versé dans la mystique; et contrairement à ce que disaient les platoniciens, il ne méprisait pas la philosophie de Platon. En outre, les accusations d’hérésie contre Avicenne semblent injustes, d’autant plus que le grand maître a toujours respecté les grands principes de l’islam et sa loi. Par ailleurs, en ce qui concerne la résurrection des corps, lorsqu’il ne trouva plus d’argument rationnel pour la confirmer, il n’insista pas sur son rejet et se réfèra au Coran et aux hadiths du prophète Mohammad pour accepter cette vérité non pas en tant que philosophe, mais en tant que musulman. Malgré les efforts des détracteurs d’Avicenne pendant de longs siècles, la philosophie avicennienne n’a jamais perdu de son prestige et elle est restée une source d’inspiration pour l’ensemble des philosophes du monde musulman.

Conclusion

Anecdote tiré de la Biographie d’Avicenne.

Lorsque le grand Roi de Perse demanda à Avicenne :
    - Mais alors fils de Sina, a quoi sert ton infini savoir, ton incommensurable science ?
Celui-ci répondit :
    - Excellence… je ne suis qu'un simple médecin. Je peux soulager la douleur, mais c'est  Allah qui gère la vie et la mort.

Belle leçon d’humilité!



Source de mes informations :
http://www.lesclesdumoyenorient.com/Avicenne-Ibn-Sina-980-1037.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Avicenne
http://www.musicologie.org/Biographies/s/ibn_sina.html
http://www.jesuismort.com/biographie_celebrite_chercher/biographie-avicenne-2924.php
http://www.teheran.ir/spip.php?article1071#gsc.tab=0
https://germainbonnel.wordpress.com/2013/03/31/avicenne-980-1037/
http://medarus.org/Medecins/MedecinsTextes/avicenne.html
http://www.lesclesdumoyenorient.com/Avicenne-Ibn-Sina-980-1037.html
http://www.teheran.ir/spip.php?article1069#gsc.tab=0
avatar
Musashi974

Messages : 428
Réputation : 5
Date d'inscription : 19/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ibn Sina (Avicenne)

Message  -Ren- le Sam 4 Juil - 20:34

Dans la foulée de mon travail actuel (pour ma fameuse dissertation ^^ ), j'ai trouvé cet article intéressant : http://www.erudit.org/revue/ltp/1996/v52/n3/401021ar.pdf (ne pas se fier au résumé, très mal écrit)

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 14948
Réputation : 14
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ibn Sina (Avicenne)

Message  Musashi974 le Dim 5 Juil - 2:58

Dans la foulée de mon travail actuel (pour ma fameuse dissertation ^^ ), j'ai trouvé cet article intéressant : http://www.erudit.org/revue/ltp/1996/v52/n3/401021ar.pdf (ne pas se fier au résumé, très mal écrit)

Bonne découverte! J'ai deja lu des articles de Diane Steigerwald, et elle fait un travail de qualité. En plus, ca parle de AL-SHAHRASTÂNÎ, qui, ont le sais aujourdhui, etait de la meme branche religieuse que moi (voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Muhammad_al-Shahrastani ).

Et sinon comment as tu trouvé l'article sur Avicenne ?
avatar
Musashi974

Messages : 428
Réputation : 5
Date d'inscription : 19/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ibn Sina (Avicenne)

Message  -Ren- le Dim 5 Juil - 6:35

Musashi974 a écrit:Et sinon comment as tu trouvé l'article sur Avicenne ?
Pour l'instant, je n'ai pas trouvé le temps de le lire, car j'ai encore beaucoup de travail sur mon sujet Ghazali/Averroès et leurs prolongements en Occident, mais je ne manquerai pas de le lire plus tard ^^

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 14948
Réputation : 14
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ibn Sina (Avicenne)

Message  Idriss le Dim 5 Juil - 14:58

Musashi974 a écrit:
Source de mes informations :
http://www.lesclesdumoyenorient.com/Avicenne-Ibn-Sina-980-1037.html
https://fr.wikipedia.org/wiki/Avicenne
http://www.musicologie.org/Biographies/s/ibn_sina.html
http://www.jesuismort.com/biographie_celebrite_chercher/biographie-avicenne-2924.php
http://www.teheran.ir/spip.php?article1071#gsc.tab=0
https://germainbonnel.wordpress.com/2013/03/31/avicenne-980-1037/
http://medarus.org/Medecins/MedecinsTextes/avicenne.html
http://www.lesclesdumoyenorient.com/Avicenne-Ibn-Sina-980-1037.html
http://www.teheran.ir/spip.php?article1069#gsc.tab=0

Salam Musashi
C'est toi qui a fait cette synthèse? Très belle présentation, très agréable à lire, avec ta petite touche personnel!
Bravo!
avatar
Idriss

Messages : 3498
Réputation : 30
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ibn Sina (Avicenne)

Message  Musashi974 le Lun 6 Juil - 2:21

C'est toi qui a fait cette synthèse? Très belle présentation, très agréable à lire, avec ta petite touche personnel!
Bravo!
Merci idriss :) Ca me fait plaisir. Jai reprit les passages les plus significatifs, de divereses texte que jai lu, pour faire une presentation general, et j'ai essayé de faire ressortir, en particulier dans la seconde partie, l'impacte et l'importance qu'il a eu dans le monde Musulman.

Un personnage, qui, certe, peu etre critiquable sur certain aspect de sa philosophie (apres tout harmonisé la sagesse grec et la révélation coranique, comme ce fut la "mode" a lepoque, nest pas une tache facile), mais qui, par sa liberté intellectuel, sa recherche mystique, son respect de l'islam et de ces principe les plus fondamentaux ainsi que du prophete,  et surtout son incommensurable appétit de savoir, dans des domaines diverse et tres varié, est un exemple a suivre pour les musulmans.
avatar
Musashi974

Messages : 428
Réputation : 5
Date d'inscription : 19/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ibn Sina (Avicenne)

Message  Musashi974 le Ven 17 Juil - 12:08

Lire Ibn Sina durant le Ramadan :
http://www.dailysabah.com/columns/ibrahim-kalin/2015/07/11/reading-ibn-sina-in-ramadan
avatar
Musashi974

Messages : 428
Réputation : 5
Date d'inscription : 19/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ibn Sina (Avicenne)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum