Dialogue-Abraham
L'équipe de "Dialogue Abraham" vous souhaite la bienvenue !

Ce forum recherche avant tout une atmosphère cordiale et respectueuse, chacun s'efforçant d'écouter l'autre avec la même bienveillance qui doit accueillir son propre témoignage.

Nous travaillons à nous comprendre mutuellement en vérité, et non à entretenir des conflits.

Nous ne sommes pas parfaits, mais pensons qu'il est possible d'avoir des échanges de qualité sur les sujets religieux.

Puissiez-vous, vous qui venez ici, contribuer à cet effort

Chrétiens tués au Kenya

Aller en bas

Chrétiens tués au Kenya Empty Chrétiens tués au Kenya

Message  -Ren- le Dim 5 Avr - 8:25

Cinq terroristes membres des shebabs ont pris d'assaut l'université de Garissa, dans le nord du Kenya, le 2 avril 2015, au petit matin, causant la mort de 147 personnes.

Les victimes ne semblent pas avoir été choisies au hasard. Comme nous le racontons dans un article sur les raisons du ciblage des écoles ou universités par des groupes terroristes, le porte-parole des Shebabs, Ali Mohamoud Raghe, a justifié l’attaque du campus de Garissa ainsi : «Il a dit que l’université avait été ciblée parce qu’elle éduquait de nombreux étudiants chrétiens sur une “terre musulmane colonisée” (…) que l’université faisait partie du plan du Kenya de “propager le christianisme et l'infidélité”»

Sur le site de CNN, une personne présente sur le campus à ce moment-là et qui a pu voir l'attaque se dérouler explique que les shebabs ont fait irruption lors d'une messe. Ils ont pris des otages, et «sont [ensuite] allés dans les chambres, en tirant sur tous ceux qu'ils ont croisés, à l'exception des musulmans»

Le Wall Street Journal rapporte de son côté le témoignage de l'un des étudiants de l'université, otage des hommes armés : «L'un d'entre eux nous a demandé de nous coucher sur le sol, ce que l'on a fait. Il nous a ensuite demandé si nous étions musulmans, et j'ai répondu "Oui. S'il vous plaît ne nous tuez pas, nous sommes musulmans." Il nous a demandé de réciter la Chahada [la profession de foi de l'islam] et je l'ai récitée très fort. Mes amis ont fait pareil. Il nous a dit: "Vous pouvez partir maintenant."»

Dans un autre article, titré «Tuer des chrétiens au Kenya», le quotidien américain explique qu'avec «une sombre prévisibilité, le week-end de Pâques amène ses attaques islamistes annuelles contre des chrétiens dans le Moyen-Orient et en Afrique. Cette année, cela a commencé au Kenya» : «Les meurtres de ces étudiants chrétiens révèlent, une nouvelle fois, la dure réalité du chaos qui se répand dans ces régions. La réalité est que de multiples armées djihadistes invoquent l'islam et s'engagent dans une stratégie planifiée non pas simplement d'agrandissement territorial, mais d'extermination»

Ce n'est en effet pas la première fois que les shebabs procèdent ainsi, en visant un groupe particulier. L'agence de presse américaine Associated Press racontait en novembre 2014 l'attaque d'un bus au nord du Kenya par une vingtaine de membres du groupe terroriste qui avait coûté la vie à 28 des 60 passagers. L'un de ceux qui avaient survécu avait alors expliqué : «Ils ont tiré à bout portant sur tous ceux qui n'ont pas su réciter la Chahada»
http://www.slate.fr/story/99931/attentats-kenya-chretiens

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
-Ren-
-Ren-

Messages : 16317
Réputation : 27
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 41
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Chrétiens tués au Kenya Empty Re: Chrétiens tués au Kenya

Message  -Ren- le Dim 5 Avr - 8:29

Le pape François et le Vatican ont haussé le ton en célébrant Pâques contre "le silence complice" et "l'indifférence" devant la "furie jihadiste", qui frappe les chrétiens et vient encore de se déchaîner au Kenya (...) Sous le choc de la tragédie du Kenya, la dénonciation de la violence jihadiste a pris le pas sur tous les autres thèmes comme la paix et la justice, évoqués comme chaque année à Pâques.

Jorge Bergoglio a condamné dès vendredi matin la "brutalité insensée" du massacre des jihadistes Shebab contre les étudiants de Garissa dans l'est du Kenya, qui a fait 148 morts. "Tous les responsables doivent redoubler leurs efforts afin de mettre un terme à une telle violence", a demandé le chef d'1,2 milliard de catholiques.

Avant d'exécuter froidement leurs victimes, les Shebab ont séparé les musulmans des non musulmans en fonction de leurs habits, et gardé en otage les seconds. "Nous ne craignons pas la mort, cela va être de bonnes vacances de Pâques pour nous", ont ironisé les assaillants en swahili, d'après le témoignage d'un survivant.

Au Vatican, on s'irrite du fait que la multiplication des persécutions de chrétiens -par des individus ou des groupes islamistes- de l'Irak au Kenya en passant par la Libye, le Pakistan ou le Nigeria, ne soit pas plus dénoncée, y compris par les autorités occidentales et musulmanes. "Aujourd'hui nous voyons nos frères persécutés, décapités et crucifiés pour leur foi en Toi, sous nos yeux ou souvent avec notre silence complice", a accusé d'une voix sombre Jorge Bergoglio à la fin du Chemin de Croix vendredi soir au Colisée, s'adressant au Christ, "prince de la paix" (...)

Le prédicateur de la Maison pontificale, le prêtre franciscain italien Raniero Cantalamessa, avait rappelé les 21 coptes égyptiens morts assassinés en février par un groupe jihadiste en Libye "en murmurant le nom de Jésus". "Les chrétiens ne sont certainement pas les seules victimes, mais on ne peut ignorer qu'ils sont les victimes désignées et les plus fréquentes dans de nombreux pays" (...) "Qui a à coeur le sort de sa propre religion ne peut demeurer indifférent" (...)

"Les chrétiens restent la minorité religieuse la plus persécutée, en partie à cause de leur large dispersion géographique et de leur nombre relativement élevé", indiquait récemment dans un rapport bisannuel l'organisation catholique Aide à l'Eglise en détresse (AED)
http://www.lalibre.be/actu/international/le-pape-hausse-le-ton-nous-voyons-nos-freres-persecutes-decapites-et-crucifies-pour-leur-foi-551facc83570fde9b2805df0

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
-Ren-
-Ren-

Messages : 16317
Réputation : 27
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 41
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Chrétiens tués au Kenya Empty Re: Chrétiens tués au Kenya

Message  -Ren- le Dim 5 Avr - 8:41

Mohamed Mohamud, soupçonné par la police kényane d'être le cerveau du massacre dans l'université de Garissa qui a fait 148 morts jeudi, est un ex-enseignant kényan présenté comme "tranquille", qui s'est radicalisé dans son pays.

Egalement connu sous les pseudonymes de "Kuno", "Dulyadin" ("l'homme aux bras longs") et "Gamadhere" ("l'ambidextre"), Mohamed Mohamud, membre présumé du mouvement islamiste shebab qui a revendiqué le massacre, est aussi recherché pour une série d'autres raids perpétrés en 2014 dans le Nord-Est kényan frontalier de la Somalie (...)

Mohamed Mohamud, cinquantenaire, serait né en Ethiopie, dans une famille issue du très puissant clan somali Ogaden, réparti aux confins de l'Ethiopie, de la Somalie et du Kenya. Il serait arrivé enfant à Garissa, dans l'est kényan majoritairement peuplé d'habitants d'ethnie somali comme lui, et possède la nationalité kényane (...)

Selon des sources policières kényanes, il a enseigné et même dirigé une école coranique de Garissa, avant de se radicaliser et de traverser la poreuse frontière somalienne pour rejoindre l'Union des tribunaux islamiques (ancêtres des shebab) au sein desquels il dirigeait une unité appelée "Jugta-Culus" ("Ceux qui frappent dur") (...)

A la fin des Tribunaux islamiques, défaits début 2007 par les troupes éthiopiennes, Mohamed Mohamud, qui passe pour une personne éduquée, "tranquille et posée", rejoint d'abord la milice islamiste Ras Kamboni, active dans le sud somalien. Mais cette milice va se scinder en deux, un camp, dont il fait partie, rejoignant les shebab, et l'autre, mené par Ahmed Madobe, s'alliant à l'armée kényane entrée en Somalie fin 2011 pour combattre les shebab.

Au sein des shebab, Mohamed Mohamud devient vite un chef des opérations dans le sud somalien, recevant spécifiquement pour mission, en raison de sa connaissance du terrain, de combattre au Kenya.

La police kényane le tient notamment aussi pour responsable de deux attaques meurtrières menées l'an dernier dans la ville kényane de Mandera, frontalière de la Somalie et située à 550 km au nord de Garissa. Ces attaques, qui pour beaucoup auraient dû servir d'avertissement aux autorités kényanes, avaient visé les passagers d'un bus et les ouvriers d'une carrière, faisant respectivement 28 et 36 morts, exécutés de sang froid.

Vendredi, les shebab ont menacé le Kenya de nouvelles attaques, affirmant que celle de Garissa avait été menée en représailles de "persécutions systématiques contre les musulmans du Kenya". Les shebab ont notamment évoqué le massacre de Wagalla (300 km au nord de Garissa) en 1984, au cours duquel l'armée kényane, qui tentaient d'étouffer un conflit local, a tué un nombre indéterminé de somali - officiellement moins de 100, mais certaines sources parlent de 5.000 morts - les laissant agoniser plusieurs jours sans eau ni nourriture au soleil, allongés sur une piste d'atterrissage brûlante (...)
http://www.lalibre.be/actu/international/le-cerveau-presume-de-l-attaque-au-kenya-a-ete-identifie-551fd3753570fde9b2811177

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
-Ren-
-Ren-

Messages : 16317
Réputation : 27
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 41
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Chrétiens tués au Kenya Empty avis

Message  brutus le Dim 5 Avr - 10:43

On commence par en avoir assez des ses soit disant musulmans qui ne sont musulmans que parce qu'ils ont des armes dans les mains pour tuer au nom de Mohammed en se servant du Nom de dieu.
Ces Kebab non shebab comme ils se nomment ne sont que des porcs mal éduqués.
Et pour un musulmans un porc est impur.
Donc ces islamistes,shebab, bocco haram, Deach ne sont que l'impureté personnifiée. Et doivent être considéré comme des porcs .

brutus

Messages : 256
Réputation : 0
Date d'inscription : 11/02/2011
Age : 75
Localisation : France Bourgogne

Revenir en haut Aller en bas

Chrétiens tués au Kenya Empty Re: Chrétiens tués au Kenya

Message  -Ren- le Lun 6 Avr - 14:52

Ce jour de fête pour les chrétiens du monde entier avait, à Garissa, le goût amer de la mort. Il fallait avoir la foi aussi solidement chevillée au corps que Monseigneur Joseph Alessandro, évêque de cette ville du nord-est du Kenya, pour distinguer, en ce dimanche de Pâques, un moment de « renaissance pour le pays », trois jours après le terrible, l’indicible massacre de près de 150 étudiants (...)

Ce petit homme au regard franc et lumineux ne pèche pas par une naïveté noyée dans les bons sentiments minorant le drame. Le Kenya et ses violences, ce Maltais d’origine les connaît depuis 1989. Trois ans plus tard, il était grièvement blessé par des bandits non loin de Garissa, quelque part dans cette savane subdésertique écrasée de chaleur qui rappelle davantage la Somalie voisine que les images des dépliants touristiques pour les safaris.

Et puis, l’évêque de Garissa a aussi connu ce 1er juillet 2012, qui résonne aujourd’hui comme annonciateur de la tuerie de l’université. Ce jour-là, deux églises de la ville furent la cible de deux commandos qui tuèrent seize fidèles. L’attaque fut revendiquée, déjà, par les chabab venus de Somalie où, l’année précédente, l’armée kényane s’était jointe à celles d’autres pays de la région pour éviter que le pays tombe définitivement aux mains de ces milices islamistes ralliées à Al-Qaida.

Mais Mgr Alessandro croit en l’homme, au paradis pour les victimes et au pardon. Il salue « le courage de ses fidèles venus à pied », ces quelque deux cents personnes qui, dimanche 5 avril, remplissaient sa cathédrale pour faire baptiser leurs enfants. Certes, le périmètre avait été sécurisé par l’armée. Mais elle ne contrôlait que les carrefours adjacents à ce bloc de béton ajouré surmonté de deux clochers. Le reste de la ville ne présentait aucune mesure de sécurité particulière : ni barrage ni omniprésence d’hommes en uniforme. Les marchés grouillaient de femmes plus ou moins enveloppées de voiles colorés (...)

La quasi-totalité des quelque 800 étudiants et les professeurs de cette toute nouvelle université, inaugurée en 2011 pour développer cette région oubliée par le centre, venaient d’autres parties du pays. Les familles en deuil ne sont pas d’ici. « Les Somali préfèrent le business que d’aller à l’école, explique l’évêque Alessandro. Cette université était le meilleur moyen de changer ces habitudes et de lutter contre l’extrémisme. Si elle ne rouvre pas ses portes, les terroristes auront gagné »

Sans doute aussi que la tuerie tourne dans les têtes davantage qu’elle ne se lit sur les visages. Il fallait voir, ainsi, samedi, sur l’aire de jeux de l’école primaire, vaste terrain vague de sable et de cailloux, cette foule d’hommes et de femmes, de jeunes et de vieux, lancée dans une course morbide après le pick-up de la police sur la plate-forme duquel avaient été jetés les corps gonflés des quatre tueurs présumés, tués par la police. « Je voulais les voir pour être sûr qu’ils étaient morts. Maintenant, je sais. Je n’ai pas confiance dans ce que dit le gouvernement », avouait Enock, un instituteur trentenaire. « Nous avons demandé aux autorités de le faire pour rassurer les gens », explique Muhammahi Salat, représentant local du Conseil supérieur des musulmans du Kenya.

« Il fallait aussi que les Somali constatent que les criminels appartiennent bien à leur communauté », lâche un officier de police kikouyou, l’ethnie (chrétienne) la plus nombreuse du pays. Il semblerait que ce soit le cas, ce qui ne devrait pas faciliter la vie des Somali, souvent victimes d’un harcèlement policier, à Nairobi surtout, depuis que les chabab ont intensifié leurs attaques contre le Kenya. « Le président et le gouvernement nous accusent [de complicité] avec les chabab, qui à leur tour, nous menacent », se plaint M. Salat (...)

Il ne faut pas croire pour autant qu’à Garissa, on tue les gens à tous les coins de rue. Fussent-ils chrétiens, infime minorité dans cet environnement local essentiellement musulman (proportion inverse du reste du pays). Cette ville de commerçants somali, une des communautés du pays, et de réfugiés somaliens n’est le théâtre d’aucune guerre confessionnelle. Il n’empêche. En revendiquant leur attaque sur l’université, les chabab ont pris le soin de préciser qu’ils avaient trié leurs victimes, épargné les musulmans pour n’assassiner que les chrétiens. Et promis de noyer d’autres villes du Kenya dans « des flots de sang » tant que les soldats kényans ne quitteront pas le sol somalien (...)

Les assaillants ont eu près de douze heures – la durée de leur prise d’otages – pour accomplir leur funeste entreprise de tri. La polémique monte ainsi, au Kenya, sur la lenteur de la réaction des autorités et la mauvaise coordination des services de sécurité. « Pendant des heures, c’était le chaos, jusqu’à l’arrivée des Recce [unité composée de policiers et de militaires d’élite] en milieu d’après-midi. Pourquoi si tard ? », déplore un officier de police de Garissa, présent lors de l’attaque (...)

Ce n’est que onze heures après le début de l’attaque que la vingtaine d’hommes du Recce, venus de Nairobi à bord de deux petits avions, arriva sur place. « Il ne leur a fallu qu’une demi-heure pour entrer dans le bâtiment et éliminer les quatre assaillants retranchés dans le dortoir dénommé Elgon », rapporte un autre agent.

« Les Kényans se demandent si ce déploiement tardif n’a pas contribué à ce qu’il y ait un grand nombre de victimes ; si les services de sécurité ont vraiment tiré les leçons de l’attaque du centre commercial Westgate en 2013 [à Nairobi], quand les terroristes ont tué autant de personnes qu’ils ont pu [67 morts] avant d’être eux-mêmes tués », peut-on lire dans l’édition dominicale du grand quotidien kényan Daily Nation. Le journal dénonce également « la faiblesse logistique et [la lenteur] de prise de décision » des services de sécurité, qui ont donné le temps aux tueurs de « rassembler leurs victimes, de les trier, de les narguer et les humilier, pour, finalement, les éliminer » (...)
http://www.lemonde.fr/international/article/2015/04/06/a-garissa-la-sideration-apres-le-massacre-des-etudiants_4610096_3210.html

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
-Ren-
-Ren-

Messages : 16317
Réputation : 27
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 41
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Chrétiens tués au Kenya Empty Re: Chrétiens tués au Kenya

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum