Dialogue-Abraham
L'équipe de "Dialogue Abraham" vous souhaite la bienvenue !

Ce forum recherche avant tout une atmosphère cordiale et respectueuse, chacun s'efforçant d'écouter l'autre avec la même bienveillance qui doit accueillir son propre témoignage.

Nous travaillons à nous comprendre mutuellement en vérité, et non à entretenir des conflits.

Nous ne sommes pas parfaits, mais pensons qu'il est possible d'avoir des échanges de qualité sur les sujets religieux.

Puissiez-vous, vous qui venez ici, contribuer à cet effort

Ashourâ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ashourâ

Message  Ishraqi le Sam 1 Nov - 2:23

Bientôt (le dix du mois sacré de Muharram), les chi'ites et quelques sunnites aussi commémoreront l'Ashourâ, le martyr de l'Imām Hussayn - sur lui la paix. C'est un événement extrêmement important dans les pays chi'ites qui est l'objet d'une cérémonie spectaculaire et incompris, le ta'zieh (pour plus sur le ta'zieh, lire : ceci, ceci ou cela).
Voici un topic pour en parler.

Pour ceux qui ne sauraient pas quel événement est commémoré ce jour-là :
Dès sa prime enfance, Hossein, objet d’une grande affection de la part de son grand-père, attira l’attention des musulmans qui trouvaient significative la profonde tendresse que lui accordait le Prophète de l’islam. En effet, selon la tradition rapportée, à plusieurs reprises, le Prophète s’exprima explicitement sur le sort à la fois héroïque et tragique qui guettait son petit-fils. Hossein naquit dans le foyer de la prophétie et du califat. Il reçut de la bouche du Prophète l’épithète de « plus noble de la jeunesse du Paradis », dignité qui le distingue suprêmement.

Jeune, il prit part aux campagnes qui opposèrent son père, l’Imâm ’Ali, aux Nâkessins (Bataille de Jamal), Mâreghins (Bataille de Nahravân), et Ghâssetins (Bataille de Seffin) et y montra un courage hors pair. Après le martyre de l’Imâm, par respect pour le traité de paix conclu entre son frère aîné et Muâ’wiya, il ne se dressa pas contre le règne abusif de ce dernier qui avait indûment occupé le siège du Prophète. En transformant sans ambages la chaire prophétique en trône royal, Mu’âwiya poussa son attitude à l’extrême et désigna peu avant son décès, en 680, son fils Yazid à sa succession. Or, ce dernier était encore plus pervers que son prédécesseur. Compte non tenu de la dérogation ouverte audit traité de paix, la décision de Mu’âwiya dénaturait en outre le califat du Prophète et en faisait une monarchie héréditaire.

Une telle mesure ne pouvait aucunement être admise par les grandes personnalités de l’islam. Des voix de protestations se firent entendre, ici et là. Mais Hossein passa à l’acte. Nommé Imâm depuis la disparition de son frère aîné, dix ans auparavant, il ne pouvait consentir, même tacitement, à une si grande déviation dans la tradition du Prophète. En effet, l’Imâm est, dans la théologie chiite, le dépositaire de l’héritage prophétique, et par conséquent, le guide spirituel de la Communauté. Il se charge de la dure responsabilité de veiller à la sauvegarde de l’islam réel.

Dans le but d’assurer sa tâche d’Imâmat, Hossein déclara son soulèvement contre le jeune calife omeyyade, depuis la ville sainte de La Mecque. Il partit, en dépit des conseils de ses amis et menaces de ses ennemis, vers Koufa, ancienne capitale de son père, d’où il avait reçu des invitations par milliers. L’Imâm prit le chemin de l’Iraq à la tête d’un petit groupe, dépassant à peine la centaine, composé de membres de sa famille, hommes, femmes et enfants, et d’un cercle limité de fidèles.

L’armée de l’Imâm, humble en nombre mais noble en âme, se heurta, dans le district de Ninive, aux quelque 30 000 soldats d’Ibn Ziad, gouverneur de Yazid en Iraq. Dix jours de blocage, de négociations et de menaces ne le détournèrent pas de la voie qu’il avait consciemment choisie. Dès le troisième jour, quelques centaines de cavaliers d’Umar Saad, commandant des troupes omeyyades, lui firent obstacle sur la route d’Euphrate, et ce faisant, empêchèrent l’accès de l’Imâm à l’eau. La soif s’avéra accablante ; plus que tout pour les enfants. L’Imâm réconforta les siens et les invita à se confier à Dieu. Il tint ferme envers et contre tout. Il résista. Cette fois, le Bien ne s’inclina pas devant le Mal.

L’inévitable bataille eut lieu le 10 muharram de l’an 61 de l’Hégire. En moins d’une journée, Hossein perdit ses compagnons et les membres de sa famille. Ceux qu’il qualifia de « plus nobles fidèles que nul n’a jamais vus » tombèrent, assoiffés, les uns après les autres. Le plus jeune, un nouveau-né de Hossein pour qui son père implora de l’eau, mais reçut en échange une flèche au cou, le plus vieux, Habib Ibn Mozâhir Assadi, nonagénaire. Hossein sacrifia ce qu’il avait de plus précieux, avant de faire le don de sa propre vie. Le martyre de l’Imâm clôt cet épisode mais ouvre une grande page dans l’histoire de l’humanité. Ce fut une mort qui donna naissance, une fin qui assura la pérennité. Le dévouement s’y abreuva, le chiisme s’y nourrit, et l’Iran y trouve vie et continuera de s’y ressourcer, éternellement.
http://www.teheran.ir/spip.php?article1482
avatar
Ishraqi

Messages : 530
Réputation : 0
Date d'inscription : 07/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ashourâ

Message  Nour le Lun 3 Nov - 11:30

As salam aleykoum,

Qu'Allah ta3ala accepte notre jeune et nous purifie. Qu'il soubhanou wa ta3ala nous fasse revenir vers lui en étant sur le tawhid.

Fraternellement

Nour
Carton rouge
Carton rouge

Messages : 4
Réputation : 0
Date d'inscription : 17/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum