Dialogue-Abraham
L'équipe de "Dialogue Abraham" vous souhaite la bienvenue !

Ce forum recherche avant tout une atmosphère cordiale et respectueuse, chacun s'efforçant d'écouter l'autre avec la même bienveillance qui doit accueillir son propre témoignage.

Nous travaillons à nous comprendre mutuellement en vérité, et non à entretenir des conflits.

Nous ne sommes pas parfaits, mais pensons qu'il est possible d'avoir des échanges de qualité sur les sujets religieux.

Puissiez-vous, vous qui venez ici, contribuer à cet effort

Education: pédagogie et écoles alternatives

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Education: pédagogie et écoles alternatives

Message  Idriss le Mer 25 Juin - 18:39

L'école et sa pédagogie est pour moi un immense gachis...Tant de moyens pour des résultats globalement décevant...
Non seulement l'école peine à produire des individus employables, mais elle échoue à produire des citoyens responsables, des êtres épanouis et outillés pour réaliser le potentiel qui est en eux.

Il existe pourtant des alternatives qui mériteraient d'être mis en avant.




Pour une refondation de l'école guidée par les enfants



Céline Alvarez, formée en linguistique, décide de rentrer dans le système éducatif national afin de faire bouger les lignes de l'intérieur. Elle passe le concours de professeur des écoles en 2009 et débute en 2011 une expérimentation pionnière au sein de l'Education Nationale. L'objectif ? Proposer un nouvel environnement pour l'école maternelle, scientifiquement fondé et validé, permettant de solliciter de façon optimale les mécanismes d'apprentissages et d'épanouissement de l'être humain. Pour cela, elle reprend les travaux du Dr Montessori, qu'elle enrichit et adapte à la lumière des sciences cognitives et de la linguistique


Dernière édition par Idriss le Mar 2 Sep - 10:34, édité 1 fois (Raison : Elargissement du sujet ...changement de titre)
avatar
Idriss

Messages : 3696
Réputation : 33
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Education: pédagogie et écoles alternatives

Message  Idriss le Jeu 26 Juin - 18:51

http://lamaternelledesenfants.wordpress.com/

Écouter le témoignages des parents (6 minutes)



Les résultats obtenus dépendent directement d’une recherche menée depuis 3 ans en pédagogie, sciences cognitives et linguistique (voir ci-après). Ils s’inscrivent donc dans le cadre d’un protocole précis, en cours de modélisation. Par conséquent, les résultats de la classe ne présagent en aucun cas des résultats de classes ou d’écoles dites "Montessori", dont le cadre théorique et pédagogique diffère.

Trois grands médecins – Jean Itard, Edouard Séguin puis Maria Montessori – ont, l’un après l’autre, posé les jalons successifs d’une recherche pédagogique basée sur l’observation de l’enfant. La proposition qui en découle, fruit d’un siècle de recherche empirique, voit aujourd’hui ses postulats validés par la recherche scientifique et trace ainsi les contours d’un nouvel environnement pour l’école maternelle.




avatar
Idriss

Messages : 3696
Réputation : 33
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Education: pédagogie et écoles alternatives

Message  Idriss le Mar 2 Sep - 10:26

Dans le même ordre d'idée:


Quand les écoles musulmanes s’emparent de la méthode Montessori

Rédigé par Maria Magassa-Konaté | Lundi 1 Septembre 2014

Les écoles musulmanes sont de plus en plus nombreuses à ouvrir leurs portes dans l’Hexagone. Effectifs de classe réduits, accompagnement poussé des élèves et éveil religieux forment le socle des ces nouveaux établissements. Fait nouveau : certains d’entre eux vont plus loin en s’inspirant de la pédagogie Montessori pour offrir un enseignement alternatif favorisant l’autonomie des enfants.




On dénombre 22 000 écoles Montessori dans le monde. Du nom de Maria Montessori, première femme médecin de l’Italie, cette méthode d’enseignement propose une pédagogie alternative qui considère que chaque enfant doit avancer à son rythme. Maria Montessori, qui fera ses premières recherches auprès d’enfants malades mentaux, ouvre sa première « Casa dei Bambini » (Maison des enfants) en 1907, où elle prend en charge des enfants défavorisés de Rome.

Plus d’un siècle après, sa pédagogie, qui a fait ses preuves, fait des émules. A côté des méthodes d’enseignement traditionnelles, elle apparaît comme un moyen idéal pour développer le potentiel des élèves. En France, où l’école publique est souvent critiquée – notamment pour son incapacité à faire progresser les élèves issus des classes populaires –, cette pédagogie suscite l'engouement. Mais dispensée dans des établissements (près de 80 en France) privés aux frais de scolarité parfois exorbitants, difficile pour tous d’y accéder.

Convaincues par la pédagogie Montessori, quelques écoles musulmanes ont choisi de l’utiliser tout en proposant des frais de scolarité abordables. Focus.


Maria Montessori.

« Le système classique ne sort que des enfants moyens »
Lundi 1er septembre : c’est jour de rentrée pour les 75 élèves des Ateliers Montessori. Basée à La Chapelle-Saint-Mesmin, près d’Orléans, cette école musulmane entame sa première année scolaire. Comme son nom l’indique, l’enseignement repose sur la méthode établie par Maria Montessori, il y a plus de 100 ans. Avec une telle pédagogie, « l’enfant est acteur de son apprentissage », met en avant Shourane Mejjoui, le directeur de l’école.

L’homme qui, avec son épouse, a offert à ses enfants une pédagogie Montessori dans le cadre d’une instruction à domicile estime qu’une telle méthode permet aux élèves les plus doués d’atteindre l’excellence alors que le « système classique ne sort que des enfants moyens ». Après avoir dispensé des cours « en périscolaire », les responsables de cette structure ont décidé d’ouvrir une école à référence musulmane et de se positionner ainsi comme « la première du genre en région Centre ».

Spoiler:
Afin d’équiper le bâtiment scolaire pris en location, l’équipe a lancé deux campagnes de dons participatives sur des plateformes de crowdfunding musulman ; l’une sur Easi Up et la seconde sur Aoon. Au total, 18 000 € étaient recherchés. Si la campagne menée sur Easi Up a permis de dépasser l’objectif (plus de 11 000 € sur 10 000), celle mise en ligne sur Aoon et qui sera clôturée le 15 septembre n’a pas encore atteint son objectif (1 000 € sur les 6 000 réclamés).

Mais grâce aux prêts de « commerçants de la Chapelle », l’école qui occupe 555 m² sur 1 500 m² de terrain a pu être aménagée. La direction de l’école fait toutefois toujours appel aux dons pour rembourser ces prêts et assurer son fonctionnement. Elle a lancé en ce sens une campagne de parrainage. Elle souhaite que 300 personnes versent 10 € par mois. Pour l’heure, 100 personnes s'y sont engagées.

Grâce à ce mode de financement, les parents d’élèves payent autour de 200 € par mois. Une somme raisonnable, bien loin des 600 € – et bien plus – mensuels pour une scolarité dans une école Montessori en Île-de-France.

Un système sans notations

Outre le recours à un mode d’enseignement alternatif, un éveil spirituel facultatif est proposé aux élèves, qui ont également la chance d’être mis face à de l’expérimentation, notamment avec des ateliers de botanique et d’être initiés aux langues (anglais et arabe) dès le plus jeune âge.

« Le côté sensoriel et pratique », « chose très importante », prend également une grande place dans la pédagogie Montessori, salue M. Mejjoui. La manipulation de matériel,notamment en mathématique, laisse la place au « concret avant l’abstrait », explique Alice Sertain, directrice de l’école de l’Arc-en-Ciel, à Roubaix (Nord). L’établissement musulman a ouvert ses portes en 2012, après avoir proposé des ateliers de pédagogie Montessori dès 2009. Les enfants ont « la liberté de pouvoir avancer à leur rythme », évoque également Mme Sertain, elle-même formée à cette pédagogie. Les élèves vont « par eux-mêmes » faire des recherches, assure-t-elle.

Pour la rentrée 2014, le mardi 2 septembre, 38 élèves sont attendus. La moitié sera répartie dans la classe des 3-6 ans et l’autre moitié dans celle des 6-9 ans. Par cette organisation, l’établissement suit l’une des règles de la pédagogie Montessori, qui a pour particularité de mélanger différents niveaux.

L’autre grande règle de cette méthode est également appliquée, à savoir la non-notation des élèves. Fini les A, B, C ou les notes sur 20 ou sur 10. « Des rapports aux parents » sur les « acquis » de leurs enfants sont établis à la place.


Le jardin botanique de l'école de L'Arc en ciel.

Des financements fragiles

Spoiler:
Aux Ateliers Montessori, Shourane Mejjoui fait savoir que les élèves de maternelle sont mélangés mais pas ceux de primaire. L’école compte ainsi des classes du CP au CM1. « On garde le système classique », dit le directeur, qui explique y aller « par étape » pour ne pas trop chambouler les parents d’élèves habitués à l’enseignement classique.

La méthode Montessori, par la liberté qu’elle donne, peut en dérouter certains. C’est une « méthode particulière », fait remarquer Mme Sertain, indiquant qu’il est arrivé que « des parents ne restent pas ». Si son école met en avant sa pédagogie, beaucoup viennent en priorité pour sa dimension islamique, constate-t-elle.

Avant tout, les parents doivent donc adhérer à une pédagogie qui gagne à être plus connue au sein de la communauté musulmane, car elle offre la possibilité aux enfants de progresser par la voie de l’autonomie. Il y a une « liberté d’action dans un cadre très défini », rassure la directrice de l’école de l’Arc-en-Ciel.

Avec des frais de scolarité, là aussi fixés à 200 € par mois, l’offre pédagogique se veut abordable. Pour faire face au doublement de ses effectifs d’élèves, l’école, qui ne salariait jusqu’à présent qu’une éducatrice Montessori, a décidé d’embaucher deux nouveaux salariés pour cette rentrée 2014, indique Mme Sertain. Elle-même demeure bénévole dans cette structure.

« Nous sommes en survie », commente-t-elle. Comme les établissements musulmans classiques, le financement reste une difficulté majeure pour ces écoles privées qui doivent, en plus, faire face au coût des équipements matériels spécifiques nécessaires dans l'apprentissage Montessori.
Si cette pédagogie reste limitée dans le monde éducatif musulman, des projets valorisant la méthode Montessori sont en cours ailleurs en France, constatons-nous. A ce jour, une poignée d'écoles musulmanes existe en France contre près de 9 000 établissements catholiques et 300 établissements juifs.

http://www.saphirnews.com/Quand-les-ecoles-musulmanes-s-emparent-de-la-methode-Montessori_a19565.html
avatar
Idriss

Messages : 3696
Réputation : 33
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Education: pédagogie et écoles alternatives

Message  Idriss le Mar 2 Sep - 10:55

Un petit clip amusant qui présente les principes des écoles Steiner.
Clip justement réalisé par une ancienne élève Steiner (de l'équipe de l'émission Karambolage d'ARTE)




La pédagogie Steiner-Waldorf:

La pédagogie Steiner-Waldorf, fondée sur les théories éducatives de Rudolf Steiner, est une application de l'anthroposophie, courant de pensée et de spiritualité dont il est le fondateur.

Cette pédagogie est pratiquée dans les écoles Waldorf, connues sous le nom d'écoles Steiner, écoles associatives autonomes, qui comptent environ 1 000 sites dans le monde, principalement en Europe et en Amérique du Nord, dont 200 sites en Allemagne. En 2009, il en existe une vingtaine en France dont onze officiellement associées en une Fédération des écoles Steiner-Waldorf. Ces écoles disent vouloir articuler les enseignements intellectuels et l'exercice d'activités artistiques et manuelles.
http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9dagogie_Steiner-Waldorf
avatar
Idriss

Messages : 3696
Réputation : 33
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Education: pédagogie et écoles alternatives

Message  Idriss le Dim 8 Fév - 14:53

Message1:

Céline Alvarez, une institutrice révolutionnaire - Le Monde


http://www.lemonde.fr/festival/article/2014/09/04/celine-alvarez-une-instit-revolutionnaire_4481540_4415198.html
4 sept. 2014 - D'abord parce que l'année scolaire qui vient de débuter se fera sans elle : Céline Alvarez n'a pas repris, ce 2 septembre, le chemin de l'école ...

Spoiler:

avatar
Idriss

Messages : 3696
Réputation : 33
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Education: pédagogie et écoles alternatives

Message  Idriss le Dim 8 Fév - 15:08

Message3 :

L’école musulmane de La Chapelle-Saint-Mesmin fermée


http://www.larep.fr/loiret/actualite/pays/orleans-metropole/2014/09/30/lecole-musulmane-de-la-chapelle-saint-mesmin-fermee_11163216.html

Pour raison administrative ( prétexte?)

Avec en prime des tag racistes ( qui peut le plus peu le moins)


Deux croix gammées et un tag injurieux sur le portail d’entrée mais aucun élève visible dans la cour de l’école musulmane de La Chapelle-Saint-Mesmin.

Spoiler:
Après l'arrêté de fermeture de la première école musulmane de la région Centre, pris par le maire socialiste de La Chapelle-Saint-Mesmin Nicolas Bonneau, c'est au tour du porte-parole de l'association qui gère l'établissement, Mustapha Ettaouzani, de déposer un recours devant le tribunal administratif d'Orléans, ce lundi 29 septembre, pour contester la décision de l'élu. En effet, 75 enfants sont désormais « en congés forcés » pour une durée qui reste, pour l'heure, indéterminée. Ce dernier dénonce « un acharnement » de l'édile à vouloir fermer cet établissement dans lequel des travaux de mise en conformité ont déjà été effectués entre 2008 et 2010. Mais également depuis quinze jours. Onze points sur 15 ont donc été modifiés suite au passage de la commission de sécurité. Reste que pour les quatre derniers, Mustapha Ettaouzani n'entend pas répondre favorablement à la mise en demeure de Nicolas Bonneau, de peur de voir son établissement ne plus correspondre à la catégorie 5 des établissement recevant du public (ERP). Explications sur le fond d'un problème plus sociétal finalement qu'administratif.

Le 26 septembre 2014, le maire de La Chapelle-Saint-Mesmin Nicolas Bonneau ferme l’école Atelier Montessori située au 1, rue d’Aquitaine par le biais d’un arrêté municipal. Sauf que pour la direction de l’école, cette fermeture est illégale, l’école ne présente aucun danger pour le public qu’elle reçoit.
Aucun « danger grave et imminent » pour les enfants

La seule raison qui pousserait un maire a fermé une école privée serait de présenter qu’il y a un risque de danger grave et imminent pour les enfants de l’école Les Ateliers Montessori. Or, l’inspection du SDIS du Loire, le bureau de contrôle VERITAS, la sous-commission de sécurité ont chacun et tous démontré qu’il n’y strictement aucun « dans grave et imminent » pour les enfants.

De toute évidence, Nicolas Bonneau s’acharne sur cette école musulmane.
La laïcité à géométrie variable touche aussi les écoles musulmanes

Le mercredi 25 juin, le Conseil municipal de la ville de La Chapelle-Saint-Mesmin avait adopté un texte à l’unanimité. Le maire y affirme que Les Ateliers Montessori ne bénéficieront d’aucun soutien de la part la ville. Une déclaration unilatérale puisque l’école, établissement hors contrat, n’en a jamais fait demande.

Nicolas Bonneau prétexte par ailleurs qu’il ne s’est aperçu que trop tard du caractère confessionnel du projet d’école. Ce dernier serait donc la motivation des actes hostiles répétés depuis plusieurs mois par M. le maire à l’encontre d’un établissement ayant tout fait dans les règles.

De par son abus de pouvoir, le maire M. Bonneau met 75 enfants à la rue et prive ces élèves et leurs familles d’un droit fondamental, celui de l’enseignement. De plus 11 emplois sont menacés par cette décision.

L’ensemble de l’agglomération orléanaise compte 65 % de chrétiens et 7 % de musulman, on compte 0 école confessionnelle musulmane pour 27 chrétiennes.

avatar
Idriss

Messages : 3696
Réputation : 33
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Education: pédagogie et écoles alternatives

Message  Idriss le Sam 5 Sep - 13:55


Enseignement alternatif : le refuge face à une école inégalitaire ?

Rédigé par Assmaâ Rakho-Mom | Jeudi 3 Septembre 2015

Le système scolaire français est considéré comme étant un des plus inégalitaires. D’où une méfiance grandissante des parents, surtout de ceux qui ont eux-mêmes vécu ces inégalités, et le choix de certaines familles de se tourner vers un enseignement alternatif.

Établissements privés (confessionnels ou non), pédagogies Montessori ou Freinet, instruction en famille… font partie de l’éventail possible d’enseignements alternatifs choisis par un certain nombre de familles soucieuses de l’avenir de leurs enfants.
http://www.saphirnews.com/Enseignement-alternatif-le-refuge-face-a-une-ecole-inegalitaire_a21213.html
Spoiler:

Quand on demande aux Français comment fonctionne l’enseignement en France, 64 % d’entre eux répondent «mal ! » (Ipsos, 2011). Ce même sondage portant sur la perception qu’ont les Français sur l’école montre, par ailleurs, que 60 % des sondés considèrent que l’école publique ne garantit pas l’égalité des chances.

Et ce ne sont sûrement pas les résultats du dernier classement PISA (Program for International Student Assessment, étude triennale menée par l’OCDE sur les systèmes éducatifs dans le monde) qui rassureront parents et élèves. Classée 25e sur 65 pays participants, la France reste championne des inégalités. Entre 2003 et 2012, le système éducatif français n’a cessé de se dégrader. Selon l’enquête, la corrélation entre origine sociale des élèves et résultats à l’école est « bien plus marquée que dans la plupart des autres pays de l’OCDE ». Pis, 140 000 jeunes environ sortent chaque année du système scolaire sans diplôme.

Méfiance et stigmatisation

D’où une méfiance grandissante des parents à l’égard de l’école française, les parents de référence musulmane n’échappant, quant à eux, pas à la règle. Pour certains, l’institution scolaire n’est faite ni pour eux ni pour leurs enfants. Et c’est encore plus vrai s’agissant de ceux qui ont eu un parcours scolaire difficile, jalonné d’échecs, d’incompréhensions, d’un sentiment répété d’exclusion, voire d’orientation précoce vers des voies qui n’étaient pas celles qui étaient désirées.

Car la méfiance vient de loin. Génération après génération, les désillusions et autres échecs scolaires créent cette dégradation croissante de l’image de l’école. Loin d’être dupes, certains parents perçoivent ce regard de l’institution scolaire sur eux, qu’ils ressentent comme différent, voire inamical, et évitent donc de s’investir plus avant dans l’école. Pour eux, en agissant ainsi, ils éviteraient la stigmatisation à leur enfant.
Une distance parents-école qu’a accentuée la circulaire Chatel qui depuis mars 2012 – sans être une loi − interdit aux mères voilées d’accompagner leurs enfants en sorties scolaires, sous prétexte que celles-ci doivent être soumises à la neutralité religieuse.

L’essor de l’enseignement privé musulman…

Face à cette méfiance et/ou cette discrimination, mais aussi du fait de motivations plus classiques comme le besoin de discipline, d’effectifs plus réduits et de disponibilité des enseignants, l’offre ne cesse de s’élargir dans le domaine de l’enseignement privé, qu’il soit confessionnel ou alternatif, et qu’il soit sous contrat avec l’État ou hors contrat.

Si, au début des années 2000, il n’existait en France, sur l’île de La Réunion, qu’une seule école primaire privée musulmane, depuis 2004 et la loi interdisant les signes religieux à l’école, les projets se sont multipliés.

À la rentrée 2015, ce sont près de 3 000 élèves qui ont fait leur rentrée dans une quarantaine d’écoles, collèges et lycées musulmans, tandis que d’autres projets sont en construction. Certes, les établissements privés musulmans ne constituent pour l’heure que 0,03 % des 8 803 établissements privés en France. Mais l’augmentation rapide de l’offre d’enseignement privé musulman dénote bel et bien une demande croissante de la part d’une classe moyenne émergente musulmane, qui souhaite donner à ses enfants un bon niveau d’instruction couplé à une bonne connaissance du cultuel.

Parmi les établissements scolaires musulmans, le phare reste le lycée Averroès de Lille. Avec ses 96,7 % de réussite au baccalauréat en 2014, le lycée, qui a ouvert ses portes à la rentrée 2003, est parvenu dix ans plus tard à se hisser au rang de « meilleur lycée de France ». Une tête de classement national que le lycée Averroès, sous contrat avec l’État, n’a pas décroché l’année suivante mais qui ne l’empêche pas de poursuivre sa croissance en ayant ouvert des classes de collège, faisant de lui le premier établissement privé musulman accueillant 600 élèves à la rentrée 2014.

… au financement fragile
Seulement, cette réussite ne doit pas masquer la grande fragilité financière du secteur. Car la grande majorité des établissements musulmans ne sont pas sous contrat avec l’État. Seuls cinq d’entre eux le sont (89,6 % des établissements catholiques). Pour les autres, l’absence de contrat avec l’État les prive d’une manne financière non négligeable, comme la prise en charge des salaires des enseignants. C’est donc aux parents qu’incombent en partie cette charge ainsi que la surveillance et l’accompagnement des enfants pendant la pause méridienne et les repas.

Un état de fait qui a poussé l’UOIF (Union des organisations islamiques de France) à créer une Fédération nationale de l’enseignement privé musulman (FNEM) en mars 2014. Selon Makhlouf Mamèche, directeur-adjoint du lycée Averroès et président de la FNEM, « il s’agit d’accompagner les écoles existantes en mutualisant les expériences, de présenter un interlocuteur à l’Éducation nationale pour défendre nos intérêts, mais aussi d’accompagner les projets de nouvel établissement ».

Car outre la participation financière des parents et les dons recueillis à l’occasion de collectes, les projets ne sont guère soutenus par les institutions du culte musulman comme le CFCM, qui n’en a jamais fait sa préoccupation principale. Les projets d’école sont donc portés à bout de bras, d’où leurs difficultés à émerger.

« Le changement social passe par l’éducation »


En attendant, parents et professionnels cherchent à se former. Karima Mondon, présidente de l’association Éducation en héritage qui dispense des formations, le confirme : « La demande de formation est importante. De nombreuses personnes pensent qu’il est urgent d’agir et que le changement social passe par l’éducation. »

Mais que recherchent les personnes qui viennent chercher outils et méthodologies s’agissant de « la parentalité, l’enseignement différencié, la posture de l’adulte dans l’acte éducatif », etc. ? Certes, les formations attirent « beaucoup de porteurs de projets » d’écoles. Cependant se déplacent aussi des parents désireux de se former pour donner une « éducation équilibrée, harmonieuse et respectueuse de leur éthique » à leurs enfants. Viennent également des « enseignants qui recherchent des pédagogies alternatives pour améliorer leurs pratiques », et enfin une « nouvelle demande » émane « des centres parascolaires qui veulent transmettre autrement, notamment autour des questions de langues ».

Quitte parfois à pratiquer l’instruction en famille (IEF) ou à se tourner vers des institutions non reconnues, face à un système scolaire jugé fortement inégalitaire et incapable de réduire l’écart qui ne cesse de se creuser entre très bons élèves et élèves en grandes difficultés, mais aussi face à une sanctuarisation de l’école et à un sentiment tenace de mésestime, une partie des parents, qu’ils soient musulmans ou non, n’hésitent plus à se tourner vers des solutions alternatives.
avatar
Idriss

Messages : 3696
Réputation : 33
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Education: pédagogie et écoles alternatives

Message  Idriss le Dim 13 Sep - 21:08


Pédagogies alternatives : « Les résultats sont probants »
Rédigé par Assmaâ Rakho-Mom | Lundi 7 Septembre 2015



Quand le système scolaire français est jugé non égalitaire, certains parents choisissent de se tourner vers des pédagogies alternatives. Encore faut-il que celles-ci soient bien maîtrisées. C’est l’avis d’Yves Reuter*, professeur en sciences de l’éducation à l’université Lille-3.


Salamnews : Qu’appelle-t-on les pédagogies alternatives ?
Yves Reuter : Ce sont des pédagogies minoritaires mais qui ne sont plus nouvelles puisqu’elles existent pour certaines depuis près d’un siècle. On pense notamment aux pédagogies Freinet, Montessori, Steiner, ou encore à la pédagogie du projet.

Pourquoi ont-elles ces dernières années le vent en poupe ?

Yves Reuter : Il se trouve qu’on en parle parce qu’il y a eu des recherches sur le sujet, et parce qu’il existe des limites à l’école traditionnelle. En effet, pour les élèves qui décrochent de l’école traditionnelle, souvent une des seules solutions est de se raccrocher à des structures comme les écoles de la seconde chance ou les micro-lycées. Et ces structures font beaucoup appel aux pédagogies alternatives pour motiver les élèves. De surcroît, l’école « traditionnelle » génère un échec important et nombre d’élèves ne s’y sentent pas bien.

Quelles sont les limites de la pédagogie classique ?

Yves Reuter : Avec la pédagogie classique, les activités des élèves ne sont pas assez diversifiées. On ne leur demande pas assez de jouer différents rôles, et on ne tient pas compte des différences dans les manières d’apprendre et dans le rythme de chacun. C’est la limite fondamentale, sachant que c’est une pédagogie fonctionnant à la concurrence, à la compétition entre les élèves, et cela crée des souffrances.

Pourquoi les pédagogies alternatives ne sont-elles pas utilisées à l’école traditionnelle ?

Yves Reuter : C’est un vrai problème. Cela demanderait des réformes importantes et les politiques se méfient des réactions de l’électorat, surtout en France où les débats autour de l’école sont très idéologiques et tiennent peu compte des études et recherches sur la question. C’est aussi parce qu’il faudrait développer la formation des maîtres, qu’elle soit initiale ou continue, et qu’elle est coûteuse.
[
Pouvez-vous nous parler de l’enquête que vous avez menée pour l’écriture de votre ouvrage « Une école Freinet »?
Yves Reuter : Durant cinq ans, avec plus d’une dizaine de chercheurs, nous avons observé une école de Mons-en-Barœul. Et on s’est aperçu que les résultats étaient probants, avec une baisse des incivilités, des progrès s’agissant de l’entrée dans l’écrit, de la maîtrise des textes écrits, des apprentissages mathématiques, etc.
Les élèves n’hésitaient pas à prendre des risques, ce qui est important pour les apprentissages, et qui est peu le cas pour les élèves français, au vu des résultats de l’enquête PISA par exemple. Ils avaient une réflexivité plus importante et des jugements plus nuancés sur leurs productions.
C’est donc toute une série de résultats convergents très intéressants, d’autant plus que c’était en milieu défavorisé, là où l’école auparavant connaissait un échec relativement important.

Les pédagogies alternatives permettent-elles de lutter contre l’échec scolaire, puisqu’elles s’adaptent au rythme de l’enfant ?
Yves Reuter : Quand elles sont bien pratiquées, oui ! Là où c’est le plus intéressant, c’est dans les milieux défavorisés. Notre enquête à Mons-en-Barœul le montre. Mais il faut que la pédagogie soit bien pratiquée, car on peut se revendiquer des pédagogies alternatives sans forcément bien les maîtriser.

Qu’est-ce qu’implique l’application de pédagogies alternatives, tant pour les enseignants que pour les parents ?

Yves Reuter : Pour les enseignants, cela demande de la formation. On s’aperçoit aussi que les maîtres s’investissent beaucoup en termes de temps de travail. Ce qu’il y a de frappant, c’est de voir à quel point les élèves ont envie d’aller à l’école. Et on peut observer des choses qu’on trouve moins dans d’autres établissements : des élèves qui montent en classe et se mettent au travail tout seuls, et qui se sentent bien à l’école. Les maîtres doivent également prendre le temps d’informer les parents, voire de les faire participer de différentes manières. Plus on impliquera les parents, plus cela risque d’avoir des effets positifs sur l’engagement des élèves dans le travail.

* Yves Reuter est auteur de Panser l’erreur à l’école (Presses universitaires du Septentrion, 2013) et Une école Freinet. Fonctionnements et effets d’une pédagogie alternative en milieu populaire (L’Harmattan, 2007).

Première parution de cet article dans Salamnews, n° 49, septembre-octobre 2014, mis à jour en septembre 2015 pour Saphirnews.com.
avatar
Idriss

Messages : 3696
Réputation : 33
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Education: pédagogie et écoles alternatives

Message  Idriss le Dim 3 Jan - 14:03

L'éducation en Finlande



Ce vidéo montre comment l'éducation est une valeur primordiale en Finlande et comment on fait confiance aux enseignants au point où la carrière de prof est en grande demande chez les étudiants. On compare également ce système avec le modèle nord-américain.
avatar
Idriss

Messages : 3696
Réputation : 33
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Education: pédagogie et écoles alternatives

Message  Idriss le Sam 10 Sep - 14:10

Révolution école (1918-1939) : http://www.arte.tv/guide/fr/068407%2D000%2DA/revolution%2Decole%2D1918%2D1939


Sonia Devillers a écrit:Entre 1918 et 1939, on réinventa l’école…

Les années folles ont aussi été celles de l’école, de l’utopie, des sciences de la pédagogie, de l’enfance retrouvée, de l’autorité et du patriotisme contesté.

Révolution école est un film absolument remarquable. Cela fait longtemps que je n’ai pas vu un documentaires d’archives de ce niveau-là. Ces images d’écoliers entre les deux guerres sont bouleversantes. Voir Maria Montessori, Alexander Neil, Rudolf Steiner, Célestin Freinet et Ovide Decroly en action, avec les enfants donne âme et chaire à leurs théories.


Chaque étape de la réinvention de l’école est ancrée dans le contexte politique et intellectuel de l’époque. Le poids du spiritualisme, pour ne pas dire de la foi, l’apport de la psychanalyse, la montée du marxisme, la rupture du nazisme. Les poussées du XIXème siècle. Le tournant du XXème.Tout s’éclaire. Tout ce qui est né d’une première guerre et qu’une seconde allait bientôt défaire.

https://www.franceinter.fr/emissions/l-instant-tele/l-instant-tele-07-septembre-2016

Ce documentaire est en effet exceptionnel! Il fait même froid dans le dos par certains aspects...100 ans plus tard on a guerreguère avancé! Et ces documents d'archives qui font écho à notre époque , comme si nous étions nous aussi à la veille d'un d'un grand chambardement.

avatar
Idriss

Messages : 3696
Réputation : 33
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Education: pédagogie et écoles alternatives

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum