Dialogue-Abraham
L'équipe de "Dialogue Abraham" vous souhaite la bienvenue !

Ce forum recherche avant tout une atmosphère cordiale et respectueuse, chacun s'efforçant d'écouter l'autre avec la même bienveillance qui doit accueillir son propre témoignage.

Nous travaillons à nous comprendre mutuellement en vérité, et non à entretenir des conflits.

Nous ne sommes pas parfaits, mais pensons qu'il est possible d'avoir des échanges de qualité sur les sujets religieux.

Puissiez-vous, vous qui venez ici, contribuer à cet effort

Passages du Coran commentés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Passages du Coran commentés

Message  Khaled21 le Mar 4 Fév - 15:03

Bonjour à tous,

Je citerai ici quelques passages du Noble Coran sur lesquels je suis tombé et qui m'ont touché, en les accompagnant de mes humbles commentaires et/ou de commentaires pertinents trouvés sur le web. J'invite tout le monde, musulman ou pas, à partager aussi ses passages favoris. S'il y a une divergence d'interprétation quant à certaines sourates, un débat serait aussi bienvenu, le tout dans le calme, le respect et la courtoisie, bien évidemment...

Je commence avec le début de la 80e sourate du Coran, intitulée "il s'est renfrogné" ('abasa), traduite par le professeur Muhammad Chiadmi En plus du texte arabe et de la traduction française, vous pouvez aussi consulter une translittération en caractères latins.

[Sourate 80, verset 1 à 16]

عَبَسَ وَتَوَلَّىٰٓ
abassa wa tawalâ
"Le Prophète s'est renfrogné et s'est détourné

أَن جَآءَهُ ٱلْأَعْمَىٰ
in ja-âhu al a'mâ
lorsque l'aveugle vint le trouver.

وَمَا يُدْرِيكَ لَعَلَّهُۥ يَزَّكَّىٰٓ  
wa mâ yadrik la'alahu yazzakâ
Que sais-tu de lui? Peut-être cherche-t-il à se purifier

أَوْ يَذَّكَّرُ فَتَنفَعَهُ ٱلذِّكْرَىٰٓ
aw yaddhakar fayanfa'ahou al dikrâ
ou à écouter tes exhortations pour en tirer profit?

أَمَّا مَنِ ٱسْتَغْنَىٰ
ama man astaghnâ
Comment donc ! A celui qui est plein de suffisance

فَأَنتَ لَهُۥ تَصَدَّىٰ
fa-anta lahu tassadâ
tu portes un intérêt tout particulier

وَمَا عَلَيْكَ أَلَّا يَزَّكَّىٰ
wa ma 'alayka ala yazzakâ
alors qu'il t'importe peu s'il va ou non se purifier,

وَأَمَّا مَن جَآءَكَ يَسْعَىٰ
wa ama man ja-aka was'a
tandis que celui qui vient vers toi avec empressement,

وَهُوَ يَخْشَىٰ
wa huwa yakhsha
mû par la crainte de Dieu,

فَأَنتَ عَنْهُ تَلَهَّىٰ
fa-anta 'anhu talahha
tu ne t'en soucies même pas !

كَلَّآ إِنَّهَا تَذْكِرَةٌۭ
kallâ inaha tadhkira
Eh bien non ! Le Coran est un rappel  

فَمَن شَآءَ ذَكَرَهُۥ
fa-man sha-â dakarah
qui s'adresse à tout homme qui veut en méditer le sens !

فِى صُحُفٍۢ مُّكَرَّمَةٍۢ
fi suhufin mikarammah
Il est gravé sur des tables vénérées,

مَّرْفُوعَةٍۢ مُّطَهَّرَةٍۭ
marfu'atin mutaharra
sublimes et purifiées.

بِأَيْدِى سَفَرَةٍۢ  
bi aydi safara
Il est entre les mains d'anges,

كِرَامٍۭ بَرَرَةٍۢ  
kiramin barara
nobles et de toute pureté."

-
Les exégètes et les les spécialistes du Hadîth sont unanimes au sujet de l’occasion de la révélation de cette sourate. Selon eux, quelques grands chefs de la Mecque étaient assis au sein d’une assemblée que tenait le Saint Prophète, lequel était sérieusement occupé à essayer de les persuader à accepter l’Islam.

À ce moment précisément, un homme aveugle, nommé Ibn Umm Maktûm, s’était approché de lui pour rechercher l’explication d’un certain point au sujet de l’Islam. Le Saint Prophète — paix et bénédictions sur lui — n’a pas apprécié son interruption et l’a ignoré. Sur quoi, Dieu révéla cette sourate.

À partir de cet incident historique la période de révélation de cette sourate peut être déterminée avec précision. Premièrement, il a été confirmé que Ibn Umm Maktûm était un des premiers convertis à l’Islam. Ibn Hajar et Ibn Kathîr ont affirmé qu’il était du nombre de ceux qui avaient accepté l’Islam dans les premiers temps à la Mecque. Deuxièmement, certains hadîths qui relatent cet incident montrent qu’il avait déjà accepté l’Islam et d’autres indiquent qu’il avait l’intention de se convertir et qu’il s’était approché du Saint Prophète à la recherche de la vérité.

Aisha (que Dieu l'agrée) rapporte que, s’approchant vers le Saint Prophète, il avait dit : "Ô Messager de Dieu, guide-moi sur le droit chemin" (At-Tirmidhî, Al-Hakim, Ibn Hibban, Ibn Jarîr, Abû Ya`lâ). Selon `Abdullâh Ibn `Abbâs, il avait demandé la signification d’un verset du Coran et avait dit au Saint Prophète : "Ô Messager de Dieu, apprends-moi le savoir que Dieu t’a enseigné". (Ibn Jarîr, Ibn Abî Hatim).

Ces traditions prouvent qu’il avait reconnu le Saint Prophète — paix et bénédictions sur lui — en tant que Messager de Dieu et le Coran comme Livre de Dieu.

Contrairement à ceci, Ibn Zayd a interprété "la`allahû yazzakkâ" (peut-être cherche-t-il à se purifier), mots du verset 3, signifiant : "la`allahû yuslim" : "il se peut qu’il accepte l’Islam" (Ibn Jarir) et les propres mots de Dieu : "Qui te dira ? Peut-être cherchera t-il à se purifier ou se rappellera-t-il [Dieu], de sorte que le Rappel lui profite" et "Et quant à celui qui vient à toi et qui s’empresse tout en redoutant Dieu, alors tu t'éloignes de lui", précisent qu’à ce moment-là, il avait développé un profond désir d’apprendre la vérité : il s’était rendu auprès du Saint Prophète croyant qu’il était la seule source de conseils et que son profond souhait ne serait satisfait que par lui ; son état apparent reflétait également que s’il lui avait donné un enseignement, il en aurait tiré bénéfice.

Troisièmement, les noms des personnes qui faisaient partie de l’assemblée du Saint Prophète à ce moment-là, ont été donnés dans différentes traditions. Dans cette liste, nous trouvons les noms de `Utbah, Shaybah, Abû Jahl, Umayyah Ibn Khalaf, Ubayy Ibn Khalaf, qui étaient les ennemis les plus virulents de l’Islam. Ceci prouve que l’incident a eu lieu à la période où ces chefs étaient toujours en pourparlers avec le Saint Prophète et leur antagonisme à l’Islam n’avait pas atteint une proportion aussi forte au point de ne plus lui rendre visite ou de ne plus avoir de conversations avec lui de temps en temps. Tous ces arguments indiquent que c’est l’une des premières sourates révélées à la Mecque.

-
En raison du style apparent avec lequel le discours s’ouvre, on sent que dans cette sourate, Dieu a exprimé un reproche (le reproche de l’Aimé pour Son aimé) envers le Saint Prophète — paix et bénédictions sur lui — pour ne pas avoir accordé son attention à l’homme aveugle et pour s’être occupé exclusivement des grands chefs. Mais si la sourate entière est considérée objectivement, on constate que le mécontentement a été exprimé, en fait, envers les Qurayshites incroyants, qui, en raison de leurs arrogantes attitudes et leurs indifférences face à la vérité, rejetaient avec mépris le Message de Vérité porté par le Saint Prophète — paix et bénédictions sur lui —.

Sa façon de traiter l’homme aveugle avec négligence et de consacrer toute son attention aux chefs des Qurayshites n’était pas le fait qu’il considérait les riches comme nobles et le pauvre homme aveugle comme méprisable, et à Dieu ne plaise qu’il y ait un quelconque manque de manière pour lequel Dieu l’aurait réprimandé. Mais, en fait, quand un appeleur à la vérité s’embarque dans sa mission pour transmettre son message au peuple, il veut naturellement que les personnes les plus influentes de la société reçoivent son message de sorte que sa tâche devienne plus facile, parce que même si son invitation s’étend parmi les pauvres et faibles personnes, cela ne peut pas faire beaucoup de différence. C’est presque la même attitude qu’a adoptée également le Saint Prophète — paix et bénédictions sur lui — au début, son motif étant seulement la sincérité et le désir de promouvoir sa mission et non l’idée de respecter les grandes personnes et de mépriser les pauvres.

Mais Dieu attire son attention sur le fait que chaque homme, désireux de connaître la vérité, était important, qu’il fût faible ou pauvre, et chaque homme, insouciant à la vérité, était sans importance, même s’il occupait une position élevée dans la société. Ainsi, il doit proclamer publiquement et transmettre l’enseignement de l’Islam à tout le monde, mais pour les personnes qui étaient vraiment dignes de son attention étaient ceux qui étaient enclins à accepter la vérité. Son sublime et noble Message était trop élevé pour être présenté à ces personnes hautaines, qui, dans leurs arrogance et vanité, pensaient qu’ils n’avaient pas besoin de lui mais que plutôt, c’était lui qui avait besoin d’eux.

Ceci constitue le thème des versets 1 à 16.

-
Source : http://www.islamophile.org/spip/Sourate-Abasa,235.html

Voici donc pour un premier passage.

A bientôt !
Khaled


Dernière édition par Khaled21 le Mar 4 Fév - 18:17, édité 1 fois
avatar
Khaled21

Messages : 26
Réputation : 0
Date d'inscription : 31/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Passages du Coran commentés

Message  Cenuij le Mar 4 Fév - 17:54

عَبَسَ وَتَوَلَّىٰٓ
Il fronça les sourcils et se tourna"

Aucun "prophète" là-dedans... vous inventez des mots non présents dans le texte.

Cenuij
Membre banni
Membre banni

Messages : 343
Réputation : 0
Date d'inscription : 09/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Passages du Coran commentés

Message  Khaled21 le Mar 4 Fév - 18:17

Cenuij a écrit:Aucun "prophète" là-dedans... vous inventez des mots non présents dans le texte.
Premièrement, je n'ai rien inventé. La traduction a été faite par Muhammad Chiadmi, un professeur très savant que je connais personnellement et qui a consacré sa vie à l'étude du Coran et de la Sunnah... donc je ne pense pas que tu sois assez qualifié pour le contredire. Dois-je encore te citer le nombre écrasant d'islamologues, d'orientalistes ou de traducteurs d'accord avec moi ? Masson, Blachère, Kasimirski, Savary, Hamidullah, et j'en passe, pour ne citer que les traducteurs.

Des milliers et des milliers de commentateurs sunnites sont d'accord avec moi. Mais peut-être es-tu plus savant qu'eux tous ?

Deuxièmement, la traduction Chiadmi se base sur la Sunnah. Ce n'est pas seulement une traduction littérale, mais aussi interprétative, c'est-à-dire qu'elle exploite les tasfirs, la Sîra, la Sunnah et les hadiths pour éclaircir le sens du texte. Ce n'est un secret pour personne. Il est donc normal qu'il soit fait mention du Prophète là où le texte ne précise pas de manière directe.

Troisièmement, la suite de la sourate (versets 1 à 10) précise bien que la personne évoquée au v. 1 est le Prophète Muhammad. En gardant en tête le fait que lorsque Dieu s'adresse à la seconde personne du singulier ("tu"), il parle au Prophète Muhammad premièrement (et deuxièmement à tout autre lecteur), et en sachant que "celui qui s'est renfrogné et s'est détourné" est celui qui est réprimandé dans les neuf versets suivants, alors il est clair qu'il s'agit du Prophète, même s'il n'y a pas recours à la Sunnah.

Examinons les expressions utilisées dans la sourate :

- "ma yadrik la'alahu yazzaka/aw yadhakkar fa yawnafa'ou al dikra", littéralement : "Qu'en sais-tu ? Peut-être voulait-il se purifier / ou se rappeler, le rappel lui sera alors profitable".
La seule personne qui "rappelle" (sous-entendu : rappeler Dieu aux insouciants) et la seule personne auprès de laquelle on peut "se purifier"    est le Prophète Muhammad (paix et bénédictions de Dieu sur lui). Le rappel (al-dikra), c'est le Noble Coran (voir 15:9).

-
Donc il est clair qu'il s'agit du Prophète Muhammad, comme dit dans la traduction. Ou bien as-tu une interprétation plus authentique que celle qui a déjà été proposée il y a 14 siècles par les compagnons du Prophète et les témoins de la scène ?

Bien à vous
Khaled
avatar
Khaled21

Messages : 26
Réputation : 0
Date d'inscription : 31/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Passages du Coran commentés

Message  -Ren- le Mar 4 Fév - 18:26

Khaled21 a écrit:La traduction a été faite par Muhammad Chiadmi
Il aurait quand même dû mettre "le prophète" entre crochets, car ce n'est pas du tout dans le texte arabe.

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15276
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Passages du Coran commentés

Message  Khaled21 le Mar 4 Fév - 18:31

Bonsoir -Ren-,

-Ren- a écrit:Il aurait quand même dû mettre "le prophète" entre crochets, car ce n'est pas du tout dans le texte arabe.
Il ne semble pas être partisan de l'usage des crochets. Mais je vous l'accorde, ça aurait du être mis entre crochets, même si c'est clairement sous-entendu dans le texte arabe...

Bien à vous
Khaled
avatar
Khaled21

Messages : 26
Réputation : 0
Date d'inscription : 31/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Passages du Coran commentés

Message  Cenuij le Mar 4 Fév - 18:44

Khaled21 a écrit:Bonsoir -Ren-,
-Ren- a écrit:Il aurait quand même dû mettre "le prophète" entre crochets, car ce n'est pas du tout dans le texte arabe.
Il ne semble pas être partisan de l'usage des crochets. Mais je vous l'accorde, ça aurait du être mis entre crochets, même si c'est clairement sous-entendu dans le texte arabe...
Bien à vous
Khaled

C'est sous-entendu par vous...
J'ai l'intuition qu'on peut trouver un passage identique dans les Ecritures (canoniques ou non)... à voir.

Cenuij
Membre banni
Membre banni

Messages : 343
Réputation : 0
Date d'inscription : 09/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Passages du Coran commentés

Message  Khaled21 le Mar 4 Fév - 19:11

Cenuij a écrit:C'est sous-entendu par vous...
Tu peux me tutoyer.  ;) 

Non, c'est un sous-entendu du texte arabe compris par tout arabophone qui maitrise les subtilités de la langue arabe, ce qui ne semble pas être ton cas. Je t'ai déjà donné les noms de ceux qui sont de mon avis, et je répète encore que l'écrasante majorité des traducteurs, orientalistes, savants, islamologues, penseurs et hafizs pensent comme moi. Il n'y a qu'à consulter les tasfirs (dont certains sont millénaires) pour s'en rendre compte.

Alors venir maintenant, 1435 ans après les faits, déclamer que l'interprétation est fausse parce que "le mot prophète n'est pas écrit dans le texte", désolé, mais c'est un peu léger comme argument. Te rends-tu compte que tu appliques la logique gréco-latine à un texte sémitique ??

Cenuij a écrit:J'ai l'intuition qu'on peut trouver un passage identique dans les Ecritures (canoniques ou non)... à voir.
??

Bien à vous
Khaled
avatar
Khaled21

Messages : 26
Réputation : 0
Date d'inscription : 31/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Passages du Coran commentés

Message  Cenuij le Mar 4 Fév - 19:21

Tu inventes des mots qui n'existent pas dans le texte. C'est factuel. Dans la sourate, il n'y a ni "prophète", Ren te l'a fait remarqué, après moi, ni "Coran".

Ajouter ces mots, c'est changer le texte. C'est factuel.

Maintenant il y a deux solutions ; soit on commente le VRAI texte, sans tes ajouts. Soit on commente TON texte.
Commenter TON texte ne m'intéresse pas, commenter LE texte oui.

Cenuij
Membre banni
Membre banni

Messages : 343
Réputation : 0
Date d'inscription : 09/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Passages du Coran commentés

Message  Khaled21 le Mar 4 Fév - 19:51

Cenuij a écrit:Tu inventes des mots qui n'existent pas dans le texte. C'est factuel. Dans la sourate, il n'y a ni "prophète", Ren te l'a fait remarqué, après moi, ni "Coran".
Encore une fois, je n'invente rien. Il s'agit d'une traduction interprétative et non littéraliste, basée sur des tafsirs millénaires et sur l'avis unanime d'un nombre écrasants de traducteurs, de commentateurs, de savants, d'orientalistes, de hafizs et d'éminents islamologues.

Des témoins de la scène, des compagnons du Prophète ont détaillé la scène il y a 14 siècles. Alors, désolé, mais tu n'es pas trop crédible à venir 1435 ans après déclarer que tout était faux... si au moins tu apportais une autre interprétation crédible, mais là tu ne fais que nier en bloc sans rien apporter.

Quant au mot "Coran", euh, tu es sérieux ? Ce n'est ni plus ni moins qu'un synonyme du mot "rappel" (al-dhikr)...  :sleep: 

Cenuij a écrit:Ajouter ces mots, c'est changer le texte. C'est factuel.
Pour la énième fois, on n'ajoute pas de mots, on ne change rien. On essaye d'exprimer en français ce que le texte arabe sous-entend clairement. En arabe, tout ce qui est écrit dans la traduction (prophète, Coran etc) est clairement stipulé ; c'est ce que tout arabophone maitrisant les subtilités de la langue arabe attestera.

Tu appliques la logique grecquo-latine à un texte sémitique, tu te rends compte de l'énorme incohérence ? Dans les langues latines (français, latin, espagnol) et grecques, TOUT doit être écrit pour être compris, il n'y a pas de données sous-entendues. Si je te dis "le départ", tu ne comprendras rien à ce que je veux te dire.. Dans les langues sémitiques (arabe, hébreu, araméen), une phrase peut se limiter à un mot tout en en exprimant dix mille. C'est ce qu'on appelle, en grammaire arabe, le sens intérieur ou sous-entendu (al ma'na al batiniya). Si je dis "al dahab (le départ)" en arabe, tout arabophone comprendra cet ordre : "Pars !"

Cenuij a écrit:Maintenant il y a deux solutions ; soit on commente le VRAI texte, sans tes ajouts. Soit on commente TON texte.
Commenter TON texte ne m'intéresse pas, commenter LE texte oui.
Il n'y a pas d'ajout, mon bonhomme. "Mon" texte, ce n'est que le sens du Coran tel qu'il est écrit en arabe. Mais si tu veux une traduction ultra-littérale, ignorant le second sens du texte coranique, alors c'est comme tu veux... Au moins, ça donnera libre court à toutes les interprétations farfelues que tu voudras infliger au texte. Allons-y  :roll: 

1. Il a durci son visage ('abasa) et s'est détourné (wa taawala),
2. quand (id) est venu à lui (ja'ahu) l'aveugle (al-a'ma).
3. Qu'en (ma) sais-tu (yadrik) ? Peut-être (la'alahu) purifie t-il (yazzaka)
4. ou (aw) se rappelle t-il (wadakar), alors (fa) lui est profitable (yanfa'ahu) le rappel (al dikra) ?
5. Quant (amma) à celui (man) qui s'est enrichi (astaghna),
6. tu (fa'anta) t'empresses d'aller à sa rencontre (lahu talaha) !
7. Et (wa) il n'est pas sur toi (ma alayka) qu'il ne se purifie pas (alla yazzaka)...
8. Et (wa) celui (man) qui vient à toi (ja'aka) en s'empressant (yas'a),
9. et il (wa huwa) craint (yakhcha),
10. tu (fa'anta) ignores lui (lahu talaha) !
11. Non (kalla) ! C'est (inaha) un rappel (tadkira),
12. pour celui qui veut (liman cha'a) se le rappelle (dakarah),
13. dans (bi) des feuilles (suhufin) sanctifiées (mukarramah),
14. élevées (marfu'atin), purifiées (mutaharra),
15. entre les mains (bi aydi) d'anges (safara)
16. nobles (kiraman), purs (barara).

A savoir que ce texte ultra-littéral, truffé d'arabismes, d'expressions arabes littéralement traduites et autres défauts de traduction, ne reflète aucunement le sens et la beauté du texte arabe, bien qu'il le suit du mot à mot. Traduire littéralement un texte sémitique vers une langue latine est la pire erreur que puisse faire un traducteur, c'est une atteinte aux textes. Mais enfin, c'est ce que veut Cenuij...

Bien à vous
Khaled
avatar
Khaled21

Messages : 26
Réputation : 0
Date d'inscription : 31/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Passages du Coran commentés

Message  Cenuij le Mar 4 Fév - 20:09

Je ne commenterai pas un texte où des mots sont ajoutés...

Cenuij
Membre banni
Membre banni

Messages : 343
Réputation : 0
Date d'inscription : 09/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Passages du Coran commentés

Message  Khaled21 le Mar 4 Fév - 20:20

Cenuij a écrit:Je ne commenterai pas un texte où des mots sont ajoutés...
 
:doh: 

La traduction que je t'ai donné ne comporte aucun mot ajouté. Je l'ai moi-même traduite du mot à mot en précisant entre parenthèses à quel mot original la traduction se rapporte. Et même la traduction précédente de Chiadmi ne comportait pas de mots "ajoutés".

J'ai déjà expliqué tout cela, pourquoi ne lis-tu pas mes messages ?

Moi-même a écrit:Pour la énième fois, on n'ajoute pas de mots, on ne change rien. On essaye d'exprimer en français ce que le texte arabe sous-entend clairement. En arabe, tout ce qui est écrit dans la traduction (prophète, Coran etc) est clairement stipulé ; c'est ce que tout arabophone maitrisant les subtilités de la langue arabe attestera.

Tu appliques la logique grecquo-latine à un texte sémitique, tu te rends compte de l'énorme incohérence ? Dans les langues latines (français, latin, espagnol) et grecques, TOUT doit être écrit pour être compris, il n'y a pas de données sous-entendues. Si je te dis "le départ", tu ne comprendras rien à ce que je veux te dire.. Dans les langues sémitiques (arabe, hébreu, araméen), une phrase peut se limiter à un mot tout en en exprimant dix mille. C'est ce qu'on appelle, en grammaire arabe, le sens intérieur ou sous-entendu (al ma'na al batiniya). Si je dis "al dahab (le départ)" en arabe, tout arabophone comprendra cet ordre : "Pars !"

-
Moi-même a écrit:Il n'y a pas d'ajout, mon bonhomme. "Mon" texte, ce n'est que le sens du Coran tel qu'il est écrit en arabe. Mais si tu veux une traduction ultra-littérale, ignorant le second sens du texte coranique, alors c'est comme tu veux... Au moins, ça donnera libre court à toutes les interprétations farfelues que tu voudras infliger au texte. Allons-y :roll:

1. Il a durci son visage ('abasa) et s'est détourné (wa taawala),
2. quand (id) est venu à lui (ja'ahu) l'aveugle (al-a'ma).
3. Qu'en (ma) sais-tu (yadrik) ? Peut-être (la'alahu) purifie t-il (yazzaka)
4. ou (aw) se rappelle t-il (wadakar), alors (fa) lui est profitable (yanfa'ahu) le rappel (al dikra) ?
5. Quant (amma) à celui (man) qui s'est enrichi (astaghna),
6. tu (fa'anta) t'empresses d'aller à sa rencontre (lahu talaha) !
7. Et (wa) il n'est pas sur toi (ma alayka) qu'il ne se purifie pas (alla yazzaka)...
8. Et (wa) celui (man) qui vient à toi (ja'aka) en s'empressant (yas'a),
9. et il (wa huwa) craint (yakhcha),
10. tu (fa'anta) ignores lui (lahu talaha) !
11. Non (kalla) ! C'est (inaha) un rappel (tadkira),
12. pour celui qui veut (liman cha'a) se le rappelle (dakarah),
13. dans (bi) des feuilles (suhufin) sanctifiées (mukarramah),
14. élevées (marfu'atin), purifiées (mutaharra),
15. entre les mains (bi aydi) d'anges (safara)
16. nobles (kiraman), purs (barara).

A savoir que ce texte ultra-littéral, truffé d'arabismes, d'expressions arabes littéralement traduites et autres défauts de traduction, ne reflète aucunement le sens et la beauté du texte arabe, bien qu'il le suit du mot à mot. Traduire littéralement un texte sémitique vers une langue latine est la pire erreur que puisse faire un traducteur, c'est une atteinte aux textes. Mais enfin, c'est ce que veut Cenuij...

C'est pénible de devoir redonner les mêmes messages que tu ignores systématiquement...

Bien à vous
Khaled
avatar
Khaled21

Messages : 26
Réputation : 0
Date d'inscription : 31/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Passages du Coran commentés

Message  Cenuij le Mar 4 Fév - 20:26

Refait un sujet avec le texte arabe et le texte que tu as nettoyé des ajouts (ceci vaut pour tous les textes coraniques que tu voudras commenter.)

Cenuij
Membre banni
Membre banni

Messages : 343
Réputation : 0
Date d'inscription : 09/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Passages du Coran commentés

Message  Khaled21 le Mar 4 Fév - 20:34

Cenuij a écrit:Refait un sujet avec le texte arabe et le texte que tu as nettoyé des ajouts (ceci vaut pour tous les textes coraniques que tu voudras commenter.)
Non, pour la simple raison que la première traduction convient très bien. Tu ne connais rien à l'arabe, tu ne sais pas que tout texte arabe possède un sens extérieur (ma'na kharij) et un sens intérieur ou sous-entendu (ma'na dakhil/batni). Les mots "prophète", "Coran" et autres sont clairement sous-entendus et compris par celui qui maitrise les subtilités de la langue arabe. Ce doit être la cinquième fois que j''explique ces notions islamiques/arabiques basiques...

Je n'ai donné la traduction ultra-littérale que pour montrer que traduire littéralement un texte sémitique vers une langue latine est une véritable catastrophe et une destruction du texte. Tu l'aurais compris si tu avais pris la peine de lire mes messages.

Maintenant, commente la sourate ou bien instruis-toi et va apprendre l'arabe. On va vers le HS là, et en plus tu ne fais que contester des faits.

Bien à vous
Khaled
avatar
Khaled21

Messages : 26
Réputation : 0
Date d'inscription : 31/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Passages du Coran commentés

Message  Cenuij le Mar 4 Fév - 20:39

Dont acte.

Cenuij
Membre banni
Membre banni

Messages : 343
Réputation : 0
Date d'inscription : 09/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Passages du Coran commentés

Message  Doute-Pieux le Mer 5 Fév - 17:24

Voilà ce qu'en dit le Tafsir d'ibn Kathir (en tout cas son abrégé):

Au nom de Dieu, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

1.Il a pris l'air sévère et s'est détourné
2.Sous prétexte que l'aveugle l'abordait
3.Comment peux-tu savoir si (l'aveugle) n'allait pas se purifier
4.Ou pratiquer le Rappel, et que le Rappel leur fût profitable ?
5.Ou bien envers le suffisant
6.Tu t'empresses:
7.Il ne tient pas à toi qu'il se purifie !
8.Ou bien envers qui t'aborde avec zèle
9.Plongé dans la crainte
10.Tu affectes la distraction
11.Ah non !
12.Et bien ! qui le veut pratique le Rappel
13.Aux termes de feuilles glorifiées
14.Sublimes et purifiées
15.Aux mains de messagers
16.Nobles et vertueux.

Nombre d'exégètes: Un jour, alors que l'Envoyé (saws) dialoguait avec un notable de Quraych, dans l'attente de sa conversation, voilà qu'ibn Um Maktûm arriva. Ibn Um Maktûm, qui était musulman depuis longtemps, se mit à interroger l'Envoyé (saws) sur une chose, avec insistance. L'Envoyé (saws) aima à ce moment qu'Ibn Um Maktûm se taisait pour qu'il pût parler avec l'autre homme, en vue de sa guidance. Il aima cela et il prit l'air sévère devant Ibn Um Maktûm, se détourna de lui et s'intéressa à l'autre. C'est pourquoi Dieu fit descendre Il a pris l'air sévère.
Le verset Comment peux-tu savoir si (l'aveugle) n'allait pas se purifier: comment peux-tu savoir s'il ne va pas avoir purification de son âme.
Le verset ou pratiquer le Rappel leur fût profitable ?: et qu'il arrive de s'édifier et de se contrôler devant les interdits ? Les versets Ou bien envers le suffisant tu t'empresses: quant au suffisant, tu l'abordes dans l'espoir qu'il se guide.
Le verset il ne tient pas à toi qu'il se purifie !: tu ne vas pas être interrogé s'il ne se purifie pas.
Les versets ou bien envers qui t'aborde avec zèle, plongé dans la crainte: qui vient à toi et t'adopte comme chef (imam) pour bien se guider avec ce que tu dis.
Le verset tu affectes la distraction !: tu te fais occupé. Ainsi, Dieu ordonna à Son Envoyé (saws) de ne plus donner l'alarme à quelqu'un de particulier, mais de la donner à tout le monde, au notable comme au faible, au riche comme au pauvre, au seigneur comme à l'esclave. Et c'est à Lui de guider ensuite qui Il veut. Anas: Ibn Um Maktûm alla trouver le Prophète (saws) qui était en train de parler à Ubay Ibn Khalaf. Le Prophète (saws) se détourna de lui: alors Dieu fit descendre Il a pris l'air sévère et s'est détourné.
Le verset Et bien ! qui le veut pratique le Rappel: celui qui le veut rappelle Dieu dans toutes ses affaires. Toutefois le pronom peut référer aussi à la révélation, puisque le propos s'y prête.
Les versets aux termes de feuilles glorifiées, sublimes et purifiées: cette sourate, ou cette édification aux termes de feuilles honorées, respectées, très estimées, purifiées de souillure, de rajout ou de retrait.
Les versets aux mains de messagers nobles et vertueux: ces envoyés à la constitution noble et au caractère vertueux sont les anges. Quand ils descendent avec la révélation de Dieu, ils sont comme les ambassadeurs, les émissaires.

Voici ci-dessous la traduction proposée par Khaled:

"Le Prophète s'est renfrogné et s'est détourné
lorsque l'aveugle vint le trouver.
Que sais-tu de lui? Peut-être cherche-t-il à se purifier
ou à écouter tes exhortations pour en tirer profit?
Comment donc ! A celui qui est plein de suffisance
tu portes un intérêt tout particulier
alors qu'il t'importe peu s'il va ou non se purifier,
tandis que celui qui vient vers toi avec empressement,
mû par la crainte de Dieu,
tu ne t'en soucies même pas !
Eh bien non ! Le Coran est un rappel  
qui s'adresse à tout homme qui veut en méditer le sens !
Il est gravé sur des tables vénérées,
sublimes et purifiées.
Il est entre les mains d'anges,
nobles et de toute pureté."
avatar
Doute-Pieux

Messages : 243
Réputation : 0
Date d'inscription : 26/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Passages du Coran commentés

Message  -Ren- le Mer 5 Fév - 17:57

Khaled21 a écrit:Il ne semble pas être partisan de l'usage des crochets
Oui, c'est une traduction plus "littéraire"... Et je ne cache pas, de mon côté, mon goût pour les traductions littérales (ce qui ne m'empêche pas d'avoir offert sa traduction -en version bilingue bien sûr- à ma femme ;) )

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15276
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Passages du Coran commentés

Message  Cenuij le Mer 5 Fév - 19:01

1. Il a durci son visage ('abasa) et s'est détourné (wa taawala),
عَبَسَ وَتَوَلَّىٰٓ

2. quand (id) est venu à lui (ja'ahu) l'aveugle (al-a'ma).
ن جَآءَهُ ٱلْأَعْمَىٰ

3. Qu'en (ma) sais-tu (yadrik) ? Peut-être (la'alahu) purifie t-il (yazzaka)
وَمَا يُدْرِيكَ لَعَلَّهُۥ يَزَّكَّىٰٓ

4. ou (aw) se rappelle t-il (wadakar), alors (fa) lui est profitable (yanfa'ahu) le rappel (al dikra) ?
أَوْ يَذَّكَّرُ فَتَنفَعَهُ ٱلذِّكْرَىٰٓ

5. Quant (amma) à celui (man) qui s'est enrichi (astaghna),

أَمَّا مَنِ ٱسْتَغْنَىٰ

6. tu (fa'anta) t'empresses d'aller à sa rencontre (lahu talaha)
فَأَنتَ عَنْهُ تَلَهَّىٰ

7. Et (wa) il n'est pas sur toi (ma alayka) qu'il ne se purifie pas (alla yazzaka)...
وَمَا عَلَيْكَ أَلَّا يَزَّكَّىٰ

8. Et (wa) celui (man) qui vient à toi (ja'aka) en s'empressant (yas'a),
وَأَمَّا مَن جَآءَكَ يَسْعَىٰ

9. et il (wa huwa) craint (yakhcha),
وَهُوَ يَخْشَىٰ

10. tu (fa'anta) l'ignores (lahu talaha)
فَأَنتَ عَنْهُ تَلَهَّىٰ

11. Non (kalla) C'est (inaha) un rappel (tadkira),/Il est à la fois un rappel
كَلَّآ إِنَّهَا تَذْكِرَةٌۭ

12. pour celui qui veut (liman cha'a) se le rappelle (dakarah),/ il est mentionné
فَمَن شَآءَ ذَكَرَهُۥ

13. dans (bi) des feuilles (suhufin) sanctifiées (mukarramah),
فِى صُحُفٍۢ مُّكَرَّمَةٍۢ

14. élevées (marfu'atin), purifiées (mutaharra),/assainies
مَّرْفُوعَةٍۢ مُّطَهَّرَةٍۭ

15. entre les mains (bi aydi) d'anges (safara)/dans les mains de voyage
بِأَيْدِى سَفَرَةٍۢ

16. nobles (kiraman), purs (barara). justifié

كِرَامٍۭ بَرَرَةٍۢ

Voici donc le "vrai texte"...

C'est une apparence typique de fragment, comme beaucoup des sourates courtes du Coran. Qu'en dire ? Cela renvoie à un épisode des Ecritures ? On ne peut guère en savoir plus.
Les personnages peuvent être n'importe qui ; Moïse, Jésus ou n'importes quelles figures connues.
On retrouve l'antienne ; un rappel propre sous forme d'écrits, qui ont été "assainis" ; G.Gobillot en parle très bien au sujet du texte coranique qui rectifie nombre d'erreurs des textes antérieurs.


Cenuij
Membre banni
Membre banni

Messages : 343
Réputation : 0
Date d'inscription : 09/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Passages du Coran commentés

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum