Dialogue-Abraham
L'équipe de "Dialogue Abraham" vous souhaite la bienvenue !

Ce forum recherche avant tout une atmosphère cordiale et respectueuse, chacun s'efforçant d'écouter l'autre avec la même bienveillance qui doit accueillir son propre témoignage.

Nous travaillons à nous comprendre mutuellement en vérité, et non à entretenir des conflits.

Nous ne sommes pas parfaits, mais pensons qu'il est possible d'avoir des échanges de qualité sur les sujets religieux.

Puissiez-vous, vous qui venez ici, contribuer à cet effort

Exhortation Apostolique "Evangelii Gaudium"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Exhortation Apostolique "Evangelii Gaudium"

Message  -Ren- le Mar 26 Nov - 13:19

Première exhortation "100% pape François" ^^
A lire en intégralité sur http://www.vatican.va/holy_father/francesco/apost_exhortations/documents/papa-francesco_esortazione-ap_20131124_evangelii-gaudium_fr.html

La Table des Matières :
TABLE DES MATIÈRES

La joie de l'Évangile [1]

1. Une joie qui se renouvelle et se communique [2-8]
2. La douce et réconfortante joie d’évangéliser [9-13]
Une éternelle nouveauté [11-13]
3. La nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi [14-18]
Propositions et limites de cette Exhortation [16-18]

Chapitre 1 : La transformation missionnaire de l’Église [19-49]

1. Une Église « en sortie » / « en partance » [20-24]
Prendre l’initiative, s’impliquer, accompagner, porter du fruit et fêter [24]
2. Pastorale en conversion [25-33]
Un renouveau ecclésial qu’on ne peut différer [27-33]
3. À partir du cœur de l’Évangile [34-39]
4. La mission qui s’incarne dans les limites humaines [40-45]
5. Une mère au cœur ouvert [46-49]


Chapitre 2 : Dans la crise de l’engagement communautaire [50-109]

1. Quelques défis du monde actuel [52-75]
Non à une économie de l’exclusion [53-54]
Non à la nouvelle idolâtrie de l’argent [55-56]
Non à l’argent qui gouverne au lieu de servir [57-58]
Non à la disparité sociale qui engendre la violence [59-60]
Quelques défis culturels [61-67]
Défis de l’inculturation de la foi [68-70]
Défis des cultures urbaines [71-75]

2. Tentations des agents pastoraux [76-109]
Oui au défi d’une spiritualité missionnaire [78-80]
Non à l’acédie égoïste [81-83]
Non au pessimisme stérile [84-86]
Oui aux relations nouvelles engendrées par Jésus Christ [87-92]
Non à la mondanité spirituelle [93-97]
Non à la guerre entre nous [98-101]
Autres défis ecclésiaux [102-109]

Chapitre 3 : L’annonce de l’Évangile

1. Tout le Peuple de Dieu annonce l’Évangile [111-134]
Un peuple pour tous [112-114]
Un peuple aux multiples visages [115-118]
Nous sommes tous des disciples missionnaires [119-121]
La force évangélisatrice de la piété populaire [122-126]
De personne à personne [127-129]
Les charismes au service de la communion évangélisatrice [130-131]
Culture, pensée et éducation [132-134]

2. L’homélie [135-144]
Le contexte liturgique [137-138]
La conversation d’une mère [139-141]
Des paroles qui font brûler les cœurs [142-144]


3. La préparation de la prédication [145-159]
Le culte de la vérité [146-148]
La personnalisation de la Parole [149-151]
La lecture spirituelle [152-153]
À l’écoute du peuple [154-155]
Instruments pédagogiques [156-159]


4. Une évangélisation pour l’approfondissement du kerygme [160-175]
Une catéchèse kérygmatique et mystagogique [163-168]
L’accompagnement personnel des processus de croissance [169-173]
Au sujet de la Parole de Dieu [174-175]

Chapitre 4 : La dimension sociale de l’évangélisation

1. Les répercussions communautaires et sociales du kerygme [177-185]
Confession de la foi et engagement social [178-179]
Le Royaume qui nous appelle [180-181]
L’enseignement de l’Église sur les questions sociales [182-185]

2. L’intégration sociale des pauvres [186-216]
Unis à Dieu nous écoutons un cri [18 7-192]
Fidélité à l’Évangile pour ne pas courir en vain [193-196]
La place privilégiée des pauvres dans le peuple de Dieu [197-201]
Économie et distribution des revenus [202-208]
Avoir soin de la fragilité [209-216]

3. Le bien commun et la paix sociale [217-237]
Le temps est supérieur à l’espace [222-225]
L’unité prévaut sur le conflit [226-230]
La réalité est plus importante que l’idée [231-233]
Le tout est supérieur à la partie [234-237]


4. Le dialogue social comme contribution à la paix [238-258]
Le dialogue entre la foi, la raison et les sciences [242-243]
Le dialogue œcuménique [244-246]
Les relations avec le judaïsme [247-249]
Le dialogue interreligieux [250-254]
Le dialogue social dans un contexte de liberté religieuse [255-258]


Chapitre 5 : Évangélisateurs avec Esprit

1. Motivations pour une impulsion missionnaire renouvelée [262-288]
La rencontre personnelle avec l’amour de Jésus qui nous sauve [264-267]
Le plaisir spirituel d’être un peuple [268-274]
L’action mystérieuse du Ressuscité et de son Esprit [275-280]
La force missionnaire de l’intercession [281-283]


2. Marie, la Mère de l’évangélisation [284-288]
Le don de Jésus à son peuple [285-286]
L’Étoile de la nouvelle évangélisation [287-288]

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 14886
Réputation : 14
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exhortation Apostolique "Evangelii Gaudium"

Message  -Ren- le Mar 26 Nov - 13:24

Commentaire sur le site du Monde :
(...) En élargissant les thèmes abordés au-delà de la seule évangélisation, Evangelii Gaudium confirme le cap papal. Si la feuille de route est classique – «tout baptisé est un missionnaire évangélisateur» –, les moyens et les termes pour la remplir sont bien « bergogliens ». «Un évangélisateur ne doit pas avoir constamment une tête d'enterrement». Avec «joie et enthousiasme, il doit aller sans crainte chercher ceux qui sont loin, inviter les exclus». «Je préfère une Eglise accidentée, blessée et sale pour être sortie par les chemins, plutôt qu'une Eglise malade de la fermeture et du confort» (...)

Le pape confirme aussi son « option préférentielle pour les pauvres », en se démarquant une nouvelle fois des théologiens de la libération. «Les pauvres sont les destinataires privilégiés de l'Evangile», insiste-t-il. Mais cette option est «théologique avant d'être culturelle, politique ou philosophique». Revenant sur les «maux du temps», le pape condamne avec force «la main invisible du marché», dénonce les disparités sociales, plaide pour plus d'éthique dans la finance et «exhorte les pays à une généreuse ouverture envers les migrants»

Dans une longue charge contre les ravages de la «mondanité spirituelle», qui «derrière les apparences de religiosité consiste à rechercher la gloire humaine et le bien-être personnel», il met aussi en garde les croyants contre «les conquêtes sociales et politiques, le fonctionnalisme de manageur, l'autosatisfaction égocentrique» (...)

Il invite chacun à «repenser les structures, le style et les méthodes de ses propres communautés» et préconise «un processus résolu de discernement, de purification et de réforme». Pas question pour autant d'adapter le message. Ainsi sur l'avortement : le pape reste ferme dans son opposition, mais appelle à un meilleur accueil des femmes ayant avorté. De même, «le sacerdoce réservé aux hommes est une question qui ne se discute pas», même si la place des femmes dans l'Eglise peut être améliorée.

Sur le message de l'Eglise, le pape suggère aussi aux clercs une hiérarchisation des priorités, notamment en ce qui concerne l'enseignement moral de l'Eglise. Ils demandent aux pasteurs de ne pas être «obsédés par la transmission désarticulée d'une multitude de doctrines qu'on essaie d'imposer à force d'insister», de sortir du «catalogue des péchés et des erreurs». Il leur rappelle que le «confessionnal ne doit pas être une salle de torture» et les invite à des homélies plus «positives» que «purement moralistes ou endoctrinantes». Sans citer explicitement les fidèles privés de communion, comme les divorcés-remariés, le pape rappelle que «l'Eglise n'est pas une douane et qu'il y a de la place pour chacun avec sa vie difficile»

Dénonçant encore les divisions entre chrétiens ou le relativisme croissant, appelant à une meilleure sélectivité dans le recrutement des clercs, pointant les richesses et les dérives de la « piété populaire », revenant sur les relations avec l'islam et la liberté de culte que doivent accorder les pays musulmans aux chrétiens, le pape balaie large. Avec ce premier texte magistériel, il va au-delà des gestes et de son statut naissant d'icône, et engage les catholiques dans «une période évangélisatrice plus fervente», conscient d'un contexte de sécularisation qui ne doit pas «faire taire» leurs convictions.
http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/11/26/le-pape-appelle-l-eglise-a-sortir-du-catalogue-des-peches_3520339_3214.html

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 14886
Réputation : 14
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exhortation Apostolique "Evangelii Gaudium"

Message  -Ren- le Mar 26 Nov - 13:58

Extrait de l'exhortation apostolique d'aujourd'hui : la "feuille de route officielle" pour les personnes dialoguant avec l'Islam... et les autres !
http://blogren.over-blog.com/article-le-pape-fran-ois-et-les-relations-avec-l-islam-121303786.html

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 14886
Réputation : 14
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exhortation Apostolique "Evangelii Gaudium"

Message  -Ren- le Jeu 28 Nov - 15:38

Certaines personnes s'étranglent, sans surprise, face au passage parlant du dialogue avec l'islam. Un exemple dans ceci, lu sur le web :
Xavier Celtillos a écrit:De telles lignes appellent les réflexions suivantes :

Le pape François semble ignorer la vraie nature de l’Islam, qui, si l’on accepte éventuellement  de la considérer comme une fausse religion, est d’abord et avant tout un système social, sociétal, politique et économique d’une extrême violence.
◾ La violence n’est pas une interprétation possible de l’Islam, elle en est une composante intrinsèque.  Affirmer le contraire, c’est ne jamais avoir lu le Coran. Est-ce la cas du pape François ?
◾ Contrairement à ce que dit le pape François, la nature violente de l’Islam nous impose la plus grande prudence vis-à-vis des populations soumises à ce système. Il suffit pour cela de considérer que la majorité des violences commises le sont au nom de l’Islam.
◾ Accepter d’accueillir l’Islam en tant que tel, d’accueillir ses adeptes sans leur imposer une assimilation ne peut que nous conduire au suicide civilisationnel que nous sommes en train de vivre. Faire cela, c’est livrer l’Europe à la Charia, tôt ou tard.
◾ Il est absolument illusoire de considérer que par la liberté religieuse accordée aux musulmans, l’Occident apostat obtiendra un retour dans le même sens pour les Chrétiens en pays Islamique. C’est même le contraire qui se produit : depuis que l’Islam envahit l’Occident, celui se trouve incapable d’imposer le respect des minorités chrétiennes. Il suffit d’accepter de considérer la réalité du Moyen-Orient pour s’en convaincre.

La liberté religieuse reste une constante dans ce nouveau magistère issu du concile Vatican II. On avait souvent défendu cette liberté religieuse comme étant une donnée politique, s’adressant d’abord et avant tout aux non chrétiens afin de faciliter un dialogue de paix. Sur de telles considérations, certains avançaient qu’une telle liberté religieuse n’allait donc pas à l’encontre des condamnations portées par les papes du XVIIIème et XIXème siècle (1), condamnations qui abordaient le côté doctrinal du problème et qui s’adressaient aux catholiques. Or nous sommes là dans une exhortation apostolique, qui parle donc de doctrine et qui s’adresse aux catholiques.
◾ Dans son aspect doctrinal la liberté religieuse est une aberration, car si on croit que le Christ est le Chemin, la Vérité et la Vie, et qu’en dehors de l’Eglise il n’y a pas de Salut, alors on ne peut logiquement admettre qu’une fausse religion, violente de surcroit, puisse librement répandre ses erreurs causer tant de dommages dans les âmes.
◾ Dans son aspect politique la liberté religieuse peut s’avérer un suicide. Qu’une telle liberté soit tolérée pour éviter des troubles importants de l’ordre public, peut se comprendre. Mais le fait que depuis 50 ans nous laissons la liberté à l’islam de s’installer sur notre territoire au nom de la liberté religieuse est une folie politique dont nous payerons tôt ou tard les conséquences, comme c’est déjà le cas de tant de pays.

De tels propos dans une exhortation apostolique sont d’une extrême gravité : ils viennent confirmer s’il en était encore besoin que la doctrine issue du concile Vatican II est un non-sens doctrinal aux conséquences pratiques et politiques dramatiques.

Alors que l’Europe sombre sous les assauts du laïcisme et de l’Islam, il est impératif pour notre survie que se dressent de nouveau les remparts de la Rome Eternelle, maîtresse et sagesse de Vérité. Très Saint-Père, rendez à l’Eglise catholique sa doctrine, car nous périssons !

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 14886
Réputation : 14
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exhortation Apostolique "Evangelii Gaudium"

Message  Doute-Pieux le Ven 29 Nov - 11:14

La Croix consacrait sa Une sur "La Joie de l'Évangile".

J'ai apprécié la conclusion de l'éditorial de Dominique Greiner (La Croix):

Dominique Greiner a écrit:"(...) Et quand il dénonce avec force les travers du monde actuel, comme par exemple l'économie "qui tue" en produisant de l'exclusion et de la disparité sociale, c'est avec la conviction que l'Église a une responsabilité de premier plan à jouer pour indiquer un chemin vers un bonheur et une joie authentiques auxquels beaucoup aspirent sans les trouver. À charge pour elle de sortir de ses murs pour entendre cette quête et proposer son message."
avatar
Doute-Pieux

Messages : 243
Réputation : 0
Date d'inscription : 26/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exhortation Apostolique "Evangelii Gaudium"

Message  -Ren- le Mar 17 Déc - 14:58

Réaction à la FSSPX :
L'occasion de ce document est le Synode des évêques qui s'est tenu du 7 au 28 octobre l'année dernière et qui était consacré au thème de la nouvelle évangélisation (...) En même temps, ce document a été présenté par le nouveau pontife comme une sorte de directoire. Ce double but et la prolixité du pape ont pour conséquence que ce document ne présente pas de structures claires (...)

De plus, ce document n'est pas exempt de contradictions : le pape va ainsi préciser qu'il ne s'agit pas d'une encyclique sociale, mais par la suite les conditions économiques sont traitées selon un modèle semblable à celui des encycliques des papes antérieurs. Le pape François parle de l'Eglise comme si, jusqu'à aujourd'hui, elle n'avait pas transmis l'Evangile ou l'avait fait de manière imparfaite. Il se désole d'une attitude nonchalante, léthargique et fermée. Cette réprimande constante nous touche désagréablement (...)

Le document contient sans doute nombre de considérations positives, qui ne peuvent être passées sous silence (...)

Bonum ex integra causa, malum ex quocumque defectu, nous dit le principe classique de morale. Le bien provient d'une intégrité, mais en revanche si une partie essentielle d'une chose est mauvaise, l'ensemble est mauvais. Les belles parties du document papal, qui nous ont réjouis, ne peuvent nous empêcher de constater la ferme volonté de réaliser le concile Vatican II, non seulement selon la lettre, mais aussi selon l'esprit. La trilogie Liberté religieuse - Collégialité - Oecuménisme, qui, selon les paroles de Mgr Lefebvre, correspond à la devise de la Révolution française : Liberté - Egalité - Fraternité, est développée de manière systématique.

Tout d'abord, aux n° 94 et 95, les fidèles attachés à la Tradition sont réprimandés et même accusés de néo-pélagianisme (...) Le sens de la réalité fait véritablement défaut dans ce document ; ce qui donne l'illusion que la vérité vaincra par elle-même l'erreur (...)

Extrêmement étrange est l'observation faite au n° 129, à savoir qu'il ne faut pas croire que "l'annonce évangélique doit se transmettre toujours par des formules déterminées et figées, ou avec des paroles précises qui expriment un contenu absolument invariable", Cela nous rappelle inévitablement la doctrine de l'évolution des dogmes, telle que les modernistes la défendent et telle qu'elle a été expressément condamnée par le pape saint Pie , dans le serment antimoderniste. Cette attitude évolutionniste se montre aussi au sujet de l'Eglise et de ses structures (...)

Le n° 255 parle de la liberté religieuse comme un droit fondamental de l'homme. Le pape cite ici Benoît XVI (...) Une telle déclaration est directement opposée à la 15e proposition du Syllabus du pape Pie IX (...) La suite de ce n° 255 contredit la doctrine des papes depuis la Révolution française jusqu'à Pie XII inclus (...)

Le concept de collégialité développé par le pape sera encore beaucoup plus funeste pour l'avenir de l'Eglise (...) Selon notre modeste opinion, une conférence épiscopale ne peut jamais être le sujet d'une autorité doctrinale authentique puisqu'elle n'est pas d'institution divine, mais seulement une institution pleinement humaine, de type organisationnel. La papauté en soi est d'institution divine, de même chaque évêque par lui-même, ainsi que tous les évêques dispersés dans le monde en union avec Pierre, mais pas la conférence épiscopale. Si l'on continue sur ce chemin fatal, l'Eglise va très rapidement se désagréger en Eglises nationales (...)

Nous en arrivons finalement à l'oecuménisme, au dialogue oecuménique et interreligieux. Le n° 246 parle de la hiérarchie des vérités. Ce terme ambigu a été déjà utilisé par le concile Vatican II dans son décret sur l'oecuménisme Unitatis redintegratio, au n° 11. Par la suite, on a tenté de mettre de côté la vérité catholique et de dissimuler ce qui pourrait être une pierre d'achoppement pour nos« frères séparés» (...)

Nous lisons au n° 247 que l'alliance du peuple juif avec Dieu n'a jamais été supprimée. Cette alliance n'était-elle pas instituée par Dieu afin de préparer son Incarnation salvifique en la personne de Jésus-Christ? N'était-elle pas une ombre et un modèle qui devaient faire place à la réalité : umbram fugat veritas ? N'est-ce pas la nouvelle et éternelle Alliance conclue dans le saint Sacrifice du Christ sur le Calvaire, qui a remplacé l'ancienne ? (...) Il n'y a pas de chemin de salut séparé pour les Juifs, en dehors du Christ. Par ailleurs, l'Eglise a déjà depuis longtemps assimilé les valeurs du judaïsme de l'Ancien Testament (...)

Les n° 250 à 253 sont consacrés à l'Islam et on y lit que le dialogue interreligieux "est une condition nécessaire pour la paix dans le monde" (...) Ce numéro se termine par la fausse affirmation scandaleuse : "Face aux épisodes de fondamentalisme violent qui nous inquiètent, l'affection envers les vrais croyants de l'Islam doit nous porter à éviter d'odieuses généralisations parce que le véritable Islam et une adéquate interprétation du Coran s'opposent à toute violence". Le Saint-Père n'a-t-il jamais lu le Coran ? (...)

Les religions non-chrétiennes ne sont nullement des chemins neutres de vénération de Dieu, car elles sont trop souvent mêlées à des éléments démoniaques qui empêchent l'homme de parvenir à la grâce du Christ, de se faire baptiser et ainsi de sauver son âme.

Rien n'a causé plus de dommage à la protection et à la transmission de la foi dans les cinquante dernières années que cet oecuménisme débordant qui n'est rien d'autre que "la dictature du relativisme" religieux (...)

Quoique l'Exhortation apostolique Evangelii Gaudium puisse contenir des aspects justes, comme dans la semence dispersée, elle n'est dans l'ensemble rien d'autre qu'un développement consécutif au concile Vatican II, dans ses conclusions les plus inacceptables. Nous ne voyons pas en ce dernier "des voies pour la marche de l'Eglise pour les prochaines années" (n°1), mais plutôt un autre pas funeste pour le déclin de l'Eglise, la décomposition de sa doctrine, la dissolution de ses structures, et même pour l'extinction de son esprit missionnaire qui est pourtant évoqué à maintes reprises (dans l'exhortation). Ainsi Evangelii gaudium devient Dolor fidelium, un chagrin et une douleur pour les fidèles.

Les catholiques attachés à la Tradition de l'Eglise se doivent de suivre la devise du pontificat de saint Pie X : Instaurare omnia in Christo, tout renouveler dans le Christ. C'est ce que nous voyons comme le seul chemin, la seule voie "pour la marche de l'Eglise pour les prochaines années" (n°1). Aussi réfugions-nous par le chapelet quotidien auprès de Celle qui a vaincu toutes les hérésies dans le monde.
:arrow: pour l'intégralité, c'est ici : http://www.laportelatine.org/vatican/sanctions_indults_discussions/30_septembre_2013/16_12_2013_joie_de_l_evangile_douleur_des_fideles_schmidberger.php

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 14886
Réputation : 14
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exhortation Apostolique "Evangelii Gaudium"

Message  -Ren- le Ven 20 Déc - 7:48

Coucou, qui revoilà ? G.Pagès, qui se fend d'une seconde lettre ouverte au pape... (pour la première, c'est ici : http://dialogueabraham.forum-pro.fr/t119p180-videos-de-l-abbe-pages#43161 )
G. Pafès a écrit:Très Saint Père,

C’est avec une peine redoublée, et avec tout le respect filial que je vous dois, au nom de nombreuses personnes choquées par vos propos relatifs à l’islam, et en vertu du canon 212 § 3, que je vous adresse cette nouvelle Lettre, puisque non seulement je n’ai reçu aucune réponse à celle que je vous ai adressée concernant votre Message aux musulmans pour la fin du ramadan, d’abord envoyée en privé ‒et à trois reprises‒ et ensuite publiquement, mais encore parce que dans votre exhortation apostolique Evangelii Gaudium vous venez d’écrire que : «le véritable Islam et une adéquate interprétation du Coran s’opposent à toute violence» (n°253). Une telle affirmation, certainement motivée par votre paternelle sollicitude pour nos frères persécutés en pays d’islam, apparaît cependant comme une terrifiante contrevérité. En effet :
- «Allah seul connaît l'interprétation du Coran» (Coran 3.7)...
- Les versets réputés "tolérants" de l'immuable Coran ont tous été abrogés par "le verset du sabre" (Coran 9.5,29) ;
- Si «le véritable Islam et une adéquate interprétation du Coran s’opposent à toute violence», alors Mahomet n’a pas incarné la véritable interprétation de l’islam, et sa conduite ne peut pas être normative pour les musulmans (Coran 33.21) ;
- A la différence du Christ ayant confié Son autorité à Pierre dont vous êtes le légitime successeur, il n’y a pas en Islam de magistère qui puisse vous donner, à vous ou à quiconque, avec une autorité infaillible, la définition de ce qu’est ou n’est pas «le véritable Islam et une adéquate interprétation du Coran», d’où les incessantes guerres intestines du monde musulman au nom d’une interprétation toujours plus « authentique » ;
- Il suffit d’ouvrir un Coran, même dans une des traductions édulcorées à l’usage des lecteurs occidentaux, pour voir que sur les 6235 versets du Coran, plus de la moitié vouent à l'exécration tous ceux qui ne sont pas musulmans, et expriment la funeste intention de les tuer ou de les soumettre ;
- L’histoire et l’actualité démentent à l’envi, malheureusement, votre affirmation ;
- Quelle autre religion que l’islam Jésus pouvait-Il avoir en vue lorsqu’Il annonçait : «Vient un temps où ceux qui vous tueront penseront rendre un culte à Dieu» (Jn 16.2) ? Quelle autre religion en effet que l’islam promeut, comme un devoir religieux, le jihad contre les chrétiens ? «Tuez les associateurs [les chrétiens] où que vous les trouviez. Prenez-les, assiégez-les et restez aux aguets contre eux» (Coran 9.4,5) ;
- Tout chrétien sait, du seul fait qu’il est chrétien, que celui qui cherche son salut dans l’islam se damne : «Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé, celui qui refusera de croire sera condamné» (Mc 16.16) ; «Si nous-mêmes, si un ange venu du Ciel vous annonçait un Évangile différent de celui que nous vous avons prêché, qu'il soit maudit ! Nous l'avons déjà dit, et aujourd'hui je le répète : si quelqu'un vous annonce un Évangile différent de celui que vous avez reçu, qu'il soit maudit !» (Ga 1.8-9 ; Mt 24.4,11,24 ; 1 Jn 2.22-24 ; 4.2-4)… Or, si l’islam damne, n’est-ce pas qu’il est mauvais, et si «aucun arbre mauvais ne donne de bons fruits» (Mt 7.18), comment l’islam pourrait-il porter les bons fruits de paix que vous lui attribuez ?

Très Saint-Père, il est frappant de constater que votre propos répond exactement à la demande formulée, au début du mois de juin 2013, par M. Mahmoud Abdel Gawad, le conseiller diplomatique de M. Ahmed Al-Tayeb, grand imam de la mosquée d'Al-Azhar, ayant déclaré attendre de vous «une intervention où [vous diriez] que l'Islam est une religion pacifique, que les musulmans ne cherchent ni la guerre ni la violence», comme condition au rétablissement des relations diplomatiques entre le Saint-Siège et cette institution représentative de l’islam sunnite qu’est l’Université d’Al-Azar…

Et pourquoi M. Ahmed Al-Tayeb voulait-il une telle déclaration ? Pour que vous expiiez la « faute » de votre prédécesseur Benoît XVI ayant osé illustrer en 2006 à l’université de Ratisbonne cette vérité élémentaire que la violence est incompatible avec la vraie religion, contraire à la vraie nature de Dieu, par cette question de l’empereur Manuel II Paléologue à un savant musulman : «Montrez-moi ce que Mahomet a apporté de nouveau. Vous ne trouverez que ces choses mauvaises et inhumaines, comme le droit de défendre par l’épée la foi qu’il prêchait» (Les réactions de violence du monde musulman n'ont d'ailleurs pas manqué de confirmer aussitôt la vérité enseignée par le Pape...).

Benoît XVI avait ensuite aggravé son cas en 2009 en appelant à protéger les minorités chrétiennes après un énième et terrible attentat à la bombe contre une église à Alexandrie, ce qui avait constitué aux yeux du destinataire de votre lettre, «une interférence occidentale indue». Ainsi, en répondant au désir du grand imam ― et l’islam veut dire «soumission»―, souffrant de «réparer» la «faute» de votre vénéré prédécesseur, non seulement vos propos sont interprétés comme une condamnation de son témoignage rendu à la vérité, mais vous n’obtiendrez pas la mansuétude que vous escomptez pour les chrétiens vivant en pays devenus musulmans, car, comme l’exprimait un autre de vos prédécesseurs, le Pape Pie II, dans sa Lettre au Sultan turc MehmetII : «La concorde ne sera donc que dans les mots ; sur le fond, c'est la guerre». Qui peut venir en effet après le Christ, sinon l’Antichrist ?

Très Saint-Père, vous nous demandez d’«accueillir avec affection les immigrés de l’Islam qui arrivent dans nos pays» (n°253), mais ignorez-vous donc que le but de l’islam est de se substituer au christianisme et d’instaurer partout la charia ? C’est Allah qui le dit : «Combattez-les jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de subversion et que la religion appartienne uniquement à Allah» (Coran 2.193)

Ses disciples, aujourd’hui, ne disent pas autre chose, tel M. Alija Izetbegovic, chef d'État de Bosnie-Herzégovine de 1990 à 2000, qui, dans sa «Déclaration islamique» a le mérite de la clarté : «Il ne peut y avoir ni paix ni coexistence entre la religion islamique et des institutions politiques et sociales non-islamiques […] La renaissance islamique ne peut commencer sans une révolution religieuse, mais elle ne peut se poursuivre et être menée à bien sans révolution politique. Notre première tâche doit être de gagner non le pouvoir mais les hommes […] Le soutien qu'un peuple musulman apporte effectivement à un régime en place est directement proportionnel au caractère islamique de ce dernier […] Nous devons être des prêcheurs et ensuite des soldats […] Le mouvement islamique doit prendre le pouvoir dès qu'il est en situation morale et numérique suffisante pour lui permettre de renverser le gouvernement non-islamique»

Voulez-vous vraiment que s’accomplisse la prophétie du président algérien, M. Houari Boumediene qui, enavril 1974, déclarait à la tribune de l'ONU : «Un jour, des millions d'hommes quitteront l'hémisphère sud pour aller dans l'hémisphère nord. Et ils n'iront pas là-bas en tant qu'amis. Parce qu'ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront avec leurs fils. Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire» ? Certes, il n’est pas question de se fermer à l’accueil des miséreux, pour autant que nous puissions leur porter secours, mais il est exclu de les naturaliser, selon le conseil même de feu le Commandeur des Croyants, le roi Hassan II, roi du Maroc : «N’essayez pas de faire des Français avec des musulmans, vous n’y arriverez pas. Vous ne ferez que de mauvais Français et de mauvais Musulmans». Jugement qui corrobore l’enseignement des Apôtres : «Si quelqu'un vient à vous sans apporter cette doctrine [l’Évangile, que l’islam se fait une gloire de rejeter], ne le recevez pas chez vous et abstenez-vous de le saluer» (2 Jn 1.10) ; «Ne formez pas d'attelage disparate avec des infidèles. Quel rapport en effet entre la justice et l'impiété ? Quelle union entre la lumière et les ténèbres ?» (2 Co 6.14) ?…

Aussi nous appartient-il de ne pas transiger avec l’islam. Nos Pères ne se sont pas battus pendant des siècles pour repousser ce malheur qu’est l’islam et pouvoir développer hors d’atteinte de sa mortifère influence l’admirable civilisation chrétienne dont le monde entier profite de nos jours, pour que nous ouvrions aujourd’hui nos portes à l’islam ! Ou alors l’islam aurait-il changé entre temps ? Non, il ne le peut pas, car «les coutumes d'Allah ne changent pas» (Coran 33.62 ; 35.43 ; 48.23).

Je suis pareillement surpris et terriblement gêné pour nos frères chrétiens que, dans votre exhortation apostolique, vous demandiez à ce qu’ils soient «accueillis et respectés dans les pays de tradition islamique», comme s’ils n’étaient justement pas chez eux ! N’est-ce pas infiniment triste de tenir pour un fait acquis la conquête musulmane de ces pays autrefois chrétiens, et de compter pour rien la tradition chrétienne qui y survit aujourd’hui encore sous le joug toujours renaissant et insupportable de la dhimmitude ?

Et si les «épisodes de fondamentalisme violent qui nous inquiètent» sont effectivement à déplorer, il ne faut pas chercher longtemps pour en trouver la source : «Faites-leur la guerre jusqu'à ce qu'ils payent le tribut de leurs propres mains et qu'ils soient soumis et humiliés» (Coran 9.29). Aussi, ce n’est pas «l’affection envers les vrais croyants de l’Islam» qui «doit nous porter à éviter d’odieuses généralisations», mais l’amour envers nos ennemis (Mt 5.44).

Quant au fait que les musulmans «professent avoir la foi d’Abraham, adorent avec nous le Dieu unique, miséricordieux, futur juge des hommes au dernier jour» (n°252), il faut bien préciser qu’il ne s’agit pas de la même adoration, aussi vrai que nul ne va au Père que par Jésus (Jn 14.6), et que les musulmans ne prenant pas pour chemin Jésus, leur adoration ne va pas non plus au Père… Nous adorons ce que nous connaissons, eux adorent ce qu’ils ne connaissent pas (Jn 4.22), et c’est pourquoi, acceptant d’adorer celui qu’ils ne connaissent pas, ils adorent celui qui se cache dans les ténèbres, le Père du mensonge (Jn 8.44), le Prince de ce monde, assez orgueilleux et fou pour se présenter à eux comme l’unique et vrai Dieu (Mt 4.8-9).

Si Evangelii Gaudium s’adressait aux musulmans pour leur dire que «Les écrits sacrés de l’Islam gardent une partie des enseignements chrétiens ; Jésus Christ et Marie [y étant] objet de profonde vénération» (n°252), nous pourrions comprendre que vous entendez vous servir d’une apparente similitude entre nos traditions respectives comme d’une base commune possible à un dialogue souhaité.

Mais du fait que vous vous adressez à des chrétiens, un tel rapprochement laisse entendre qu’il y aurait effectivement quelque chose de chrétien dans la «révélation» coranique… alors qu’il n’en est, bien évidemment, rien du tout ! Les personnages de « Issa » et de « Maryam » ne s’identifient absolument pas avec ceux de Jésus et de Marie, comme en témoignent les anachronismes et incohérences coraniques, mais servent de miroirs aux alouettes, d’attrape-nigauds, pour légitimer l’islam aux yeux des chrétiens[6], et les conduire ainsi à apostasier leur foi, celle-ci étant pour l’islam le seul péché à jamais impardonnable (Coran 4.48), qui réduit les chrétiens à n’être qu’impureté (Coran 9.28) en sorte qu’en les éliminant l’islam rend gloire à Allah (Coran 9.30).

Vous trouvez «admirable de voir que des jeunes et des anciens, des hommes et des femmes de l’Islam sont capables de consacrer du temps chaque jour à la prière, et de participer fidèlement à leurs rites religieux. En même temps, beaucoup d’entre eux ont la profonde conviction que leur vie, dans sa totalité, vient de Dieu et est pour lui. Ils reconnaissent aussi la nécessité de répondre à Dieu par un engagement éthique et d’agir avec miséricorde envers les plus pauvres» (n°252), mais, outre que les pauvres dont vous parlez doivent nécessairement être musulmans, ces éléments positifs de piété et de religiosité relèvent du seul désir naturel de bien que Dieu a mis dans le cœur de tout homme et que l’islam exploite pour masquer sa fin essentielle qui est d’éloigner les âmes du salut donné seulement en et par Jésus (Jn 14.6).

Si donc les pratiques de l’islam peuvent servir de support à la religiosité humaine, il faut aussi considérer qu’elles enferment l’individu dans une pensée farouchement antichristique, qui le damne (Mc 16.16). Comme l’enseignait saint Paul : «Ne prends pas, ne goûte pas, ne touche pas’, tout cela pour des choses vouées à périr par leur usage même ! Voilà bien des prescriptions et doctrines humaines ! Ces sortes de règles peuvent faire figure de sagesse par leur affectation de religiosité et d’humilité qui ne ménage pas le corps, en fait elles n’ont aucune valeur contre l’insolence de la chair» (Col 2.21-23).

Très Saint-Père, en acceptant de jouer le rôle de faire valoir (Ga 1.4)[7] que l’islam attend de vous et de tous, pensez-vous vraiment aider les musulmans à prendre conscience qu’ils sont en train de se damner, ou bien pensez-vous qu’il soit indifférent pour leur salut d’être musulman ? En louant l’islam, ne craignez-vous pas de conforter les musulmans à rester musulmans et donc à se damner, mais encore, avez-vous pensé que vous détruisiez ainsi les défenses de ceux qui refusent de perdre leur salut éternel par l’accueil de l’islam (2 Co 6.14-18) et leur mise en esclavage par la charia ?

En effet, si l’islam est pacifique, portant de bons fruits, il n’est donc pas un faux-prophète (Mt 7.18), et s’il n’est pas un faux-prophète il est un vrai prophète, et donc ce qu’il dit au sujet du christianisme est vrai : Jésus n’est pas mort et ressuscité, croire à la Trinité est une abomination, et il n’y a de salut que dans l’islam… Peut-on à la fois amasser avec le Christ et louer celui qui dissipe Son héritage (Mt 12.30) ?

«Méfiez-vous des faux prophètes, qui viennent à vous déguisés en brebis, mais au-dedans sont des loups rapaces» (Mt 7.15). Que peut-il arriver au troupeau dont le berger traite avec le loup comme avec un de ses agneaux ? Il semble qu’en cette affaire il vous revienne de marcher derrière le troupeau, et non pas devant, comme vous en évoquez la possibilité dans cette même exhortation apostolique (n°31), et de laisser les brebis trouver seules leur chemin… tant il est vrai que les vraies brebis du Seigneur ne suivent pas la voix d’un étranger, mais le fuient au contraire (Jn 10.5)…

Au moment de conclure, considérant votre désir d’offrir à l’Église de profondes réformes, permettez à l’humble prêtre que je suis, étudiant depuis plusieurs années l’islam, de vous suggérer de renouveler de fond en comble l’équipe de vos conseillers en matière d’islamologie et de dialogue christiano-musulman.

Très Saint-Père, renouvelant l’engagement de ma fidélité à la Chaire de saint Pierre, dans la foi en son infaillible magistère, laquelle n’est pas engagée en dehors de ce qui concerne la Foi catholique et la vie morale, ayant le désir de voir tous les catholiques ébranlés dans leur foi par votre enseignement au sujet de l’islam, faire de même, je prie Notre Dame des Victoires de vous obtenir la force dont saint Paul a fait preuve face aux faux-frères désireux de réduire les chrétiens en servitude. Il refusa de reconnaître la bonté de leur doctrine «fût-ce un moment, fût-ce par déférence, afin de sauvegarder pour vous la vérité de l’Évangile» (Ga 2.4-5)
http://www.laportelatine.org/vatican/sanctions_indults_discussions/30_septembre_2013/17_12_2013_seconde_lettre_au_pape_sur_les_musulmans_pages.php

"je vous adresse cette nouvelle Lettre (...) je n’ai reçu aucune réponse à celle que je vous ai adressée concernant votre Message aux musulmans pour la fin du ramadan, d’abord envoyée en privé ‒et à trois reprises‒ et ensuite publiquement"... Pagès, Deedat ( http://dialogueabraham.forum-pro.fr/t345p15-ahmed-deedat#8032 ), même combat ! :caf:

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 14886
Réputation : 14
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exhortation Apostolique "Evangelii Gaudium"

Message  -Ren- le Ven 27 Déc - 13:59

La volonté affichée du pape François de ne pas trop focaliser le discours de l'Eglise sur des questions de morale n'est décidément pas du goût de certains catholiques. Le cardinal américain Raymond Burke, canoniste connu pour ses prises de position conservatrices, a exprimé ce désarroi en des termes extrêmement clairs lors d'une interview (...)

Evoquant l'exhortation apostolique Evangelii Gaudium (...) le cardinal Burke a exprimé des doutes quant au fait que ce texte, «pas vraiment facile à interpréter», puisse être considéré comme un enseignement officiel de l'Eglise catholique. «C'est un type de document bien particulier, a-t-il expliqué. Je n'ai pas encore exactement déterminé... comment le qualifier (...) Je ne pense pas que ce soit censé faire partie du magistère papal. Du moins, c'est mon impression»

L'une des raisons de cette réserve vis-à-vis de la parole du pape tient dans le fait que ce dernier, toujours selon le cardinal américain, n'encourage pas vraiment les prêtres à parler de l'avortement. Or, estime-t-il, «quel sujet pourrait bien être plus capital que la morale liée à la loi naturelle ?» (...)

Faut-il y voir un lien avec cette interview ? On apprenait hier que le pape François avait débarqué Raymond Burke de la Congrégation pour les évêques, l'un des dicastères (équivalent de ministères) les plus importants de la Curie romaine. Sur les trente membres de cette congrégation, chargée notamment de la nomination des évêques dans le monde, douze n'ont pas été reconduits, dont dix principalement en raison de leur âge. Restent deux évêques dont la mise à l'écart n'apparaît pas évidente au premier abord : l'archevêque de Gênes Angelo Bagnasco et, donc, le cardinal Burke (...)
http://www.lavie.fr/religion/catholicisme/le-cardinal-burke-trop-radical-pour-le-pape-francois-17-12-2013-47898_16.php

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 14886
Réputation : 14
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exhortation Apostolique "Evangelii Gaudium"

Message  Cenuij le Ven 27 Déc - 18:00

-Ren- a écrit:Pagès, Deedat ( http://dialogueabraham.forum-pro.fr/t345p15-ahmed-deedat#8032 ), même combat ! :caf:

Ce que dit Deedat, ce n'est pas le décalque à l'inverse de ce que dit Pagès.
Si c'était le cas, je serais d'accord avec vous.
De la même manière, la situation des chrétiens en terre d'islam et qui sont chez eux, n'a rien à voir avec la situation des musulmans en Occident ; l'islam étant une religion importée.
Attention Ren, ne me faites pas dire ce que je ne dis pas...

Cenuij
Membre banni
Membre banni

Messages : 343
Réputation : 0
Date d'inscription : 09/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exhortation Apostolique "Evangelii Gaudium"

Message  -Ren- le Sam 28 Déc - 10:36

Cenuij a écrit:Ce que dit Deedat, ce n'est pas le décalque à l'inverse de ce que dit Pagès
J'y vois pour ma part le même orgueil ; mais passons, le sujet, ici, c'est l'exhortation du pape François. Avez-vous un avis sur ce texte ?

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 14886
Réputation : 14
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exhortation Apostolique "Evangelii Gaudium"

Message  Cenuij le Sam 28 Déc - 11:11

-Ren- a écrit:
Cenuij a écrit:Ce que dit Deedat, ce n'est pas le décalque à l'inverse de ce que dit Pagès
J'y vois pour ma part le même orgueil ; mais passons, le sujet, ici, c'est l'exhortation du pape François. Avez-vous un avis sur ce texte ?

Le même orgueil... un bon moyen de mettre l'éteignoir sur des problèmes objectifs...
Et votre avis sur Dye ?

Cenuij
Membre banni
Membre banni

Messages : 343
Réputation : 0
Date d'inscription : 09/12/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exhortation Apostolique "Evangelii Gaudium"

Message  -Ren- le Dim 29 Déc - 10:01

Cenuij a écrit:Et votre avis sur Dye ?
Ce n'est pas le sujet ici.

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 14886
Réputation : 14
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exhortation Apostolique "Evangelii Gaudium"

Message  -Ren- le Jeu 6 Mar - 8:26

Une autre réaction (désolé pour la longueur, j'ai écourté autant que possible sans trahir le texte) :
(...) Les points 252 et 253 (...), consacrés aux relations avec l'islam, ne peuvent qu'être douloureusement ressentis par les convertis au catholicisme issus de l'islam, ainsi que ceci apparaitra plus bas, et avoir des effets dévastateurs sur ceux qui envisagent leur conversion, plus particulièrement sur les catéchumènes.

Une exhortation apostolique n'a pas la valeur juridique de l'encyclique, et est non liée à l'infaillibilité papale. À la différence de l'encyclique, l'exhortation plaide toujours pour inciter à s'engager dans des activités définies, ou pour prendre une voie particulière. Dans le cas des points 252 et 253 il s'agit de l'amplification du dialogue islamo-chrétien, et du devoir d'accueil des "immigrés de l’Islam qui arrivent dans nos pays", avec l'espoir d'une réciprocité dans les pays de tradition islamique : "Je prie et implore humblement ces pays pour qu’ils donnent la liberté aux chrétiens de célébrer leur culte et de vivre leur foi" (253). Il s'agit aussi du devoir d'admettre que "le véritable Islam et une adéquate interprétation du Coran s’opposent à toute violence", et d'éviter "d'odieuses généralisations"

L'exhortation apostolique est qualifiée de "post-synodale" quand elle est publiée à la suite d'un synode épiscopal réunissant les évêques des différentes parties du monde. Dans ce cas, l'exhortation apostolique traduit la conclusion du pape sur le thème du synode, et la vision commune qui s'en dégage. Pour Evangelii gaudium, le Souverain Pontife semble s’appuyer sur les travaux du synode des évêques sur la nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne, qui s’était tenu au Vatican en octobre 2012, tout en proposant sur de nombreux points une réflexion personnelle. La question de l'islam ne figurait pas explicitement dans les travaux du synode, sinon indirectement via le dernier paragraphe du point 10 du message final qui dit en particulier : "Le dialogue entre les croyants des diverses religions veut être une contribution à la paix, il refuse tout fondamentalisme et dénonce toute violence visant les croyants, en grave violation des droits humains"

On peut alors penser que les points 252 et 253 sont le résultat d'une réflexion personnelle du Saint Père, points qui semblent avoir été écrits à la suite d'un message très clair de Mahmoud Abdel Gawad, conseiller pour les affaires interreligieuses de l'imam Ahmed al-Tayyeb d'Al-Azhar, la plus haute autorité religieuse du sunnisme.
Spoiler:
En effet, début juin, ce conseiller d'Al-Azhar évoquait la possibilité de reprise d'un dialogue compromis par Benoît XVI (?) dans ces termes : "Les problèmes que nous avons eus n'étaient pas avec le Vatican, mais avec l'ancien pape.  Maintenant, les portes d'Al-Azhar sont ouvertes, le Pape François est un nouveau pape. Nous attendons qu’il fasse un pas vers nous, en déclarant que l'islam est une religion pacifique, que les musulmans ne cherchent pas la guerre ou la violence, ce serait un réel progrès en soi"

En tant que première réponse, le 17/09/13, le Nonce apostolique en Égypte avait remis un message personnel du Pape à Ahmed al-Tayyeb, accompagné d’une copie du message adressé par François aux musulmans du monde entier, à l’occasion de la fin du ramadan. Dans ce message le Souverain Pontife exprimait "estime et respect pour l’islam et les musulmans", ainsi que le souhait d’un engagement en faveur de la "compréhension entre chrétiens et musulmans dans le monde afin de construire la paix et la justice"

En tant que nouvelle étape, l'acceptation de la condition pour une reprise du dialogue, formulée par Mahmoud Abdel Gawad, réside dans la dernière phrase du point 253 (...)

Originaire d'un pays où ce problème religieux ne se pose pas au niveau d'intérêt qu'il a en Europe, terre traditionnelle d'études historico-critiques de l'islam depuis le 19ème siècle, et faisant du dialogue islamo-chrétien une première priorité, le Saint Père ne pouvait avoir conscience des erreurs contenues dans les points 252 et 253, erreurs bien connues des islamologues, et des néo-chrétiens ex-musulmans. Ce sont ces inexactitudes, que tout catholique moyennement informé peut très respectueusement noter à propos d'un texte qui est très douloureusement ressenti par nombre de ces néo-chrétiens (...)

Devant les nombreuses réactions de convertis issus de l'islam, les deux rédacteurs de ce texte, Mohammed-Christophe Bilek et Christian Mira ("administrateurs du site"), qui ont un profond respect filial pour le Saint Père, tentent d'expliquer le malaise des néo-chrétiens ex-musulmans devant les assertions des points 252 et 253, remettant en cause indirectement le choix spirituel qu'ils ont fait (...)

La conversion au christianisme de ces néo-chrétiens implique pour eux de vivre sous une permanente insécurité, car pour l'islam, l'apostasie est le sommet des crimes, véritable trahison pour l'oumma (communauté des fidèles).
Spoiler:
Elle est condamnée par deux hadiths (...) Bien que cette sanction ne figure pas explicitement dans le Coran, qui ne parle que de châtiment douloureux dans l'au-delà (...), il faut savoir que ces deux hadiths jouissent de la plus grande autorité (...) C'est cette "excellence" du Sahih al-Bukhari qui a permis de faire figurer la sanction de l'apostasie dans la constitution de certains pays musulmans. Ainsi l'article 306 de la Constitution de Mauritanie (...) Il faut souligner que cette question de l'apostasie en islam est source de vives inquiétudes chez tous les ex-musulmans, chrétiens ou non, qui se sentent menacés même en Occident. En Belgique, ils ont créé le "Mouvement des Apostats Belges de l'Islam", avec un site http://www.exmusulman.org/index.html (...) A ce sujet, il est intéressant de noter que l'Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) a refusé de signer la première version de la charte de la Consultation mise en place par le ministre de l'intérieur Jean-Pierre Chevènement (1997-2000), pour créer une instance représentative de l’islam. Cette version mentionnait le droit de changer de religion, ce qui a été considéré comme "inutile et blessant" (...) On peut alors mieux comprendre l'inquiétude des convertis catholiques issus de l'islam devant les assertions des points 252 et 253 de Evangelii Gaudium (...)

A propos de la "foi d'Abraham", l'islamologue Marie-Thérèse Urvoy  précise : "Le thème d’Abraham, figure fédératrice des trois religions, est théologiquement injustifiable"
Spoiler:
"On ne peut confondre l’Abraham de l’Alliance et de la promesse de l’Ancien Testament et l’Abraham modèle moral et spirituel du Nouveau Testament avec l’Ibrâhîm coranique, père généalogique et ethnique des arabes islamiques, fondateur, avec son fils Ismaël, de la Kaaba à la Mecque. Pour les musulmans, il est la caution historique et génétique du prophète arabe qui élève ainsi sa prédication au rang des deux prédécesseurs, Moïse et Jésus. La nature de l’interprétation coranique des Écritures juives et chrétiennes, le jugement porté sur leurs fidèles, n’autorisent aucun lien théologique fondé avec la théologie chrétienne […] Ces erreurs théologiques et cette confusion dans l’énoncé des textes trahissent une déficience des ecclésiastiques en matière islamique"

Le second volet de l'assertion de ce paragraphe touche plus directement les ex-musulmans, car il met en cause directement leur conversion au christianisme. En effet si les musulmans "adorent avec nous le Dieu unique, miséricordieux", leur conversion n'a pas de sens.
Spoiler:
Certains prêtres utilisent d'ailleurs cette déclaration pour dissuader les postulants au baptême (...) Or la conversion des néo-chrétiens ex-musulmans est essentiellement due à une découverte qui a bouleversé leur vie : celle de Dieu-Amour, les conduisant à la profonde conviction qu'ils n'adorent pas le même "Dieu unique, miséricordieux" (...) Ayant connu l'islam de l'intérieur ces néo-chrétiens savent bien que la miséricorde du Dieu de l'islam, Allah, est réservée aux musulmans, les infidèles ne pouvant en bénéficier. Dans le Coran, le prochain est strictement celui qui appartient à la communauté des fidèles (...)

Les écrits sacrés de l’Islam gardent une partie des enseignements chrétiens ? (...) L'enseignement chrétien a un socle dont le reste dépend: les deux commandements de la "Loi d'Amour" énoncée par Jésus. Ils contiennent "toute la Loi, et les Prophètes" (...). Les néo-chrétiens ex-musulmans, et ceux qui ont une connaissance minimale de l'islam, ne voient aucun lien avec les écrits sacrés de l'islam. En outre, les musulmans vénèrent Issa qui n'est pas Jésus.
Spoiler:
Issa est le pénultième prophète de la lignée prophétique de l'islam, destiné à mettre en valeur Mahomet le dernier, en haussant son rôle au rang de Sceau des prophètes. Dès les premiers siècles les arabes chrétiens ont nommé Jésus, "Yashou" (c'est à dire "Il Sauve"), proche de "Ieschoua" en hébreux, qui se traduit par "Dieu sauve". Sous ces deux derniers noms, qui reflètent la nature profonde de l'Être, Jésus se manifeste comme rédempteur, ayant une double nature, Vrai Dieu et Vrai Homme, ce que rejette farouchement le Coran (...) Les musulmans vénèrent Maryam la mère d'Issa, sœur d'Aaron (...), frère de Moïse, qui vécut quelques 1500 ans avant Jésus-Christ. La mère d'Issa est aussi fille d'Imran (...) Jésus est le Modèle offert aux chrétiens pour les guider, et mettre en pratique la "Loi d'Amour" dans leur vie. Sur cette base les premiers chrétiens ont accepté le martyre en bénissant leurs bourreaux, et priant pour eux. Leur exemple a amené leurs persécuteurs à se convertir, et le christianisme a pu ainsi se répandre, en particulier en absorbant peu à peu l'empire romain (...) Le "Beau Modèle" (expression officielle pour désigner le prophète de l'islam) des musulmans est Mahomet, dont la Sirah donne la biographie guerrière. C'est sur cette base que l'expansion musulmane s'est faite par la guerre (...) C'est en faisant le premier choix en tant que modèle, ceci en pleine connaissance de ce que représente chacun de ces deux modèles, que des musulmans sont amenés à se convertir au christianisme (...)

Ils reconnaissent aussi la nécessité de répondre à Dieu par un engagement éthique ? (...) Individuellement les musulmans sont capables d'actes actifs de solidarité, de compassion, envers les plus pauvres quel qu'ils soient. La vie courante, dont les quêtes annuelles pour la "Banque Alimentaire" à la sortie des supermarchés, le montre amplement, comme peuvent le constater ceux qui consacrent un peu de temps à ces quêtes. Cependant les livres canoniques de l'islam font apparaitre que la miséricorde d'Allah est réservée aux musulmans (...) Pour un chrétien, les plus pauvres, ceux qui souffrent, sont l'image de Jésus-Christ. Tout acte de miséricorde envers l'un d'eux, est un acte accompli sur la personne même de Jésus (...)

L'admiration pour la pratique de la prière ? (...) Sur ce point, la meilleure réponse ne peut être donnée que par un musulman. Tawfik Hamid est un américain d'origine égyptienne, ancien membre du groupe islamique radical Jamma Islamiya. Le Dr Hamid est maintenant un réformateur musulman, Senior Fellow au Potomac Institute for Policy Studies. Il dit : (...) "Nous demandons sans cesse aux autres de respecter notre religion, alors qu’en permanence nous maudissons à haute voix les non Musulmans, lors de nos prières le vendredi à la mosquée" (...)

Les flux migratoires essentiellement musulmans en Europe, et la pression démographique résultante, entrainent un développement rapide de l'islam. Cette situation a un lien avec le fait que démographie et migration sont vivement encouragées par les textes canoniques de cette religion. Pour la démographie, un hadith (...) donne la conduite à tenir par les fidèles (...) «Épouse des femmes qui sont aimantes et prolifiques, que je puisse submerger les autres peuples grâce à vous»
Spoiler:
(...) En ce qui concerne l'incitation à la migration, plusieurs versets du Coran en parlent (...)  Certains commentateurs, pratiquant la taqqya (...) veulent leur donner le sens restreint de l'exil de Mahomet et ses fidèles à Médine, mais la plupart y voient un encouragement à la propagation de la foi (...) En se basant sur une enquête de l'IFOP, et sur le critère de la pratique religieuse, le Gatestone Institute conclut que l'islam est déjà devenu la première religion en France (...) En 2020-2030 Bruxelles devrait être à majorité musulmane (...) Ces éléments permettent de comprendre pourquoi plusieurs dirigeants politiques, ou religieux de pays musulmans annoncent régulièrement que l'islam sera bientôt la religion dominante en Europe, et plus particulièrement en France (...) La plupart des musulmans sont convaincus de cette évolution, et voient un signe divin dans l'affaiblissement du christianisme en Europe (...)

Le point 253 aborde la question de la réciprocité dans ces termes : "Je prie et implore humblement ces pays (de tradition islamique) pour qu’ils donnent la liberté aux chrétiens de célébrer leur culte et de vivre leur foi, prenant en compte la liberté dont les croyants de l’Islam jouissent dans les pays occidentaux". Cette façon de présenter la réciprocité, place le Pape François, de facto, dans la position du dhimmi (...) C'est une position de faiblesse, pour l'islam signe d'abandon du soutien d'Allah, la force étant le signe de sa faveur. Elle révèle une méconnaissance de cette religion, qui ne peut pas aller dans le sens d'une amélioration du sort des chrétiens dans les pays musulmans, et ne peut surtout pas aboutir à la liberté pour un musulman de changer de religion, dans ces pays (...)

Quel est le véritable islam ? Celui de ceux qui, faisant un lecture littérale des livres canoniques, pensent que le déclin de l'Occident a atteint un tel niveau, que le fruit est mûr, et que sa conquête doit être hâtée par la violence ?
Spoiler:
L'islam de ceux qui, convaincus que le Coran est bien la parole d'Allah matérialisée, jugent qu'il faut temporiser en pratiquant la taqqya (...) en Dar al Harb (...), les lois de la démographie et de l'immigration assurant une majorité musulmane en Europe dans 30-40 ans à venir ? (...) Dans le passé, des intellectuels musulmans courageux ont été amenés à dénoncer la sacralisation de la violence engendrée par de nombreux passages des livres canoniques de l'islam (...) Le site "AsiaNews" (agence de presse officielle de l'Institut Pontifical des Missions Étrangères) pose une question essentielle: pourquoi en occident les associations et institutions musulmanes modérées ne protestent jamais pour condamner les violences antichrétiennes, dont celles qui touchent les apostats en terre d'islam ? (...)

Conclusion
Les points 252 et 253 peuvent avoir des effets dévastateurs non seulement sur ceux qui envisagent leur conversion, plus particulièrement les catéchumènes, mais aussi sur les néo-chrétiens ex-musulmans. En outre, afin de ne pas provoquer une nouvelle rupture avec Al-Azhar, il faut noter qu'implicitement l'Église devra renoncer à l'évangélisation des musulmans, et à l'accueil des apostats de l'islam. L'apostasie étant le sommet des crimes pour l'islam, les partenaires musulmans du dialogue islamo-chrétien refuseraient tout contact avec les complices d'un tel crime.

Découragé par l'islamophilie aveugle des religieux en charge du dialogue islamo-catholique, tout en restant fidèle au christianisme, dans un geste hautement symbolique, Magdi Cristiano Allam a renoncé au catholicisme en 2013, en raison de ce qu’il appelle la faiblesse de l’Église et sa légitimation de l’islam (...) Les médias dominants, ainsi qu'une majorité d'intellectuels, de responsables politiques, et les religieux engagés dans le dialogue islamo-chrétien officiel ont une perception déformée de la montée en puissance de l'islam (...) Dans l'article du mensuel Catholica, cité ci-dessus, l'islamologue Marie-Thérèse Urvoy fait une remarque de simple bon sens en disant : "on n’est jamais seul à dialoguer et la question est de savoir si les partenaires des chrétiens ont, du dialogue, la même conception qu’eux". L'intervention de Mgr Antoine Beylouni, archevêque libanais d’Antioche, au Synode des évêques du Moyen Orient (en 2010), montre que ce n'est pas le cas (...) Cette prudence rejoint la position de Benoît XVI relative au dialogue avec les musulmans. Loin devant les questions théologiques, les aspects pratiques sont les plus importants, tels que: commandements de la loi naturelle, nécessité de ne pas se servir du nom de Dieu pour se livrer à la violence, reconnaissance de la parité entre homme et femme, égalités des droits pour les non musulmans vivant en terre d'islam, liberté religieuse, droit de changer de religion pour un musulman, ou un non musulman. Le dialogue interreligieux n'est pas désavoué, il est simplement replacé dans le cadre de ses aspects prioritaires, sur la base d'une approche réaliste et objective des questions que ce dialogue implique. Comme lors de la leçon de Ratisbonne, la référence du Pape est un "dialogue des cultures" orienté vers les répercussions culturelles, et éthiques, résultantes pour les différentes religions.

Les néo-chrétiens issus de l'islam auraient souhaité qu'avant la rédaction des points 252 et 253 le Saint Père ait consulté, non seulement les religieux européens engagés dans le dialogue islamo-chrétien actuel [bien avant, ils ont fait leurs les assertions de ces points], ce qu'il a très probablement fait, mais aussi des islamologues réputés, ainsi que des prêtres originaires des terres d'islam, comme Mgr Antoine Beylouni, archevêque libanais d’Antioche, et le père Henri Boulad, jésuite égyptien, ancien professeur de théologie au Caire, et ancien provincial des Jésuites du Proche Orient.
 :arrow: l'intégralité sur http://www.notredamedekabylie.net/Autresrubriques/ExpressionAwal/tabid/63/articleType/ArticleView/articleId/969/Evangelii-Gaudium-points-252-et-253-les-convertis-issus-de-lislam-sont-tres-inquiets.aspx

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 14886
Réputation : 14
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Exhortation Apostolique "Evangelii Gaudium"

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum