Dialogue-Abraham
L'équipe de "Dialogue Abraham" vous souhaite la bienvenue !

Ce forum recherche avant tout une atmosphère cordiale et respectueuse, chacun s'efforçant d'écouter l'autre avec la même bienveillance qui doit accueillir son propre témoignage.

Nous travaillons à nous comprendre mutuellement en vérité, et non à entretenir des conflits.

Nous ne sommes pas parfaits, mais pensons qu'il est possible d'avoir des échanges de qualité sur les sujets religieux.

Puissiez-vous, vous qui venez ici, contribuer à cet effort

Le Soufisme

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Aller en bas

Re: Le Soufisme

Message  Disciple Laïc le Mer 7 Nov - 8:26

Du dépassement de la raison dans le soufisme

Par Éric "Younès" Geoffroy

Enseignant l’islamologie à l’Université de Strasbourg et dans d’autres institutions (l’Université ouverte de Catalogne, l’Université catholique de Louvain), il est un spécialiste académique du soufisme. Il travaille aussi sur les enjeux de la spiritualité dans le monde contemporain (la mondialisation, la postmodernité, l’écologie).

Il assure la direction de la Fondation Conscience Soufie qu'il a cofondée en juillet 2016


Début de l'article :

" Le fait de voir Dieu par l’oeil de la foi et de la certitude nous a libéré de tout recours à la pensée discursive ", disait Abû l-Hasan al-Shâdhilî (m. 656/1258), maître soufi bien connu à Tunis .

" La sphère de la sainteté s’étend au-delà du champ du mental, car elle est fondée sur le dévoilement spirituel (kashf) ". Cette dernière phrase a été prononcée par le "grand cadi" égyptien Zakariyyâ al-Ansârî (m. 926/1520), qui fut lui aussi un soufi . Elle résume fort bien la position des spirituels de l’islam sur le "rationnel" ; en effet, le but du soufisme n’est-il autre que de parvenir à la sainteté (walâya) ? Le même savant affirme ailleurs que " la connaissance de Dieu passe par la "gustation spirituelle" (dhawq), qui efface les arguments de la raison et ceux venant de l’enseignement transmis (dalâ’il al-‘aql wa shawâhid al-naql) .

Les mystiques de l’islam ont souvent souligné l’indigence de la raison humaine ; ils se plaisent à rappeler que le terme arabe ‘aql (" esprit ", " raison ") signifie étymologiquement l’entrave, le lien. Un maître syrien du XVIe siècle se livrait ainsi à un jeu de mots - intraduisible en français - en écrivant que " les juristes musulmans (fuqahâ’) sont prisonniers de leur mental (bi-‘uqûli-him ma‘qûlûn) " . Pour les soufis, il ne s’agit aucunement de rejeter cet instrument qu’est la raison, mais de lui assigner une place relative, contingente, face à cet Absolu que le spirituel musulman a pour but. En cela, ils se distinguent des exotéristes de l’islam, auxquels ils reprochent de restreindre le terme ‘ilm (" science ") aux deux catégories traditionnelles que sont le ma‘qûl (produit de la réflexion discursive) et le manqûl (le corpus transmis de génération en génération). ‘Alî Wafâ, maître égyptien de l’ordre shâdhilî, invectivait en ces termes les juristes (fuqahâ’) :

" Eh toi, faqîh ! par le ma‘qûl, tu es distrait de la Réalité essentielle, et tu ne peux t’échapper du sens apparent du manqûl ! "
Suite ici :

http://www.buddhaline.net/Du-depassement-de-la-raison-dans


:jap:

Disciple Laïc

Messages : 319
Date d'inscription : 19/10/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Soufisme

Message  Idriss le Sam 17 Nov - 20:42

Moïse vit en route un berger qui disait :

« Ô Dieu qui choisis qui tu veux, qui es-Tu que je puisse devenir Ton serviteur, coudre Tes sandales, et peigner Tes cheveux ? Que je puisse laver Tes vêtements, et tuer Ta vermine et T’apporter du lait, ô mon Adoré ? Que je puisse baiser Ta petite main, et masser Tes petits pieds, et au moment du coucher balayer Ta petite chambre ?... »

« Prends garde ! » dit Moïse. « Tu es devenu tout à fait pervers. En réalité, tu n’es pas un musulman, mais un impie. (...) La puanteur de ton blasphème a rendu le monde entier puant ; ton impiété a mis en haillons la robe de soie de la religion ».
Le berger dit : « Ô Moïse, tu m’as fermé la bouche, et tu as brûlé mon âme de repentir». Il déchira ses vêtements, poussa un soupir, se tourna précipitamment vers le désert, et s’en alla.
Une révélation vint à Moïse de la part de Dieu : « Tu as séparé mon serviteur de Moi. (...) J’ai octroyé à chacun une façon d’agir ; j’ai donné à chacun une forme d’expression. (...) Je ne regarde pas la langue et la parole, je regarde l’esprit et la disposition. Combien encore de ces phrases, de ces idées, de ces métaphores ? C’est la brûlure que je désire, la brûlure ! Deviens l’ami de cette brûlure ! Ô Moïse, ceux qui connaissant les conventions sont d’une sorte, ceux dont les âmes et les esprits brûlent sont d’une autre sorte. »

Mawlana Rûmi, Mathnawî-i ma‘nawî, éd. et trad. Reynold A. Nicholson, Londres, Luzac, 1925-1940, Livre II, vers 1720-1760;
selon la traduction d’Eva de Vitray-Meyerovitch, Mathnavi. La Quête de l’Absolu, Paris, Editions du Rocher, 1990, pp. 400-402

Cité par Eve Feuillebois-Pierunek. Chapitre 1:
Rumî (1207-1273): poète et mystique. Les derviches tourneurs, doctrine, histoire et pratiques. Editions du Cerf, pp.21-81, 200
6
avatar
Idriss

Messages : 4397
Réputation : 35
Date d'inscription : 25/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Soufisme

Message  Disciple Laïc le Sam 17 Nov - 21:04

J'espère bien que dans le petit livre de Martin Lings il sera question de Rabia al Adawiyya.
Son langage paradoxal et en apparence contradictoire m'intéresse :)
Son absence de désir de rétribution pour ses actes, son végétarisme, sa pauvreté m'intéressent.  

Une révélation vint à Moïse de la part de Dieu : « Tu as séparé mon serviteur de Moi. (...) J’ai octroyé à chacun une façon d’agir ; j’ai donné à chacun une forme d’expression. (...) Je ne regarde pas la langue et la parole, je regarde l’esprit et la disposition. Combien encore de ces phrases, de ces idées, de ces métaphores ? C’est la brûlure que je désire, la brûlure ! Deviens l’ami de cette brûlure ! Ô Moïse, ceux qui connaissant les conventions sont d’une sorte, ceux dont les âmes et les esprits brûlent sont d’une autre sorte. »

Cela me parle un peu ce que j'ai mis en gras, il y a des échos.  ^^


Un jour donc, plusieurs soufis rencontrèrent Rabia' qui courrait, portant du feu dans une main et de l'eau dans l'autre. Ils lui dirent : " Ô Dame du monde futur, où vas-tu, et que signifie tout cela ? "
Elle répondit : " Je vais pour incendier le paradis et noyer l'enfer, en sorte que ces deux voiles disparaissent complètement devant les yeux des pèlerins et que le but leur soit connu, et que les serviteurs de Dieu le puissent voir, lui, sans objet d'espoir ni motif de crainte. Qu'en serait-il, si l'espoir du paradis et la crainte de l'enfer n'existaient pas ? Hélas, personne ne voudrait adorer son Seigneur, ou lui obéir !
avatar
Disciple Laïc

Messages : 319
Réputation : 0
Date d'inscription : 19/10/2018
Age : 43
Localisation : Nanterre

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Soufisme

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum