Dialogue-Abraham
L'équipe de "Dialogue Abraham" vous souhaite la bienvenue !

Ce forum recherche avant tout une atmosphère cordiale et respectueuse, chacun s'efforçant d'écouter l'autre avec la même bienveillance qui doit accueillir son propre témoignage.

Nous travaillons à nous comprendre mutuellement en vérité, et non à entretenir des conflits.

Nous ne sommes pas parfaits, mais pensons qu'il est possible d'avoir des échanges de qualité sur les sujets religieux.

Puissiez-vous, vous qui venez ici, contribuer à cet effort

"Ne prenez pas comme amis/alliés juifs et chrétiens" (Coran V, 51)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Ne prenez pas comme amis/alliés juifs et chrétiens" (Coran V, 51)

Message  -Ren- le Ven 2 Mar - 22:22

Un passage qui mérite d'être examiné avec soin :

Yā 'Ayyuhā Al-Ladhīna 'Āmanū
Ô les croyants !
Lā Tattakhidhū Al-Yahūda Wa An-Naşārá 'Awliyā'a
Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens ;
Ba`đuhum 'Awliyā'u Ba`đin
ils sont alliés les uns des autres
Wa Man Yatawallahum Minkum Fa'innahu Minhum
Et celui d'entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs
'Inna Al-Laha Lā Yahdī Al-Qawma Až-Žālimīna
Certes, Dieu ne guide pas les gens injustes.

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15276
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ne prenez pas comme amis/alliés juifs et chrétiens" (Coran V, 51)

Message  Thomas2 le Sam 3 Mar - 12:03

-Ren- a écrit:
'Inna Al-Laha Lā Yahdī Al-Qawma Až-Žālimīna
Certes, Dieu ne guide pas les gens injustes.

Les injustes ne sont-t-ils pas justement ceux qui pratiquent l'apartheid entre les hommes?
De la même façon que le coran rajoutera "Dieu est miséricorde" après de similaires propos iniques , voici un oxymore de plus dans le coran...

Thomas2
Membre banni
Membre banni

Messages : 168
Réputation : 0
Date d'inscription : 13/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ne prenez pas comme amis/alliés juifs et chrétiens" (Coran V, 51)

Message  Mamun le Sam 3 Mar - 12:36

Même sourate un peu plus loin, verset 57: "Vous qui croyez, ne nouez pas de rapports de protection avec ceux qui tournent votre religion en moquerie, se jouant d'elle, parmi ceux qui ont reçu avant vous l'Ecriture, non plus que parmi les dénégateurs. Prémunissez-vous de Dieu, si vous êtes des croyants." pour moi le rapport entre le premier verset et le second est logique. Je pense qu'un éclairage sur les circonstances de la Révélaton du verset incriminé serait un plus. Mais le Coran nous dit dans cette même sourate:

"Si seulement les Gens du livre croyaient, se prémunissaient, Nous couvririons leurs méchancetés et les ferions entrer aux jardins de bonheur; si seulement ils mettaient en oeuvre la Torah et l'Evangile et la descente sur eux opérée de la part de leur Seigneur, les nourritures afflueraient à eux de dessus leur tête et de dessous leurs pieds. certes, il est parmi eux une communauté du juste milieu. Mais de beaucoup d'entre eux les actions sont mauvaises..." 65 et 66 Sourate V

Verset 69 même sourate: "Ceux qui croient, et les tenants du Judaïsme, et les Sabéens aussi, et les Chrétiens, à condition de croire en Dieu et au jour dernier, et d'effectuer l'oeuvre salutaire, point de crainte à nourrir sur eux, non plus qu'ils n'auront regret..."

Ces passages et d'autres que je n'ai pas cité, constituent une sorte de rappel aux gens du Livre. il ne s'agit pas d'une condamnation totale. Les gens du livre qui croient en leur religion et en leur livre, les "justes", on peut s'entendre avec eux; et êtres amis avec. Pour preuve. Le Prophète Muhammad :saws: n'a pas envoyé ses premiers compagnons à Médine ou je ne sais où, il les a envyé, lors de la première Hijra, en Abyssinie se réfugier auprès d'un roi chrétien juste. Les musulmans ont passé 7 ans là-bas. Un adversaire a voulu renverser le roi abyssin. Les musulmans racontent (notamment Umm Salama) comment ils ont apporté leur soutien au roi, et comment ils se sont réjouit de sa victoire. Le tout en accord avec le Prophète. non seulement ils ont vécu avec des chrétiens, mais ils ont collaboré avec eux et ont partagé avec eux lutte et joie.

Lire des versets à droite à gauche...bof ! La lecture du Coran doit se faire (pour les musulmans) selon un mode finaliste (quel est le sens général, global) maqassidyia. Sinon, on fait dire aux textes, et quels que soient ces textes, tout et n'importe quoi.
avatar
Mamun

Messages : 560
Réputation : 0
Date d'inscription : 18/09/2011
Age : 39
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ne prenez pas comme amis/alliés juifs et chrétiens" (Coran V, 51)

Message  Thomas2 le Sam 3 Mar - 13:16

Mamun a écrit:
Lire des versets à droite à gauche...bof ! La lecture du Coran doit se faire (pour les musulmans) selon un mode finaliste (quel est le sens général, global) maqassidyia. Sinon, on fait dire aux textes, et quels que soient ces textes, tout et n'importe quoi.

en gros , pour les musulmans , il ne faut pas comprendre ce qui est écrit , mais prendre le tout , où il est justement écrit une chose et son contraire ... et faire en fonction de la situation?
Cela amene à ce que :
-des musulmans persécutent des non musulmans , car c'est bien légitimé par le coran
-d'autres musulmans avancent les versets disant le contraire , comme tu viens de le faire
La lecture "globale" est certes intéressante .. pour justifier ; les règles d'abrogation permettent de lever l’ambiguïté (dans le sens de la persécution des non musulmans si l'on se fie à l'ordre d révélation),mais je commence à comprendre que ce n'est pas forcément la solution préférée de ceux qui veulent continuer de présenter un islam "pacifique". Les regles d'abrogation sont prises en compte plutot lorsque l'islam est majoritaire dans le pays. Les "savants" ont alors toute latitude

ps : dans mon précédent message , je vous dire "allah" , pas "Dieu" bien sur

Thomas2
Membre banni
Membre banni

Messages : 168
Réputation : 0
Date d'inscription : 13/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ne prenez pas comme amis/alliés juifs et chrétiens" (Coran V, 51)

Message  Mamun le Sam 3 Mar - 13:48

Il faudrait clarifier le propos de grâce. merci.
avatar
Mamun

Messages : 560
Réputation : 0
Date d'inscription : 18/09/2011
Age : 39
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ne prenez pas comme amis/alliés juifs et chrétiens" (Coran V, 51)

Message  kahwa le Sam 3 Mar - 14:11

-Ren- a écrit:Un passage qui mérite d'être examiné avec soin :

Lā Tattakhidhū Al-Yahūda Wa An-Naşārá 'Awliyā'a
Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens ;

Ba`đuhum 'Awliyā'u Ba`đin
ils sont alliés les uns des autres

Wa Man Yatawallahum Minkum Fa'innahu Minhum
Et celui d'entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs
.

Oui, nous pouvons constater que "ami" ne se trouve pas dans le texte.
"Ami" se disant "saheb", ou "ami" peut aussi se traduire par "compagnon"/compagne".
Par exemple les compagnons du prophètes sont les "sahaba" (pluriel) et il y a un verset qui dit que Dieu n'a pas pris de "compagne" "sahiba".

Or "allié" en arabe se dit "walli". Alliés (au pluriel) se dit "Awliya". Ce qu'on peut constater dans les versets en phonétique.
Dieu est aussi plusieurs fois cité dans le Coran pour être notre "walli", traduit comme "allié" ou "protecteur".

Donc je suis contre cette traduction qui dit "ami(s)" (saheb/souhaba) plutôt qu'"allié(s)" (walli/awliya)car celà n'est pas le terme exacte d'une part et peut prêter à confusion d'une autre.

Celà étant dit. Je rappelle aussi qu'il est permis pour un musulman d'épouser un personne parmi les "Gens du Livre",donc il serait illogique d'avoir une épouse, mère ou belle-soeur etc qui serait juive ou chretienne et ne pas être "ami" avec elle. :8s

Bien evidemment celà concèrne les personnes parmi les Gens du Livre qui prennent notre religion en dérision, qui s'allient avec nos ennemis etc ... et Mamun a déjà expliqué celà donc je ne vais pas répéter ce qui a déjà été dit et bien expliquer.
N'oublions pas le contexte de l'époque également. En lisant les versets avant et après on comprend mieux la situation.

kahwa

Messages : 354
Réputation : 0
Date d'inscription : 06/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ne prenez pas comme amis/alliés juifs et chrétiens" (Coran V, 51)

Message  Thomas2 le Sam 3 Mar - 14:18

Si vous "fatiguez", rien ne vous oblige à continuer de fréquenter ce forum
_____________
Edition -Ren-

Thomas2
Membre banni
Membre banni

Messages : 168
Réputation : 0
Date d'inscription : 13/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ne prenez pas comme amis/alliés juifs et chrétiens" (Coran V, 51)

Message  Roque le Sam 3 Mar - 17:23

Thomas2 a écrit:La lecture "globale" est certes intéressante .. pour justifier ; les règles d'abrogation permettent de lever l’ambiguïté (dans le sens de la persécution des non musulmans si l'on se fie à l'ordre d révélation),mais je commence à comprendre que ce n'est pas forcément la solution préférée de ceux qui veulent continuer de présenter un islam "pacifique".

Pourquoi cette méfiance, c'est bien la méthode de lecture traditionnelle de la Bible non seulement chez les Chrétiens, mais encore chez nos ainés Juifs.

Je reproche suffisamment aux musulmans de traiter le Coran comme des " confettis " - c'est à dire des versets semés en désordre et sans suite, pour éviter de désapprouver Mamun qui prend le parti opposé.

Mamun a écrit:La lecture du Coran doit se faire (pour les musulmans) selon un mode finaliste (quel est le sens général, global) maqassidyia. Sinon, on fait dire aux textes, et quels que soient ces textes, tout et n'importe quoi
C'est tout à fait la même chose avec la Bible. Sais-tu que les Juifs - se rendant compte de ce même problème qu'on peut faire dire au texte tout et son contraire (à l'occasion de l'élaboration de leur jurisprudence) - ont essayé d'imaginer des règles d'interprétation empêchant ce phénomène. Si toi tu crois qu'il n'y a pas ce problème avec la Bible ... tu te trompes, tu te gourres complètement.


Roque

Messages : 4461
Réputation : 20
Date d'inscription : 15/02/2011
Age : 73
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ne prenez pas comme amis/alliés juifs et chrétiens" (Coran V, 51)

Message  Thomas2 le Sam 3 Mar - 17:54

Roque a écrit:Si toi tu crois qu'il n'y a pas ce problème avec la Bible ... tu te trompes, tu te gourres complètement.

La Loi est complexe , et contextuelle. Je suis "extrémiste" en ce sens que je considère l'ancien testament comme un message divin adapté à son temps (ancien) , en plus d’être hautement allégorique . Et de fait aujourd'hui , non pas périmé , mais désuet. Il a guidé les hommes et accompli son rôle toutefois , et préparé à la suite
La crucifixion de Jésus nous a fait rentrer dans une nouvelle alliance. Les évangiles sont notre guide. Et lève ce qui aujourd'hui dans l'AT avec le recul ressemble à des ambiguïtés.
Le coran lui , n'a QUE des ambigüités. Des contradictions flagrantes.

Thomas2
Membre banni
Membre banni

Messages : 168
Réputation : 0
Date d'inscription : 13/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ne prenez pas comme amis/alliés juifs et chrétiens" (Coran V, 51)

Message  -Ren- le Sam 3 Mar - 18:04

Thomas2 a écrit:La Loi est complexe , et contextuelle
Un musulman a le droit de vous répondre que le Coran est complexe et contextuel. Et peu importe votre avis là-dessus dans cette rubrique.

Merci maintenant d'en revenir au sujet de ce fil - ne vous étonnez pas de voir vos messages modérés dans le cas contraire.

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15276
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ne prenez pas comme amis/alliés juifs et chrétiens" (Coran V, 51)

Message  kahwa le Sam 3 Mar - 18:11

Si Thomas, le contexte de la sourate est important:

Les versets avant ceux qu'à cité Ren :

5.41. Ô Messager! Que ne t'affligent point ceux qui concourent en mécréance*; parmi ceux qui ont dit: ‹Nous avons cru› avec leurs bouches sans que leurs coeurs aient jamais cru et parmi les Juifs qui aiment bien écouter le mensonge et écouter d'autres gens qui ne sont jamais venus à toi et qui déforment le sens des mots une fois bien établi. Ils disent: ‹Si vous avez reçu ceci, acceptez-le et si vous ne l'avez pas reçu, soyez méfiants›. Celui qu'Allah veut éprouver, tu n'as pour lui aucune protection contre Allah

*Ceux qui concourent en mécréance sont les polythéistes mais peuvent aussi être certains parmi les Gens du Livre qui ont fait semblant de s'être convertis.


Et parmi les juifs CEUX QUI écoutent les mensonges des gens et travestissent la religion (par haine, jalousie ou autre)
Je précise car malheureusement Thomas tu as la fâcheuse habitude de créer des polémiques surtout sur ce genre de sujet.
Donc j'espère que tu as au moins saisis la nuance ici.

5.57. Ô les croyants! N'adoptez pas pour alliés ceux qui prennent en raillerie et jeu votre religion, parmi ceux à qui le Livre fut donné avant vous et parmi les mécréants. Et craignez Allah si vous êtes croyants.

5.58. Et lorsque vous faites l'appel à la Salat, ils la prennent en raillerie et jeu. C'est qu'ils sont des gens qui ne raisonnent point.

Encore une fois, il n'est pas question de prendre des "alliés" parmi ceux qui se moquent de notre religion qu'ils soient des gens du Livre ou des mécréants.

5.42. Ils sont attentifs au mensonge et voraces de gains illicites. S'ils viennent à toi, sois juge entre eux ou détourne toi d'eux. Et si tu te détournes d'eux, jamais ils ne pourront te faire aucun mal. Et si tu juges, alors juge entre eux en équité. Car Allah aime ceux qui jugent équitablement.

5.43. Mais comment te demanderaient-ils d'être leur juge quand ils ont avec eux la Thora dans laquelle se trouve le jugement d'Allah? Et puis, après cela, ils rejettent ton jugement. Ces gens-là ne sont nullement les croyants.


* Toi : MUHAMMAD , donc le contexte est bien précis ici
On voit bien qu'il s'agit d'une situation entre les musulmans et les gens de l'époque (gens du Livre + mécréants) et le prophète Muhammad est bien présent..

Ce qui amène à comprendre correctement le verset cité plus haut :

5.51. Ô les croyants! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d'entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Allah ne guide certes pas les gens injustes.

Et les versets suivant le confirment encore :

5.80. Tu vois beaucoup d'entre eux s'allier aux mécréants. Comme est mauvais, certes, ce que leurs âmes ont préparé, pour eux-mêmes, de sorte qu'ils ont encouru le courroux d'Allah, et c'est dans le supplice qu'ils éterniseront.

5.81. S'ils croyaient en Allah, au Prophète et à ce qui lui a été descendu, ils ne prendraient pas ces mécréants pour alliés. Mais beaucoup d'entre eux sont pervers.


Voilà, il me semblait que les versets assez clairs. Je ne pensais pas qu'ils pouvaient être compris autrement à moins de ne pas lire la sourate en entier, bien entendu.

A l'époque, ils ne fallait pas les prendre pour alliés, du fait qu'ils dénigraient les musulmans et qu'ils étaient alliés avec les mécréants.
Ici, Dieu avertissait les croyants sur la situation.

kahwa

Messages : 354
Réputation : 0
Date d'inscription : 06/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ne prenez pas comme amis/alliés juifs et chrétiens" (Coran V, 51)

Message  Thomas2 le Sam 3 Mar - 18:25

Puisque vous n'avez cessé de revenir à la charge, sans chercher à vous remettre en question pour comprendre où était le problème, nous sommes contraints de vous exclure de ce forum
________________
Edition -Ren-

Thomas2
Membre banni
Membre banni

Messages : 168
Réputation : 0
Date d'inscription : 13/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ne prenez pas comme amis/alliés juifs et chrétiens" (Coran V, 51)

Message  -Ren- le Dim 4 Mar - 9:20

Voici ce qu'en dit l'ouvrage proposé par Cebrâîl sur http://dialogueabraham.forum-pro.fr/t962-pourquoi-dieu-a-beni-l-islam-reponse-en-1300-pages :
Maulana Muhammad Ali a écrit: Ô vous qui croyez, ne prenez pas les juifs et les chrétiens pour amis. Ils sont amis entre eux. Et quiconque parmi vous les prend pour amis en fait certainement partie. Sûrement Allah ne guide pas les hommes injustes.

Tous les incroyants, malgré leurs propres différences, avaient fait front commun contre l’Islam ; c’est ce que l’on veut dire par amis entre eux. On avertit les musulmans de n’attendre d’aide ou d’amitié d’aucun groupe d’entre eux, qu’ils soient juifs, chrétiens, ou idolâtres. C’eut été une faiblesse de la foi dans le triomphe ultime de l’Islam si, par crainte d’un ennemi puissant, ils avaient recherché l’aide et l’amitié ici et là au sein d’un peuple hostile, comme le montre le verset suivant. Quand deux nations sont en guerre, on traite en ennemi la personne d’une nation entretenant des relations amicales avec la nation ennemie ; c’est exactement ce que le Qur’an dit ici.

Mais tu vois ceux dans le coeur de qui il y a une maladie, s’empresser vers eux, disant : "Nous craignons qu’une calamité s’abatte sur nous". Peut-être qu’Allah apportera la victoire ou un commandement venant de Lui, alors ils regretteront ce qu’ils ont caché dans leur âme.

Par s’empresser vers eux on veut dire s’empresser de devenir amis avec eux ou rechercher leur aide. Les hypocrites le faisaient, craignant que les musulmans fassent le contraire.

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15276
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ne prenez pas comme amis/alliés juifs et chrétiens" (Coran V, 51)

Message  -Ren- le Dim 4 Mar - 12:46

Autre auteur (très méthodique, c'est pourquoi je l'apprécie) :
Anas Ahmed Lalla a écrit: (...) Un lien que, lorsqu'il est d'un niveau élevé (2 ou 3), le musulman ne doit pas avoir vis-à-vis du non-musulman : "Ô les Croyants, ne prenez pas comme Awliyâ' les juifs et les chrétiens : ils sont Awliyâ' les uns des autres. Et celui d'entre vous qui les prend comme Awliyâ', celui-là est un des leurs. Dieu ne guide pas les gens injustes. Tu verras d'ailleurs ceux dans les cœurs de qui se trouve une maladie [spirituelle] se précipiter vers eux, disant : "Nous craignons qu'un revers de fortune ne nous atteigne." Mais peut-être que Dieu fera venir la victoire ou un ordre émanant de Lui, alors ceux-là se mettront à regretter ce qu'ils avaient dissimulé en eux-mêmes. Et les croyants diront (alors) : "Est-ce là ceux qui juraient par Dieu de toute leur force qu'ils étaient avec vous ?" Leurs actions sont devenues vaines, et ils sont donc devenus perdants. O les Croyants, quiconque parmi vous apostasie de sa religion : Dieu fera venir un peuple qu'Il aime et qui L'aime, humble envers les croyants et puissant envers les mécréants, qui lutte dans le sentier de Dieu, ne craignant le blâme d'aucun blâmeur. Telle est la grâce de Dieu. Il la donne à qui Il veut. Dieu est Immense et Omniscient. Votre Walî [= vos Awliyâ'] n'est que Dieu, Son messager, et les Croyants qui accomplissent la prière, s'acquittent de la zakat, et s'inclinent (devant Dieu). Et quiconque prend pour Awliyâ' Dieu, Son messager et les croyants, alors (celui-là fait partie du groupe de Dieu, et) c'est le groupe de Dieu qui sera victorieux" (Coran 5/51-56).

On distingue clairement ici la mise en opposition de "prendre comme Awliyâ' des juifs ou des chrétiens" (verset 51), et "prendre comme Awliyâ' Dieu, Son Messager et les musulmans", à la fin du passage (versets 55-56).

On s'aperçoit aussi que cette prise de Awliyâ' qu'il est interdit de faire vis-à-vis de non-musulmans, cela constitue de l'apostasie : au verset 51, cela est ainsi formulé : "Et celui d'entre vous qui les prend comme Awliyâ', celui-là est un des leurs" ; de même, au milieu du passage, au verset 54, Dieu parle de "celui qui apostasie de sa religion"

Mais de quoi s'agit-il ?
:arrow: http://www.maison-islam.com/articles/?p=652
...Suite (tirés d'autres articles auquel il renvoie) dans mon prochain message.

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15276
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ne prenez pas comme amis/alliés juifs et chrétiens" (Coran V, 51)

Message  -Ren- le Dim 4 Mar - 13:03

Anas Ahmed Lalla a écrit:Les termes ou formules "wilâya" / "muwâlât" / "tawallî" / "prendre comme awliyâ'" présentes dans le Coran sont de la même racine, mais peuvent signifier des choses qui sont différentes et/ou qui sont d'intensités différentes (...)

Trois sens différents de "walî" (lorsqu'il désigne la réalité qui peut exister entre un humain et un autre) :

– Sens A) "Prendre quelqu'un comme walî" a le sens de "prendre ce quelqu'un comme ami proche" (...) Ibn Taymiyya écrit ainsi : "La wilâya est l'opposé de la 'adâwa. Le fondement de la wilâya est l'affection (al-mahabba) et la proximité (al-qurb). Et le fondement de la 'adâwa est le fait de détester (al-bugdh) et l'éloignement (al-bu'd)" (...)

– Sens B) Ibn Jarîr at-Tabarî a traduit le terme arabe "awliya'" (...) par les termes "a'wân" (...) "prendre quelqu'un comme walî" signifie alors : "prendre ce quelqu'un comme son auxiliaire, son aide, son allié" (Tafsir ut-Tabarî, commentaire de 3/28, de 5/51 et de 60/10)

– Sens C) Le "Tawallî" de quelqu'un a également le sens, moindre, de "birru-hû", c'est-à-dire : "faire preuve de bienfaisance à l'égard de ce quelqu'un" (par exemple lui offrir des cadeaux, etc.). Un verset se lit ainsi : "Dieu ne vous interdit pas d'être bienfaisants (tabarrû) et équitables (tuqsitû) envers ceux qui ne vous ont pas combattu à cause de la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Dieu vous interdit seulement de prendre pour alliés (tawallaw) ceux qui vous ont combattu à cause de la religion, vous ont chassés de vos demeures et ont aidé à votre expulsion" (Coran 60/8-9). Il y a ici une mise en parallèle (en rhétorique arabe : al-muqâbala), par laquelle l'action qu'il n'est pas interdit de faire vis-à-vis de ceux qui n'ont pas combattu les musulmans ni ne les ont chassés de leurs demeures, est cette action là même qu'il est interdit de faire vis-à-vis de ceux qui ont combattu les musulmans ou les ont chassés de leur demeure : or cette action a été désignée dans le premier cas par les termes "al-birr" et "al-qist", et dans le second cas par le terme "tawallî" : le tawallî constitue donc, dans ce verset précisément, le birr (...)

La réalité à laquelle renvoie le sens A –l'affection (mahabba) / proximité (qurb)– comme la réalité à laquelle renvoie le sens B –prendre comme auxiliaire (nusra) ; prendre comme allié (hilf)– peut être d'intensités différentes, et, partant, revêtir des expressions différentes :

– Intensité 1) quelqu'un est ami d'une personne au point de l'aider face à des difficultés, de l'inviter chez lui, de lui faire des présents, etc., mais en même temps, sait raison garder (...)

– Intensité 2) quelqu'un est ami proche / auxiliaire / bienfaisant par rapport à une personne (bârr) au point qu'il aide cette personne contre par exemple un de ses proches à lui (...)

– Intensité 3) quelqu'un est ami proche / auxiliaire / bienfaisant par rapport à une personne au point qu'il adopte les croyances de cette personne, ou qu'il est d'accord (râdhî) avec les croyances qu'a cette personne, ou au moins qu'il lui dit qu'elle est, elle aussi, sur la vérité.

Par ailleurs, ce non-musulman :
– Cas i) soit combat les musulmans ;
– Cas ii) soit ne combat pas les musulmans.

Dès lors...

Si le non-musulman en question ne combat pas les musulmans (cas ii), alors, par rapport à la Tawallî :
– l'intensité 1 reste autorisée : que ce soit de le prendre comme ami (sens A de Tawallî), de le prendre comme auxiliaire (sens B), ou d'être bienfaisant envers lui (sens C) ;
– ce sont les intensités 2 et 3 qui sont interdites et qui sont visées par les versets en question (...)

Dans le verset 3/28, de la phrase qui se lit ainsi : "Les croyants ne doivent pas prendre pas pour awliyâ' des incroyants, délaissant les croyants" (Coran 3/28), at-Tabarî écrit le commentaire suivant : "Le sens de cela est : Ô les croyants, ne prenez pas, délaissant les croyants, les non-musulmans comme auxiliaires avec qui vous vous allieriez pour leur religion ('alâ dînihim), que vous aideriez contre les musulmans et que vous informeriez des défauts / faiblesses ('awrât) de ceux-ci" (...) Ce que at-Tabarî a écrit là correspond à ce que nous avons décrit comme constituant l'intensité 2 (....) Et cela englobe donc a fortiori l'intensité 3 (considérer que les croyances du non-musulman sont elles aussi vraies et justes)

Par contre, l'intensité 1 reste autorisée (...)
:arrow: http://www.maison-islam.com/articles/?p=650

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15276
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ne prenez pas comme amis/alliés juifs et chrétiens" (Coran V, 51)

Message  -Ren- le Dim 4 Mar - 13:34

Dernier article (le premier chronologiquement chez cet auteur) :
Anas Ahmed Lalla a écrit:(...) L'affection qu'un humain a pour un autre humain peut avoir plusieurs raisons :
– à cause de la foi, de la piété et des qualités spirituelles de cet humain ;
– en tant que sentiment qu'un homme peut éprouver pour une femme et qu'une femme peut éprouver pour un homme ;
– à cause d'un lien de parenté que le premier humain a pour le second ;
– à cause des qualités humaines que le second humain a ;
– à cause d'un grand service que ce second humain a rendu au premier ;
– à cause d'une longue fréquentation que les deux ont eue (dans le cadre du travail, des études, du voisinage, etc.).

Avoir de l'affection pour la première raison, cela est, en islam, évidemment institué : cette raison est clairement mentionnée dans de nombreux hadîths, et il s'agit d'une mahabba 'aqliyya (voir point suivant) : elle est volontaire, réfléchie, elle doit être entretenue, etc.

L'affection liée à la seconde raison –celle qui existe entre un homme et une femme– est de nature avant tout physique mais touche ensuite l'âme. Cette affection a été mentionnée –sans que cela y soit dit "autorisé" ou "non autorisé"– dans le hadîth parlant des trois hommes prisonniers d'une grotte où ils s'étaient réfugiés, où chacun demande à Dieu de les en faire sortir à cause de telle bonne action qu'il avait faite à un moment de sa vie : l'un parle alors d'une femme qu'il "aimait du plus fort qu'un homme puisse aimer une femme" (...)

Avoir de l'affection pour les autres raisons, lorsque l'être humain en question est musulman, cela est évidemment soit demandé (matlûb), soit autorisé (mubâh, ou bien jâ'ïz) (...) Mais qu'en est-il d'être ami de, d'avoir de l'affection pour un être humain qui n'est pas musulman mais qui a de grandes qualités humaines, qu'on a appris à apprécier parce qu'on travaille avec lui, par exemple ?

Déjà, avant de répondre à cette question, il faut souligner que le fait qu'un non-musulman ait de grandes qualités humaines, cela est entièrement reconnu dans le hadîth qui dit : "J'ai été suscité parmi les meilleures générations des fils de Adam, génération après génération, jusqu'à ce que je sois dans la génération dans laquelle je suis" (al-Bukhârî 3364) ; ici, le Prophète a voulu parler de ses ascendants (...) Or, parmi les ancêtres immédiats du Prophète, son père Abdullâh (MF 4/325-328), son grand-père Abd ul-Muttalib, son arrière grand-père Hâshim, étaient Polythéistes (...)

Il existe deux types d'affection : la Mahabba Tab'iyya et la Mahabba 'Aqliyya :
– Il y a l'affection (mahabba) qu'un être humain éprouve pour un autre humain et qui est présente chez lui sans qu'il ait besoin de l'entretenir ou de la développer ; en un mot : sans qu'il ait besoin de faire effort de volonté : une telle affection est dite : "mahabba tab'iyya". Son opposé est le "bughdh ta'bî"
– Et puis il y a l'affection qu'un être humain cherche à développer en lui, par le biais de sa volonté (....) Une telle affection est dite : "mahabba 'aqliyya". Son opposé est le "bughdh 'aqlî".

Si un musulman éprouve de l'affection de type mahabba tab'iyya pour un être humain et que cette affection est demandée (matlûb) par l'islam, alors ce musulman doit développer cette affection par les moyens susmentionnés. Ainsi en est-il de l'affection pour ses parents musulmans, ou pour son épouse musulmane.

Si un musulman éprouve de l'affection de type mahabba tab'iyya pour un être humain et que cette affection est autorisée (mubâh, ou bien jâ'ïz), alors il lui est autorisé (mubâh, ou bien jâ'ïz) de développer cette affection par les moyens susmentionnés. Ainsi en est-il de l'affection pour un ami musulman qui n'est pas de mauvaises moeurs.

Si un musulman éprouve de l'affection de type mahabba tab'iyya pour un être humain mais qu'il lui est interdit d'aimer cet être humain, alors il doit ne rien faire, vis-à-vis de cet humain, des moyens susmentionnés qui pourraient développer ou maintenir cette affection ; plus encore, il doit faire dominer cette mahabba tab'iyya par le bughdh 'aqlî. Ainsi, le musulman ne peut pas aimer un humain qui le combat à cause de l'islam, ou qui insulte Dieu, ou Son Messager, etc. (...)

Est-il possible de ne pas aimer (Bughdh 'Aqlî) la croyance de kufr d'une personne kâfir, et d'avoir en même temps de l'affection (de type Mahabba 'Aqliyya) pour la même personne, pour ce qu'elle est par ailleurs ? (...)

Le fait est que dans le Coran Dieu a autorisé au musulman de se marier avec une juive ou une chrétienne (Coran 5/5) ; et par ailleurs Il a dit qu'entre l'époux et l'épouse il y a de l'affection (mawadda) (Coran 30/21) : il s'agit d'une affection requise (matlûb), donc d'une mahabba 'aqliyya aussi.

Or il n'y a pas d'exception pour le kufr de son épouse juive ou chrétienne : c'est-à-dire qu'il n'y a pas que son épouse juive ou chrétienne, il serait exceptionnellement autorisé d'aimer la croyance de kufr qu'elle a. Même si son épouse, juive ou chrétienne, on l'aime –ce qui est attendu–, on doit ne pas aimer la croyance de kufr qu'elle a (...)

(Certains ulémas disent certes qu'un tel mariage, bien qu'autorisé, est déconseillé ; cependant, ils ont dit cela pour raisons extérieures : li 'âridh, et non pas en soi : layssa fî nafsihî. Ibn Jarîr at-Tabarî écrit quant à lui, comme condition à l'autorisation d'un tel mariage : "à condition qu'elle soit dans une situation où celui qui fait ce mariage n'ait pas à craindre, pour l'enfant (qui naîtra), qu'il soit amené à être dans le kufr" : Tafsîr ut-Tabarî)

Certains coreligionnaires disent que le cas du mariage avec une juive ou une chrétienne étant autorisé, l'affection pour la juive ou la chrétienne qui est son épouse est exceptionnellement autorisée, tandis que l'affection (mahabba 'aqliyya) pour tout autre non-musulman reste interdite, même s'il ne combat pas l'islam et même s'il se trouve en lui une des autres raisons suscitées (c'est son parent, ou son collègue, ou son voisin, ou son camarade d'enfance, ou autre chose de ce genre).

Or cela ne semble pas pertinent, car, justement, des ulémas ont écrit qu'il est interdit de se marier avec une juive ou une chrétienne dont le groupe auquel elle appartient est en guerre contre les musulmans (harbiyya) : le fait de pouvoir prendre comme épouse une non-musulmane (juive ou chrétienne) n'est selon eux pas inconditionnel mais au contraire conditionné au fait qu'elle ne fasse pas partie d'un groupe qui est en guerre avec les musulmans. Sinon, si une juive ou une chrétienne est harbiyya, il est interdit de l'épouser et donc d'avoir de l'affection pour elle (fin de citation de l'avis de ces ulémas). C'est ainsi qu'il n'est par exemple pas autorisé aujourd'hui à un musulman de se marier avec une juive qui est sioniste.

Le pivot (manât) par rapport à l'affection autorisée et l'affection non-autorisée semble donc bien être le caractère "ennemi" ou le caractère "non-ennemi" de la personne non-musulmane. Il faut donc faire la distinction, parmi tous ceux qui sont kâfir, entre ceux qui sont réellement ennemis –parce qu'ils combattent l'islam intellectuellement ou combattent les musulmans par les armes– et ceux qui ne le sont pas : les premiers, on ne les aime pas ; les seconds, on peut tout à fait être amis (sadîq) avec eux, avoir de l'affection (mahabba 'aqliyya) pour eux pour une des raisons suscitées (...) Le Prophète (sur lui soit la paix) a refusé d'accepter le présent offert par certains Polythéistes ("Nous n'acceptons pas le présent de Polythéistes" a-t-il alors dit : Abû Dâoûd, 3057, at-Tirmidhî, 1577), alors qu'il a accepté le présent offert par d'autres Polythéistes (voir les hadîths rapportés par al-Bukhârî in Kitâb ul-hiba, bâb n° 28 : "Qabûl ul-hadiyya min al-mushrikîn"). Abû 'Ubayd est d'avis que les présents que le Prophète a acceptés provenaient de Polythéistes ayant conclu un traité de paix ou ayant honoré son ambassadeur (...)

Pareillement, Asmâ' bint Abî Bakr informa le Prophète (sur lui soit la paix) que sa mère, Qutayla, polythéiste mecquoise, voulait lui rendre visite, "désireuse (d'entretenir les liens de parenté)" ("râghiba") : elle voulait savoir si elle pouvait accepter les présents qu'elle avait apportés et lui faire à son tour des présents. Le Prophète répondit par l'affirmative (al-Bukhârî 2477, 5633, 5634, Muslim, 1003 ; voir aussi Fat'h ul-bârî 5/287-288). C'est cela qui est concerné, dit Ibn 'Uyayna, par le verset suivant du Coran : "Dieu ne vous interdit pas d'être bienfaisants (tabarrû) et équitables (tuqsitû) envers ceux qui ne vous ont pas combattus à cause de la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures" [Coran 60/8-9] (al-Bukhârî, 5633) (...)

Certains coreligionnaires citent parfois le verset suivant : "Tu ne trouveras pas des gens croyant en Dieu et au Jour dernier aimer (yuwâddûna) ceux qui font la muhâdda vis-à-vis de Dieu et de Son Messager, fussent-ils leurs pères, leurs fils, leurs frères ou les gens de leur tribu. Ceux-là [= les premiers], Dieu a établi la foi dans leur cœur, et les a aidés par un esprit venant de Lui" (Coran 58/22).

Ces frères et sœurs ont compris de ce verset que, si on a réellement foi en Dieu et Son Messager, on ne peut pas aimer une personne qui a renié (kufr) Dieu et Son Messager. Or ce verset parle de ceux qui font "muhâdda" avec Dieu et Son Messager (...)Toute muhâdda est (...) du kufr, mais tout kufr ne s'accompagne pas forcément de muhâdda (...)

Certains coreligionnaires citent parfois aussi le hadîth suivant : "L'homme est sur le dîn de son ami intime (khalîl). Que chacun d'entre vous regarde donc quel ami intime (yukhâlil) il prend" (Abû Dâoûd 4833, at-Tirmidhî 2379).

Ces frères et sœurs en déduisent que le Prophète (sur lui soit la paix) a ici interdit de prendre comme ami un non-musulman, de même qu'un musulman qui se laisse aller de façon permanente et ouverte à des mauvaises actions.

Or (...) ce hadîth parle justement de le prendre comme khalîl ; il ne dit en revanche rien d'avoir de la simple sadâqa pour lui. Or "khalîl" désigne la personne pour qui on a une affection très poussée : la "khulla" est beaucoup plus accentuée que la "sadâqa" ; la "khulla" est différente de la "mahabba mutlaqa".

C'est bien pourquoi le Prophète (sur lui soit la paix) lui-même a dit d'une part, à 'Amr ibn ul-As, que celui des hommes pour lequel il a le plus d'affection (mahabba) est Abû Bakr (al-Bukhârî 3462, Muslim 2384), mais a également, d'autre part, dit, cinq jours avant de mourir : "Je suis innocent devant Dieu d'avoir un khalîl parmi vous. Et si j'en étais à prendre un khalîl parmi ma Umma, je prendrais Abû Bakr comme khalîl…" (...) Ce que le prophète Muhammad (sur lui soit la paix) a voulu dire ici c'est que, lui, par égard pour la plénitude de son lien avec Dieu, a voulu n'avoir avec aucun humain un lien qui soit de niveau "khulla", ayant réservé cela à Dieu (...)

"Khalîl" désigne donc non pas simplement un homme pour lequel on a de l'affection et avec qui on est lié d'amitié, mais un homme pour lequel on a une très grande et très intime affection ; cela est beaucoup plus accentué que "sadîq". Le hadîth interdisant de prendre celui qui n'a pas asl ud-dîn comme khalîl se comprend dès lors par le fait qu'il ne faudrait pas que l'affection pour ce non-musulman (même non-combattant) soit telle que le musulman ne sache plus raison garder et que cette affection le pousse à dire ou penser : "Sa religion aussi est vraie, la mienne aussi est vraie" ; ou encore : "Peut-être même que ce que sa religion dit sur tel point est plus vrai que ce que l'islam dit". C'est à cela que la khulla mène ; c'est pourquoi elle est interdite.

Cela est valable même par rapport à son épouse juive ou chrétienne (...) De même, il ne faut pas que, pour contenter son ami ou pour honorer sa mémoire, on se mette à faire une action (far') qui lui plaît (ou lui aurait plu) même si cela déplaît à Dieu (par exemple prendre un apéritif avec lui, être témoin à la cérémonie religieuse de son mariage, participer, en se trouvant à l'intérieur de la salle, à la cérémonie religieuse de ses funérailles, etc.) (...)

Même en ce qui concerne des non-musulmans non-combattants, et même à un niveau de "sadâqa" et non pas de "khulla", il ne faut pas avoir comme amis (sadîq) seulement ou principalement des non-musulmans et non plus des musulmans, ni ne fréquenter que des non-musulmans, en se coupant des musulmans : la grande fréquentation influe sur ses perceptions et sa façon d'être.

Wallâhu A'lam
:arrow: http://www.maison-islam.com/articles/?p=647
Je vous invite bien entendu à lire tous ces articles dans leur intégralité :jap:

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15276
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ne prenez pas comme amis/alliés juifs et chrétiens" (Coran V, 51)

Message  Muslim3 le Dim 4 Mar - 14:21

A noter que le Coran précise clairement les choses pour ce qui concerne l'amitié et le fait d'être bon envers les non-musulmans, dans la sourate "L'examinée, 8" :
Dieu ne vous interdit pas d'être bons et justes envers ceux qui ne vous ont pas combattus à cause de votre religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures, car Dieu aime les justes. Dieu vous interdit seulement de prendre pour amis ceux qui vous ont combattus à cause de votre religion et vous ont chassés de vos demeures ou ont aidé à votre expulsion. Ceux qui les prennent pour amis sont coupables.

Et pour que certains ne disent pas "ça fait partie des passages pacifiques du Coran révélés au début, et ça a changé depuis ..." : sachez que ça fait partie des versets révélés tardivement.

D'autre part, le Coran et le hadith ont confirmé par exemple que les musulmans peuvent donner la zakat et la charité à des non-musulmans, et qu'ils seront récompensés dans l'au-delà.

Muslim3

Messages : 120
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ne prenez pas comme amis/alliés juifs et chrétiens" (Coran V, 51)

Message  -Ren- le Dim 4 Mar - 21:39

Un point de vue chi'ite :
Mortaza Motahari a écrit:Wala, Walayat, Wilayat, Mawla ont été tirés d’une même racine, à savoir : Wali. Les nombreuses formes de cette racine et de ses dérivés constituent les mots qui reviennent le plus souvent dans le Coran (...) Le sens premier de cette racine tel qu’il est mentionné par Raghib dans son lexique Mufradat al Qur’an est celui de proximité, à la fois au sens propre et au sens figuré. C’est pourquoi les dérivés de ce mot sont utilisés dans le sens d’amitié, d’amour, de tutelle, de protection et d’autorité. Tous ces concepts évoquant un aspect de proximité, un mode de contact (...)

Le Coran traite beaucoup de Wala, Muwalat et Tawala (amitié ou coopération), exposant un certain nombre de questions relatives à ces notions. Une étude attentive du Livre Sacré montre que du point de vue islamique, il y a deux genres de Wala : l’un négatif et l’autre positif. Les musulmans sont invités à respecter le Wala positif et à s’abstenir du Wala négatif. Le Wala positif préconisé par l’islam présente deux modes : l’un général et l’autre particulier. A son tour, le mode particulier comprend diverses catégories : Wala de parenté, Wala d’Imamat, Wala de gouvernement, et Wala de «maîtrise ou de domination surnaturelle» (...)

Le Coran a mis en garde les musulmans contre l’acceptation de l’amitié ou de la tutelle des non musulmans. Cela ne signifie pas que l’Islam soit en aucune manière contre le fait d’avoir de bonnes relations avec les autres être humains, ou qu’il exhorte les musulmans à l’hostilité envers les non musulmans, leur interdisant de leur faire du bien. Au contraire, le Coran dit clairement : «Allah ne vous interdit pas d’être bons et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus à cause de votre foi et qui ne vous ont pas expulsés de vos maisons. Allah aime ceux qui sont équitables» (...) L’Islam ne dit pas que le bon compagnonage doit être réservé exclusivement aux musulmans, ou qu’un musulman ne doit pas aider les autres (...)

En fait, l’idée est que les musulmans ne doivent pas être inattentifs aux desseins de l’ennemi malgré sa revendication d’amitié, ils doivent au contraire être toujours vigilants et savoir discerner la réalité des apparences ; un musulman doit se considérer comme un membre de la communauté musulmane, une partie d’un tout (...) Les non musulmans étant membres d’une société différente, les relations que les musulmans nouent avec eux doivent être telles qu’elles ne soient pas incompatibles avec leur qualité de membre de la société musulmane. Les musulmans ne doivent jamais mettre en péril leur propre indépendance et intégrité. Il en résulte que les relations d’un musulman avec les non musulmans ne peuvent être semblable à celles qu’il entretient avec les autres musulmans. Les musulmans doivent avoir des relations étroites et cordiales entre eux comme il incombe normalement aux membres d’une même communauté.

Selon l’Islam, l’autre face de cette amitié requiert d’un musulman (lorsqu’il traite avec un non musulman) qu’il soit toujours conscient du fait qu’il se trouve en face d’un corps étranger. Le musulman ne doit pas, dans la pratique, devenir membre d’une société non musulmane. A aucun moment, il ne doit ignorer qu’il est membre du corps de la communauté.

Il n’y a pas de contradiction entre l’attitude consistant à être aimable et amical envers un non musulman, et celle consistant à ne pas le considérer comme appartenant à la même communauté que la sienne. Il n’y a pas de contradiction entre le Wala négatif et les principes de sympathie et d’amour de l’humanité. Un musulman est concerné par le bien-être et le salut de tous les être humains et s’attache à leur faire connaître l’Islam. Mais tant qu’ils ne sont pas devenus musulmans, ceux qui le sont déjà, ne peuvent être sacrifiés pour ceux qui ne sont pas devenus musulmans, et la démarcation entre les deux groupes ne peut être effacée (...)

L’Islam aime même un polythéiste, non pas pour son polythéisme, mais parce qu’il est une créature d’Allah. Simultanément l’Islam est concerné par son cas, car il s’est égaré. S’il ne l’avait aimé, il aurait été indifférent à son sort (...)

Afin d’éliminer la corruption dans une société où prévalent l’infidélité et l’ignorance, l’Islam ordonne de mener une lutte armée : «Combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de sédition» (...) Pour la sécurité de la communauté, il avertit les musulmans de ne pas ouvrir leurs cœurs aux infidèles. Il n’y a pas de contradiction entre cette politique et le principe de l’entretien d’une bonne volonté envers tous. L’imitation est dans la nature de l’homme, ce dernier adopte souvent inconsciemment des idées et des notions des autres.

Le Coran dit : «Ô vous les croyants ! Ne prenez pas pour patrons (awliya) mes ennemis et les vôtres en leur manifestant de l’amitié, alors qu’ils ne croient pas à la Vérité qui vous est parvenue» (...) «S’ils vous rencontrent, ils seront des ennemis pour vous ; ils vous malmèneront de leurs main et de leurs langues. Ils aimeraient que vous soyez incrédules» (...)

L’Islam désire que les musulmans vivent d’une vie indépendante comme une unité homogène et coordonnée, comme une armée. Le Coran veut que la communauté musulmane soient supérieure à toutes les autres : «Ne perdez pas courage ; ne vous affligez pas, alors que vous êtes des hommes supérieurs, si vous êtes croyants». La foi est le critère de la supériorité de la communauté islamique, elle est sa force motivante, la condition de son indépendance, le pivot de sa personnalité et de son unité (...)La foi est la base de l’amitié mutuelle, de l’amour et de la loyauté entre les musulmans. Le Coran dit : «Les croyants et les croyantes sont amis (awliyâ) les uns des autres. Ils ordonnent ce qui est convenable, ils interdisent ce qui est blâmable ; ils s’acquittent de la prière, ils font l’aumône et ils obéissent à Allah et à son Prophète» (...)

«Mohammad est le messager d’Allah. Ceux qui sont avec lui, sont durs envers les infidèles et doux entre eux» : ce verset fait référence à la fois au Wala négatif et au Wala positif. Comme nous l’expliquions précédemment, plusieurs versets du Coran indiquent que les ennemis de l’Islam ont toujours essayé de transformer le Wala négatif en un Wala positif et vice-versa. Autrement dit, ils s’évertuent à rendre les relations entre les musulmans et les non musulmans cordiales et simultanément à semer la discorde entre les musulmans eux-mêmes. Dans ce but, ils mettent en relief les différences (...)
:arrow: http://www.al-imane.org/forums/showthread.php/9541-Walayat-et-Wali

_________________
...S'il me manque l'amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante (1 Cor XIII, 1)
>> Mon blog change d'adresse pour fuir la pub : https://blogrenblog.wordpress.com/ <<
avatar
-Ren-

Messages : 15276
Réputation : 17
Date d'inscription : 10/02/2011
Age : 39
Localisation : France

https://blogrenblog.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ne prenez pas comme amis/alliés juifs et chrétiens" (Coran V, 51)

Message  Muslim3 le Lun 5 Mar - 14:39

Je pense que ce qu'il faut savoir aussi c'est qu'entre musulmans (en tout cas pratiquants), il y a une relation très particulière. 2 musulmans (pratiquants) qui se rencontrent deviennent en général automatiquement intimes même s'ils ne se connaissaient pas avant. Et c'est vrai que ça n'existe pas avec les non-musulmans (de manière automatique). Les choses dépendront des 2 personnes en question, et ça sera par exemple comme pour un chrétien avec un athée, 2 athées, ... mais pas pire.
Je pense au contraire (en tout cas c'est ce que j'ai constaté) que les musulmans sont en général, dans la pratique, plus enclins à offrir leur amitié et être proches des gens que beaucoup d'autres.
Et au final, on ne peut pas et ne doit pas se croire meilleur qu'un autre, surtout que la foi peut changer chez l'un comme chez l'autre, et c'est l'état final à la mort qui compte pour Dieu, seul juge et seul qui connait ce qu'il y a dans les coeurs.
On ne peut donc pas savoir qui est "définitivement musulman" ou "définitivement non-musulman".

Muslim3

Messages : 120
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Ne prenez pas comme amis/alliés juifs et chrétiens" (Coran V, 51)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum